AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 Un samedi après-midi qui s'annonçait des plus ennuyeux ? Peut-être pas... | ft. Loïse A. Langel & Perle Duval [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Un samedi après-midi qui s'annonçait des plus ennuyeux ? Peut-être pas... | ft. Loïse A. Langel & Perle Duval [TERMINE]   Lun 11 Mar - 14:50

Juste après avoir rendu le cahier à la jolie brune, celle-ci sortit un stylo et un petit carnet de sa poche et griffonna quelques instants avant de le présenter à Elycia. La Sophomore Year pu y lire : « Merci beaucoup. Moi aussi, j’adore la Comtesse de Ségur. ».

Elycia fut tout d’abord étonnée du mode de communication de son interlocutrice. En fait, le plus étonnant pour elle était-ce le fait que la jolie métisse écrive pour s’exprimer, ou bien qu’elle lui écrive en français, alors qu’elle venait à l’instant même de rencontrer une autre française. Trois françaises au même moment dans la même pièce ?! Quelle était la probabilité pour que cela arrive ? Surement très faible et pourtant c’était bien le cas. Elycia ne rêvait pas. Elle qui avait espéré croiser d’autres gens de sa nationalité depuis son arrivée, et qui n’en avait pas croisé une seule depuis plus de trois mois, à présent elle pouvait être contente ! Sa stupeur passée, elle s’empressa de lui répondre gentiment en français, avec un sourire amical :

« Pas de quoi ! »

Elle se tourna vers Loïse. La demoiselle blonde se tenait un peu à l’écart, près de la fenêtre, après avoir été dérangée par un coup de téléphone. Elycia n’était pas sûre que de sa place, elle avait pu apercevoir les mots en français de la dernière arrivée dans la pièce. Elle s’empressa de s’exclamer avec enthousiasme :

« C’est incroyable ! Si on avait voulu faire exprès de se retrouver entre françaises, on n’aurait pas fait mieux ! »

Puis elle se retourna de nouveau vers la brunette. Elle remarqua le soin que la jeune fille avait apporté à son maquillage et à sa coiffure. L’apparence tout entière de la lycéenne semblait ne pas être laissée au hasard. Ses traits de crayons sur ses paupières, son gloss parfaitement bien appliqué et ses cheveux admirablement bien coiffés, sans une mèche de travers, tout cela montrait clairement que la jeune femme prenait grand soin de son apparence, sans pour autant tomber dans la vulgarité. C’était à vrai dire très joli, très esthétique et harmonieux. Tous les atouts de la demoiselle étaient mis en valeur et la rendait vraiment très jolie.

Elycia était elle aussi de celles qui prennent soin d’elle, surtout pour sa coiffure, car en ce qui concernait le maquillage, elle préfère les choses discrètes et sobres. Mais à cet instant, elle se fit la réflexion, que cette mystérieuse française, qui se trouvait face à elle et qui s’exprimait par écrit, devait sans doute passer beaucoup plus de temps qu’elle dans sa salle de bain et devant son miroir. Cette pensée la fit sourire.

Elle s’adressa à la jeune fille, qui venait de mettre une machine en route, un brin de curiosité dans la voix. Elle souhaitait juste éclaircir un détail, mais ne voulait pas paraître maladroite, au risque de mettre la demoiselle mal à l’aise, de la contrarier ou de sembler indiscrète. Elle osa tout de même la questionner :

« Excuse-moi… Je ne voudrais pas être indiscrète… mais… tu écris parce que tu ne peux pas parler ? »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Un samedi après-midi qui s'annonçait des plus ennuyeux ? Peut-être pas... | ft. Loïse A. Langel & Perle Duval [TERMINE]   Ven 22 Fév - 14:12

    La vérité n'est pas toujours belle à entendre.

    La vérité était tombée sur le dos de Perle à ses dépens, et elle en avait malheureusement payé le prix fort. Son mutisme, sa confiance, sa gentillesse et sa douceur, elle avait tout perdu. Ne restait de son esprit qu'un coeur de pierre qui ne demandait qu'à fondre de nouveau. Mais au devant de ses préjugés, de cette haine viscérale qu'elle dissimulait avec une parfaite maîtrise d'elle-même, demeurait au-dehors cette fille belle comme une princesse, maquillée à la perfection chaque jour, à chaque moment de sa vie. Pour Perle, les cosmétiques c'étaient un peu la coke des junkies. Elle ne pouvait s'en passer. Elle dépensait des centaines de dollars pour ça, toute sa bourse y passait. Elle travaillait d'arrache-pied seulement pour obtenir le nouveau fond de teint perfecteur, ou la pince recourbe-cil la plus performante du marché. Rien ne comptait plus à ses yeux que son apparence, car on ne pourrait jamais la juger que pour cela. Sans mots, que pouvait-elle bien faire ? Elle était impuissante, forcément. Impuissante, et renfermée sur elle-meme. Et même si son regard disait tout, il fallait pouvoir décrypter la moindre expression, la moindre petite ride sur son visage. Et cela, peu de gens savaient le faire.

    Une main apparut devant son champ de vision, une main toute simple, proprette, sans grande marque de soin. Mais le plus intéressant, c'était qu'au bout de cette main, il y avait le cahier. La petite française derrière cette main lui sourit, avant de s'adresser à elle en anglais. Perle n'était encore qu'une amatrice en la matière, mais elle comprit le principal. Le principal, c'était qu'on venait de lui rendre son cahier, et ce sans le lire. Sinon, la fille lui aurait parlé en français, et sans doute l'aurait-elle préféré. Avec un regard de remerciement, Perle lui arracha presque le cahier des mains, avant de le fourrer rapidement dans son sac. Comme une chose honteuse que l'on cache.
    Son cahier, c'était son recueil, c'étaient des souvenirs forts, des secrets enfouis qu'elle relisait parfois, de son écriture mouchetée. C'était le palimpseste de son existence. Il n'y avait qu'à gratter un peu pour trouver le sens caché de ces phrases, le sens profond de ce monde qu'elle s'était inventé. Plein de catins et de truands, de violeurs d'enfants et de magiciens noirs. De contrées arides et de marécages purulents. De monstres et de dragons aux gueules chargées à bloc d'une puissante armée de dents. Des choses laides, des choses repoussantes, des choses tristes. Mais cela lui importait peu. Elle voulait seulement la paix.

    Alors, elle sortit son petit carnet muni d'un stylo de sa poche, et griffonna quelques mots qu'elle montra à Elycia avec un sourire doux.

    Merci beaucoup. Moi aussi, j'adore la Comtesse de Ségur.


    Elle se pencha en avant, attrapa un gros paquet de linge. Couleur, noir, blanc, laine ou coton, tout était rangé à la même enseigne. Peu importe. Les vêtements déteints, c'était la mode, alors...
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Un samedi après-midi qui s'annonçait des plus ennuyeux ? Peut-être pas... | ft. Loïse A. Langel & Perle Duval [TERMINE]   Mer 13 Fév - 13:18

Loïse fut un peu soulagée d'entendre du français pour la première fois depuis qu'elle était arrivée à Miami il y avait maintenant presque trois semaines. Ce n'est pas que sa langue natale lui manquait particulièrement, c'est que cela lui rappelait qu'elle ne pouvait pas être la seule française du lycée, comme elle l'avait toujours pensé et même, secrètement espéré.« Je m’appelle Elycia et toi ? Tu ne peux pas savoir comment je suis contente d’entendre enfin un peu de français ! ». Loïse répondit par un éclat de rire et ajouta, un peu plus en confiance puisque se sentant presque comme chez elle : ''Moi, je m'appelle Loïse. Mais tous les américains que je connais m'appellent Louise vu que mon prénom est complètement imprononçable pour eux ! Tu peux m'appeler ainsi si tu veux.''. Elle fit un sourire amusé et essaya d'ajouter quelque chose, mais fut interrompue par la venue d'une troisième jeune fille qui passa devant les deux autres sans rien dire, pas même un ''bonjour''. Loïse n'en tint pas compte, elle en connaissait beaucoup de ces personnes qui ne se sentaient même pas assez à l'aise en public pour dire ne serait-ce qu'un mot. Peut-être parce qu'elle était elle-même comme ça étant plus jeune. C'était une période qu'elle préférait oublier, parce que...
Elle fut détournée de ses propres pensées par le bruit d'un objet tombant par terre, et remarqua le cahier rouge tomba à terre et que la nouvelle venue avait dû perdre. Elle alla pour le ramasser, mais Elycia fut plus rapide et tendit le cahier à la jeune fille en lui parlant en anglais. Loïse se détourna de la conversation qui débutait en entendant son téléphone sonner. Elle s'éloigna un peu, et vit aussitôt un certain malaise chez la nouvelle venue, qui ne répondait rien sinon par un sourire. Ou en écrivant quelques mots sur ce qui semblait être un carnet qu'elle gardait toujours avec elle. Du français, en plus ! Loïse comprit immédiatement que si elle n'avait pas dit un seul mot depuis qu'elle était là, ce n'était ni par impolitesse ni par timidité, mais tout simplement parce qu'elle n'en avait pas la capacité. Elle aurait dû s'en douter... Un peu honteuse sans réelle raison apparente, elle trouva tout de même l'occasion de sourire : trois françaises qui se rencontrent par hasard au même endroit, se disait-elle, c'est singulier. Elle n'aimait pas employer les mots ''destin'', ni ''rencontre fortuite'', mais c'était absolument ce à quoi elle pensait.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Un samedi après-midi qui s'annonçait des plus ennuyeux ? Peut-être pas... | ft. Loïse A. Langel & Perle Duval [TERMINE]   Lun 11 Fév - 20:05

Elycia, assise près de la fenêtre, leva les yeux de son livre en entendant la porte de la laverie s’ouvrir. Une jeune fille blonde entra avec un panier de linge à la main, qui semblait aussi remplis que le sien quelques minutes plus tôt. Elle lui adressa un sourire discret avant de se replonger dans son livre tandis que l’inconnue remplissait la machine à côté de celle où se trouvaient déjà ses propres vêtements.

Plongée dans son roman, la jeune française ne s’occupait plus vraiment de ce qu’il se passait dans la pièce et sursauta de surprise lorsque l’autre demoiselle s’adressa à elle, la tête au-dessus de son épaule, fixant son livre :

« Tiens, c’est la dernière édition, ça, non ? Celle avec l’analyse de l’œuvre à la fin ? »

Du français ?! Avait-elle bien entendue ? Elycia n’avait pas entendue un mot de français depuis qu’elle était arrivée à Miami, en novembre dernier. Elle savait pourtant qu’elle n’était pas la seule de sa nationalité dans l’école, mais elle n’avait pas encore eut l’occasion de croiser un autre français. Et voilà que cela arrivait enfin, et pour le coup, s’était une française qui semblait plutôt sympa et qui, apparemment, partageait les mêmes lectures que la jeune fille.

« Oui ! J’avais une version plus ancienne, mais je l’ai oubliée chez moi, du coup j’ai racheté cette dernière version. », répondit la lycéenne à son interlocutrice, en français et avec enjouement.

« Je m’appelle Elycia et toi ? Tu ne peux pas savoir comment je suis contente d’entendre enfin un peu de français ! » ajouta-t-elle sur un ton amusé, un grand sourire aux lèvres.

A peine avait-elle finit sa phrase que la porte de la pièce s’ouvrit une seconde fois pour laisser entrer une autre fille, les bras chargés de linge. Celle-ci leur adressa un léger signe avant de se diriger vers les machines à laver sans un mot. Alors qu’elle s’avançait, elle fit tomber un carnet rouge de sa corbeille de linge, qui s’ouvrit en atterrissant au sol. Elycia se leva aussitôt et alla ramasser le cahier. Elle se pencha, referma celui-ci sans y jeter un coup d’œil par discrétion et repassa en anglais pour s’adresser à la dernière venue :

« Excuse-moi, je crois que tu as fait tomber ceci. » dit-elle en tendant le feuillet à la demoiselle avec un sourire amical.

L’inconnue n’avait pas encore décrochée un mot, pas même un bonjour, mais la Sophomore Year ne s’en formalisa pas et mit cela sur le compte de la timidité. Elle-même n’était pas toujours à l’aise avec des personnes inconnues et il lui arrivait aussi de préférer les silences et les sourires timides aux paroles.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Un samedi après-midi qui s'annonçait des plus ennuyeux ? Peut-être pas... | ft. Loïse A. Langel & Perle Duval [TERMINE]   Mer 6 Fév - 23:43

    Ecouteurs dans les oreilles.

    Moteur. Action.

    "Ce ne sont que des mots, pourtant prononcés de sa bouche, ils semblent comme envolés dans une autre dimension. Ils sont plongés dans un noir presque imparfait, alors qu'au devant d'elle, le temps n'a jamais été aussi beau. Près de ses yeux, les traits noirs d'un leyner bon marché, contre son cou, l'odeur entêtante d'un parfum de superette. A ses bras, des bracelets de toc, à ses pieds, des chaussures en faux cuir. Autour d'elle, tout respire la pauvreté, le faux, la peur du jugement, du regard. Dans la normalité se cache parfois les yeux brisés d'une étreinte morte, d'une terreur sourde dissimulée derrière un sourire au rouge à lèvres bon marché. Ce matin, elle avance dans la rue, toujours la même, sourde aux appels. Ce n'est pas le moment. Sa jupe courte en sky se balance, ses bas résilles troués dansent au rythme de la pulsation mortelle de ses cuisses. Sa veste tachée sent encore l'odeur de graillon du fast-food acheté en hâte, la veille. Ses cheveux ne sont pas coiffés avec soin, ils ont gardé cette forme caractéristique de l'oreiller, et elle n'y a pas touché. Le Négligé Chic, c'est sa marque de fabrique. Ses bottes aux talons abîmés claquent sur le bitume encore frais, et ses ongles rouges brillent de mille feux à la lueur du soleil matinal. Elle allume sa première cigarette. La bouffée lui semble régénérante. Elle passera une dure journée, comme les autres journées. Elle dormira dans son abri miteux, comme chaque soir. Ou chaque jour, cela dépend. Pour l'heure, elle s'adosse contre son arbre, retire ses écouteurs à moitié dénudés, les range au fond de sa sacoche. Et elle observe, les yeux pleins d'encre, la noirceur des voitures, des gens qui passent, la noirceur du monde dans lequel elle évolue, chaque jour, comme un fantôme dans l'Hadès.
    Ce ne sont que des mots, prononcés à la bouche, venant pourtant d'un coeur brisé. Des mots qu'elle lâche chaque jour. Avec un mécanisme terrifiant. Un mécanisme de honte encore juvénile.
    Pourtant ce ne sont que des mots, n'est-ce pas ?
    "C'est cinquante dollars la passe, chéri.""


    Perle referma son cahier, et poussa un soupir.
    Elle commençait toujours les week end de cette manière, depuis son arrivée à Wynwood. C'était pour elle le moyen le plus simple de décompresser et de se caler un repère simple avant de commencer sa journée. Parfois, ses histoires étaient heureuses ; parfois, elles ne l'étaient pas. Les nuages apparus au-dessus de l'institut ne l'avaient pas véritablement encouragée à écrire des choses gaies. Quelle importance ? De toute manière, Perle se fichait pas mal de ce qui était joyeux et de ce qui ne l'était pas. Pour elle, écrire ce qu'elle voulait, et quand elle le voulait, voilà la seule chose qui comptait vraiment.
    La matinée s'était déroulée normalement, uniformément ordinaire, ennuyeuse. Après une bonne douche et une séance maquillage minutieuse... (environ une heure rien que pour le visage, je ne parle pas des soins de corps...) Perle avait planché à la bibliothèque, seule, sur son travail personnel. En fait, Perle n'avait pas trouvé le moindre ami, depuis son arrivée. C'était difficile, de débarquer dans l'inconnu, mais muette de surcroît, c'était une épreuve. Perle ne perdait pas courage. Pas pour le moment.

    Il lui en fallait bien plus.

    L'après midi, elle aurait adoré sortir pour s'autoriser un peu de shopping... Mais son argent était parti dans les cosmétiques quelques jours plus tôt. Avec un soupir contrit, elle attrapa un plein panier de linge sale. Bon, bah à défaut d'acheter de fringues neuves, autant aller laver les vieilles...

    Lorsqu'elle pénétra dans la laverie, elle se raidit ; il y avait déjà deux jeunes filles, en pleine discussion. Françaises, en plus ! Cela aurait pu constituer une aubaine pour la jeune enfant, si elle avait pu lâcher ne serais-ce qu'un mot, mais cela la mettait dans l'embarras plus qu'autre chose. Car s'ils avaient été portugais par exemple, la langue aurait été un rempart de plus, et elle aurait eu moins de difficultés. Or là... Elles penseraient forcément qu'on les snobait. Il n'y avait pas d'autre explication possible à une fille qui vous regarde, mais qui ne vous répond pas. Le mutisme était une chose assez rare finalement, au sein de bien des établissements.

    Alors elle traversa la laverie, adressa un signe à la fille debout en guise de "pardon" et se dirigea vers la machine du fond. Elle aurait bien aimé parler de la comtesse de ségur, elle aussi, mais il lui faudrait écrire. Et écrire, ça prenait du temps. Elle bourra la machine de linge de couleur, blanc, noir, laine, synthétique, tassa du mieux qu'elle pouvait, puis ferma la porte, versa la lessive et mit le tout en marche. Perle n'était pas du genre soigneuse. D'ailleurs...

    Où était son cahier ???
    Un cahier rouge à spirale, écrit en gras "Ecritures et nouvelles". Où était-il ? Perle se rappelait de l'avoir amené ici pour se relire le temps de faire la machine. Il avait dû tomber dans la pièce. Perle se prit le front d'une main. Et merde...

    Car s'il y avait bien une chose que Perle détèstait, c'était qu'on la lise...
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Un samedi après-midi qui s'annonçait des plus ennuyeux ? Peut-être pas... | ft. Loïse A. Langel & Perle Duval [TERMINE]   Mer 6 Fév - 14:24

Samedi après-midi. Parfait pour la jeune Loïse, qui disait avoir beaucoup de choses à faire en ce jour qu'elle appréciait particulièrement, non pas parce qu'il n'y avait pas cours, mais plus parce qu'elle pourrait enfin se consacrer à ses projets artistiques qui lui prenaient toujours beaucoup de son temps libre qu'elle n'avait presque pas. Elle avait prévu d'aller dans un bar qui lui faisait envie histoire de commencer à se créer une vie sociale à Miami, mais déchanta quand elle vit qu'elle n'avait plus rien à se mettre. Sa garde-robe assez limitée ne comportait que quelques jupes, un pantalon légèrement trop petit et quatre ou cinq de hauts avec ou sans manches qu'elle avait déjà porté au moins deux fois chacun et qu'elle ne pouvait plus se permettre de porter encore une fois. C'était donc pour Loïse le moment de se rendre à la laverie, un moment qu'elle appréhendait un peu car elle ne savait jamais comment s'occuper alors que les vêtements tournaient en rond dans la machine. Après avoir mis ses vêtements dans le panier qu'elle dédiait à cette occasion et sa pochette où elle rangeait toutes ses compositions et autres croquis plus ou moins bien dessinés, elle se rendit à la laverie qui était, comme elle s'en doutait, vide. Ou presque. Loïse remarqua une jeune fille pas beaucoup plus âgée qu'elle en pleine lecture d'un livre dont elle remarqua que le titre était en français, et fut un peu intriguée. La jeune française ne s'attendait pas vraiment à ce qu'il y ait de ses compatriotes dans ce lycée, même si elle n'ignorait rien de la réputation internationale de celui-ci. Choisissant la machine à côté de celle qui fonctionnait déjà, elle alla s'asseoir près de la fenêtre, sa pochette et un stylo à la main. Les minutes qui allaient suivre s'annonçaient interminables, et la jeune fille ne put s'empêcher de s'intéresser à la jeune fille assise à côté d'elle qui lisait Ségur et ne l'avait apparemment pas entendue entrer. Se penchant par-dessus son épaule, elle lui déclara, en français : ''Tiens, c'est la dernière édition, ça, non ? Celle avec l'analyse de l’œuvre à la fin ?''. C'est vrai que Loïse s'y connaissait...
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Un samedi après-midi qui s'annonçait des plus ennuyeux ? Peut-être pas... | ft. Loïse A. Langel & Perle Duval [TERMINE]   Mar 5 Fév - 17:58

Samedi après-midi, quoi de mieux pour occuper son temps libre qu’un petit tour à la laverie ? Ce n’est en tout cas pas du tout ce que pensait Elycia, mais comme tout le monde, elle ne pouvait pas échapper indéfiniment à la corvée de la machine à laver. Sa garde-robe plutôt grande lui avait permis de repousser à plusieurs reprises cette tâche ô combien ennuyeuse, mais en ce dernier samedi après-midi du mois de janvier, la petite française ne pouvait plus y échapper sauf si elle comptait se mettre au nudisme.

Armée de sa lessive, d’un panier avec toutes ses affaires et d’un bon livre, elle se rendit donc à la laverie de l’école.

En arrivant là-bas elle put découvrir que la pièce était déserte. Rien d’étonnant à ses yeux : elle aussi aurait bien préféré passer son samedi après-midi ailleurs, comme la plupart des autres lycéens qui avaient sans doute étaient plus prévenants qu’elle. Elle poussa un soupir de désespoir en imaginant tous les endroits où elle aurait pu être et toutes les activités bien plus passionnantes qu’elle aurait pu faire en ce moment même.

Ça m’apprendra à toujours repousser les corvées !

Elle s’approcha d’une des énormes machines à laver de la pièce, ouvrit le battant, y déposa tout son linge, ajouta la lessive, choisit un programme adéquat avant de mettre l’appareil en route.

Elle s’installa sur une chaise, près d’une fenêtre de la pièce et ouvrit son livre. En ce moment, la jeune fille était plongée dans un grand classique de littérature : Les malheurs de Sophie de la Comtesse de Ségur. Un livre un peu enfantin il est vrai, mais un de ceux qu’elle adorait et qu’elle prenait grand plaisir à relire pour la énième fois. Un livre qui lui rappelait un peu la France.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un samedi après-midi qui s'annonçait des plus ennuyeux ? Peut-être pas... | ft. Loïse A. Langel & Perle Duval [TERMINE]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un samedi après-midi qui s'annonçait des plus ennuyeux ? Peut-être pas... | ft. Loïse A. Langel & Perle Duval [TERMINE]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un samedi après-midi qui s'annonçait des plus ennuyeux ? Peut-être pas... | ft. Loïse A. Langel & Perle Duval [TERMINE]
» Après-midi tranquille.
» Un bel après-midi de printemps [a archiver]
» Après-midi entre filles [PV Lizzy]
» Après midi shopping [Topic Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: Rps terminés-
Sauter vers: