AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez
 

 " Nager ou Couler ? Telle est la question." With Ariana R. Collins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

avatar
Invité



" Nager ou Couler ? Telle est la question." With Ariana R. Collins Empty
MessageSujet: Re: " Nager ou Couler ? Telle est la question." With Ariana R. Collins   " Nager ou Couler ? Telle est la question." With Ariana R. Collins Icon_minitimeDim 16 Déc - 23:37

[ Hs : Un grand désolé pour tout ce temps que j'ai mit ! Mon ordinateur à planté et je viens juste de le récupérer ! Désolé encore. ]

Combien de temps aurait-elle put l'observer en silence ? Pendant que ces yeux observaient, son esprit divaguait. Lily n'avait jamais pensé mourir de cette façon. Combien de fois avait-elle faillit mourir par la faute de ses conneries ? Des dizaines de fois certainement mais la noyade avait était une mort proscrite dans sa vie. Pourtant c'était bien dans l'eau qu'elle s'était étouffée, dans l'eau qu'elle avait sentit sa vie partir. Et si elle n'était pas vivante ? Si la vie l'avait déjà quitté mais que, incapable d'assumer la vérité en face, Lily n'arrivait pas à partir. Ses yeux quittèrent la sauveuse pour se poser quelques instants sur le sol. Non, elle n'était pas morte, elle ne pouvait pas l'être. L'air brûlait ses poumons et le souffle insistant du vent semblait presque abusif, mais rien n'avait changé. Ce n'était que ses propres impressions, des sensations que personne mis-à-part elle n'était capable de ressentir car personne mis-à-part elle n'avait faillit se noyer à cet instant précis, ou en tout cas il ne se trouvait pas dans cette même piscine.
Une fois de plus ses yeux se posèrent sur la jeune blonde, elle ne semblait pas bien, pas plus qu'elle ne l'était elle même. Un fin sourire se dessina sur les lèvres de l'asiatique qui prenait conscience qu'elle n'était pas la seule à aller mal dans le monde. Mais les gens on tendance à ne voir que leurs intérêts lorsque tout va mal et, même si la plus malheureuse des personne venait à se présenter devant eux, ils n'arriveraient pas à voir que leurs problèmes ne représentent qu'une infime partie des désastres que connaît la terre. L'être humain est souvent égoïste, et il l'est d'autant plus quand il se sent mal. Lily ne faisait pas exception à la règle. Certes quand elle ne pensait pas à ses problèmes, la jeune Taïwanaise arrivait à faire passer les autres avant elle mais quand ses maux venaient la tirailler, l'adolescente avait tendance à oublier l'humanité et à se croire au centre de tout. Cette mystérieuse inconnue qui venait de la sauver l'avait également ramené sur terre. Finalement, ce n'était pas si grave ce qui lui arrivait et beaucoup avant elle avaient vécu bien pire.
C’est pas grave. Ça arrive à tout le monde. Moi la première.
La voix de l’héroïne sortit Lily de ses pensées. Oui elle pensait à des tas de chose en regardant les gens et souvent cela lui donnait un air déconnecté assez agaçant, enfin c'est ce qu'avait toujours dit son père... que son regard était parfois agaçant. Ces quelques souvenirs arrachèrent un soupire à l'asiatique qui préféra se concentrer sur autre chose. Alors comme ça sa sauveuse était également du genre à aller se noyer dans une piscine municipale ? Ils devraient organiser une noyade générale un de ces jours ! Au moins elle savait qu'elle n'était pas la seule fille maladroite de cette ville, c'était plutôt rassurant dans un sens. Elle répondit à son sourire, désormais détendue. Ça faisait du bien de faire abstraction des petits désagréments de la vie, évidemment la noyade n'était pas vraiment un « petit désagrément ». C'était plutôt un désagrément dangereusement mortel. Par la suite, Lily se présenta en tendant sa main vers sa sauveuse qui se présenta à son tour :
« Je m’appelle Ariana. Mais on m’appelle surtout Ari. » 
Alors voilà le nom de l’héroïne du jour. Ariana. Ce nom allait parfaitement à celle qui le portait, bizarrement le fait de pouvoir la prénommer rendait la jeune fille plus... sympathique et moins dans le cadre de la stéréotypie des grandes populaires. Oui, elle avait un nom qui plaisait à Lily et ça changeait tout et surtout, elle souriait. Évidemment le fait qu'elle lui ai sauvé la vie jouait un rôle prépondérant pour l'image que se faisait la jeune Taïwanaise. Elle avait une voix très désagréable dans la tête, exactement la même que celle de la Wii qu'avait sa mère : Analyse en cour, Analyse en cour ». Malheureusement le « Terminé ! » de la Wii-fit n'arrivait pas, et n'arriverait certainement pas avant un petit moment.
« Je veux pas avoir l’air indiscrète, ni rien, mais.. Euh… Est-ce que tu as peur de l’eau, ou un truc du genre ? »
Lily réfléchit un peu à la réponse qu'elle allait donner. Oui, elle avait peur de l'eau, elle avait toujours eu peur de l'eau. Une question devait certainement tirailler Ariana : « Si elle avait peur de l'eau, ou qu'elle ne savait pas nager, qu'est ce qu'elle faisait dans une piscine municipale ? ». Enfin, elle s'imaginait qu'elle se posait cette question, mais c'était peu probable étant donné qu'elle ne connaissait pas la réponse à sa première question... elle s'embrouillait. .
« Je n'aime pas l'eau.. c'est vrai, je crois bien que je ne l'ai jamais aimé.. »
Les mains de l'adolescente se resserrèrent une fois de plus sur la serviette que la jeune blonde avait posé sur ses épaules.
«Tu dois sûrement te demander pourquoi je suis dans cette piscine ? Et si je n'aime pas l'eau, et si je n'aime pas l'eau tu dois bien te douter que.. je ne sais pas nager.. »
Les choses étaient dites, comment se dévoiler en moins de trente secondes chronos. Après tout, ce n'était qu'une de ses faiblesses et Lily ne pensait pas qu'Ariana s'en servirait un jour contre elle, sauf si sa sauveuse se lançait dans le domaine des psychopathes et qu'elle deviendrait alors une cible. Dans ce cas, il serait facile de la tuer. Pourquoi penser à ça ? Aucune idée.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



" Nager ou Couler ? Telle est la question." With Ariana R. Collins Empty
MessageSujet: Re: " Nager ou Couler ? Telle est la question." With Ariana R. Collins   " Nager ou Couler ? Telle est la question." With Ariana R. Collins Icon_minitimeLun 12 Nov - 1:28


" Nager ou Couler ? Telle est la question."

Ariana & Lily.


Je m’étais levée d’humeur massacrante. Rien n’avait pu y faire. Pas même une douche chaude. L’eau s’était contenté de chuter sur mes épaules, de calmer mes tremblements. Suite à ce vent glacial dans ma chambre. Suite à ses images cauchemardesques qui couraient toujours dans mon esprit. Certes, le burito chaud que j’avais englouti m’avait remonté le moral. Mais désormais, j’avais l’impression que la nourriture que j’avais avalée se transformait en poids. Un lourd poids qui me ferait couler dans la piscine si j’y retournais. Ce qui ne risquait pas d’arriver. J’avais réussi à esquisser un semblant de sourire à la secrétaire à l’entrée. Le moral semblait être revenu. Mais voilà qu’il ne faisait que chuter à nouveau. Les lèvres plissées dans un rictus mauvais, j’avais vu les gens dans la rue me dévisager, comme s’ils s’attendaient à ce que je sorte un flingue de ma veste, alors que je rentrais dans l’enceinte de la piscine municipale. Les cernes creusés sous mes yeux ne devaient qu’empirer la situation. J’avais l’air morte. Je n’avais même plus l’air d’une humaine. Je m’étais vue dans le miroir, avant de partir. Et j’aurais du faire quelque chose. Cache-cerne, maquillage… N’importe quoi qui puisse me donne un visage plus illuminé. Et voilà qu’un petit dépliant me poussait à sortir de chez moi, alors qu’une aura noire brillait autour de moi. Charmant. Et puis, tout ce que j’aurais appliqué sur mon visage partirait, tout simplement. Me laissant pantelante, hideuse. Et un visage creusé qui se serait encore plus rembruni. Ô joie. Que ceux qui se trouveraient sur mon chemin endurent donc ces traits fades qui semblaient me caractériser en ce début de journée misérable.

Mon cœur battait toujours aussi fort. J’entendais le bruit résonné à mes oreilles. Ainsi que le souffle haletant de la jeune fille qui se tenait à mes côtés. La fatigue me fouettait maintenant de plein fouet, alors que je venais de hisser l’asiatique sur le bord de la piscine. Ses cheveux caramélisés pendaient, trempés sur ses épaules, et s’égouttaient sur la serviette que je lui avais donnée. Je l’avais sauvé de la noyade. La noyade. Il n’y avait pas pire façon de mourir, j’en étais certaine. Sentir l’air quitter nos poumons, en sentant ses derniers se remplirent d’eau. Lentement, l’énergie quitterait nos muscles, qui se tétaniseraient. Notre cœur battrait plus lentement. Puis, les poumons exploseraient. Douleur. Puis, la mort. Simplement. C’était douloureux et long. Je préférais nettement une mort rapide et paisible, du genre mourir dans mon sommeil. Je regardais la jeune asiatique. Elle ne savait probablement pas nager. Sinon, elle aurait été capable de remonter à la surface et de sortir du grand bassin. Mais si elle n’était pas capable de nager, que faisait-elle dans une piscine ? Elle s’était éloignée du bord de la piscine, ce que je comprenais parfaitement. Peut-être avait-elle tout simplement peur de l’eau ? Elle tremblait, ses mains chevrotantes poussant sur le sol pour l’éloigner de l’eau mouvante qui avait failli l’engloutir, quelques minutes plus tôt.
Alors que j’avais posé ma serviette sur ses épaules, ses grands yeux noirs s’étaient retournés vers moi. Elle me dévisageait. Elle semblait étudier mes traits. Elle se faisait certainement une idée de moi. La première impression. Cette impression à laquelle on se fiait, avant tout le reste. Je me fiais souvent à ma première impression. Comme la plupart des gens qui m’entouraient. On voyait de moi une jeune fille blonde, aux yeux bleus, au corps élancé. Le parfait stéréotype de l’adolescente bien entourée, mais idiote comme ce n’était pas possible. Quand on me voyait bourré en boîte, on confirmait ses dires. Mais j’étais intelligente. Parfois. Mais les autres n’étaient pas les seuls à se faire une idée de moi. Je me faisais une idée des gens que je ne connaissais pas aussi. Comme avec Neil. Il était beau, intelligent. Parfait. Mais il était gay. Je n’avais rien contre les gays, certes, mais j’avais été prise au dépourvu lorsqu’il me l’avait annoncé. Alors que je le draguais ouvertement. Enfin bref, le regard de l’asiatique s’était posé sur mes traits. Elle ne me jugeait pas. Elle ne faisait que me regarder. J’étais mal à l’aise. Parce que je ne devais pas être très jolie à voir. Mal à l’aise parce que les gens ne me regardaient habituellement pas avec autant d’intensité. Je lui offris néanmoins un petit sourire avant de lui demander si elle allait bien. Ses quelques mots semblèrent les sortir de sa transe, alors qu’elle marmonnait un vague « Hm » avant d’hocher la tête en me répondant : « Ah… euh … Oui oui… » Ce n’était qu’un murmure, mais compréhensible, je hochais la tête à mon tour en lui offrant un second sourire. Elle avait l’air triste, malheureux. Certes, après avoir frôlé la mort, on pouvait comprendre. Elle avait eu peur, elle semblait toujours avoir peur, même si elle n’était plus proche de cette eau meurtrière. Néanmoins, ses mains s’étaient crispées sur la serviette que j’avais déposé sur ses épaules et je ne pouvais que la regarder, ne sachant pas quoi dire, ni quoi faire. Mieux valait attendre de voir que tout allait bien. Qu’elle allait mieux.
« Merci » Le simple mot sembla fuser de la bouche de la jeune fille à mes côtés. Surprise, je me retournais vers elle. Doux mot timide, même si une pointe de honte se faisait ressentir en arrière-plan. La ligne plate de mes lèvres se tordit en un sourire. « Y’a pas de quoi. » J’étais sincère. Je ne serais tout de même pas restée sur place, à la regarder se noyer. Je devais faire quelque chose. Et la seule option que j’avais, c’était de plonger et de la sauver. C’était naturel. Elle sembla hésiter avant qu’elle ne rajoute : « Je... suis désolée, je ne pensais pas que je glisserais aussi... bêtement.
C’est pas grave, assurais-je en essayant de croiser son regard. Ça arrive à tout le monde. Moi la première. »
Je ponctuais ma phrase de sourire. Elle n’avait pas à avoir honte. Le rebord de la piscine était mouillé. Et donc glissant. Tout le monde glissait un jour ou l’autre dans une flaque et atterrissait inévitablement dans l’eau. Et c’était du devoir de tous de sauver ceux qui en avaient besoin. Elle croisa alors mon regard en me souriant timidement. Puis, elle tendit une de ses fines mains vers moi en se présentant. Elle s’appelait donc Lily. Un joli prénom. Je lui serrais la main à mon tour avant de me présenter aussi. « Je m’appelle Ariana. Mais on m’appelle surtout Ari. » Je n’avais jamais autant souri aujourd’hui qu’à l’instant. Alors que je lui offrais un énième sourire, tout aussi sincère que les précédents, une question naquit dans mon esprit. « Je veux pas avoir l’air indiscrète, ni rien, mais.. Euh… Est-ce que tu as peur de l’eau, ou un truc du genre ? » Oh mon Dieu. Comment avais-je pu formuler ma question aussi maladroitement ?



template made by cupcakesss of Caution 2.0
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



" Nager ou Couler ? Telle est la question." With Ariana R. Collins Empty
MessageSujet: Re: " Nager ou Couler ? Telle est la question." With Ariana R. Collins   " Nager ou Couler ? Telle est la question." With Ariana R. Collins Icon_minitimeVen 9 Nov - 20:57

Mentalement, Lily s'était résignée à mourir. Doucement son cœur cessait de s'affoler et, bien qu'elle fut consciente de tout ce qui lui arrivait, l'étudiante avait l'impression qu'elle était ailleurs sans être partit, tout en ayant l'impression d'être toujours au même endroit. Tout commençait à se mélanger dans sa tête, c'était encore plus le bordel qu'à l'origine. Elle ne put s'empêcher de se dire que si seulement elle avait prit une grande inspiration avant de couler ou si elle n'avait pas cherché à respirer sous l'eau, peut-être que son souffle ne lui manquerait pas autant. Où avait-elle mit sa tête ce matin ? L'avait-elle oublié sur son oreiller ? Dans sa douche ? Dans son bol de chocolat chaud ?

Se connaissant, la jeune fille savait qu'elle ne remonterait jamais seule à la surface. Ce fut à ce moment là qu'elle sentit que quelqu'un lui agrippait le chandail. Avec la chance qu'elle avait il s'agissait plus d'un '' quelque chose '' qui essayait de la maintenir au fond de la piscine tandis que son corps se décidait enfin à apprendre le sens du mot « flotter ». Mais non, c'était bien quelqu'un qui l'avait attrapé et qui la tirait avec force vers la surface. Sentant la difficulté de la tâche pour cette personne, Lily regretta immédiatement les deux tablettes de chocolat qu'elle avait mangé la veille, son corps aurait put être plus léger celle ou celui qui était en train de la sauver ! Elle sentit le bras de la personne mystérieuse enserrer sa taille et cessa de se débattre dans l'eau, finalement elle ne saurait certainement pas aujourd'hui ce que lui réservait le royaume des morts. L'étudiante ne s'en serait jamais plaint, malgré toutes les choses qui lui étaient arrivées au cour de sa courte existence, elle n'avait jamais songé à la mort. Pour elle la vie avait un sens bien trop important pour qu'elle soit gâchée et ça, elle l'avait apprit malgré elle durant ces dernières années. Bien sûr, elle était curieuse de savoir ce qu'il se passait après que l'âme ai quitté le corps, comme tout le monde sûrement, mais plus elle le saurait tard, plus la jeune fille se porterait bien.
Lorsque sa tête sortit de l'eau, l'adolescente prit une grande bouffée d'air mais s’étouffa ridiculement en sentant ses poumons s'embraser. Ses yeux se fermèrent, brûlés par la soudaine luminosité, alors qu'elle tentait de réguler le rythme de sa respiration qui était haletante et très difficile à calmer. C'est en sentant que ses pieds touchaient enfin le fond de la piscine et que sa tête était toujours en dehors de l'eau que Lily Yang sut qu'elle était sauve et que plus jamais elle ne remettrait un pied dans une piscine municipal.
Soudainement, on la hissa sur le bord. Trop ébranlée par ce qui venait de lui arriver, Lily se laissa faire et s'éloigna immédiatement de la piscine, ses mains tremblante poussant le sol avec le peu de force qu'il lui restait. Cette même main se faufila dans sa chevelure caramélisée, tirant en arrière sa frange et l'asiatique se rendit compte qu'elle ne ressentait aucune sensation agréable à cet instant même. Son jean lui collait à la peau, donnant l'impression d’étouffer ses jambes. Ses chaussures étaient délassées et semblaient s'être transformées en une piscine pour fourmis, qui se noieraient sûrement si elles y mettaient les pattes. En ce qui concernait son haut, il lui collait au corps comme le reste de ses vêtements et l'étudiante remercia le ciel de lui avoir donné l'idée de mettre ses affaires en dehors de ses poches. Par chance, ses clés étaient toujours dans son jean et lui piquait désagréablement la peau. Une serviette se posa sur ses épaules faisant tourner la tête de la Taïwanaise et elle put enfin voir le visage de son héroïne.
Elle avait de longs cheveux châtains, aussi mouillés que les siens, ainsi que d'impressionnant yeux bleu que l'asiatique contempla quelques secondes avant de froncer les sourcils. Cette filles avait tout de ces filles populaires qui avaient un petit ami populaire, une place dans l'équipe des Cheerleaders et qui étaient certainement de ces personnes aimées d'une école. Enfin, ce n'était qu'une supposition. Après tout elle l'avait sauvé, elle ne devait pas être une de ces gamines superficielles qui ne pensaient qu'à garder intact leur belle coiffure. Enfin... elle était déjà dans l'eau après tout, la Taïwanaise ne pouvait pas savoir si la '' belle coiffure '' de cette fille n'était pas déjà foutue avant même qu'elle n'ai cet élan héroïque.
« Est-ce que ça va ? »
Lily releva la tête, sortant de son analyse en marmonnant un « Hm ? » avant de se remémorer les paroles de la jeune fille qui devait environ avoir son âge, ou en tout cas se trouver dans sa tranche d'âge.
« Ah..euh .. Oui oui.. murmura-t-elle en hochant la tête, sa voix semblant presque être coincée dans sa gorge »
L'adolescente avait ce mauvais goût de chlore dans la bouche, elle sentait cette odeur de partout et avait la douloureuse impression que son corps en était recouvert. C'était le cas évidemment, mais l'asiatique n'avait pas l'habitude. Doucement, ses mains serrèrent la serviette qu'on lui avait mit sur les épaules. Pourquoi haïssait-elle l'eau alors qu'elle faisait partie de sa vie ? Elle ne s'en rappelait pas vraiment, ce n'était peut-être pas si important après tout. Lily dirigea son regard sur le sol puis vers l'eau et observa l'étendu aquatique d'un air distrait attendant que sa gorge se desserre avant de lancer un timide et surtout honteux :
« Merci »
Pendant un instant elle hésita avant de rajouter :
« Je... suis désolée, je ne pensais pas que je glisserais aussi.. bêtement»
Elle osa un nouveau regard vers l'inconnue et lui sourit timidement. Au fond, elle avait un peu peur qu'elle lui en veuille pour la peur qu'elle lui avait peut-être causée ou même le simple fait de l'avoir dérangé en forçant sa conscience à la pousser à la sauver. Compliqué tout ça... La Taïwanaise tendit sa fine main vers l'autre fille.
« Mon nom est Lily Yang. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



" Nager ou Couler ? Telle est la question." With Ariana R. Collins Empty
MessageSujet: Re: " Nager ou Couler ? Telle est la question." With Ariana R. Collins   " Nager ou Couler ? Telle est la question." With Ariana R. Collins Icon_minitimeVen 9 Nov - 12:37


" Nager ou Couler ? Telle est la question."

Ariana & Lily.


Samedi matin. Tête enfoncée dans l'oreiller de plume, je me revoyais courir dans le rêve que je venais d'avoir. Courir comme si ma vie en dépendait. Je courais, sans place où aller. Dans une forêt, noire comme l'encre. Les bas feuillages me fouettaient le visage. Une odeur de terre se portait à mes narines. Je sentais la menace qui me poursuivait. Mais je courais toujours, fuyant les pas qui se faisaient insistants derrière moi. Ils se rapprochaient. Puis, une main m'attrapait le bras et me tirait vers l'arrière. Je tombais. Une descente interminable. Un visage masculin, des traits familiers. Deux yeux bleus perçants qui me regardaient. Un reflet cuivré dans sa tignasse éparsse. Un couteau luisant, une lame acérée. Un coup fatal. Une douleur. Du sang, rouge, qui perlait à la lame. Mon sang. Puis, je m'étais réveillée. Les draps trempées me collaient au corps. Mes cheveux me cachaient les yeux. Je passais une main froide sur mon visage. Je sentais ma peau, moite, collée contre ma paume. Mes paupières se refermèrent, mes cils touchant mes joues. Effacer ses images. Penser à autre chose. À cette homme que j'avais reconnu. Mais à qui je ne pouvais donner un nom. Je rouvris les yeux. Le soleil filtrait à travers le petit hublot qui nous servait de fenêtre. Un soleil brillant et chaud. Et non pas une forêt dense. Sans aucun nuage pour cacher sa lumière. Plutôt surprenant pour un début novembre qui s'était montré froid. Jusqu'à maintenant. Mais la lumière du jour ne réussissait guère à me tirer de ma torpeur. C'est avec regret que je repoussais l'édredon épais. Et fus fouettée de plein fouet par le froid glacial qui régnait dans la pièce. Et merde. Hiver à la con.
Samedi matin. Et je n'avais aucun projet. Aucune soirée de prévu avec Neil durant la soirée. Pas de sortie avec des copines. Aucun entraînement avec les cheers. Je ne voyais personne. Rien. Nada. Emploi du temps vide. Ou seulement comblé par les corvées ou les devoirs. Ou par ce foutu projet qui trônait sur mon bureau depuis deux semaines, que je n'avais guère fini et que je devais remettre le lundi à venir. Ô joie. Une longue douche chaude, au jet puissant, n'avait su que me réveiller. Et ne m'avait pas ramené ma bonne humeur habituelle. À l'habitude pleine d'entrain, je semblais au contraire d'humeur exécrable aujourd'hui. Plutôt mauvais signe. Une moue peu joyeuse collée aux lèvres, j'avais trouvé un dépliant, coincé dans la poignée de la porte de ma chambre. La piscine municipale ouvrait ses portes plus tôt aujourd'hui. Pour je ne sais quelle raison. Une fête débile, probablement. Le dépliant pleins de couleurs m'arracha un sourire. Et mérita illico sa place dans ma corbeille.

J'avais cédé. Je devais sortir. Voir des gens. Me terrer dans ma chambre ne ferait qu'agraver ma mauvaise humeur. Et j'avais donc céder au petit dépliant éclatant. Et donc, une heure et demi plus tard, je me retrouvais à l'entrée de la piscine municipale. Sac de piscine à la main et petit déjeuner dans l'autre, j'avais franchi le seuil et m'étais faite gratifiée d'un sourire ô combien charmant de la secrétaire qui surveillait probablement les allées-venues des gens. Puis, direction les vestiaires. J'avais englouti rapidement le burito que je m'étais achetée sur le chemin. Un mélange succulent de bacon, de poulet, de mayo et de je-ne-sais-quoi. Un semblant de sourire commençait alors à se dessiner sur mes lèvres. Croisant mon reflet dans un des nombreux miroirs de la salle, je trouvais un air plus enjoué à mon visage. Ou bien était-ce les cernes qui se dessinaient sous mes yeux qui me donnaient cette impression ? Et c'est vêtu d'un deux pièces rose pâle que j'arrivais au bord de la piscine. Elle était vide. Ou presque. Il y avait cette fille, un peu plus loin, assise sur le bord de l'eau. Pourtant, c'était une belle journée pour venir nager un peu. Mais je ne ferais probablement connaissance avec personne. Néanmoins, j'allais pouvoir garder mes muscles actifs, c'était ce qui comptait.
La surface de l'eau était lisse, parsemée des rayons du soleil. Mon corps s'y glissa lentement. Piscine chauffée. Je déposais ma serviette sur le côté de la piscine. Dans un soupir de contentement, je m'aventurais un peu plus loin, laissant mon corps engourdi se familiariser avec l'eau. Je relevais lentement mes cheveux en queue-de-cheval. Je jetais un regard vers la jeune asiatique. Elle n'avait toujours pas bougé et ne m'avait donc pas vu. Enfin, je crois. J'aspire une courte goulée d'air avant de me glisser sous l'eau. Et de nager. Lentement, seulement transporter par mes pieds, qui poussent légèrement mon corps vers l'avant. Le silence règne. Je ne perçois que faible sillement. J'ouvre mes yeux, lentement. L'eau n'est pas assez chlorée pour me les brûler, si bien que l'on voit clairement. Du bleu, le fond blanc. Les rayons de soleil. J'esquisse un sourire sous l'eau avant de revenir à la surface.

Et j'entendis un bruit attroce. Celui de corps qui tombe à l'eau. Et qui coule.

Je me retournais vivement, mouvement plutôt compliqué lorsqu'on se trouve dans de l'eau. Je tournais mon cou et remarquais que la jeune asiatique n'était plus sur le bord de l'eau. Mais ses choses y étaient toujours. Sa main était accrochée au bord de la piscine et elle semblait avoir de la difficulté à remonter. Je m'avançais et lui criais : « Hey! Ça v... » La phrase s'éteint sur mes lèvres alors que je vois sa main lâcher prise et son corps couler. Et je réagis au quart de tour. Plongeant sous l'eau, j'ouvre brusquement les yeux. Elle est là, ses bras cherchant désespérement à remonter à la surface. Je plisse les yeux avant de nager plus vite. J'aggripe son chandail à deux mains et la soulève quelque peu du sol. Avant de passer un bras autour de sa taille et de remonter avec difficulté vers la surface.
Le soleil est aveuglant. Comme trop brillant. J'entends le souffle haletant de la demoiselle à mes côtés, mais je reste silencieuse. Continuant de nager vers la partie moins profonde de la piscine. Je lui jète un regard. Elle respire. Certes, sa respiration est saccadée, mais elle respire. Donc pas besoin de lui faire le bouche-à-bouche ou autre technique de sauvetage. Mes pieds rafflent enfin le sol. Un bras toujours autour de sa taille et l'autre m'aidant à avancer plus vite, je me dirige vers le rebord, où traine ma serviette. Puis, je l'aide à se hisser sur le bord et à s'asseoir et je sors à mon tour pour venir m'installer côté. Je prend la serviette de plage et la met sur ses épaules avant de lui offrir un petit sourire. Et de lui demander, inquiète : « Est-ce que ça va ? »



template made by cupcakesss of Caution 2.0
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



" Nager ou Couler ? Telle est la question." With Ariana R. Collins Empty
MessageSujet: " Nager ou Couler ? Telle est la question." With Ariana R. Collins   " Nager ou Couler ? Telle est la question." With Ariana R. Collins Icon_minitimeJeu 8 Nov - 17:44

Douce chaleur, beau temps et agréable brise. Rien ne présageait un malheur ou même un simple accident et pourtant Lily était perturbée. Mis-à-part le fait que sa vie était devenue un enfer paradisiaque, la jeune fille n'avait rien à reprocher à ces gens qui l'entouraient, mais elle gardait une certain réticence à-vis de Wynwood High School. C'était bien elle qui avait durement travaillé pour être acceptée à l'aide d'une bourse, pourtant le choix de l'établissement avait surtout été fait par sa mère car : « Nous avons été si longtemps séparées l'une de l'autre, il vaut mieux que tu prennes un établissement près de la maison » avait gentiment dit sa génitrice. En quelques mois, Lily était passée de '' l'indépendance totale '' à '' l'emprisonnement familial ''. Ce n'était peut-être pas une mauvaise chose... en réalité si, ça l'était !
L'adolescente soupira, ajusta son sac en bandoulière bordeaux recouvert par de nombreux symboles de jeux-vidéo en tout genre et avança dans les couloirs de son nouvel établissement scolaire. Elle passa rapidement à l'administration prendre son nouvel emplois du temps puis, étant donné que les cours avaient déjà commencé depuis un bon moment, elle décida de ne pas faire irruption en plein milieu d'un cour. Après quelques secondes de réflexion, l'étudiante entreprit de se rendre dans un lieu calme afin de lire le règlement intérieur, ou plutôt de le survoler d'un air distrait et de mettre au point son nouveau plan de survie.
Première phase du plan : Réussir à obtenir une chambre dans l'internat parce que vivre avec sa mère c'était bien mais quand il s'agit d'une femme sur-protectrice, mère poule qui fait comme si de rien ne s'était jamais passé ( Elle devait certainement croire que Lily avait oublié qu'elle les avait abandonné à Taipei ) c'était invivable. De plus sa mère avait tendance à contrôler tout ses moindres faits-et-gestes ce qui était assez... perturbant. Comme quoi même faire des pâtes sans autorisation peut devenir un crime punit par les lois de l'autorité parental.
Deuxième phase du plan : .. Il n'y en avait pas vraiment, juste réussir à s'en sortir dans cette décadence perpétuelle dans laquelle la planète terre se trouvait, évidemment ce n'était qu'un point de vue pessimiste, d'autres auraient put dire que tout était beau et tout était jolie. Effectivement, nous parlons bien des fillettes de cinq ans dont l'univers se regroupe autour de barbie et de paillette, sans oublier cette magnifique couleur rose qui finit par vous griller le cerveau. Non, Lily n'était pas très féminine. Discrète, invisible, inexistante, oui, mais féminine non. Elle faisait partit de ces adolescents qui se cherchaient encore et arrivaient sans problème à avoir des remarques telles que : « quand tu te seras trouvé tu verras que tu auras beaucoup plus envie de prendre soin de toi ». Prendre soin d'elle ? S'ils voulaient dire par là '' se badigeonner le visage de fond de teint et mettre du rouge à lèvre fushia pour pouvoir faire des petits clins d’œil à des montagnes de muscles inintelligents '' alors elle préférait encore pourrir dans le fin fond des égouts de la ville de Miami.
Sans s'en rendre compte, à force de marcher droit devant, Lily finit par sortir du campus. Se retournant, la jeune fille vit qu'elle avait franchit les grilles de l'établissement mais n'hésita pas à continuer sa route. Autant commencer dès maintenant la visite de la ville, se connaissant, Lily savait que si elle ne le faisait pas maintenant elle oublierait et que, après deux longs mois de vie en cet endroit, elle ne saurait même pas où se trouve le supermarché le moins cher du coin. C'était d'ailleurs une façon comme une autre de rechercher un peu de calme et d'harmonie... enfin surtout du calme afin de commencer à lire ses obligations scolaire.
Avisant une nouvelle bâtisse qui semblait vide de toute personne, Lily se glissa à l'intérieur, espérant passer les grilles d'un parc pour enfant. Malheureusement ce n'était pas un parc de jeu mais une piscine municipale. Le genre de lieux où tout le monde marche pieds nus sur un sol dégouttant seulement lavé par l'eau pleine de chlore des bassins. L'adolescente n'avait jamais aimé ce genre d'endroit : dès qu'il y avait de l'eau, elle avait du mal. Pourquoi ? Parce qu'elle ne savait pas nager.
Concrètement, ce n'était pas une honte ni même un handicap, juste elle risquait de mourir en mettant les pieds dans de l'eau qui lui arrivait... au dessus du front. On lui avait souvent dit : « Mais ton corps flotte ! ». Non, son corps ne flottait pas. Il coulait comme une pierre. Et encore ! Même une pierre était capable de mieux s'en sortir qu'elle : au moins le caillou était balancé vers le bord. Son corps lui coulait et restait accroché au fond en riant machiavéliquement : « Je ne remonterai jamais Mouhahaha ! ».
Elle s'assit tout de même prés de l'eau, en tailleur, gardant une certaine distance avec le bord. Bien qu'elle ne sache pas nager, Lily avait toujours eu une fascination pour ce liquide qui la mettait mal à l'aise. La jeune fille aimait observer les gouttes se glissant sur les fenêtres, les vagues s'écrasant violemment sur les rochers et évidemment les ondulations produites lorsque l'eau est en mouvement. C'était ça le calme... en enlevant les vagues évidemment, on obtenait la définition parfaite du calme pour l'étudiante. Elle sortit la feuille de sa poche, posa son téléphone prés de son sac et commença sa lecture. Tout était ennuyeux à mourir et très vite, elle posa le papier dans son sac et se leva pour s'étirer de tout son long avant de... perdre l'équilibre et de tomber sur le bord de la piscine, la tête juste au dessus de l'eau. Lily soupira de soulagement et se redressa mais, ayant mal calculé sa force, sa main qui était appuyée sur le bord de la piscine glissa et sans savoir comment, l'adolescente se retrouva dans l'eau. Et ce n'était malheureusement pas le petit bassin pour les petites personnes. Lily se mit à agiter les bras sous l'eau, elle voyait les bulles sortir de son nez et de sa bouche alors qu'elle essayait tant bien que mal de respirer. Une scène s'imposa à son esprit : celle d'un policier qui annonçait à sa mère qu'elle était morte en se noyant alors qu'elle lisait le règlement de son école ainsi que son emplois du temps.
C'était ridicule ! Son corps lourd comme une pierre toucha le fond de la piscine. C'était .. La fin ?
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



" Nager ou Couler ? Telle est la question." With Ariana R. Collins Empty
MessageSujet: Re: " Nager ou Couler ? Telle est la question." With Ariana R. Collins   " Nager ou Couler ? Telle est la question." With Ariana R. Collins Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
" Nager ou Couler ? Telle est la question." With Ariana R. Collins
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [GARAGE] Coccinelle ou coccinelle, telle est la question. [LIBRE]
» Réflexion sur la question constitutionnelle aujourd'hui
» Faut-il remettre en question les habiletés du PDT du Sénat ?
» ~ Avouer ses fautes, poser une question ~ # Pv : Etoile d'Ambre #
» La question qui me taraude [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: RPs abandonnés-
Sauter vers: