AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 Mom Daughter and Father ... X-Plosion [PV Gus & Nina]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Mom Daughter and Father ... X-Plosion [PV Gus & Nina]   Mar 10 Déc - 20:09

Hrp: J ai du pnjiser legerement vos persos desole d avance mais c etait pour faire avancer le topic. En cas de soucis j editerais.

Je fixe le géant suédois avec un regard remplit de colère, mais au fond de moi la culpabilité me ronge. Je sais qu'il a tout fait pour elle, tout, surtout depuis qu'elle a quitté la maison. je ne me suis jamais remise du départ de Nina, et je n'ai jamais eu le courage de lui dire pourquoi pendant toutes ces années j'étais restée impassive, faisant semblant de ne pas voir leur "père" me tromper encore et encore. Je le savais mais je m'en fichais totalement au final, puisque mes sentiment pour Peter étaient éteints à jamais. Mais à son âge, qu'aurait elle compris ? Elle est encore beaucoup trop jeune et je n'ai pas envie en tant que mère d'avoir ce genre de conversation avec ma fille, pas encore du moins, ici l'enfant c'est moi, je ne suis pas prête. Gustaf était mon seul point de repère pour espérer avoir des nouvelles de Nina. Ce que j'ai dit, je le pense en partie, mais pas le moment ou je lui dis qu'il a foiré, car si quelqu'un a tout gâché c'est bien moi. Je le fixe et je ne m'attends pas à cela de sa part, debout, la colère lui marque le visage, ses traits durcissent et le ton de sa voix explose dans la pièce. Je le fixe, légèrement surprise et intimidée. Je n'ai pas peur de lui, car je sais que Gustaf ne me fera jamais de mal, ce n'est pas ce genre d'homme, mais ses répliques me vont droit au coeur et elles appuient la ou ça fait mal. Je le regarde, furieuse pour le coup, car il m'a vraiment fait de la peine. Mes yeux brillent à cet instant, car je n'ai pas l'habitude de m'engueuler aussi durement avec lui.

"Et toi tu en sais quoi Gustaf hein ? Tu en sais QUOI ? Je n'ai pas à me justifier devant ma fille, par contre toi tu aurais pu deviner depuis tout ce temps ! Mais non tu n'as rien vu, tu ne vois rien ! Tu crois quoi ? Que j'allais oser dire à ma fille de 15 ans à l'époque que j'aimais un autre homme et que c'est pour ça que je m'en fichais de son "père" ? Que je n'avais pas le courage de lui dire ? mais mets un réveil Gustaf c'est une enfant ! Et moi je n'ai pas encore le courage d'avoir ce genre de discussion avec elle ! J'aurais du faire quoi ? Tout lui dire ? J'ai déjà pris des années avant d'assumer mes sentiments et me rendre compte de mon erreur ! Sauf que quand ce fût le cas il était trop tard, elle était déjà partie, et je n'ai pas su quoi faire pour la ramener !"

D'un revers j'essuie les larmes qui venaient de couler sur mes joues. J'étais en rogne, mais aussi bouleversée car je venais de vider mon sac. Un sac que je gardais remplis depuis des années maintenant. Mes yeux croisent celle du géant qui s'effondre dans la canapé. Je vois bien au son de sa voix et à son visage qu'il est désolé. Il peut l'être cet abruti, me faire sortir comme ça de mes gonds, ça n'arrive jamais d'habitude ! Décidément il ne sait pas s'y prendre avec les Palmer. Enfin je ne vais pas lui jeter la pierre je l'ai cherché et je n'ai que ce que je mérite. Il prend la parole, je l'écoute, il vide son sac à son tour. Je ne suis pas encore parfaitement calme mais ce qu'il me dit me touche aussi car dans un sens, il a aussi traversé une rude période. Reprenant un peu de contenance je m'assoie sur le canapé près de lui et l'écoute. Il m'explique pour Nina, ma voix s'abaisse doucement, je suis moins rude, je me calme peu à peu.

"Maintenant que tu sais, et que moi aussi je sais, on peut encore rattraper le temps perdu. Le plus dur reste à venir et il va falloir qu'on affronte ça Gus, ce coup la tous les deux, enfin tous les trois pardon."

Un regard timide se pose sur lui, j'évite de repenser au fait que je lui ai clairement dit que j'avais des sentiments pour lui. Enfin je ne sais pas si il est vraiment réceptif, je sais que de part le passé il n'était pas toujours très bon pour comprendre les femmes, et je doute qu'avec le temps ça ait changé .... Il m'explique ensuite que je ne dois pas être trop dure avec Nina car elle a changé les choses. Je l'écoute mais repenser au fait qu'elle soit allé vers un autre homme, surtout plus âgé, m’horripile. Je le fixe car je comprends le sens de sa démarche, surtout la fin de sa phrase en fait.

"Écoute, je sais que tu as fait de ton mieux Gus pour Nina, malgré ce que j'ai dit, je sais que tu as fait tout ce que tu pouvais. Je ne peux pas te promettre de mettre ce que tu m'as dit de côté, mais je peux faire un effort, tout dépendra de Nina. Je sais qu'elle ne va pas m'accueillir à bras ouverts et que je vais devoir prendre sur moi, mais tu sais qu'entre elle et moi c'est parfois ... Volcanique. Espérons que ta sagesse d'esprit et ton calme arrive à nous apaiser. Je vais faire ce qu'il faut pour me contenir en tout cas et éviter ce sujet avec elle."

Je le fixe et un sourire timide viens se dresser sur mon visage. Je sais que les retrouvailles avec Nina vont être tendues, mais j'espère que celles-ci se passeront bien. Je fixe Gustaf quand un bruit de sonnette en direction de la porte retentit. Je regarde Gus intriguée, il se lève pour aller ouvrir la porte et je suis loin de me douter que c'est ma fille que je vais voir entrer dans quelques secondes. Je me lève, par instinct en fait. Après quelques secondes je la vois et mon regard croise le sien. Elle est vraiment magnifique. Oui je crois que je n'ai pas d'autres mots pour qualifier ma petite. Elle a vraiment grandi depuis la dernière fois que nous nous sommes vu, c'est une petite femme maintenant. Mais ma joie est de courte durée car je vois ses yeux, sombres, colériques, se poser sur moi. Sa voix aussi, je la reconnaitrais entre mille quand elle prend ce ton.

Elle s'adresse à Gustaf et moi d'une façon qui ne me plaît pas. Je peux comprendre sa colère, et je ne l'éviterais pas, mais elle se prend pour qui pour me parler ainsi ? Je sais que je viens de faire la promesse au suédois de ne pas m'énerver et je ferais de mon mieux, mais sa dernière tirade vient de faire monter la pression, je la regarde, fixement, avec ses mêmes yeux sombres, et ma voix s'élève, sèche, catégorique. Je suis et je resterais toujours une figure d'autorité. Je ne cherche pas à intimider Nina non, loin de la, mais bien lui faire comprendre qu'elle ne s'esquivera pas en crachant son venin et en prenant la fuite, pas cette fois-ci.

"Bonjour Nina. Rassures toi je ne me suis pas trompé d'avion et je ne vais certainement pas partir. Pour ton plus grand plaisir ma fille je m'installe ici à Wynwood."

Je m'approche d'elle et Gustaf, je ne suis pas menacante ni rien, je me plaçais juste entre la porte et ma brunette avant de reprendre la parole.

"Bimini attendra. Si justement on est en famille, tu vas me faire le plaisir d'aller t'assoir sur le canapé. On doit parler et tu es concernée. Et je te préviens, ce n'est pas une question. Tu voulais des réponses ma fille, tu vas être servi."

Un ordre ? Jamaiiiiis je ne suis pas comme ça. Mais il faut dire que pour le coup je n'avais pas vraiment le choix. Je venais de comprendre que la situation ne se règlerait jamais si je n'affrontais pas Nina en face à face. Maintenant qu'elle était la, le temps était venu. Je regardais Gustaf et l'attrapant par le poignet je lui disais à voix basse.

"Si jamais elle y va avec l'autre pédophile, je te garantis que je fais un meurtre ... Assure toi que ce n'est pas le cas, je compte sur toi."

Je fixais le grand suédois puis me tournais vers Nina. Prenant une grande inspiration je la fixais, je ne m'attendais pas à ce qu'elle m'obéisse sagement mais je lui devais des explications, et il était temps que j'assume mes erreurs, du moins selon moi ce n'est pas une erreur, puisque Nina est la maintenant, devant moi et plus belle que jamais, mais je devais assumer le fait que je venais de briser une partie de sa vie à elle et Gustaf.

"Ecoute Nina, je sais que, je n'ai pas toujours fait les choses de la meilleure façon, et crois moi je sais que tu as été blessée à cause de mes erreurs et je compte bien assumer ce coup-ci. Je n'ai pas encore le courage de te dire pourquoi je suis rester silencieuse et pourquoi je suis rester de marbre devant les agissements de Peter, mais j'ai au moins la force d'assumer mes actes aujourd'hui, et de m'excuser de ce que j'ai fait."

Je la regardais dans les yeux, sur mon visage on pouvait y lire de la culpabilité, de la colère envers moi même, mais dans ma voix, j'y mettais le plus de volonté possible.

"Je suis désolé Nina que tu aies appris ça comme ça. J'aurais aimé moi même te dire que Gustaf était ton père, mais je ne l'ai appris que moi même récemment et j'ai été tout aussi déstabilisée. Je sais que ça n'excuse rien, j'assume et je suis sincèrement désolé de t'avoir fait souffrir comme ça, je veux une seconde chance, j'aimerais que tu me laisses réparer le mal que j'ai fait. S'il te plaît."

Je parlais avec une voix étrangement calme, je n'implorais pas ma fille, j'avais bien trop de fierté et de dignité pour ça. Puis elle a mon caractère, on ne prend jamais quelqu'un en pitié chez nous. J'étais juste déterminé, franche, et je parlais à coeur ouvert à celle a qui je ne voulais plus rien cacher. Je ne cache pas que je n'étais pas rassurée, je cherchais Gustaf des yeux, en lui je cherchais une sorte de soutien. C'était une étape à franchir pour moi, pour Nina et lui aussi, j'en suis sur, et je sais que la bombe à retardement n'allais pas tarder à exploser, en la personne de Nina Palmer.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Mom Daughter and Father ... X-Plosion [PV Gus & Nina]   Lun 9 Déc - 8:45

Les vacances commençaient bien pour moi. J'avais tout d'abord réussi mon année avec brillot et j'en étais fière. Sauf en dessin, bizarrement. Non, en fait j'étais vraiment très nulle en art plastique que ce soit avant mes conneries avec Connor ou après. Au moins, il était clair qu'il ne faisait pas de favoritisme et de toute façon, j'en voulais pas non plus. J'assumais totalement d'être nulle là-dedans puisque de toute façon, ça n'allait pas me faire avancer dans la vie ni même m'aider à intégrer l'école de mes rêves. J'avais vu le programme sur internet à plusieurs reprises, et ils ne mentionnaient pas de prérequis en art plastique. On nous l'impose dans cette école comme moyen de récréation peut-être? Si c'était le cas, c'était loupé, j'avais d'autres choses à faire que d'aller dessiner des cubes, des trottoirs histoire de comprendre la perspective.

J'avais participé au feu d'artifice du 4 juillet également et on pouvait qualifier ça comme catastrophique. Ca commençait bien, au début. J'étais sur la plage avec Nathan comme depuis plusieurs semaines maintenant. Je passais mon temps avec lui depuis cette histoire d'accident. Il m'avait bien aidé et aujourd'hui encore, il était là pour moi et on trouvait toujours quoi faire. Parfois il me montrait ses talents à la guitare, sachant pertinemment que cet instrument me charmait énormément. Parfois il s'agissait de simples ballade ou encore des soirées bien arrosées que nos deux confréries organisaient. Ensuite, cette soirée sur 4 juillet, sur la plage, avait dégénérée quand Noah s'était pointé, lui qui faisait l'autruche depuis plusieurs jours, lui en qui j'éprouvais une profonde rancune, lui qui avait tout fait foiré. Au final, j'ai retrouvé Nathan dans sa chambre, plein de coup et totalement bourré. On a discuté, longtemps, je lui ai donné des billets d'avion direction Bimini et finalement, on s'est endormis.

Aujourd'hui, j'avais pas grand chose de prévu, à part une soirée, pour ne pas changer. Les vacances étaient belles et bien là, les soirées l'étaient toutes autant. A côté de ça, je flânais dans les boutiques avec Haley et j'apprenais également à connaitre cette nouvelle venue en qui je me retrouvais à plusieurs reprises: Salma. Elle et moi, on avait l'air tellement complémentaire, tellement similaires aussi à part qu'il lui manquait la richesse. Pour Nathan, ce serait un problème, mais moi je ne m'arrêtais pas aux situations, en fait ça ne me regardait même pas, c'est juste que de temps en temps ça se voyait. J'avais commencé la journée par la validation du voyage. Nath étant tout aussi partant que moi, j'avais pas envie de laisser trainer les choses. Charlott m'avait également appelée pour me prévenir qu'elle avait son audition de danse. J'étais contente pour elle, vraiment. Depuis le temps qu'elle bossait dessus et finalement, j'avais également prévu de rendre visite à Gustaf. Après plusieurs semaines de silence, j'avais accepté la situation aussi déstabilisante soit-elle. C'était encore assez compliqué pour moi, mais je faisais de mon mieux et j'avançais à mon rythme, m'habituant petit à petit à son nouveau statut dans ma vie.

 Je prenais donc la direction de la maison du professeur, prévenant Nathan que j'arriverai un peu plus tard. Une fois devant la maison, je garais mon cabriolet derrière une autre voiture. Sur le moment, j'hésitais. Ca ne se faisait pas d'arriver chez quelqu'un à l'improviste alors que cette personne avait de la visite, mais d'un autre côté, c'était une visite éclair, prévenant juste de mon départ pour Bimini. Ray-Ban sur le nez, short en jeans, blouse et talons aux pieds, je me dirigeais vers la porte d'entrée et frappais, tenant mes clés de voiture dans la main. J'attendais un instant, jusqu'à ce que Gustaf vienne m'ouvrir à qui je souriais avant de le saluer. J'entrais dans le salon quand je me bloquais d'un coup devant la femme qui se trouvait devant moi. Finalement, j'aurais probablement dû passer mon chemin. Ma mère que j'avais éviter pendant plusieurs mois aussi bien face à face qu'au téléphone se trouvait en face de moi, comme si de rien n'était. Je la fixais avec un regard sombre. Je me tournais ensuite vers Gustaf et lui demandais:

C'est une blague? Si c'est le cas, c'est loin d'être drôle.


Je me tournais ensuite vers celle que j'ignorais depuis un moment:

Rassure-moi, t'es juste venue pour lui dire bonjour et tu reprends le prochain avion pour Las Vegas?! Ou non... Mieux! Tu t'es gourée d'avion et comme par hasard tu te retrouves ici.

Je me reculais vers la porte et les regardais l'un après l'autre finissant par Gustaf.

Je venais juste dire que je pars à Bimini ce Weekend. Sur ce, je crois que je vais vous laisser en famille, non?
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Mom Daughter and Father ... X-Plosion [PV Gus & Nina]   Lun 25 Nov - 13:09

Gustaf sourit à Anna lorsqu'elle évoque qu'il devrait être habitué à son caractère. Au contraire, il ne s'en lassera jamais et ne s'y habituera pas aussi facilement. Quand chez lui, tout était affaire de paraître, de sous entendu, de comportement à adopter même en privée, il admirait la force de caractère d'Anna, son franc parlé, sa nature entière et même son impulsivité. Aux yeux du suédois, elle savait concilier vraie nature et beauté. L'homme en délaissa son vin, peut-être plus adepte de la bière depuis qu'il est divorcé. Le faite qu'Anna insiste sur le faite qu'il soit « son » père, lui aussi, le rendait confus. Il aimait Nina comme telle, mais comment pouvait-il passer devant Peter, qui l'a élevé durant toutes ces années, sans savoir la vérité. Cela ne faisait-il pas de lui son véritable père au final ? Malgré ces doutes qui l'envahissait durant ses heures solitaires, il lui rendit un sourire affectueux pour réponse, reconnaissant, luttant contre l'envie d'entrer en contact avec elle. Plus que cette main qu'il serra sans se faire prier. Il réalisa alors que c'était la première fois qu'il se retrouvait seul avec elle, depuis son divorce. Il chassa cette pensée, s'insultant même en suédois.

Le géant rit de bon cœur.

« Garce c'est un peu fort, la confrérie était parfaite pour des caractères comme les vôtres. Et puis la réputation qu'il n'y est que les plus jolies filles n'est pas fausse non plus »

Il lui lança un sourire narquois, emplis d'une note d'amusement, afin de masqué ce compliment qu'elle pourrait penser déplacé. Puis attaquant un sujet un peu plus sérieux, il vit l'humeur de la belle métisse changer du tout au tout. Il reconnaissait bien là de la colère et il s’apprêtait déjà à en faire les frais. Elle s'envole dans les phrases percutantes, cependant elle ne disait rien, que Gustaf n'avait pas déjà pensée. Si lui avait eu le temps de digéré la nouvelle, Anna venait juste de l'apprendre.

« Anna calme toi, c'est fini, et oui je m'en suis chargé, chargé de manière à ce que cette erreur n'en patisse pas sur l'avenir de Nina »

Mais il la connaissait assez pour savoir qu'elle ne pouvait pas si facilement réprimer sa colère. Même le géant suédois n'avait pas pu lorsqu'il avait débarqué à l'appartement de Connor. On avait touché à sa précieuse princesse, et il n'avait pu l'admettre aussi facilement. Qu'un homme comme ce prof ait pu faire ça,  l'avait révolté et il s'était retrouver désarmé face à la nature de Nina. Car s'il pouvait la protéger des monstres, il s'avérait bien inutile pour la protéger d'elle même. Nina était l'une de ses plus grande faiblesses, en partie parce qu'il ne supportait pas l'idée d'être détesté d'elle. Plus il regarde Anna, et plus ce comportement impulsif se faisait sentir, elle s'énervait, monter dans les octaves. Quelque mois plus tôt c'était Nina qui était dans cette état. Mais il garda son calme, se levant, essayant de caresser le bras d'Anna pour la calmer. Du moins, c'est ce qu'il voulu faire lorsqu'elle lâcha une phrase terriblement blessante.

« Je te demande pardon  ?»

Un silence se suspens au dessus d'eux et le géant s'écarte d'elle, comme dégouté. Bien sur qu'il avait reçu plus de coup de sa part, plus blessant. Mais il ne s'était jamais senti réellement visé parce qu'il ne le pensait pas. Nina était ce qu'il contrôlait le moins dans sa vie, et il avait cette horrible impression d'avoir tout raté. Qu'Anna le lui balance ainsi, ne pouvait pas lui faire plus mal. Mère comme fille, elles savaient frappé là ou le géant ne pouvait qu'acquiescer d'un air triste. Mais il en avait assez, assez d'avoir sa vie chambouler à chaque pas, assez de ne plus pouvoir contenir ses émotions. Il se mit à ruminer plusieurs mots en suédois, révolté puis explosa.

« J'ai foiré ? Tu peux me dire pourquoi une gamine de 17 ans se barre de chez elle pour s'éloigner de chez elle ? Pourquoi elle évite sa mère ? Pourquoi elle se tourne vers un homme plus âgée ? Connor ne l'a certainement pas forcé et j'ai fais de mon mieux pour que cette histoire prenne fin sans que cela lui explose au visage !  J'ai toujours pensée à son bien et à son futur ! »

C'était maintenant lui qui rageait et il ne s'était même pas rendu compte qu'il avait hausser le ton, au point d'en devenir rouge de colère. Il s'arrêta net en voyant le visage d'Anna. Il n'aurait pas du lui dire tout ça comme ça, pas de cette manière. Il aurait aimé partir mais il était chez lui. Il se laissa retomber dans le canapé, plus lourd que jamais dans son propre corps. Se penchant sur le verre de vin qu'il n'avait pas fini.

« Excuse moi Anna... Pardon, je voulais pas dire ça. » Il la regarda d'un air suppliant, lui demandant sincèrement pardon. « Tu sais, au fond de moi, je crois que j'ai toujours su qui elle était, dès le premier jour, je l'ai aimé comme ma fille. Mais je me suis voilé la face pendant tellement d'année. Tout ce qui importait au fond, c'était mes recherches, et je n'avais pas le temps d'être un père pour elle. Alors je me suis laissé aller à croire que Peter lui ressemblait énormément. »

Il bu son verre pour le finir. N'appréciant même pas le goût de l'alcool.

« Anna, quand j'ai divorcé, j'ai cru que c'était parce qu'elle ne voulait pas d'enfant. Mais elle avait compris et par égoïsme, je me suis mis à espérer. Espérer que Nina soit de moi »

Il la regarda dans les yeux, la culpabilité qu'il éprouvait s'en faisait ressentir. Il y avait énormément de choses qu'il se reprochait, ces choses que son père le lui reprochera certainement quand il expliquera l'existence de Nina.

« Anna, Nina à traverser des durs moments, ne lui en veut pas trop, elle est jeune et tu l'as été non ? On fait tous des erreurs, elle a été assez mature pour s'en rendre compte de tout changer. Tu ne devrais pas être aussi dure avec elle, surtout après un éloignement aussi important. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Mom Daughter and Father ... X-Plosion [PV Gus & Nina]   Mar 12 Nov - 18:45

X-Plosion


Gus & Nina




-----------------------------------------------


Le cadre à la main, j'ai le regard dans le vide, je cherche une source de réconfort, mais la seule présence ici était le père de ma fille, et je n'ai pas le droit de lui demander cela. Je suis consciente que je me suis énormément reposée sur lui depuis que Nina a quitté la maison, de ce fait que je n'ai pas le droit d'être couvée, j'ai juste le droit d'assumer. Cependant la tristesse me ronge car ma fille me manque énormément. Nous avons déjà été trop éloignées l'une de l'autre et j'ai manqué une énorme partie de son adolescence. A cette pensée mon regard se voila et je ne cache pas ma surprise quand je sens la main de Gustaf se poser contre moi. Ni une ni deux, je me laisse guider et je me retrouve contre lui, cette étreinte, j'en avais besoin. Je le sais, il le sait. C'est pour cela que je suis autant troublé, Peter était un homme formidable durant notre jeunesse, mais il n'a jamais remarqué ce genre de comportement chez moi, il n'a jamais été capable de voir la détresse de mes yeux, Gus malgré les années et la distance l'a toujours vu, la preuve. Je n'avais pas caché mes mots concernant Nina ni même mon inquiétude, c'est pour cela je suppose qu'il m'offrait ce moment, et je ne peux pas m'empêcher de laisser mes mains se poser dans son large dos, pour le serrer du mieux que je peux.

Ses mots me soulage, ils m'apaisent et fait descendre un peu cette pression venait de se former dans mon estomac. Il rompt le contact quelques instants après, je le regarde, gênée moi aussi par cette proximité aussi soudaine que surprenante. Je ne dis cependant rien, mon petit sourire en coin est la pour montrer mon malaise, mais c'est un malaise positif car j'ai aimé ce moment, à la fois doux et sucré. Je le laisse me prendre par la main, et je vois ô combien ce genre de moment m'a manqué. Je ne peux pas dire que nous en avons vraiment vécu, mais je me souviendrais toujours et toute ma vie de cette unique nuit que nous avons passé ensemble. Cela restera l'un de mes souvenirs les plus précieux. Il me guide vers le canapé et je m'assois, je prends le verre qu'il me tend puis ajustant ma robe d'une main, je lui glisse un "merci" avec le sourire. Du moins je souriais autant que je le pouvais. Je l'écoutais me parler et prenait en même temps une gorgée de vin, celui-ci était exquis. Je fixais le suédois et sa phrase m'arracha un sourire, sincère ce coup-ci. Je sais que la conversation va être délicate mais c'est ça que j'aime chez Gustaf, il sait me mettre à l'aise. Je prends la parole à sa remarque d'un ton complice.

"Que veux-tu, vous n'êtes que de faibles hommes Gustaf. Mais si elle a mon caractère, tu devrais être habitué depuis le temps. Enfin je t'accorde le fait que nous ne sommes pas facile à vivre, surtout après une nouvelle comme celle-ci."

Je prenais une autre gorgée de mon verre, je me mettais à la place de Nina, du moins j'essayais. Je comprends qu'elle ait vécu cela comme une trahison, mais nous même ne le savons que depuis peu, comment aurais-je pu lui avouer quelque chose que je ne savais pas ? Je ne me cherchais pas d'excuse, il y a eu une fuite, et cela est une énorme erreur de notre part à Gus et moi. Le suédois prenait la parole et je dois avouer que je ressentais comme une gêne chez lui, je peux comprendre, pour moi aussi ce n'est pas évident, mais pour que Nina accepte cette réalité, il fallait déjà que nous, adultes, l'acceptions à notre tour. Je tenais mon verre du bout de mes doigts puis plongeais mes yeux dans les siens. Ma sensibilité, je la laissais au placard, je n'étais pas en colère, pas du tout, la situation est délicate je le sais, mais je suis catégorique, claire et précise.

" "On" et "notre" Gustaf. Je sais que c'est une situation délicate, mais si nous même n'acceptons pas cette nouvelle situation, elle-même ne pourra pas l'accepter. "On" peux être fier de "notre" fille, j'aimerais que tu commences à t'habituer à ça, aussi délicat que ce soit d'accord ? Elle est de nous Gustaf, pas seulement de moi, d'accord ?"

Je lui adressais un sourire tendre et prenait une de ses mains dans la mienne, je ne sais pas encore pourquoi j'ai eu cet élan d'affection, mais je sentais que ce coup-ci, c'était lui qui avait besoin d'être guidé. Je reprenais sur une note plus amusante, essayant de détendre vainement l'atmosphère, un petit rire venant ponctuer ma phrase.

"Je ne sais pas si je dois être fier que notre petite soit une vraie Eta. Avec le recul je me souviens avoir été une vraie garce par moment, tu en sais un rayon la dessus d'ailleurs..."

Je lui tapotais l'épaule et reprenais mon verre, la main que je tenais tout à l'heure était retournée à son propriétaire et la mienne était sur mon verre. Je buvais une gorgée, le grand blond reprenait la parole et la je sentais la colère monter peu à peu en moi. D'ailleurs le regard que je lui lançais en disait long et je sentais tout de suite au ton de sa voix que Gus savait que j'allais m'énerver. Elle a eu une relation avec un prof ? Elle est sérieuse la ? Certes je n'ai pas vu ma fille depuis un moment mais je ne l'ai pas éduqué de sorte à ce qu'elle ait un comportement de salope. Qu'elle fréquente des garçons, c'est de son âge, moi-même j'ai eu 17 ans, j'ai été au lycée et j'ai fait des folies, mais je n'ai jamais couché avec un professeur. Et lui, ce pédophile... Ma voix était d'un coup plus cinglante, le ton était monté net et je foudroyais Gustaf sur place. Je sentais la gêne du Suédois, et il avait raison d'être dans cet état.

"Et c'est ça que tu appelles t'en charger Gustaf ? Ce pédophile a touché notre fille ! Et tout ce que tu trouves à me dire c'est "tu t'en es chargé ?" J'espère que tu lui en as moins décollé une, car tu peux être sur que si je le croise, il se prendra ma main en pleine figure celui-la !"

Je fulminais de colère, je ne pouvais pas en vouloir qu'à ce "Richard" car je savais que Nina ne devait pas être toute blanche dans cette histoire, mais regardant le géant je ne m'étais pas aperçu que je m'étais levée.

"J'espère pour toi que cette période est terminée parce que je ne compte pas la laisser reproduire cette erreur. Je me doute bien qu'elle n'ait pas innocente, mais un homme de son âge a de l'influence sur une enfant, tu le sais Gustaf, mieux que moi tu sais à quel point il est facile pour un homme d'endormir une adolescente. Lui je ne te garantie pas qu'il risque d'avoir affaire à moi, je te préviens... Rahhhh"

Je lâchais un cri d’énervement,, j'étais indignée, coucher avec une élève ... En plus il s'appelle Richard ... Mais c'est quoi ce prénom ? Aussi rocambolesque et minable que ce que je viens d'apprendre. Je saisissais le verre de vin que je buvais d'une traite, au moins si je suis pompette, je serais peut être un peu plus calme. Non mais sérieusement Nina, à quoi tu pensais ? Aveec tous les garçons sur cette planète il a fallu que tu ailles vers un homme, un professeur qui plus est. Il n'y a rien de plus scandaleux que ce genre de relation en plus. Je fixais le Suédois, toujours debout puis lui lançais énervée.

"Quoi d'autre ? Histoire que je ne tue pas notre fille au moment mes yeux se poseront sur elle. Et tu as intérêt à me dire tout ce que tu sais Gus, parce que la pour un garde fou, tu as sacrément foiré !"

J'étais vraiment odieuse pour le coup, alors qu'il a pris soin comme il pouvait de notre fille tout ce que je trouvais à lui balancer c'était ça. Je sais que j'ai tort de m'énerver contre lui, qu'il a fait du mieux qu'il pouvait, mais que voulez-vous, je ne peux pas me contenir et encore moins quand je suis en sa présence. Capricieuse ? Non, juste moi-même.


(c) Ocelline
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Mom Daughter and Father ... X-Plosion [PV Gus & Nina]   Lun 7 Oct - 1:21

Gustaf évitait lourdement de penser à sa vie avec Anna, à quoi elle aurait pu ressembler si elle l’avait choisi lui, plutôt que Peter. A l’époque où les deux personnes s’étaient connus, ils étaient ados, régis par l’absurdité du paraitre, chacun d’eux suivait des règles invisible, qui malgré leurs sentiments et leurs attirances, les repoussait loin l’un de l’autre. Le professeur ne fut même pas surpris, que la vieille rengaine des Khi était la même, même encore aujourd’hui. Nina et Zack en était l’exemple parfait. Puis elle a rencontré le père de ses jumeaux, et Gustaf a eu Melissa en rentrant à l’université. Chacun s’était consoler comme il le pouvait, sans pour autant briser ce lien ambigus qui les tirailler. De ce lien, est née Nina, cadeau de la nature que le suédois n’avait osé espérer.

L’air ambiant de sa maison se parfumait à l’unisson avec le parfum subtil d’Anna. Une odeur particulière, son odeur mélangée au parfum qu’elle avait choisie, j’espérais, elle-même. Après lui avoir proposé de quoi boire, l’homme souris à la remarque sur les français. Européen d’origine, il ne savait pas vraiment s’il était d’accord, mais cette manière d’afficher ses opinions et de les tourner en quelque chose de sarcastique et comique, lui plaisait. Il se faufila dans la cuisine, prenant la bouteille de vin blanc à la main, servant deux verres à pied. Le carton d’emballage trainait encore dans le coin de son meuble, attendant d’être jeté. Depuis qu’il était propriétaire de la maison et qu’il y vivait seul, il avait pu se rendre compte à quel point, l’homme avait besoin d’objet différent, pour de simple geste. Si lui, lui suffisait une simple tasse pour boire une bière, sa mère, lui aurait allégrement tiré les oreilles pour avoir oublié ne serait-ce qu’un dessous de verre sur la table. L’organisation et l’obsession des femmes, pour l’allure des foyers l’effrayaient. Quand il revint dans le salon, c’est une belle femme tenant un cadre qu’il regarda, une lueur tendre agitait ses pupilles.

"Elle était si petite ... Elle ... Comment ... Comment elle va ?"

Gustaf n’avait pas besoin de venir regarder la photo pour savoir de quoi elle parlait. Il connaissait l’image par cœur, la chérissait, c’était même d’ailleurs le seul objet auquel il avait voué une place plus ou moins sacré. Il se déplaça jusqu’à la table basse ou il posa les verres. River se précipita vers lui, reniflant le vin curieux. Il poussa la truffe invasive de la chienne et d’une voix autoritaire, il demanda de filer, les sourcils froncés et contrariés, juste l’espace d’un instant. L’animal s’en va penaud, et retourne se coucher sur un coussin qui lui était réservé. Bien qu’elle ne l’utilise que le jour, préférant largement le lit de son maitre la nuit, détestant la solitude, comme beaucoup de berger allemand.

"Excuse moi. On ne s'est pas revu depuis tout ce temps et je te saute déjà dessus avec ça sans prendre le temps de prendre de tes nouvelles. Mais voila, je, je suis inquiète pour elle. Je n'ai pas entendu sa voix depuis si longtemps..."

Le visage déconfit d’Anna fit fondre le cœur du géant nordique. Il s’avança d’un pas rapide vers la jolie métisse, posant sa main derrière sa tête pour la rapprocher contre lui et la serrer dans ses bras, d’un instinct protecteur qui lui avait toujours fait preuve.

« Ne t’excuse pas Min Vackra », Oui, il appelait Nina et Anna de la même manière, mais leur sens était largement différent dans son cœur. « Je sais à quel point tu aimes Nina, puisque je ressens là même chose »

Il la relâche, entre perturbé par ce contact et mal à l’aise. Il caressa sa joue avant de reculer d’un pas et de cesser cette intimité déplacé entre eux. Elle était mariée, ils avaient déjà fauté et même si Nina en avait résulté et qu’il était plus heureux que jamais de la connaitre, il regrettait son écart de conduite d’un point de vue éthique. Il n’était pas dupe, quant à Melissa, elle avait accueillis Nina chez elle sans broncher, mais le doute l’avait certainement rongé pendant des années et l’idée de fonder un foyer s’était surement estomper au profit de sa carrière, lui donnant l’excuse parfaite pour ça.

Il prend la main d’Anna, et l’accompagne jusqu’au canapé, l’invitant à s’asseoir et lui offrit le verre entre les mains. Non il ne cherchait pas à la saoulé si c’est ce à quoi vous pensiez. Il s’assoit et la discussion allait devoir commencer un jour ou l’autre. Il ne s’était pas revu depuis que les tests ADN ont confirmé ce que les deux parents pensaient. Gus est père, et cela ne pourra être nié. Longtemps, Gustaf s’était laissé persuader que Nina tenait énormément de Peter physiquement, même cheveux, même teinte de peau. Nina les yeux noisettes, ni le sourire radieux de Nina n’aurait pu lui transmettre la conviction qu’elle était de lui. Car il voulait s’en persuader.

-Nina m’en a voulu aussi de lui avoir caché la vérité. Je sais que c’est dur, surtout qu’elle a ton caractère, c’est très difficile de ne pas culpabiliser quand vous nous en voulez mesdames.

Le grand blond eut un sourire ironique aux lèvres. Anna avait le don pour toucher les cordes sensibles chez lui et le faire manger dans le creux de sa paume si elle le voulait. D’ailleurs il s’en était voulu d’avoir fait les premiers pas lors de cette nuit-là. C’était également pour ça qu’il s’était éloigné d’elle pendant ces premières années de la vie de Nina. Il avait eu honte de lui. Il avait eu peur de gâché l’histoire d’amour qui se déroulait entre elle et Peter.

-En tout cas, elle a un sacré caractère ! Un vrai Eta. Tu peux en être fière Anna, elle est très douée en classe, et je pense que depuis que je suis professeur à Wynwood, ça donne un garde-fou à ta fille…

L’homme avait pourtant clamé qu’il s’agissait aussi de sa fille à Connor, quelque jour plus tôt. Mais devant Anna, c’était encore étrange, pas naturel, non de droit. Il avala sa salive et rajouta, pour finalement lui raconter aussi les partis moins plaisants. Il se gratta le front, gêné, embarrasser, embêter, d’avoir à parler de ça, alors qu’elle n’espérait qu’entendre de bonne nouvelles, concernant sa fille.

-Elle a eu une relation avec un homme, plutôt controversé. En fait…. C’était un professeur… Gustaf ne manqua pas le regard d’Anna et il s’empressa de rajouter quelque chose, mais je m’en suis chargé Anna, ce n’était qu’une période de son adolescence et Richard m’a jurer qu’il ne s’en approcherait plus. Du moins, en dehors des cours.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Mom Daughter and Father ... X-Plosion [PV Gus & Nina]   Mar 10 Sep - 21:45

X-Plosion


Gus & Nina




-----------------------------------------------

Je ne saurais pas vraiment expliquer tout ces sentiments qui montent en moi à cet instant précis. Je suis la face à cette porte, qui pourrait être comme toutes les autres, mais ce n'est pas le cas. Une image, des flashs du passé viennent par vagues. Je me revois jeune, présidente des Etas, je revois Gustaf, qui fait lui partit des Ki. Je me revois ensuite avec Peter, lui avec Melissa. Je me vois ensuite portant Nina dans mes bras, son regard croisant le mien et la je me prends la plus grande claque de ma vie. Je n'ai jamais regretté cette seule et unique nuit que j'ai passé avec Gustaf. Ce soir la, je pense que nous concrétisions ce que nous n'avons jamais osé étant adolescent.

Dans un sens, et c'est ma vision, je ne regrette absolument pas, et je crois qu'au fond de moi je suis même heureuse que ce soit lui le père de Nina. J'aime mes enfants, tous autant qu'ils sont. Ils sont la prunelle de mes yeux, et je les aime tous énormément, mais Nina, c'est Nina. Je pense que c'est parce qu'elle est la petite du groupe, et aussi la seule fille. Je ne dirais pas que c'est ma préférée, car je n'en ai pas, mais c'est ma petite protégée. Quand je repense à Peter, je ne sais pas pourquoi au final j'ai passé une grande partie de ma vie. C'était un homme à femme je le savais, et pourtant je vivais avec, faisais comme si de rien n'était. Pour autant avec Gustaf, j'ai connu des choses, des changements en moi, des remous émotionnels que je n'avais jamais vécu avec Peter. C'est pour cela qu'un jour j'ai définitivement compris que je n'étais pas amoureuse de Peter mais bien d'un autre. Ce fut pour moi un bouleversement, et je pense que mon côté forcenée n'a pas voulu se faire à cette raison. Je pensais aimer Peter, nous avions eu de merveilleux enfants ensemble, c'est d’ailleurs ma plus belle réussite avec lui, mais c'est tout. Je ne me suis jamais sentie femme en sa présence. Je n'ai pas ressenti ce que je ressens à présent, face à cette porte. Je n'ai jamais ressenti cette pression monter en moi, ce tiraillement dans l'estomac de revoir l'homme que j'ai toujours aimée au final. Oui je pense que j'ai maintenant assumer ce fait, mais je ne vis pas encore complètement avec.

Le pourquoi est simple, il est le père de ma petite, et entre lui et moi, tout a toujours été trop compliqué. C'est peut être pour ça que je n'ai jamais vraiment tenté de franchir le pas avec le père de ma fille. D'ailleurs si j'étais ici, ce n'était pas pour mon petit plaisir personnel mais bien pour avoir une conversation avec le géant. Je ne l'ai pas vu depuis un moment et je ne peux cacher mon étonnement, ma surprise, mais en même temps, intérieurement, ma joie. En revanche, sa tenue n'est pas des plus adaptés. Bon j'ai déjà vu un homme en serviette, et même nu, la n'est pas le souci, c'est plutôt que je n'étais pas prête sur le coup. Enfin ma surprise redescend rapidement, et je sens la grande main du Suédois venir se poser sur mon épaule. Je ne dis rien, car nous avons toujours été plutôt proche lui et moi. Je sens à présent ses joues contre les miennes et je ne peux pas cacher que cela m'arrache quelque chose au fond de l'estomac. Je lui fais un sourire, car je suis tout de même heureux de la voir en si bonne santé. L'homme s'excuse de sa tenue et m'invite donc à entrer. Je le suis calmement avant d'ajouter d'un air doux.

"Il n'y a pas de soucis, t'en fais pas."

J'entre alors dans la maison et le suit du regard lorsqu'il monte. J'en profite pour marcher doucement à l'intérieur de celle-ci, mon regard croisant la chienne, je vais vers elle pour lui faire une caresse amicale. La maison et parfaitement à l'image que j'ai de Gustaf en fait. Calme et sereine. Élégante et sans excès. Je vois sur un meuble quelques photos, je m'approche instinctivement, ma robe volant légèrement dans la pièce quand mon regard se pose sur un cadre. Je vois dessus Nina, petite, et Gustaf. Un brin de nostalgie s'empare de moi, en même temps qu'un air de mélancolie, je repense à mes flashs de tout à l'heure. Qu'est ce que cela aurait donné si j'avais assumé pleinement mes sentiments pour lui ?

Peut être que nos vies et surtout celle de Nina aurait prit un chemin totalement. Cependant je ne peux nier mes autres petits, je les aime vraiment, et je trouve dans un sens égoïste de ma part de penser ainsi à moi même car si j'avais été avec Gustaf dès le départ, ils ne seraient pas nés. Le cadre à la main j'entends des bruits dans l'escalier et je tourne ma tête naturellement vers la source du bruit. Mes prunelles se posent alors sur le grand blond, vêtu de son jean et de sa chemise, je ne cache pas que mes sentiments d'avant volent en éclat. Il a ce charisme propre à lui, je ne pourrais jamais lui enlever, et ce charme qu'au final, je n'ai jamais retrouvé chez un autre homme. Il me propose de boire quelque chose, du vin français. Je lui offre un large sourire, il a toujours autant de goût à ce que je vois.

"Et bien j'accepte volontiers, c'est une des rares choses que les français ont fait de bonne."

Le cadre à la main, je regarde le blonde puis timidement ma voix s'élève.

"Elle était si petite ... Elle ... Comment ... Comment elle va ?"

Mes yeux le fixent, puis se perdent dans le flou de mes pensées. J'en ressors après quelques millième de secondes.

"Excuse moi. On ne s'est pas revu depuis tout ce temps et je te saute déjà dessus avec ça sans prendre le temps de prendre de tes nouvelles. Mais voila, je, je suis inquiète pour elle. Je n'ai pas entendu sa voix depuis si longtemps..."

Un air triste s'affiche sur mon visage. D'ordinaire, moi qui suis si fière, je ne montre pas ce genre de chose, mais devant Gustaf je ne sais pas pourquoi, je me dévoile, peut être parce que je sais qu'il est le père de Nina et qu'il a été témoin de ma détresse de voir ma fille s'éloigner de moi. Il sait que nous étions proche. Je pose alors le cadre sur le meuble près de moi puis je lui dis, reprenant vainement un peu de contenance.

"Pardon. Je.. Je .."

Je quoi ? Je ne sais pas. Je ne sais pas comment aborder le sujet avec lui. Le voir me déstabilise, savoir qu'il est le père de Nina est aussi pour moi un changement, il n'a plus du tout le même statut. Je dois me faire à cette idée. Je suis un peu perdue le concernant, j'aimerais qu'il m'aide, mais je n'ai pas non plus le droit de penser à moi pour le moment, l'important, c'est Nina, c'est le but de ma visite, et ça le restera. J'ai commis une erreur, et je suis prête à l'assumer entièrement, mes enfants passent avant mon petit bonheur, et j'ai déjà privée Nina du sien .. 


(c) Ocelline
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Mom Daughter and Father ... X-Plosion [PV Gus & Nina]   Mar 30 Juil - 21:32

La chienne à côté, je ne compte plus le nombre de foulées que j’ai faite. Ma sueur et la sensation familière de brûlure dans mes jambes, m’indiquent que mon temps de course est largement dépassé. La langue pendante, River se stoppe net quand je m’arrête près d’une fontaine à eau. Essoufflé, je passe la tête entière sous le filet d’eau, a peine fraîche, ce sont les courant d’air qui refroidissent ma peau et les pensées qui traversent mon esprit. Je regarde ma montre, ça fait déjà une heure que je suis partie de chez moi. Je devrais sûrement rentrer pour me préparer. Ça fait longtemps que je n’ai pas revu Anna, j’avoue appréhender cette rencontre. Je m’étais en quelque sorte habituer à cette relation téléphonique, tel un père et une mère divorcé, inquiet et concerné par le devenir de leur fille. Ce qui est ironique quand on pense que ma véritable ex femme ne voulait pas d’enfant. Je balançais cette dernière réflexion dans le fond de mon crâne, puisque aujourd’hui mes soucis étaient largement différents. Car si il y avait bien une chose qui avait changé, c’est que j’étais passé d’homme célibataire, à père célibataire… je ne me fais pourtant pas d’illusion, Peter restera le père de Nina quoiqu’il arrive, il l’a élevé, aimé, choyé, comme j’aurai du le faire depuis le début.

Bon si décidément j’y pense encore, il est temps pour moi de rentrer en sprintant. Je regarde River qui penche la tête en me regardant, assise, sa queue balayant le sable sous elle. « On fait la course ? » La chienne aboie en remuant sa queue si fort que même son arrière train semble se balancer. Sur un air de défi je lui donne le signale « Aller ! ». Je me mets à courir le plus vite possible le long de la jeter, River m’a depuis longtemps dépassé et cours comme si ça vie en dépendait. Je me force à courir plus vite, voulant réellement la rattrapé, ne serait-ce que pour ne pas la perdre de vue. La chienne arrive vers la route et le trafic me fait bondir le cœur de peur. J’hurle d’une voix grave et portante « RIVEEER ! ». La chienne s’arrête net en baissant les oreilles, et des dizaines de promeneur se retourne sur moi avec un regard affolé comme si je venais de tuer quelqu’un. Je ralentis et je trottines jusqu’à elle pour l’attacher avec sa laisse. Elle couine de refus mais elle obéis malgré tout. Si seulement Nina était aussi facile à vivre…

Terminant la route en marchant avec la boule de poil attaché, je file dans le frigo prendre une bière, je donne une gamelle d’eau fraîche à River et j’allume la télé en m’écroulant dans le canapé. Il me reste une heure je crois, bien assez de temps pour me doucher et ranger les deux trois détails qui traîne. Après le débarquement de Nina à mon anniversaire, j’avais eu un peu honte du bordel, sachant qu’Anna viendrait aujourd’hui, j’avais au moins prévu le coup. Je finis ma canette en verre et je décale River qui était monté sur le canapé avec moi pour se caler contre ma cuisse. Je jette short et t-shirt dans la panière en osier de la salle de bain. La douche me fait un bien fou. J’étais en train de me rincer quand j’entends la chienne aboyée. Quelqu’un avait sûrement frappé. Je regarde l’horloge au dessus du miroir et je grogne contre moi-même pour m’être laissé débordé par le temps. Je crains bien qu’il s’agisse d’Anna à cette heure. Je sors en attrapant une serviette que j’enroule autour de ma taille. Je m’essuie rapidement avec une autre plus petite et je sors dans le salon, encore bien humide pour ouvrir la porte. Elle est là, sur le pas de la porte, aussi belle que dans mes souvenirs, son sourire fait miroir au mien, et elle me lâche un simple "Bonjour Gustaf" qui me ravis malgré moi.

Je sors sur le pas de la porte et peu importe le fait qu’elle et moi nous nous étions pas vu depuis longtemps, je ne peux réprimé mon élan maintenant, pour lui faire une bise appuyée sur sa joue tout en posant ma main sur son épaule. Je suis heureux de la revoir, c’est plus fort que moi.

-Excuse moi pour ma tenue, je sors de la douche, rentre et mets toi à l’aise, je vais me changer

J’ouvre la porte en grand pour qu’elle rentre, en prenant soin de la refermer derrière elle.

-J’en ai pour deux minutes.

Je traverse le salon en grimpant les escaliers deux par deux, pour finalement redescendre habillé d’un jean et d’un chemise noir à manche courte. Je me sens un peu stressé, je ne sais pas trop pourquoi, je ne sais même pas si c’est elle qui me fait cet effet ou le faite de savoir que nous allions parlé pour la première fois à cœur ouvert de Nina et du fait que je sois son véritable père et que maintenant, elle le savait. Je la vois debout au milieu du salon, c’est dingue ce qu’elle peut être élégante. Je lui fais face tout sourire.

-Tu veux boire quelque chose ? J’ai du vin blanc français si ça te dis ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Mom Daughter and Father ... X-Plosion [PV Gus & Nina]   Sam 6 Juil - 23:56

X-Plosion


Gus & Nina




-----------------------------------------------

Je suis un peu nerveuse je ne peux pas le nier. La tête inclinée, le regard dans le vague, je laisse l'eau bouillante parcourir mon corps. Je suis comme dans une bulle. Une sorte de lionne en cage, matérialisée ici par la cabine de douche. Je suis tourmentée par une foule de pensées qui sont dirigées vers plusieurs personnes, mais convergent finalement en un même point, Nina. Oui ma petite. Penser à elle me serre le coeur, le pourquoi est simple, cela fait fort longtemps que je n'ai pas vu mon enfant et ce malgré l'envie. Nous nous sommes quittés sur une engueulade, pour ça on peut dire qu'elle a hérité de mon caractère. Je suis au moins aussi impulsive que ma brunette, mais la seule différence est que Nina ne sait pas pourquoi je me suis toujours muré dans un profond silence. D'ailleurs je ne pense pas qu'un jour elle le saura, je ne sais pas si elle comprendrait. Il est vrai que ce n'est plus une enfant, mais à mes yeux, la voir aussi grande ne change pas la vision que j'ai lorsque je pose mes yeux sur elle.

Elle reste la petite fille à qui je donnais le sein et avec qui je partageais de fort moment. Ces moments me manque, ce vide que je ressens depuis plusieurs mois maintenant ne fait que renforcer mon mal être. Je n'ai pas été exemplaire avec ma fille je dois l'avouer, mais je ne l'ai pas été non plus avec son père. Son père .... Oui, le grand Suédois, mon "ami" est bien plus en fait. Je sais que Nina est blessée par cela, j'aurais aimé lui annoncer moi même, mais de ce que Gustaff m'a dit, mon cas est très épineux. Il parait que Nina se braque immédiatement lorsqu'elle entend parler de moi. Je saisis à cette pensée nerveusement le shampoing et j'agite le produit dans mes cheveux. Essayant de balayer ses mauvaises pensées je termine ma douche et sort pour me préparer. J'enfile une tenue légère mais soignée. Oui le temps est radieux dehors et il est hors de question que je paraisse négligée. De plus je vois le père de ma fille, je ne sais d'ailleurs pas comment je vais réagir en croisant le géant Suédois.

Je dois dire qu'avec lui j'ai le sentiment d'être une enfant capricieuse. Avec Peter je n'ai jamais vraiment ressenti ce que certaine appelle la jalousie. Avec Gus en revanche, j'ai l'impression d'être redevenue une jeune vierge qui connait ses premiers émois amoureux. C'est frustrant d'ailleurs. Je n'ai jamais compris, et toujours pas d'ailleurs, pourquoi nos vies ont pris un tel tournant, et pourquoi je ne me suis pas décidée plus tôt. Bon je ne suis pas la pour parler de ça, mais je ne peux pas cacher que je ne sais pas comment il va prendre le fait que je suis en instance de divorce ... Non je ne me fait pas de faux espoirs. Je n'en ai pas le droit. Et voila à cause de lui je suis encore dans tout mes états ... Je vais l'étriper. Me maquillant légèrement on pouvait sentir à mon aura que j'étais remontée. Je ne sais pas pourquoi d'ailleurs. Ah si, le fait qu'à cause du blond je me sens comme une gamine qui va à son premier rencard. On va juste boire un verre chez lui .. Et parler de Nina. Oui Gus était la seule personne à pouvoir me parler un peu de ma petite et me donner quelques nouvelles de temps à autre.

N'allez pas croire que je n'appelais pas Nina bien au contraire. Cependant elle ne me répondait jamais et ce malgré mes messages. Je ne peux pas cacher mon inquiétude et aujourd'hui c'est la principale raison de ma venue chez le Suédois. Nina est la chose qui compte aujourd'hui, avec lui j'aurais tout le loisir de régler ce que nous avons à régler. Libérant mes cheveux en arrière, je ponctuais mon maquillage et une fois cela fait je quittais ma maison. Mon sac à la main, je montais dans ma voiture, démarrais celle-ci et partais en direction de chez Gus. La route ne fut pas longue, je retrouvais le calme qui était le mien au fur et à mesure que les minutes filaient. J'arrivais donc rapidement au bord de la plage. Je garais la voiture puis me dirigeais vers la petite maison. J'enlevais mes chaussures que je tenais dans une main puis marchais, les cheveux dans le vent, vers la porte d'entrée. Une fois devant, je ne pus réfrénée cette vague de sentiment qui montait en moi. Passé, présent, tout se chamboule dans ma tête au moment ou je tape trois fois à la porte.

J'entends d'ailleurs les cris de la chienne. Toujours pas morte celle-la ... Cette pensée m'arracha malgré tout un sourire à la fois nerveux, mais à la fois joyeux. Ces sentiments contradictoires m'amènent à me dire que le Suédois et moi même avons eu des retrouvailles compliquées. Comme je l'ai dit, avec lui je suis capricieuse, exigeante, chiante et j'ai toujours ce besoin de sentir sa présence non loin. Passant ma main dans mes cheveux je vis la porte s'ouvrir, ma voix s'éleva lorsque je vis le géant face à moi, décidément il est toujours aussi imposant, je ne m'y ferais jamais.

"Bonjour Gustaf"

Un sourire timide se dresse sur mes lèvres tandis que je regarde le blond, sagement installée sur le pallier.  


(c) Ocelline
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Mom Daughter and Father ... X-Plosion [PV Gus & Nina]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mom Daughter and Father ... X-Plosion [PV Gus & Nina]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mom Daughter and Father ... X-Plosion [PV Gus & Nina]
» A Tyrant as my Father was | PV SHARKAN
» Paul Wesley -> Father of my daughter
» The Real Michel Martelly
» Jude Celestin would not make it through to a presidential run-off!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: RPs abandonnés-
Sauter vers: