AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

  Chapelle ▬ Destinée aux enterrements.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

I see you

avatar

Je suis: : Féminin
Nombre de rumeurs: : 1996
Je suis âgé(e) de: : 25


MessageSujet: Chapelle ▬ Destinée aux enterrements.   Mar 23 Avr - 0:26


▬ Chapelle de Miami ▬



Quatre murs en vieille pierre, une porte en bois et une vieille croix. Nous pourrions décrire la petite chapelle du Cimetière de Miami de la sorte, mais elle est beaucoup plus que cela. Cette chapelle représente toutes les personnes que vous avez aimées et qui nous ont malheureusement quittés. Parents, enfants, amis, oncles et tantes, maris et femmes... Tous sont passés entre les quatre murs de cette bâtisse, et tous resteront à jamais gravés dans vos cœurs. Ainsi, leur souvenir demeurera éternellement parmi nous. Paix à leur âme, et que Dieu vous bénisse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Chapelle ▬ Destinée aux enterrements.   Dim 22 Sep - 22:48

Edgard Callahan
Tu ne m'as pas laissé le temps



Aujourd’hui, j’avais reçu un appel étrange. Un appel d’un numéro inconnu, qui m’avait plongé dans une profonde tristesse. En effet, la personne au bout du fil m’avait rappelé que mon petit frère était décédé et que je ne pouvais par conséquent pas lui dire combien je l’aimais. Il ne m’en avait pas laissé le temps, et pourtant Dieu seul sait à quel point son court passage dans mon existence avait compté à mes yeux. Edgard m’avait rendu un peu plus humain… et sa mort brusque avait été le coup de grâce. Ce qui m’avait poussé à quitter Miami pour partir sur les traces de notre géniteur. Ce qui avait glissé en moi cette envie sournoise de vengeance. Et pourtant, je n’en étais pas soulagé pour la cause. Parce que rien de ce que je pourrais faire ne me le ramènerait.

Bip… bip… bip… La tonalité résonnait dans mon crâne, vide de sens. L’image d’Edgard dansait derrière mes paupières closes. Mon dos, appuyé contre les casiers, glissa le long de ceux-ci et je me retrouvai assis par terre. J’éteignis mon téléphone et le rangeai dans ma poche, puis posai mon front sur mes avant-bras en soupirant. Comment dire à quelqu’un qu’on l’aime, lorsqu’il n’est plus là pour l’entendre ? Les souvenirs m’envahirent, je nous revoyais tous les deux… je le revoyais me consoler du départ de Marissa. Je nous revoyais, à l’entrainement, me sourire depuis l’autre bout du terrain ; essayer de me plaquer alors qu’il était plus petit que moi. Je nous voyais, tous les trois, avec Evangeline, former une vraie famille… on avait été au zoo, tous les trois. Un de mes plus beaux souvenirs, même si ce n’était rien, dans le fond. Evy et moi, depuis le mort d’Ed’, on s’était un peu éloignés. L’envie de la voir et de la prendre dans mes bras, de lui dire ce que je n’avais pas su dire à notre frère, me sauta à la gorge.

Driiiiiiing.

La cloche annonçant la fin des cours me tira de ma rêverie. Je me relevai d’un bond, tandis que le brouhaha dans les classes augmentait en intensité. Les portes s’ouvrirent, vomissant un flot d’élèves dans les couloirs… direction leur prochain cours ou, pour les plus chanceux, un endroit moins désagréable que ce bâtiment à la con. Je rentrai dans la classe et récupérai mes affaires. En ressortant, je vis que Cecy m’attendait devant la classe, tout sourire.

« On va en maths ensemble ? » me proposa-t-elle.

Je lui répondis, tout en jetant mon sac à dos sur mon épaule : « Hm, non, j’ai quelque chose d’important à faire. T’endors pas, hein, même si je suis pas là pour te distraire ».

Je lui fis un clin d’œil, même si le cœur n’y était pas, puis m’éloignai à grands pas vers l’extérieur. Je ne pris pas le temps de repasser par chez les Rho Kappa et montai directement dans un bus, qui m’amena en ville. Je changeai deux fois de bus et arrivai finalement là où j’avais espéré me rendre. Le cimetière de Miami… l’endroit où reposait mon défunt frère.

La grille grinça lorsque je la poussai. L’endroit était désert mais semblait cependant habité par les millions d’âmes invisibles, cela me fit froid dans le dos. J’avançai, silencieux, jusqu’à la tombe d’Ed’. Pas un bruit, seulement le bruit de mes chaussures crissant dans les graviers. Toutes les pierres tombales se ressemblaient, à mon sens. Seuls les visages, immortalisés pour l’éternité, coincés dans des petits dômes de verre, faisaient la différence entre l’une et l’autre. Arrivé face à celle de mon petit frère, je lâchai mon sac sur le côté et plongeai mon regard sur sa minuscule photo. Ma gorge se noua, je sentis une boule se former dans mon estomac. Mes yeux glissèrent sur le caveau. Je n’avais pas besoin de contempler son visage, je le connaissais par cœur. Quand j’avisai les quelques mauvaises herbes, je me laissai tomber à genoux et les ramassai, sans doute pour m’occuper les mains plus qu’autre chose. Et puis… et puis quoi ?

« Ed’… » murmurai-je, mais je me sentis con.

J’avais l’impression de parler tout seul. Ma voix résonnait lugubrement dans ce cimetière. Le vide était oppressant. Et soudain, en repensant à la raison de ma présence, l’illumination. Mon portable ! Je le sortis de ma poche et, fébrile, cherchai mon frère dans mes contacts. Je n’avais jamais supprimé son numéro, allez savoir pourquoi. Mon doigt appuya sur la touche verte, et je retins ma respiration. Pas de sonnerie. Son téléphone était éteint et enfermé dans une vieille caisse, avec le reste, dans le grenier des RK.

« Salut, c’est Edgard. Je ne suis pas disponible pour l’instant, mais laissez-moi un message et je vous recontacterai dès que possible. Bonne journée ! » entendis-je à l’autre bout du fil.

Je serrai le poing, les mâchoires et fermai les yeux. Mauvaise journée, putain. Que des mauvaises journées depuis que tu n’es plus là songeai-je. Mais le penser… non, je devais le lui dire, et tant pis s’il m’y avait personne au bout du fil. De là-haut, peut-être qu’il m’entendait. En tout cas, entendre sa voix me fit un bien fou, tout en me poignardant par la même occasion.

« Ed’, je… » croassai-je dans mon téléphone, en vain.

Je raccrochai et sentis les larmes me monter aux yeux. Je les ouvris et observai sa photo. Prenant ma respiration, je rappelai le numéro. Je me sentais con. A nouveau, sa voix qui me promettait de me rappeler. Un pauvre sourire étira mes lèvres.

Biiip.

« T’es qu’un menteur, Ed’… je sais que tu me rappelleras pas ».

J’observais son visage de papier avec attention, fixement… presque comme s’il allait se passer quelque chose, mais non : rien. Je m’avançai et m’assis sur son caveau, pour poser mon dos sur la pierre tombale, le téléphone collé à mon oreille.

« Je vais… je vais quand même te laisser un message, Ed’. Peut-être que de là-haut, tu m’entends… j’en sais rien. Mais si c’est le cas, alors tant pis si j’ai l’air con, je peux bien faire ça pour toi. Tu… tu me manques, frangin, t’imagines pas à quel point ».

Ce qui devait arriver, arriva. Ma gorge nouée n’arriva plus à rien, et ma voix dérailla. Les larmes brisèrent leurs chaines et roulèrent sur mes joues.

« Merde, putain… »

Je posai ma main sur mon visage, cachai mes yeux et poursuivis, dans le silence de mort qui m’entourait.

« On dit toujours que les meilleurs partent en premier, j’trouvais ça con mais j… j’aurais du être à ta place, c’est toi qui aurais dû m’identifier à l’hôpital, tu méritais de vivre, j’aurais voulu… tellement voulu, prendre ta place. En partant tu as laissé un vide énorme. Je sais qu… que je te l’ai jamais dit, petit frère, tu ne m’as pas laissé le temps de le faire, j’ai été… tellement con… mais je… »

Je déglutis et ravalai un sanglot.

« Je t’aime, Ed’, où que tu sois. Quand je viendrai te rejoindre, je te le dirai tous les jours s’il le faut. Je… j’reste avec mes souvenirs, mais c’est pas pareil, c’est pas pareil putain ».

A ce stade, il m’était impossible de continuer. Je raccrochai et posai le téléphone à côté de moi, la main toujours sur le visage. Je laissai aller ma peine, me vidai de toutes mes larmes.

Un jour, tout s’arrête et vous laisse encore plus seul sur terre, sans savoir quoi faire. On devrait toujours dire avant, l’importance que les gens prennent tant qu’il est encore temps… mais Ed’ ne m’avait pas laissé le temps. Pas laissé le temps de lui dire tout ce que je l’aime, et tout ce qu’il me manque. Le dire avant… le dire avant.


Code by AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: L'enterrement de Ty Noah Swan ft Joy, Carry, peut être toi???)   Dim 13 Juil - 15:50

Paytah ∞ Ft Everyone who wants (Carry/Joy/you?)
Life is short and that's so unfair! -Funeral Of Ty Noah Swan
13 Juillet 2014

Je déteste les enterrements! Je ne suis allé qu'à un seul enterrement de ma vie : celui de ma grand-mère, il y a 8 ans. Je me rappelle que c'était trop triste. Hélas, je suis obligé d'aller à un autre enterrement. Mais il ne s'agit pas de n'importe quel enterrement ! C'est celui de mon cousin Ty. Mort à seulement 19 ans...pour m'avoir sauvé la vie.
Mes parents et mes 2 frères sans oublier mes 2 sœurs sont venus du Dakota d'urgence.
Je me regarde dans la glace une dernière fois. Je suis vêtu d'un costume marron et d'une chemise blanche. Pas de bracelets, pas de colliers, pas de piercings. Seul ma montre en argent est à mon poignet.
La voix de ma sœur aînée retentit dans le couloir et me rappelle qu'il faut que je me dépêche. Je sors de la chambre de ma confrérie et je vais rejoindre Ehawee, la sœur que je déteste le plus au monde parce qu'elle est trop « mère-poule ».
Nous allons rejoindre la famille au grand complet et nous partons pour la Chapelle. Il y a du soleil, mais les nuages épars viennent le cacher quelques fois.
Ty m'avait demandé d'être incinéré et de jeter ses cendres dans la mer. Je sais que c'était son rêve de mourir incinéré et de finir dans la mer, mais...j'ai un peu peur car c'est moi qui devra jeter les cendres de Ty. Rien que d'y penser, ça me donne la chair de poule.

15 H00
J'entre dans la Chapelle, silencieusement et tristement, observant toutes les bougies allumées. Tous les Yellow s’assoient au premier rang. Les Swan ne sont même pas venus ! Quelle famille indigne !
Un homme vêtu d'un grand habit noir arrive avec l'urne qui contient les cendres de Ty.
Un espèce de curré arrive et se mets devant le micro pour prendre la parole : «  Nous offrons cette Sainte Messe pour l’âme du défuntTy Noah Swan, membre de la l'Eglise Catholique de Miami, à qui j’exprime du fond de l’âme mes condoléances humaines et chrétiennes, ainsi qu’à tous les membres de la famille qui l’a engendré. ».
Commence alors un discours long qui m'ennuie malgré moi. Je me demande bien quand ça se terminera. Je me retourne et je vois Carry, aux côtés d'une rouquine que je ne connais pas.
Après de longues minutes qui m'a semblé des heures, l'homme au micro dit ENFIN : « Ty Noah Swan Repose dans la paix de Dieu, et que Dieu bon et miséricordieux récompense toutes tes bonnes œuvres. Amen. ».
Ma sœur Matoskah vêtue d'une longue robe noire, se précipite sur le micro pour faire son discours : « Ty était un de mes cousins. Il a fait beaucoup d'erreurs dans sa vie, mais je ne l'oublierais jamais. C'était un brave petit. ».
Ma mère sanglote à côté de moi. Je baisse les yeux en pensant qu'après les discours de mes parents ce sera mon tour. Ehawee, Lootah et Howahkan (mes autres frères et soeur) ne veulent pas s'exprimer. Ils se contentent de pleurer.
Ma mère et mon père arrivent devant le micro. Mon père demande pardon à Ty de l'avoir rejeté...C'est un peu trop tard quand même, surtout qu'il aurait pu lui demander cela de son vivant. Il qualifie Ty de gentil, drôle, farfelu...gourmand. Puis, il dit que la mère de Ty serait fière de lui. Ma mère quand a elle ne fait que pleurer et n'a su aligner que deux mots : «Adieu Ty. ».

Lorsqu'il était touché de la première balle, Ty m'a ordonné de ne pas pleurer à son enterrement. Alors, je ne pleure pas pour l'instant.
Lootah me donne un coup de coude. C'est à moi de faire un discours. Je gratte un de mes sourcils, pousse un petit soupir, puis me lève. On me remets l'urne, car c'est moi qui vais jetter les cendres tout à l'heure dans la mer. Malgré l'incinération, on a tenu à ce que Ty ai une tombe gravée à son nom et tout le tralala.
Arrivé devant le micro, je me sens mal. Je suis timide, mais en plus de ça je suis triste. Je prend une grande inspiration, puis je me lance : « Merci à tous d'être venus.
Malgrè les conneries et les apparences, Ty était un gars vraiment bien. Il était chouette. Il m'a sauvé la vie ! C'est pour ça qu'il est mort ! Il m'a sauvé ! Il est mort à ma place et...Il...Oh saperlipopette nom d'un raton laveur!
(Je me mis à pleurer et ma voix si assurée était devenue sanglotante)
...C'était mon cousin. Il...me manque ! Vous savez la dernière connerie qu'il m'a sortit ? Il m'a dit de ne pas l'enterrer pour qu'on ne voit pas sa ressemblance avec Taylor Lautner. C'est du Ty tout craché ! ».
J'esquisse un petit sourire, baisse la tête puis reprend : «Quelqu’un a écrit qu’il n’était pas important combien de temps on vivait, mais comment on vivait. Ty a vécu chaque moment de sa vie en profitant, peut être même trop. Il était très un vrai Epicurien.  Ty va tous nous manquer. Même si il était...spécial, il était attachant. Ty, tu restera toujours dans nos cœurs. ».  Je terminais ma phrase par une voix étranglée, puis j'essuyais mes larmes.
Une jeune demoiselle s'avança vers le piano. Elle était vêtue de noir et ses longs cheveux châtains étaient coiffés en un chignon sophistiqué. C'était la cousine d'Alma, Cynthia Cassie Cox. J'étais censé chanter avec ma sœur accompagné de Cynthia au piano For A Thousand Year.
Mais alors que Matoskah m'eut rejoint et que nous étions prêt à chanter, je n'eus pas le courage. L'émotion était trop forte.
« J...Je...Je...Je n'ai même plus la force de chanter la chanson...Matoskah, tu veux bien chanter sans moi ? ».
Matoskah hocha la tête. Je partis tête baissée, yeux rivés sur le sol de la Chapelle, évitant de regarder l'urne.
Cynthia commença a jouer l'intro et Matoskah se mit à chanter For A Thousand Year.

Je ne pouvais qu'écouter, non sans pleurer. Je m'approchais de la rousse-qui était drôlement jolie- et de Carry, puis leur demandais : « Salut les...les filles. Est-ce que...est-ce que v...vous voulez faire un dis...un discours ? ».
Puis je reniflais et essuyais encore mes larmes. J'attendais leur réponse. L'enterrement allais bientôt se terminer ; après la chanson, le curé parlerais, puis j'irais près de la mer jeter les cendres de Ty et enfin, j'irais décorer sa tombe.
code by Silver Lungs

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Chapelle ▬ Destinée aux enterrements.   Dim 13 Juil - 20:03

Leahna avait appris vendredi la mort d’un des membres de sa confrérie. Même si elle ne le connaissait pas beaucoup, elle ne pouvait s’empêcher d’éprouver une certaine tristesse. Ca restait malgré tout un membre de sa confrérie et elle en venait même à regretter de ne pas l’avoir connu un peu plus. Elle s’était juste contentée de le saluer de temps en temps au détour d’un couloir ou en partageant la même pièce que lui. Elle avait répondu la mauvaise nouvelle au reste des Sigma mu. Certains n’en avaient que faire, d’autres étaient beaucoup plus touchés et finalement, il y avait les personne comme elle : qui ne le connaissaient pas mais qui éprouvait malgré tout une tristesse, mettant probablement un point d’honneur à la place de chacun dans sa propre confrérie. Leahna aurait préféré que tous les Sigma mu fassent un geste et montre un minimum que malgré tout, on restait une famille. Elle n’avait aucune idée des SM se rendant à cet enterrement, elle le verrait bien une fois sur place, mais elle comptait bien y aller, elle.

Arrivée devant l’église, elle ne savait pas trop comment allait se dérouler l’enterrement et pour cause : elle n’avait jamais été à aucun enterrement. Elle chercha des visages connus, mais encore une fois, aucun ne lui venait à l’esprit. La chef des SM se contenta de s’installer dans le fond de la salle, ôta ses lunettes de soleil et passa une dernière fois sa main dans ses cheveux blonds toujours aussi rebelles. Leah respira un bon coup et se concentrait sur l’agencement de l’endroit dans lequel elle se trouvait en attendant que la cérémonie d’adieu ne commence. Elle essayait de se rappeler les souvenir qu’elle avait avec lui et c’était très certainement leur rencontre qui lui venait à l’esprit, la forçant à afficher un léger sourire tellement la situation avait été ridicule. Elle rentrait de soirée à pied et n’étant pas encore au courant de la venue de Ty dans la confrérie, elle l’avait pris pour un détraqué, le menaçant même d’hurler si jamais l’envie de la violer lui venait en tête. Lorsqu’elle avait appris qu’il faisait partie des rouges, elle s’était sentie drôlement conne.

Le prêtre commença enfin son discours qui fut assez interminable, mais ça n’empêchait pas Leahna d’être attentive et sérieuse. Fut ensuite le moment où les membres de la famille et les amis proches lui rendaient un dernier hommage. Enfin, un garçon qui ressemblait fort à Ty pris la parole. Leahna le fixa et compris grâce à son discours qu’il s’agissait de son cousin. Empathique, elle éprouvait un peu de peine quant à la tristesse du jeune garçon. Leah croisa les bras sur sa poitrine ainsi que ses jambes et continua d’écouter les témoignages et discours de chacun. Une musique se fit entendre et la cérémonie continua à son rythme.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Chapelle ▬ Destinée aux enterrements.   Dim 13 Juil - 20:51

Hier ce fut je pense la journée durant la quelle j'ai le plus pleuré depuis le départ soudain de mon petit ami enfin ex-petit ami. Je suis passée à mon casier pour récupérer un de trois cahiers mais à la place de ça j'ai trouvé une lettre,une lettre de Ty. Je m'attendais à une bonne nouvelle, un mariage une naissance non loin de là, cette lettre annoncée sa mort. Il l'avait écrite avant de mourir il savait qu'il allait décéder mais il n'avait prévenu personne. Je ne peux pas ou du moins plus lui en vouloir désormais il n'est plus des nôtres et ça je vais avoir du mal, beaucoup de mal à l'accepter. J'attrape la lettre la plaque contre mon cœur et me laisse glisser collée adosser aux casiers. Je suis au bout du rouleau. L'enterrement aura lieu vendredi je ne peux pas rater ça Ty aurais voulu que j'y sois et même si ça me fait un mal de chien d'accepter sa mort et de le voir en cendre je vais m'y rendre pour lui juste pour lui.

Dimanche matin, j'enfile une robe noire je n'ai pas le moral à me coiffer ou je ne sais quoi. J'attrape un petit papier sur lequel j'ai écrit quelques lignes au cas ou on me demande de faire un discour. J'arrive à la chapelle d'un coup j'ai comme l'envie de m'en aller.Je vois au loin Carry qui est assise seule, on est toutes les deux dans le même bateaux il faut qu'on se sert les coudes. Je m'approche du banc et m'installe sans un mot. J'avoue que là je ne trouve pas les mots pour la consoler je ne sais pas quoi dire pour lui faire partir ses larmes Ty lui aurait réussi à me faire rire j'en suis sûre. Toute ce qui me semble être sa famille occupent les premiers rangs et nous nous sommes installée au second. Devant nous il y a Paytah son cousin, Ty m'en a beaucoup parlé.

Le curé s'approche et entame la cérémonie «Nous offrons cette Sainte Messe pour l’âme du défunt Ty Noah Swan, membre de la l’église Catholique de Miami, à qui j’exprime du fond de l’âme mes condoléances humaines et chrétiennes, ainsi qu’à tous les membres de la famille qui l’a engendré. Ty Noah Swan Repose dans la paix de Dieu, et que Dieu bon et miséricordieux récompense toutes tes bonnes œuvres. Amen. »

Puis une fois qu'il a finit, les membres de la famille de mon cher feu protecteur défilent et chacun leur tour disent un mot, un discours pour Ty. Une petite fille de WHS et une Yellow viennent chanter à la fin du discours de Paytah qui fut tellement émouvant. Ce dernier s'avançant vers nous et nous proposant de faire un discours, Carry ne semblait pas emballée mais moi je l'était. Je pris mon courage à demain, me leva et tremblante.

«Je.. je ne pensais pas un jour devoir faire un discours pour un enterrement surtout celui ce Ty. Je ne vais apprendre à personne dans cette salle que ce gars là était génial que... il était unique en son genre et c'est pour ça que nous l'aimions tous. Ty était comme mon frère, il a toujours était là pour moi et je ne l'ai jamais assez remercier pour ça. Je sais que je ne le verrai plus en chair et en os je sais que je ne pourrait pas compter sur lui quand j'aurai peur, quand j'aurai mal mais je sais que de là-haut il sera là et me.. nous surveillera. Aujourd'hui chaque chose que je vais faire je le ferai pour lui en me posant toujours la question est-ce que c'est que Ty aurais voulu que je fasse?». Je regarde le ciel et fait un clin d’œil en lançant «Ty je t'aimais et je t'aimerai toujours tu le sais !».

Je retourne à ma place et fond en larme, je ne suis pas assez forte, je pense que je vais souffrir longtemps de cette disparition.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: L'enterrement de Ty Noah Swan ft Joy, peut être toi???   Mar 22 Juil - 20:48

Paytah ∞ Ft Everyone who wants (Carry/Joy/you?)
Life is short and that's so unfair! -Funeral Of Ty Noah Swan
13 Juillet 2014
Partie 2: Suite de la cérémonie et lancer de cendres dans la mer.

Interactions: Joy
Mentions: Leahnah


La cérémonie de l'enterrement mettait ma mère dans un piteux état. Je n'y échappais pas non plus, surtout quand on me remit l'urne.
J'avais fait mon discours. Je m'avançais dans la pièce et j’aperçus une jeune-fille blonde qui était venue. Elle semblait être une SM. Je trouvais ça sympa qu'elle soit venue.
Je m'avançais jusqu'à Carry et une rousse dont j'ignorais le nom. Carry ne bougea pas d'un poil, probablement bouleversée.
La rousse se leva et s'avança jusqu'au micro. Elle tremblait mais semblait réellement désireuse de faire un discours. Je l'écoutais, urne à la main, visage baigné de larmes.
« Je.. je ne pensais pas un jour devoir faire un discours pour un enterrement surtout celui ce Ty. Je ne vais apprendre à personne dans cette salle que ce gars là était génial que... il était unique en son genre et c'est pour ça que nous l'aimions tous. Ty était comme mon frère, il a toujours était là pour moi et je ne l'ai jamais assez remercier pour ça. Je sais que je ne le verrai plus en chair et en os je sais que je ne pourrait pas compter sur lui quand j'aurai peur, quand j'aurai mal mais je sais que de là-haut il sera là et me.. nous surveillera. Aujourd'hui chaque chose que je vais faire je le ferai pour lui en me posant toujours la question est-ce que c'est que Ty aurais voulu que je fasse?».
Ty était comme le frère de la rouquine. Wow. Je ne pensais pas qu'il avait eu des amis si proches.
Le discours de la demoiselle était trop touchant. Ma mère éclatait en sanglots, les larmes coulaient sur mes joues et Lootah sortit de la Chapelle.
La rousse trop canon -enfin je veux dire...-La rousse leva les yeux au ciel et fis : «Ty je t'aimais et je t'aimerai toujours tu le sais !». 
Je détournais les yeux et la tête pour qu'on ne puisse pas voir mes larmes. Ty m'avait demandé de ne pas pleurer, et pourtant, une fontaine jaillissait de mes yeux. La rouquine fondit en larmes et alla s’asseoir. J'allais la rejoindre et lui murmurais : « Merci, c'était trop touchant. ». Je posais une main sur son épaule avant de pincer mes lèvres. Le curé revînt pour conclure : « Ty tu resteras toujours dans nos cœurs éternellement. », mais je n'entendis pas la fin de son discours car je repensais à Ty et moi, à la réserve, lorsqu'il venait me voir. Nous étions si proches, si complices...tels des frères !

Mon père se leva, posa ma main sur mon épaule, et me dit : « C'est à toi maintenant. ». Le curé annonça que la cérémonie était terminée.
Je sortis de la chapelle et parlais avec ceux qui voulaient bien me parler, puis, je me dirigeais suivis de ma famille et de ceux et celles qui voulaient bien jusqu'à la mer. Je fermais les yeux un instant puis je les rouvris. C'était dur, très dur. Lancer des cendres, ceux de Ty, me faisaient froid dans le dos. Je pris une grande inspiration, murmurais : « Adieu Ty », puis plongeais ma main dans l'urne et lâchais les cendres dans la mer. Je répétais l'opération plusieurs fois, puis, à la dernière poignée, je laissais glisser doucement les cendres dans l'eau.
Je baissais ensuite la tête, pleurant à chaudes larmes, puis je me retournais, face aux autres et je remontais le chemin jusqu'au cimetière. Voilà, j'avais exaucé le dernier souhait de Ty. Mais pas tout à fait : une partie des cendres étaient sous la terre, dans un petit cercueil, sous la pierre tombale.
Il ne manquait plus que la troisième et dernière étape : la décoration de la pierre tombale de Ty et le recueillement.

code by Silver Lungs

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Chapelle ▬ Destinée aux enterrements.   Ven 25 Juil - 1:33



Enterrement de Ty N. Swan
« La vie est un piège dans lequel on fini toujours par tomber »

Vendredi je suis passée faire un tour à WHS. Je pensais que ce serait une journée banale. Je me trompais. Je venais à peine d’arriver dans le bâtiment des SM quand mon attention a été attirée par un petit attroupement dans la salle commune autour de notre chef de confrérie. Donc bien sûr, je m’y dirige sauf que je m’attendais à tout sauf à ça. Je crois que j’ai pas réalisé tout de suite. Je suis restée figée, le regard perdu, mon cerveau répétant cette même phrase en boucle : ʺTy est mortʺ.

Dimanche, réveil difficile. En même temps, je n’ai pas beaucoup dormi depuis deux jours. Je ne peux pas me résoudre à ce que ce soit vrai. L’enterrement est aujourd’hui. Je pense que je me dois d’y aller, pour lui, même si c’est pas trop mon truc ce genre de cérémonies. J’enfile un jean noir, un haut de la même couleur, mes doc Martens et ma veste en cuir assorties. Je ne prends pas la peine de me maquiller, même si je me suis promis de ne pas pleurer. Je glisse quand même ma paire de lunettes de soleil dans mes cheveux, au sommet de mon crane, pour le soleil bien sûr, rien que le soleil… C’est l’heure. Je sors de la maison de mes parents puis monte dans le gros 4x4 noir de mon père direction la chapelle de Miami.

Quand j’arrive là-bas, il y a déjà pas mal de monde. Au premier rang, je reconnais le gars qui a fêté son anniv au karaoké l’autre jour, son cousin, celui pour qui il est mort. Autour de lui, la famille de Ty je suppose ? Dans les autres personnes présentes, je reconnais Carry, la conne du RD, mais là étonnement, j’en ai pas grand-chose à faire, il y a aussi la rouquine qui était à la dédicace de son autobiographie, et puis… Ah oui, Leahna, notre chef de confrérie. Je ne sais pas si elle le connaissait beaucoup mais je trouve ça sympa de sa part d’être venue. A part ça, il me semble que je ne reconnais personne. Même s’il y a encore des places assises, je préfère rester debout, dans un coin au fond de l’église où je n’attire pas trop l’attention. Au bout d’un petit moment, un prêtre arrive et commence son discours. En fait, je décroche assez vite. Je plonge dans mes pensées, revoyant notre rencontre, où c’est moi qui avais failli y laisser la peau. Notre course poursuite endiablée avec les flics, puis comment se faire pardonner en allant boire un verre. C’était pourtant sacrément mal parti ! Mais en discutant, de tout, de rien, de nous, de nos vies… La sienne a été trop courte… Mais au moins, il l’aura vécue à fond. Je revois tous ces moments, où je le croisais dans les couloirs, en cours, rien que l’autre jour, il y a même pas une semaine… Je n’arrive pas à réaliser. Alors que cette gamine essayait de me vendre ses foutus cookies, il est venu et lui a tout pris, dévorant les biscuits à pleine dent. Toujours là pour déconner, pour rire, la joie de vivre quoi ! Même si il a dû traverser des épreuves… Il faut se dire que c’est une belle mort. Mais en soit, est ce que ça change vraiment quelque chose ? Non, il est parti, c’est tout. Maintenant plus jamais je ne pourrais voir ses yeux de chat potté, ceux qu’il m’a fait pour me supplier de monter dans sa caisse quand on s’en rencontrés. On avait encore trop de chose à se dire, à faire ensemble… Je lui avais promis de lui montrer les meilleurs coins de Miami, promesse que je ne pourrais pas tenir. C’est fou, ça vous fait réfléchir quand quelqu’un à qui vous tenez part. Là, je suis en train de me dire qu’il faut vraiment vivre sa vie à fond. Parce que peut-être que toi tu peux attendre, peut-être que pour toi il y aura un lendemain, peut-être que pour toi il y aura un million de lendemain, ou trois millions, ou dix, tellement de temps que tu peux laisser filer entre tes doigts, en faire ce que tu veux, tellement que tu peux le gâcher. Mais pour certains d’entre nous, il n’y a qu’aujourd’hui. Et la vérité, c’est qu’on ne sait jamais vraiment…

Les discours s’enchainent, les larmes coulent à flot, la mioche aux cookies joue un air de piano et la sœur de Paytah chante pour l’accompagner, encore des discours… mais mes yeux restent secs. Non pas que ça ne me touche pas, mais les larmes ne le feront pas revenir, alors je garde la douleur en moi, je l’étouffe et retiens mes larmes pour moi. L’habitude de tout garder pour soi vous savez… Le curé vient clôturer la cérémonie. C’est ensuite le moment de quitter la chapelle pour rejoindre la mer où Paytah dois disperser les cendres de Ty.

Arrivés à destination, je crois que tout le monde retient sa respiration. Ouais, non en fait car on entend un peu partout des sanglots mal étouffés. Enfin, Paytah s’avance, l’urne contenant ce qu’il reste de mon ami et frère de confrérie à la main. Il l’ouvre puis plonge la main à l’intérieur avant de libérer les cendres dans l’air, où elles sont portées par le vent quelques secondes avant de finir leur course dans les vagues où elles disparaissent définitivement. J’ai encore du mal à réaliser que ce sont… les cendres de Ty, de ce grand gaillard, réduit à si peu… Son cousin répète l’opération plusieurs fois, jusqu’à ce que la dernière poignée soit emportée par les flots. Un temps de silence suit. Personne ne dit rien, seuls les pleurs viennent troubler le rythme régulier des vagues venant s’échouer sur le rivage. Je garde la tête relevée, les poings serrés, mes ongles entaillant mes paumes sans que je m’en rende compte, mes yeux sur l’immense étendue d’eau salée qui nous fait face, où Ty repose maintenant…

La dernière étape, aller nous recueillir sur la tombe de celui pour qui nous somme tous réunis. Certains ont apporté des fleurs, personnellement, ça m’est sorti de l’esprit. De toute façon je reviendrais sûrement un de ces jours, seule par contre, pour un dernier adieu… Chacun prend place autour de la tombe, certains vont la décorer, je crois que tout le monde pleure, ou presque. Je retiens mes larmes difficilement, une boule s’est formée dans ma gorge, les souvenirs trop forts dans mon esprit. Une fois les fleurs déposées, tous laissent place au silence. Certains prient, d’autres ne bougent pas, le regard perdu. Puis au bout d’un moment, long ? court ? je ne saurais dire, les gens commencent à quitter les lieux, sans un mot. La foule se fait moins nombreuse, les personnes présentes s’éclipsant une à une. Je crois que c’est à mon tour… Je me retourne puis m’éloigne lentement, très lentement. Une perle salée roule sur ma joue, laissant un sillage humide derrière elle. Je la sens glisser le long de ma joue puis tomber pour mourir à mes pieds. Beauté éphémère d’une larme, qui nait, vit, puis meure en si peu de temps… Je ferme mes paupières, fort, pour chasser trop de pensées, puis continue à marcher, sans me retourner.

« Adieu Ty, je ne t’oublierai jamais. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Chapelle ▬ Destinée aux enterrements.   Lun 18 Aoû - 17:51

Paytah ∞ Ft Everyone who wants (Carry/Joy/you?)
Life is short and that's so unfair! -Funeral Of Ty Noah Swan
13 Juillet 2014
Troisième et dernière partie: Le recueillement
Mentions: Elena/Joy


Le vent soufflait. J'étais là, debout face à la mer, tête et yeux baissés vers les vagues qui emportaient les cendres de Ty. Lorsque j'avais jeté les cendres, elles avaient été emportées tout d'abord par le vent puis, elles étaient retombées dans l'eau bleu azur de Miami. Chaque cendres qui tombaient disparaissaient et cela me faisait mal au cœur.
Il y avait un silence énorme, ce genre de silence agaçant, ce genre de silence froid et glacial mais respectueux. Je ne disais rien, mais mes joues étaient baignées par les larmes. Mes cils étaient imbibés d'eau salée et mon regard avait perdu ses petites flammes pétillantes pleines de vie. J'étais mort avec Ty. Si mon cousin était mort c'était entièrement de ma faute.
J'avais jeté les cendres dans la mer et donc exaucé le souhait de Ty. Ça avait été vraiment flippant, mais je l'avais fait.
J'avais tout de même frissonné au contact de la cendre et de ma peau, mais j'avais réussi. Ty serait fier de moi. Enfin je crois et j'espère.
Elena était venue à l'enterrement. Elle s'était faite discrète, mais je l'avais reconnu néanmoins.
Elle était venue à mon anniversaire et m'avait aidé pour l'ambiance.
Je lui jetai un petit regard de remerciment en passant près d'elle avant de porter mes mains à mon visage. Mon père avait récupéré l'urne et marchait à mes côtés, tandis que mes frères et sœurs sans oublier ma mère pleuraient.
La procession funèbre repris le chemin triste vers le cimetière, où attendait la dalle de Mr Ty Noah Swan.
C'était moi qui avait choisi la dalle. Elle était simple, grise, carrée et était chargée d'une grosse croix en haut. Sur la pierre il y avait les explications de sa mort ainsi que sa photo, une photo en noir et blanc que j'avais retrouvé dans sa chambre de Sigma Mu, où il posait calme et serein. C'était la meilleure photo du monde. Les mots Rest In Peace étaient gravés profondément dans la pierre et me faisait avoir de la nausée. Mon cousin était mort. Mort par ma faute. J'aurais du l'écouter ! J'aurais du rester à Wynwood au lieu de partir cette nuit là pour découvrir Miami By Night. Je n'aurais jamais fais cette mauvaise rencontre si j'avais obéis. Je regrettais énormément, mais c'était évidement trop tard !

Mes sœurs posèrent des fleurs jaunes et blanches au pied de la tombe, mes frères mirent des fleurs rouges et ma mère posa un gros bouquet avec des fleurs roses sans oublier des gerbes.
Je laissais quelques un passer avant moi pour décorer la tombe, puis, je m'accroupis devant la tombe. J'étais le dernier.
Je posais mes doigts sur la dalle et je restais muet, complètement effondré, essayant tant bien que mal de ne pas pleurer -puisque Ty me l'avait strictement interdit, ne voulant que personne ne pleure le jour de son enterrement-. Je fouillais ensuite dans ma poche et en tirais un petit mot et un création artistique graphique très précise et réaliste que j'avais fais pour Ty. Je le plaçais sur la tombe et le collais pour qu'il ne s'envole pas.
Puis je restais là quelques instants à fixer le nom de mon cousin, secoués par des spasmes violents, yeux rouges et visage bouffi par les larmes.
Mes parents s'approchèrent de moi et me dirent qu'ils allaient rentrer dans le Dakota avec mes frères et sœurs. Je me levais, lentement, reniflant et regard vide. Matoskah, ma sœur préférée me serra dans ses bras en me murmurant : « Courage ! Courage ! Ça va aller ! » avant de m'embrasser sur les cheveux et de me serrer l'épaule. Ehawee eut brusquement un élan humaniste et me serra dans ses bras et mes frères me donnèrent une tape sur l'épaule. Puis, toute ma famille partit, ainsi que les autres personnes qui étaient venues.
Je vis Elena au loin, marchant vers la sortie du cimetière.
Il ne restait plus que moi, moi et la tombe de Ty dans lequel reposait une poignée de cendres. Ty m'avait dit de jeter TOUTES ses cendres dans la mer, mais j'avais tenu à enterrer une poignée de ses cendres sous la tombe pour avoir un petit reste de lui enfouit quelque part.

Je m'accroupis près de la tombe et restais là un bon moment, me rappelant de Ty Noah Swan, puis, je me levais et marchais tel un fantôme entre les tombes pour aller à Wynwood. Je me déplaçais dans les couloirs tristement, repensant à cet enterrement si triste.
Puis, je rencontrais Joy et elle me réconforta.
Lorsque le soleil disparu de la ville, je me jurais de revenir souvent au cimetière et de remplacer les fleurs sur la tombe de Ty.

Fin de l'enterrement de Ty pour Paytah
code by Silver Lungs

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Chapelle ▬ Destinée aux enterrements.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chapelle ▬ Destinée aux enterrements.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» la chapelle St Jean
» Prise en main de sa destinée!
» Obtenir une chapelle nobiliaire
» Cérémonie de consécration de la Chapelle
» Bug a la chapelle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: » Le cimetière-
Sauter vers: