AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez
 

 Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

avatar
Invité



Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard] Empty
MessageSujet: Re: Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard]   Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard] Icon_minitimeMer 31 Oct - 13:40

Edgard et Keira
Te souviens-tu de moi ? Me reconnais-tu ?

Keira pleura longtemps avant d’enfin se calmer, pour le plus grand soulagement du brun, qui avait presque eu peur qu’elle ne s’arrête jamais. Elle se serrait tout contre lui, et il répondait à son étreinte, le visage enfoui dans ses cheveux blonds. Finalement, quand elle se fut calmée, elle fit d’une toute, toute petite voix : « C’est déjà plus que je ne pouvais espérer. Alors, ça me convient très bien que tu essaies d’oublier tes sentiments pour Sateen ». En se détachant légèrement de lui, Keira l’embrassa. Avec tendresse, comme pour le remercier d’être là, et de ne pas la laisser tomber. Lui avait plutôt l’impression que c’était l’inverse, et que c’était Hayden qui ne le laissait pas tomber une seconde fois. C’est lui, en réalité, qui avait envie de se jeter à son cou en la remerciant – et peut-être même en pleurant, même si son père lui avait toujours dit « Fils, les hommes ne pleurent pas », et qu’il s’était appliqué à suivre cette règle stupide à la lettre durant des années. Luke aussi, d’ailleurs…

Hayden lui sourit, et il tenta de faire de même, mais il avait une boule dans la gorge. Du coup, il se contenta de passer ses doigts sur les joues de la jolie blonde, pour enlever les larmes qui s’y trouvaient. « Fiouuuh… Toutes ces émotions ne me réussissent pas beaucoup ! Ne m’en veux pas mais je crois qu’on devrait en rester là pour aujourd’hui…
- D’accord, ma belle, comme tu veux…
- Et, comme ça, on pourra avoir un regard un peu plus clair, un regard neuf sur les choses qu’on vient de vivre. Je ne veux pas qu’on prenne une décision pareille sous la pression des retrouvailles et de nos émotions » poursuivit l’Eta Iota. A nouveau, le trompettiste approuva. Il se rendait bien compte qu’elle avait envie de rester seule, du coup il la ramena jusqu’à la porte de son bâtiment. Une fois devant celui-ci, Edgard attrapa la main de Keira et l’attira à lui pour l’embrasser. De longues secondes, il mêla ses lèvres à celles de sa peut-être future petite-amie, puis la laissa enfin s’échapper, à regret.

Ed’ rentra à son tour dans son Bâtiment et alla retrouver Hope, à qui il expliqua les évènements de la journée, sans toutefois lui dire qui était Keira, par respect pour Hayden et pour le silence qu’elle lui avait demandé de garder à ce sujet. Le brun se contenta donc juste de dire à Hope qu’il avait rencontré une ancienne copine à lui, et qu’ils allaient peut-être se remettre ensemble, parce que Sateen lui avait préféré Valentin, et parce que l’autre fille l’aimait. Les colocataires en discutèrent longuement, jusque tard dans la nuit… et ils finirent par s’endormir tous les deux. Edgard, pour sa part, s’endormit en songeant pour une fois pas à Sateen, mais bien à Hayden et aux moments qu’ils avaient vécus, tous les deux.


Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard] Empty
MessageSujet: Re: Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard]   Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard] Icon_minitimeMer 31 Oct - 10:56

Je me détendais peu à peu dans les bras d’Edgard. La paume chaude et douce d’Edgard se posa sur ma joue. Nos regards étaient rivés l’un à l’autre. J’avais envie de pleurer. Je ne savais pas comment Edgard allait pouvoir me pardonner de l’avoir fait souffrir à ce point, de l’avoir abandonné de cette façon. Il ne pouvait pas me pardonner. J’avais été une garce impatiente avec lui. A l’époque, je ne pensais qu’à coucher avec n’importe quel mec. J’étais persuadée que je ne valais pas mieux et que la seule manifestation d’amour et de passion qu’on pourrait me donner était de coucher avec moi alors que… C’était tout le contraire. Edgard n’avait pas voulu coucher avec moi parce qu’il me respectait –et aussi parce qu’il n’était pas prêt mais ce n’était pas le plus important-. Lorsqu’il m’annonça qu’il ne supporterait pas de me perdre à nouveau, je me mis à pleurer. Pourquoi ? J’avais toujours été émotive. Je pleurais pour un rien. Ca me touchait de savoir que tout espoir n’était pas mort. Je ne pouvais pas parler pour le moment. Je pleurais trop pour répondre à Edgard. Je serais serrée contre le jeune homme jusqu’à ce que j’arrête de pleurer, ce qui dura de longues minutes. Puis, d’une petite voix je lui répondis enfin :

-C’est déjà plus que je ne pouvais espérer. Alors, ça me conviens très bien que tu essais d’oublier tes sentiments pour Sateen.

Je détachais mes bras de son cou et attrapais sa tête entre mes mains puis je posais à nouveau mes lèvres sur les siennes. Ce baiser était moins passionné, plus bref mais toujours aussi tendre. Je servis à Edgard mon plus beau sourire avant de dire :

-Fiouuuh… Toutes ces émotions ne me réussissent pas beaucoup ! Ne m’en veux pas mais je crois qu’on devrait en rester là pour aujourd’hui… Et, comme ça, on pourra avoir un regard un peu plus clair, un regard neuf sur les choses qu’on vient de vivre. Je ne veux pas qu’on prenne une décision pareille sous la pression des retrouvailles et de nos émotions.

Je restais avec Edgard même si j’avais envie de rentrer, d’aller me coucher et de dormir. Je n’arrivais pas à réaliser ce qui m’arrivait. J’avais l’impression d’avoir tout imaginé et pourtant, c’était la réalité. Je déposais encore un baiser plein de tendresse sur ses lèvres si tentantes.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard] Empty
MessageSujet: Re: Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard]   Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard] Icon_minitimeVen 19 Oct - 15:18

Je ne peux rien te promettre

Les yeux d’Hayden n’avaient pas changé. Ils étaient toujours aussi captivants. Edgard s’y perdit quelques secondes, tandis qu’elle réfléchissait à la réponse qu’elle allait lui fournir. Peut-être n’en trouva-t-elle pas… toujours est-il qu’elle se pencha à nouveau vers lui pour l’embrasser. Une fois, deux fois, trois fois. Le brun répondit à chacun de ses baisers. Il avait peur qu’elle parte, elle aussi. Et quand il fermait les yeux, c’était comme si son premier amour était de retour. Comme avant. Le goût du regret l’envahit. Si Hayden était restée, ils seraient sans doute tous les deux, à l’heure actuelle. Si Selim n’avait jamais existé, ça serait également le cas… il aurait même pu aller avec elle voir son père ! Et si… si Sateen n’avait jamais existé ? Cette question était plus compliquée. Il aimait Sateen. Elle l’avait soutenu, quand Hayden lui avait brisé le cœur. Et il était tombé amoureux d’elle, à force d’attentions de sa part. Si tout cela ne s’était pas produit… oui, Edgard était persuadé qu’il aurait pardonné son incartade à Hayden, et ils seraient ensemble. Malheureusement, avec des « si », on mettrait Paris en bouteille. La vie n’était pas aussi facile. Hayden avait préféré le tatoué, elle avait quitté Miami, et il était tombé amoureux de la Chef des Eta Iota. Non pas qu’il le regrette, à l’heure actuelle. Mais il souffrait de son choix. Elle lui avait préféré Valentin. Et aujourd’hui, si une ou l’autre de ces conditions avaient été différentes, Ed’ serait probablement en train de répondre à Keira qu’il l’aimait aussi, et il serait heureux.

« Je ne veux pas te quitter. Je t’aime. J’ai déjà fait l’erreur de te laisser et je ne veux plus la refaire… Tu vois où mon erreur nous a menés ? Je suis revenue avec une « nouvelle tête » et tu n’es plus amoureux de moi alors que, moi, je suis éperdument amoureuse de toi » lui avoua la jolie blonde, en se dégageant un peu de lui. Ed’ eut l’impression qu’elle pensait qu’il ne l’aimait plus parce qu’elle avait changé. Mais ce n’était pas le cas. Le trompettiste n’était plus amoureux d’elle parce qu’il avait énormément souffert… et parce que Sateen avait pris la place qu’Hayden avait jadis occupée dans son esprit. Jour et nuit, il pensait à elle. Mais cela lui renvoyait sa solitude à la figure. Tout s’embrouillait dans son esprit. Puisque Sateen était avec Valentin… lui en voudrait-elle s’il sortait avec Keira ? S’il essayait de changer les sentiments qu’il avait pour elle, au profit d’Hayden ?

La jeune femme accrocha ses bras à son cou et se blottit tout contre son torse. Ed’ l’entoura de ses bras et soupira, perdu. Tout à coup, Keira releva la tête et l’affronta du regard. « Dis, je pourrais savoir ce que tu aimais chez moi avant tout ça et que je n’ai plus maintenant ? » lui demanda-t-elle. Et pendant ce temps, son cerveau tournait toujours à la vitesse grand V ! Le jeune homme posa sa paume tout contre la joue de son amie et la lui caressa avec tendresse, sans la quitter des yeux. Sateen avait dit qu’ils devaient être amis. Alors, rien ne l’empêcherait d’essayer de trouver le bonheur ailleurs. « J’aimais tout, chez toi. Je t’ai toujours trouvée incroyable. Mais ce que j’aimais par-dessus tout, c’étaient tes yeux… et ils sont toujours là » murmura-t-il. Jamais auparavant il n’avait croisé un regard comme celui d’Hayden. Et il était sûr et certain de ne jamais en recroiser. Elle était unique, magnifiquement unique. La perdre à nouveau le tuerait. « Je ne supporterais pas de te perdre une seconde fois. Je… je ne peux pas te promettre d’oublier mes sentiments pour Sateen. Mais je peux essayer ? » lui dit-il, en voulant y croire de tout son cœur. Parce que s’il y croyait assez fort… peut-être que la souffrance s’en irait.


this is for Keira. there are 650 words. Edgard [royalblue. 3 septembre 2012


Création / Tillie || Modification / Pollo



Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard] Empty
MessageSujet: Re: Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard]   Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard] Icon_minitimeJeu 18 Oct - 21:04

J’étais persuadée qu’Edgard n’avait pas pris la peine de me courir après. Après tout, il n’était pas amoureux de moi. Il m’avait oubliée. Il avait trouvé quelqu’un d’autre. J’étais presque arrivée au bâtiment des Eta Iota. Les larmes me brouillaient la vue. Quelqu’un m’appela par mon prénom. La voix m’était familière et pour cause : c’était celle d’Edgard. J’étais trop curieuse de savoir ce qu’Edgard avait d’autre à me dire pour continuer à courir comme je l’avais fait quelques instants avant. Mon cœur battait à cent à l’heure et les larmes ne se tarissaient pas. De sa main, il emprisonna ma main. Je sentais son regard fiché dans le mien même si je ne le voyais pas vraiment. Je sentais sa main dans ma nuque. Je savais ce qu’il allait faire. Si j’avais pu parler, je lui aurais crié de ne pas le faire. Il franchissait le point de non-retour. Ses lèvres posèrent sur les miennes. Je fermais les yeux et ma main se posa sur sa joue. Il se détacha de moi ou plutôt de mes lèvres et me supplia de ne pas le laisser. Je ne savais pas quoi dire alors je préférai de nouveau l’embrasser. Je lui rendais son baiser. Après deux ou trois baisers de plus, je m’écartais à regret de ses lèvres merveilleuses. J’avais peur de le regarder dans les yeux mais je devais le faire. Je devais croiser son regard et lui parler avec sincérité.

-Je ne veux pas te quitter. Je t’aime. J’ai déjà fait l’erreur de te laisser et je ne veux plus la refaire… Tu vois où mon erreur nous a mené ? Je suis revenue avec une « nouvelle tête » et tu n’es plus amoureux de moi alors que, moi, je suis éperdument amoureuse de toi., lui dis-je à voix basse.

Je dégageais ma main de la sienne et passais mes bras autour de son cou avant de me blottir contre lui, ma tête posée sur son torse. Je restais ainsi quelques instants avant de relever la tête et de lui demander :

-Dis, je pourrais savoir ce que tu aimais chez moi avant tout ça et que je n’ai plus maintenant ?

Je me sentais bête de lui demander ça si bien que je reposais ma tête contre son torse pour ne plus avoir à le regarder dans les yeux.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard] Empty
MessageSujet: Re: Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard]   Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard] Icon_minitimeMar 9 Oct - 13:49

Ne me laisse pas.


► Hayden sécha ses larmes et se détacha du brun, qui vécut son geste comme une nouvelle séparation. Il comprit immédiatement qu’elle n’aurait plus envie d’être une simple amie à ses yeux, après ce qu’il venait de lui dire. Il comprenait, et pourtant n’arrivait pas à l’accepter. « J’étais vraiment heureuse de te revoir. Oui, c’était super de te voir en forme et de voir que tu n’étais plus amoureux de moi… » fit-elle, tout en remettant ses chaussures. Elle mentait. Il la connaissait assez bien pour savoir que c’était le cas. Le jeune homme resta cependant comme bloqué. Debout, un peu courbé, il la regarda s’éloigner vers la porte. Un sentiment d’impuissance l’envahit.
Une fois devant la porte, la main sur la poignée, l’Eta Iota lui lança un pauvre sourire. « Au revoir… » furent ses dernières paroles avant de quitter la pièce. Pour de bon. Cela sonnait comme un adieu. Ed’ attendit. Partait-elle vraiment ? Il espérait que cela ne soit pas le cas. Hayden ne pouvait pas l’abandonner une seconde fois. Pas maintenant qu’il venait juste de la retrouver. Au bout de quelques secondes, l’adolescent se rendit compte que s’il ne faisait rien, elle l’abandonnerait pour de bon, et leur relation prendrait fin une deuxième fois. Il pouvait agir. Il le pouvait, il n’avait qu’à courir après elle, lui ouvrir son cœur, lui faire comprendre qu’il avait besoin d’elle… mais en avait-il seulement le droit ? Exiger son amitié était-il correct ? Il savait très bien ce qu’elle pouvait ressentir, au fond d’elle-même. Il se sentait pousser en avant par son égoïsme, son envie de la garder auprès de lui quoi qu’il arrive… mais son amitié pour la jeune femme le retenait, lui interdisant de lui courir après. Il se disait qu’elle souffrirait moins si elle avait la possibilité de l’oublier. Ce n’est pas parce que lui préférait souffrir en restant l’ami de Sateen alors qu’elle en aimait un autre qu’il devait imposer cela à Hayden. Du coup, il hésitait, hésitait…

Son cœur l’emporta sur sa raison.

L’adolescent se rua hors de la classe. Il la chercha des yeux, mais ne la trouva bien évidemment pas. Il avait trop longtemps hésité. Son instinct le poussa à courir aux toilettes des femmes. Il enfonça presque la porte, mais il n’y avait personne. Heureusement, d’ailleurs… il se serait sans doute fait frapper par toutes ces furies s’il en avait croisé une ici ! Mais l’embêtant, c’est que personne… bah c’était Hayden compris ! Du coup, il ne savait pas trop où elle était. Elle n’avait pas pu aller en cours… celui-ci avait repris avant qu’elle ne sorte de la classe. Le bâtiment des Eta Iota fut l’endroit suivant auquel il pensa, et il se mit à courir vers celui-ci.
L’endroit où logeaient les pin-ups de Wynwood se dressait devant lui quand il la vit, au loin. Il avait couru vite et avait fini par la rattraper, avant qu’elle ne rentre. Le brun accéléra sa foulée, jusqu’à la rattraper à quelques pas de l’entrée. Il faillit crier son ancien prénom, mais se ravisa juste à temps : « Keira ! Keira, attends-moi ! » hurla-t-il à la place. Quand il arriva à l’arrêter, Edgard lui prit automatiquement la main. Il plongea ses yeux dans les siens, le souffle encore court de sa course. Sa main libre vint de glisser dans la nuque de la jolie blonde et… il se pencha vers elle pour l’embrasser. Leurs lèvres se rencontrèrent, et Ed’ eut l’agréable sensation de retrouver totalement sa Hayden, celle qu’il avait aimée. Sa bouche avait certes changé, mais pas sa façon d’embrasser… ni la douceur de ses lèvres. Après quelques secondes, il se décolla d’elle et, plongeant à nouveau ses yeux dans ceux de la jeune femme, la supplia presque : « Ne me laisse pas… »


Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard] Empty
MessageSujet: Re: Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard]   Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard] Icon_minitimeSam 15 Sep - 10:31

J’étais nulle. Je ne comprenais plus pourquoi j’étais revenue à Wynwood, pourquoi je n’étais pas restée avec l’agent Andrews, lui il m’aimait et il me le montrait bien. Je pleurais encore plus lorsqu’Edgard me dit qu’il m’avait aimé. Il était si tendre de par ses gestes mais tout dans ses paroles me faisais souffrir… En fait, Edgard me faisait souffrir comme je l’avais fait souffrir auparavant. Pourquoi étais-je partie ? Pourquoi étais-je revenue ? J’étais stupide. Trop stupide.

SATEEN… Non, pas elle ! Il ne pouvait pas… Pas elle… Elle était pire que la peste ! Sateen était la peste des couples. Je savais qu’elle avait déjà brisé le cœur d’une fille. J’avais entendu parler de cette fille, Elise, qui était folle amoureuse depuis longtemps de Valentin, le petit-ami de Sateen. Je ne pouvais pas croire que j’étais moi aussi victime de son côté trop parfait qui faisait que plein de gens étaient attirés par elle. C’était bête mais avant aujourd’hui, j’aurais pu être amie avec elle… Maintenant, elle était la raison de mon malheur. Je me mordais la lèvre inférieure. Je ne savais plus quoi faire. Je voulais partir, m’enfuir loin… Loin… Loin… Loin d’Edgard, loin de Wynwood. Je me détachais de lui, séchais mes larmes et finalement, je lui dis :

-J’étais vraiment heureuse de te revoir. Oui, c’était super de te voir en forme et de voir que tu n’étais plus amoureux de moi…, mentis-je. La tournure que prenait les choses ne me plaisait pas du tout. Les rôles s’étaient inversés. J’avais fais souffrir Edgard et maintenant Edgard me faisait souffrir. Vengeance… Revanche… C’était ça. Inconsciemment, Edgard prenait sa revanche sur moi. Je remis mes chaussures et pris mon sac. Je ne pris pas le temps de me remaquiller, je savais que mon mascara avait dégouliné. Je devais ressembler à un panda. J’ouvris la porte, me retournais vers Edgard et lui dit : Au revoir…. J’avais dit ça en priant pour ne jamais le revoir. J’avais souris en le disant comme si je pensais réellement ce que je disais. J’avais fait une bêtise en revenant vers lui… J’avais fais une bêtise et je venais à peine de m’en rendre compte.

Dès que j’eu passé la porte, je me précipitais au bâtiment des Eta Iotas. J’avais besoin d’être seule. J’avais besoin de me défouler. J’avais besoin d’être loin de lui.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard] Empty
MessageSujet: Re: Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard]   Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard] Icon_minitimeSam 8 Sep - 18:57

► La jolie tête blonde reposait sur son torse. Il l’observait et revoyait les mèches brunes d’Hayden, sauvages, si différentes de cette nouvelle personne qu’elle était devenue. Doucement, Edgard glissa une mèche blonde, parfaitement coiffée, entre ses doigts. Il soupira, désarçonné. Arriverait-il à se faire à cette nouvelle apparence ? La voix faible de sa Hayden s’éleva alors : « J’aimerais savoir si tu m’aimes encore ou si tu as tourné la page ? », lui demanda-t-elle. Cette question le prit au dépourvu. La jeune femme, pourtant, ne lui laissa pas le temps de répondre et se redressa. Keira sauta à terre et enleva ses chaussures à talons hauts. Ed’ n’avait pas souvenir d’avoir déjà vu Hayden en porter. Il baissa légèrement les yeux sur elle, tandis qu’elle enlaçait ses bras à son cou. Leurs regards s’accrochèrent. Peu à peu, il la retrouvait. Ses yeux, surtout, ne pouvaient la trahir. C’est par ce biais qu’il lui répondit et, quand la main de la jolie blonde se crispa sur son épaule, il sut qu’elle avait compris. Ses yeux, ses yeux qu’il aimait tant, se remplirent de larmes, qui glissèrent une à une sur ses joues pâles.
Edgard posa une main dans son dos et, de l’autre, essuya une larme sur la joue de celle qu’il avait un jour aimée. Il fallait qu’il lui explique. Mais par où commencer ? Lui qui n’avait jamais aimé parler, même s’il avait fait des efforts grâce à Hope durant le mois passé à Londres, n’était toujours pas un expert en la matière. L’adolescent glissa sa main dans la nuque d’Hayden et la lui caressa, doux et tendre comme auparavant. « Je t’aimais, Hayden… Tu es la première fille à m’avoir ouvert ton cœur, je n’oublierai jamais ça. Je t’ai aimée, énormément, plus que tu ne te l’imaginais sans doute à l’époque, parce que je fuyais le contact trop physique entre nous, mais je t’aimais. C’est parce que j’avais du respect pour toi que je ne voulais pas qu’on se précipite. Et puis, tu as préféré… Selim… Lui t’offrait sans doute ce que tu attendais. Et moi… tu m’as brisé le cœur. J’ai mis du temps à m’en remettre, j’ai rencontré une autre fille… » lui expliqua-t-il, doucement, avec tendresse. Il n’avait pas envie de lui faire de la peine, mais il fallait qu’elle comprenne. « Elle m’a beaucoup aidé, à force de patience. Peut-être que tu la connais… Elle s’appelle Sateen » révéla-t-il alors, sans pour autant lui dire qu’il était raide de cette fille. « Alors, oui, on peut dire que j’ai tourné la page, Hayden… mais ce n’est pas pour autant que je t’ai oubliée, et que je ne suis pas très content de te revoir. Je… il faudra juste un peu de temps, pour que je m’habitue à ta nouvelle apparence, mais je serai toujours là, si tu as besoin de moi ».
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard] Empty
MessageSujet: Re: Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard]   Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard] Icon_minitimeLun 3 Sep - 21:14

J’avais de plus en plus de doute sur le fait qu’Edgard et moi pourrions vivre quelque chose de fort et de beau. Sa main se posa sur ma joue. Je frissonnais. Avec lui, c’était toujours comme si c’était la première fois qu’on me touchait ainsi. Je savais que j’avais énormément changé. Je voulais lui demander s’il m’aimait toujours. J’eu un petit sourire lorsqu’il me dit qu’il aurait aimé être là pour moi et qu’il était désolé de m’avoir laissé affronter tout ça seule. Il me pris dans ses bras. J’étais trop bien blottie dans ses bras. Je serais restée ainsi des heures mais je voulais savoir : m’aimait-il encore ? Il devait être passé à autre chose. Egoïstement, je priais pour qu’il n’ai pas tourné la page, qu’il ne soit pas tombé amoureux d’une autre. Ma tête était toujours posée sur son torse. D’une voix faible, je lui demandais : « J’aimerais savoir si tu m’aimes encore ou si tu as tourné la page ? ».
Je me relevais, descendais de mon perchoir. En même temps, je faisais reculer Edgard sans briser notre contact physique. J’enlevais mes chaussures et recouvrais mon mètre soixante-neuf. Edgard, bien que constamment voûté, restait plus grand que moi. Je passais mes bras autour de son cou. Je voulais tant revenir en arrière. Revenir à ce jour où j’avais fait le mauvais choix. J’aimerais tant être toujours Hayden Blackthorn alias la salope de Wynwood pour les gens mais être en couple avec Edgard. J’aimerais tant ne pas avoir eu cette immense soif de sexe qui faisait fuir tous les mecs sérieux. J’aimerais ne pas avoir eu besoin de coucher avec quelqu’un pour me sentir aimé de lui.

Je sentais que je l’avais perdu, que j’avais perdu son amour, que quelque chose d’important avait changé. Je sentais que rien ne serait plus comme avant entre nous. Pourquoi donc étais-je revenue ? La peine et la tristesse s’écroulèrent sur mes épaules. Ma main se crispa sur son épaule alors que l’autre s’était glissé dans ses cheveux courts. J’avais l’impression que j’allais tomber, que j’allais sombrer sous le poids de ma peur. Finalement, les larmes arrivèrent. Je pleurais de crainte d’avoir perdu l’amour et l’estime d’Edgard. Ma respiration devient saccadée. Pourquoi fallait-il que pleure tout le temps ? Pourquoi étais-je ainsi ? Pourquoi fallait-il que j’offre à chaque fois la vision d’une fille pleurant à chaude larme à Edgard ? Peut-être parce que pleurer était dans ma nature ? Je ne savais pas le pourquoi du comment. Je connaissais juste la finalité : je pleurais stupidement, inutilement…
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard] Empty
MessageSujet: Re: Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard]   Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard] Icon_minitimeDim 2 Sep - 17:29

► Sur le même ton, elle lui répondit qu’elle ne l’avait pas tué, ce qui le soulagea profondément. Il s’en voulu de tenir encore à elle au point d’être soulagé d’apprendre une chose pareille. C’était quoi, son problème ? Il aurait dû la détester, pour la souffrance qu’elle lui avait infligée en en choisissant un autre. Mais il n’était pas comme ça. Edgard ne faisait pas partie de ces personnes que l’on qualifie de rancunières. Du moins, il n’en faisait plus partie. Depuis cette histoire avec Luke et Alisa, le jeune homme refusait de se laisser prendre à nouveau dans le tourbillon de la rancœur et de la vengeance. « Au fait, officiellement je m’appelle Keira alors, s’il-te-plaît, ne m’appelle plus Hayden quand on est en public » ajouta la jolie blonde à ses côtés. Keira… C’était tellement… différent. Tellement pas elle. Et pourtant. Le brun hocha la tête, signe qu’il acceptait de ne plus l’appeler par son prénom et les adolescents se concentrèrent à nouveau sur ce qu’il se passait devant eux : le discours. Tout du long, ils se serrèrent la main sous le banc. C’était une chose qui n’avait pas changé, chez Hayden. Ses mains. Certes, elle portait à présent du vernis, mais elles étaient les même qu’avant. Tout comme ses yeux. Edgard se raccrochait à ça, parce que c’était totalement fou, et il était à deux doigts de croire qu’on lui faisait une blague. Qu’elle était une jeune fille, comme ça, qu’il ne connaissait pas et qui avait envie de se moquer de lui. Simplement. Mais non, elle a ses mains, ses yeux… Peut-être aussi ses pieds. Ce ne sont pas des choses qui s’opèrent et se modifient, les mains et les pieds. On ne peut pas les travestir. Et ça le rassurait.
Quand le discours prit fin, ils se lâchèrent la main. On les répartit dans des classes, mais c’est à peine si Ed’ entendit la sienne. Il irait vérifier le panneau d’affichage, tant pis. Le moment des questions fut bref : personne n’en posa. Et la journée était déjà finie. Les cours commençaient le lendemain, officiellement. La foule s’élança vers la sortie, Edgard et… Keira en firent de même. Une fois dans le couloir, la jeune femme lui reprit la main et l’entraina à sa suite dans une salle de classe vide. Après avoir bloqué la porte de l’intérieur, elle alla s’asseoir sur le bureau et l’observa. Lui resta là, debout devant elle, sans savoir quoi faire ou quoi dire. Il écouta, simplement. Elle respira profondément et lui raconta toute l’histoire, depuis son départ. Muet comme une carpe, Edgard l’écouta. Attentif. Les viols, l’affrontement avec son père, la plainte, le policier, la chirurgie,… Pour un peu, le brun se serait cru dans une série. Mais la voix d’Hayden tremblaient, il pouvait presque ressentir ses émotions, revivre la scène à travers ses yeux. Elle fit une minuscule pause, durant laquelle il n’osa pas prononcer un mot. Il sentait qu’elle n’avait pas terminé.
« Je suis revenue pour toi. Tu me manquais à un point incroyable. Je t’aime. Je sais que c’est perturbant de me voir aussi changée… Physiquement, je ne suis plus la même, c’est vrai, mais au plus profond de moi, je suis toujours Hayden, je suis toujours la fille que tu as connu… J’ai un peu changé : je suis plus féminine qu’avant mais ce n’est pas un mal » lui dit-elle alors. Le jeune homme se mordit la lèvre. Elle l’aimait. Elle l’aimait, maintenant. Elle avait aimé Selim, quand c’était le bon moment. Quand il aurait pu lui offrir son cœur… Son cœur, des mois plus tard, pris par une autre. Doucement, Ed’ s’approcha de la jeune fille, toujours installée sur son bureau. Il posa sa main douce sur sa joue, qu’il sentait différente sous ses doigts. Pour ne pas se sentir trop perturbé, il s’accrocha à son regard. Celui qu’il avait tant aimé. « Tu as tellement changé… » murmura-t-il alors, peut-être plus pour lui-même que pour elle. Mais le regard de la blonde lui disait l’inverse. Non, je n’ai pas changé, je suis toujours là, regarde-moi dans les yeux et tu comprendras. Voilà ce que ses yeux lui disaient. « J’aurais aimé être là pour toi quand c’est arrivé… Je suis désolé de t’avoir laissé affronter ça toute seule » ajouta-t-il, réellement désolé. Il tendit alors les bras et la serra contre lui. C’était à présent tout ce qu’il pouvait faire. Tout ce qu’il pouvait lui offrir. Parce que son cœur appartenait à une autre, à présent.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard] Empty
MessageSujet: Re: Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard]   Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard] Icon_minitimeSam 1 Sep - 16:47

Je savais que mon implication dans la mort de mon père ne plaisait pas à Edgard. Je savais qu’il voulait des réponses et je ne lui donnais pas toutes les réponses qu’il voulait. Je ne pouvais pas lui donner certaines réponses ici parce qu’il y avait beaucoup trop de monde et qu’on risquait d’être entendu. Comme pour sa question sur ce que j’avais fait à mon père. Dans sa voix je sentais que tout n’était pas mort entre nous. Je sentais qu’il m’appréciait encore suffisamment pour qu’on puisse au moins être amis. Mais être amie avec Edgard me suffirait-il ? J’en doutais mais ce serait déjà mieux que rien. Il attrapa ma main. Je sentais la chaleur de sa peau contre la mienne. J’avais toujours aimé le contact physique avec Edgard et je continuais à l’aimer. Avec Edgard, je préférais le contact à la parlotte. On se comprenait mieux sans paroles. C’était ainsi et c’était bien car Edgard n’était pas un grand bavard. Il me demanda une nouvelle fois ce que j’avais fait.

-Je t’expliquerais ce qu’il s’est passé après la conférence… Tout ce que je peux te dire, c’est que je ne l’ai pas tué. J’ai juste été impliquée dans sa mort…, dis-je à voix basse. J’ajoutais ensuite : Au fait, officiellement je m’appelle Keira alors, s’il-te-plaît, ne m’appelle plus Hayden quand on est en public.

Je ne lâchais pas la main d’Edgard avant la fin du discours du directeur. J’aurais tant voulu ne jamais lui lâcher la main. La fin du discours arriva rapidement. Le directeur demanda si personne n’avait de question et comme d’habitude, personne ne prit la parole. Nous fûmes enfin lâchés. J’avais lâché la main d’Edgard quand nous sommes puis je l’avais rapidement reprise. Je l’avais entraîné dans une salle de classe vide. J’avais ensuite bloqué la porte. Je me tournais finalement vers Edgard. Je m’asseyais sur le bureau. Je respirais profondément et ouvris la bouche :

-Je crois t’avoir dit que mon père me violait. Quand je suis allée à New York pour le voir, il a recommencé. Il m’a aussi battue. Cette fois-ci, j’ai eu le courage d’aller porter plainte. J’ai appris que mon père était recherché par le FBI : il avait violé et tué des femmes dans tout le pays mais il n’y avait aucune preuve ou elles n’étaient pas exploitables. J’étais sa seule victime en vie et sur qui il ne prenait aucune précaution. Certains agents du FBI avaient des doutes parce que j’avais été diagnostiquée mythomane. Un agent est venu avec moi au bureau de mon père. L’agent s’est fait passé pour un policier. On avait dit que j’avais volé une veste de luxe dans un magasin. L’agent a fait mine de partir et mon père a commencé à m’arracher mes vêtements. L’agent était toujours là, mon père l’a vu et il sorti un revolver de son bureau et a tiré sur l’agent. Bien sûr l’agent a riposté, il a d’abord tiré dans le bras de mon père mais ça n’a servi à rien et il lui tiré dans la tête. Je n’ai pas tué mon père mais je suis impliquée dans sa mort. J’ai été obligée de changer mon apparence parce que je suis témoin protégée. Mon père trempait dans des affaires louches avec la mafia., expliquais-je sans m’arrêter même si ma voix tremblait un peu quand j’évoquais les viols à répétitions dont j’avais été la malheureuse victime. Après une minuscule pause j’enchaînais : Je suis revenue pour toi. Tu me manquais à un point incroyable. Je t’aime. Je sais que c’est perturbant de me voir aussi changée… Physiquement, je ne suis plus la même, c’est vrai, mais au plus profond de moi, je suis toujours Hayden, je suis toujours la fille que tu as connu… J’ai un peu changé : je suis plus féminine qu’avant mais ce n’est pas un mal.

Je coinçais une mèche rebelle derrière mon oreille. Je n’avais cessais de regarder Edgard tout le long de mon monologue. J’espérais qu’Edgard comprendrait. J’espérais qu’il accepterait qu’on recommence, qu’il me donne une seconde chance, qu’il accepte de m’aimer à nouveau ou qu’au moins, il accepte qu’on devienne ami et qu’on aille, peut-être, plus loin. Mais ce que je voulais là, tout de suite, c’était de me blottir dans ses bras et ne rien dire de plus.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard] Empty
MessageSujet: Re: Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard]   Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard] Icon_minitimeVen 31 Aoû - 16:35

Qu'as-tu donc fait...


► Hayden l’interrogea d’un regard. Hayden… ou cette autre fille dont il ne connaissait même pas le nouveau prénom. Elle avait probablement dû changer de prénom avec le reste. L’amertume lui remplit la bouche. Ce goût amer, celui des regrets. Au fond de lui, Ed’ se demandait s’il aurait pu la convaincre de rester. Peut-être, s’il s’était battu pour elle, ne lui aurait-elle pas préféré ce type tatoué. Était-ce sa faute ? Avait-il tout gâché ? Des questions, des tas de questions… et pas de réponse. Jamais, sans doute, il ne le saurait. Il la regardait écrire et avait envie de fuir. Elle n’était plus la même. Arriverait-il seulement à faire abstraction de ça pour accéder à sa demande ? Pour lui accorder une seconde chance ? Rien n’était moins sûr. Mais au fond… elle restait celle qu’il avait aimée. Alors… que faire ?
La jolie blonde, car oui, elle était jolie, plus que ça, même ; poussa vers lui la feuille sur laquelle s’enchainait leur dialogue. Il lut. Jusqu’à cette phrase précise : « (D’ailleurs, il est mort et je ne suis pas étrangère à sa mort) ». Son poing se serra quand il vit ça, et Edgard tourna un regard précipité vers elle. Il plongea dans ses yeux, s’y engouffra et, en murmurant pour que personne ne les entende… « Qu’est-ce que tu as fait ? ». Son ton était pressant. Paniqué, en réalité. Il avait peur pour elle. Peur qu’il ne lui arrive malheur. Était-ce parce qu’elle avait… assassiné son père, qu’elle avait à présent cette apparence ? Aurait-il pu seulement l’éviter ? Alors, il se rappela de ce jeune homme. Son ami. Alfred. Également l’ami d’Hayden. Il lui avait promis, si Ed’ avait bonne mémoire, de l’aider à se venger. Son poing se serra encore un peu plus fort et il se mordit l’intérieur de la bouche. Alfred faisait partie des nombreuses personnes qu’Edgard pensait avoir perdues pour toujours, en quittant Miami. Lui aussi referait-il surface avec son ex ? Ou pas vraiment ex, mais qu’importe, à présent.
Il l’observait entortiller son doigt dans ses cheveux, à la manière d’une petite fille prise en faute, qui s’attend à être punie. Elle était à la fois touchante, si proche de lui et en même temps si loin. Doucement, il approcha sa main et prit celle de la blonde, il l’attira à lui, sous le banc. Le Directeur, debout devant l’amphi’, continuait son discours, indifférent à ce qu’il se passait devant lui. Le calme était plus ou moins là. Assez en tout cas pour qu’il se fasse entendre, ça lui suffisait. Après, il irait prendre un café et retournerait jouer au Solitaire sur son ordinateur en faisant semblant de travailler. Plus que quelques minutes, et se serait bon. Et pour Ed’ et Hayden, combien de temps faudrait-il pour que ce soit bon, entre eux ?
Il lui serra la main, comme avant, et répéta, sans se faire entendre : « Hayden… Qu’as-tu fait à ton père ? ».
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard] Empty
MessageSujet: Re: Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard]   Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard] Icon_minitimeJeu 30 Aoû - 15:15

Edgard ne disait rien. Il avait toujours été comme ça et ça me convenait totalement. Malheureusement, je me rendais compte que ce que j’étais devenue ne lui plaisait pas car je n’étais plus tout à fait Hayden. Je m’en rendais compte et s’il le fallait je redeviendrais la fille qu’il avait connue. La seule chose que je voulais c’était le récupérer et vivre ce que je n’avais pas pu vivre avec lui. D’un geste doux, il me prit mon stylo des mains. Je ne relevais pas les yeux avant qu’il me rende ma feuille avec quelques mots de sa main : « Pourquoi es-tu partie ? ». Je lui jetais un regard interrogateur. Devais-je tout lui dire ? Tout expliquer ? Je m’étonnais qu’il ne m’a pas demandé pourquoi j’étais revenue. D’une main tremblante je traçais des mots qui, je l’espérais, satisferait les attentes d’Edgard.

Je le devais. Ce n’était pas suffisant, je le savais. Je ne savais pas comment formuler tout ça. J’étais brisée. J’étais terrifiée par une personne. Je devais voir mon père, je devais lui parler et surmonter la peur qu’il me faisait éprouver même à des kilomètres de distances. Je ne pouvais me reconstruire sans l’affronter. C’est pour ça que je suis partie. Il s’est passé des tas de choses quand j’étais à New York pour voir mon père. J’ai appris des choses sur mon père (D’ailleurs, il est mort et je ne suis pas étrangère à sa mort). J’ai été obligée de faire de la chirurgie esthétique. Ca doit te paraître stupide de faire de la chirurgie esthétique mais je n’avais pas le choix.

J’avais répondu à sa question mais j’en avais dit plus, j’en avais expliqué un peu plus. De toutes façons, ce n’était que la suite logique de mon explication. Qui ne serait pas surpris en voyant une personne qu’il n’avait pas vu depuis quelques mois revenir (alors qu’il ne s’y attendait pas) et surtout qu’elle revienne complètement métamorphosée ? Personne. Je lui redonnais la feuille et le stylo. J’avais abrégé tout ça, je n’allais pas lui écrire des pages entières sur ce qu’il m’était arrivé et il ne me l’avait pas demandé. Il m’avait juste demandé pourquoi j’étais partie. En attendant sa réponse, je triturais toujours l’une de mes mèches blondes. J’entortillais nerveusement cette mèche autour de mon index. J’espérais tant qu’il accepterait de me pardonner. Je ne demandais pas forcément qu’on se mette en couple et qu’on fasse comme si je n’avais pas choisi Selim plutôt que lui, comme si je n’avais pas disparu pendant plusieurs mois sans prévenir, comme si je ne lui avais pas brisé le cœur, comme si je n’avais pas changé physiquement, comme si rien de tout cela ne s’était passé, comme si nous étions repartit au moment où j’avais eu à choisir entre Selim et lui. Malheureusement, c’était impossible. Nous ne pourrions jamais repartir en arrière. Je lui avais infligé une blessure qui jamais ne guérirait totalement. Aucune blessure ne guérissait totalement. Edgard porterait à jamais une cicatrice psychique de ce que je lui avais infligé. A mon grand regret. Je souffrais de savoir qu’il souffrait. Mes yeux étaient rivés au sol, je n’osais rien faire de plus. Je n’osais même pas regarder Edgard. Durant ces quelques instants où je fixais le sol en triturant l’une de mes mèches blondes, on aurait pu voir Hayden, la fille que j’avais été, malheureuse, mal dans sa peau, un peu timide. Certes, n’importe qui n’y aurait pas fait attention mais Edgard n’était pas n’importe qui et il m’avait connu.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard] Empty
MessageSujet: Re: Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard]   Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard] Icon_minitimeJeu 30 Aoû - 0:14

O Muse, contiens-toi ! muse aux hymnes d'airain ! Muse de loi juste et du droit souverain ! Toi dont la bouche abonde en mots trempés de flamme, Etincelles de feu qui sortent de ton âme, Oh ! ne dis rien encore et laisse-les aller ! Attends que l'heure vienne où tu puisses parler. Endure le spectacle en vierge résignée. ▬ Victor Hugo
Paroles, paroles, paroles...

Crispé, Ed’ écoutait le Directeur parler de l’importance de réussir sa dernière année. Il sentait bien que quelque chose se tramait à côté de lui, mais le brun n’osait pas regarder. Cette fille était étrange, son regard lui rappelait trop de choses qu’il aurait préféré oublier. Que faisait-elle ? Soudain, une paume se posa sur le bras d’Edgard, qui sursauta malgré lui. Les doigts délicats glissèrent jusqu’à sa main à lui et la serrèrent. Il était sur le point de crier au viol quand la main de la blonde se posa sur sa joue et le força à tourner la tête. A sa gauche, un type avait capté leur manège. Mais dès l’instant où Edgard croisa le regard de la fille, il sut et s’en moqua. Il comprit que ça ne pouvait être qu’elle, aussi étrange que cela puisse paraître. Elle avait dû enlever les lentilles qui lui donnaient des yeux d’une autre couleur, parce qu’il retrouvait à présent toute l’intensité, toute l’immensité du regard de sa première amourette. Hayden Blackthorn, ou si ce n’était elle, du moins sa réincarnation. Les mots qu’elle lui murmura, avec ce regard de braise dans lequel il n’avait qu’une envie : se perdre ; l’ébranlèrent : « Edgard… Tu n’as pas pu m’oublier… Edgard, c’est moi, c’est Hayden… ». Bien sûr qu’il n’avait pas oublié… mais tout avait changé, depuis ! Il y avait eu Sateen, et Selim, le départ d’Hayden, la Hayden qu’il connaissait, puis son voyage, Trevor et Evangeline, Hope… Elle ne pouvait pas se pointer et lui dire « Hé, c’est moi ! On en était où ? ». Et pourtant, pourtant c’est pratiquement ce qu’elle fit.
Ed’, médusé, l’observait fouiller son sac et en sortir un papier, qu’elle se mettait à crayonner à la hâte. Son visage était tellement différent, c’en était affolant. Elle avait dû passer sous le bistouri d’un chirurgien hors pair pour obtenir pareil résultat. Et ses cheveux, ses longs cheveux bruns et doux, transformés en tignasse blonde platine. Sans parler de sa tenue. Il ne la reconnaissait pas, derrière ce masque qui n’était pas elle. Hayden, dans son souvenir, portait un jogging et un tee-shirt trop grand pour elle, et c’était comme ça qu’elle lui plaisait. Là… ce n’était plus la même personne. Elle avait tellement changé physiquement. Mais pourquoi ? Cette question le torturait. Pourquoi avait-elle fait ça ? Que s’était-il passé depuis son départ pour qu’elle se métamorphose de la sorte ?!
Quand elle lui tendit la feuille qu’elle venait de noircir de son écriture, Ed’ la tira vers lui mais ne posa pas de suite ses yeux dessus. Le nouvel Alpha Psi était trop concentré sur elle. Son nouveau visage. Quelques secondes lui furent nécessaires pour se plonger dans la lecture de ce petit papier. Des aveux. Elle l’aimait, l’avait toujours aimé, même quand elle était avec Selim. Le jeune homme se mordit la lèvre. Ses derniers mots le suppliaient de la pardonner, de lui laisser une seconde chance. Pour un peu, Edgard en aurait rigolé. On n’efface pas tout d’un coup d’éponge, aussi rapidement. Surtout lorsque les sentiments sont en jeu. Las, il se passa une main dans les cheveux. Pensa à Sateen. S’en voulut. Courbé, il tendit une main vers celle de la blonde, jolie au demeurant, même si elle n’était plus Hayden, sa Hayden. Doucement, il s’empara de son stylo. Parler aurait été trop compliqué, et il n’avait jamais aimé ça. Alors, il écrivit. Quelques mots à peine : « Pourquoi es-tu partie ? ».
Juste ces quelques lettres, mais pas plus, qui reconnaissaient donc sa véritable identité. Il ne voulait pas parler d’eux, si un « eux » il y avait, dans un amphithéâtre bondé. Et pas via l’intermédiaire de ridicules morceaux de papier, non plus. En poussant le papier vers la blonde, ainsi que le stylo, Ed' ne put s'empêcher de se dire qu'il aurait peut-être dû demander pourquoi elle était revenue. Sa vie était déjà compliquée, un peu de piment en plus risquait de tout faire capoter.

this is for Keira. there are 670 words. Edgard [royalblue. 3 septembre 2012


TILLIE AT CAUTION <3



Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard] Empty
MessageSujet: Re: Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard]   Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard] Icon_minitimeMer 29 Aoû - 23:17

Edgard s’était déplacé de quelques centimètres. Je n’aimais pas qu’il me fuit mais il ne m’avait pas vue et c’est pour cela que j’étais revenue à l’assaut. Il me regarda enfin mais je vis dans son regard qu’il ne me reconnaissait pas. Je reçu comme un coup de poignard en pleine dans le cœur. La douleur était si aiguë qu’elle me coupait le souffle. J’avais envie de pleurer mais je ne devais pas… je ne devais pas pleurer. Il m’ignora royalement. J’approchais ma main de la sienne sans oser la toucher. Je n’osais pas… J’étais faible, j’étais incapable de lui dire directement qui j’avais été. C’était un peu normal : mon passé était sensé rester secret. Je retirais mes lentilles colorées, j’en avais une boîte dans mon sac au où j’en perdrais une pendant la journée. Je tournais une nouvelle fois vers Edgard, cette fois-ci mes yeux avaient cette étrange teinte vert-gris. Je posais ma main sur son bras. Je glissais ma main sur son bras jusqu’à ce que ma main rencontre la sienne puis je la serrais dans la mienne. Mon autre main se posa sur sa joue et l’obligea à tourner son regard vers moi. Une nouvelle fois je le regardais les yeux dans les yeux. Du regard, j’implorais Edgard de me reconnaître. Peut-être faisait-il du déni ? Peut-être l’avais-je trop fait souffrir si bien qu’il ne voulait pas me reconnaître ? Peut-être que seule ma voix le convaincrait ?

-Edgard… Tu n’as pas pu m’oublier… Edgard, c’est moi, c’est Hayden…, murmurais-je afin que seul Edgard puisse m’entendre. Je n’arrivais pas à aligner plus de mots. C’était trop dur. Résignée au mutisme, je sortis une feuille et un stylo et écrivis d’une écriture fine et gracieuse, la même qu’avant, : Je m’en veux. J’ai fais une énorme erreur en te préférant Selim. Je m’en suis rendue compte. Si je suis revenue à Miami, c’est uniquement pour toi. Je veux réparer mes erreurs. Je t’aime et je n’ai jamais cessais de t’aimer même quand j’étais avec Selim. Je ne regrette pas de t’avoir embrassé sur ce terrain de sport le jour de notre rencontre. Je t’ai fais souffrir et je comprendrais que tu ne veuilles plus me parler mais, je t’en supplie, pardonne-moi, laisse-moi une seconde chance..

Je lui tendis la feuille noircie de mes excuses et de mes aveux. Je l’aimais et je ne m’en étais rendue compte que trop tard. J’aurais préféré ne pas l’avoir vu ici, à ce moment-là. J’aurais préféré l’avoir vu dans un couloir et pouvoir m’échapper du lycée avec lui pour tout lui expliquer : ma fuite de Miami, ce qu’il s’était passé à New York, la mort de mon père, ce qu’était réellement mon père, ce qui m’avait forcé à faire de la chirurgie esthétique pour qu’on ne puisse pas me reconnaître. En réalité, Edgard était la seule personne dont je voulais être reconnue. Je voulais rattraper le temps perdu. Je voulais vivre ce qu’on n’avait pas pu vivre à cause de ma bêtise. Je pensais qu’avec Selim je serais capable de me reconstruire mais je me trompais. Peut-être que j’en serais capable grâce à Edgard ? Mais, accepterait-il de me pardonner ? J’avais peur qu’il refuse. J’avais peur qu’il me déteste. J’avais peur de le dégoûter parce que j’avais été une vraie garce avec lui. Je baissais le regard, je restais incapable de soutenir encore son regard. Nerveusement, machinalement, je triturais l’une de mes longues mèches blondes comme je le faisais avant. J’étais morte d’inquiétude. J’avais envie de m’enfuir mais je ne le devais pas.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard] Empty
MessageSujet: Re: Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard]   Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard] Icon_minitimeMer 29 Aoû - 14:14

O Muse, contiens-toi ! muse aux hymnes d'airain ! Muse de loi juste et du droit souverain ! Toi dont la bouche abonde en mots trempés de flamme, Etincelles de feu qui sortent de ton âme, Oh ! ne dis rien encore et laisse-les aller ! Attends que l'heure vienne où tu puisses parler. Endure le spectacle en vierge résignée. ▬ Victor Hugo
Un regard inattendu

Lundi trois septembre, rentrée des classes. Tout cela semblait si loin à Edgard. Il se rappelait de son arrivée, l’année précédente. Une bourse en sport, une fleur à cueillir pour la voir lentement, lentement se vider de son sang, sentir la vie se faner en elle pour disparaître. Tel était alors son but. Le but de Luke. Tuer Alisa, se venger d’elle. Peu à peu, Miami et ses habitant l’avaient changé, cependant. Tout avait commencé avec elle. Hayden. Edgard gardait d’elle un souvenir impérissable. Sa fougue lorsqu’elle le réclamait, ses baisers ardents. Et son regard. Le brun n’était pas sûr de l’oublier un jour. Le voulait-il seulement ? Elle avait été celle qui lui avait offert son premier baiser. Celle qui l’avait entrainé sur le sentier de l’amour… avant de l’y abandonner pour se jeter dans les bras d’un tatoué. Il avait eu mal. Et sa blonde, sa belle, sa gentille Sateen avait été là pour le consoler. Elle l’avait écouté ne rien dire. Etrange concept. En s’efforçant de le faire sourire, elle avait rallumé quelque chose en lui. Et il était parti. Loin, à la recherche de ses origines.
A présent, il était de retour. Cela faisait presque déjà trois mois. Et Sateen… Sateen lui avait avoué l’aimer, partager ses sentiments… mais sa dulcinée s’était ensuite jetée dans les bras d’un autre. L’histoire se répétait. Seul, sur le sentier de l’amour. Quand on y marche seul, il se transforme, plus rapide qu’Usain Bolt, en chemin de croix, route de malheur, autoroute de solitude.
Pour cette nouvelle rentrée scolaire, Ed’ s’était promis de laisser tout ça de côté pour se concentrer uniquement sur lui. Sur sa famille retrouvée. Apprendre, toujours, faire des efforts. Essayer d’affronter la vie, en levant les yeux. Se redresser. Mais le chemin vers le bonheur était ardu, ainsi son grand corps se courbait toujours, bien malgré lui. Ses yeux impénétrables léchaient toujours le sol de leur air triste. Mais il y arriverait. Il avait toute l’année pour ça.
Assis dans le fond de l’amphithéâtre, prêt à entendre une seconde fois le discours du Directeur, Edgard attendait que tous les élèves soient rentrés et se soient installés. Il les regardait passer sans les voir, se demandant lesquels feraient alors partie de sa future classe, et lesquels encore seraient dans sa Confrérie. Elle avait changé. Des Rho Kappa, le jeune homme était passé aux Alpha Psi. Un choix pas si aisé, mais dicté par l’amour de la musique, de sa trompette plus particulièrement. Il n’y connaissait pour l’instant personne, contrairement à son ancienne Confrérie. Tant pis. Un départ à zéro demande qu’on remette réellement tous les compteurs au même point, sans tricher. Il entendit une jeune femme s’asseoir près de lui mais ne la regarda pas. Elle poussa un espèce de soupir qui l’intrigua, mais il ne se retourna tout de même pas. Le Directeur commença à parler. Ed’ essayait de se concentrer sur les mots qu’il prononçait, en vain.
La cuisse de la jeune femme qui se plaqua tout contre la sienne ne l’aida en rien.
Edgard Callahan baissa les yeux vers cette dite-cuisse et fronça un sourcil. N’avait-elle pas assez de place sur son siège ? Nerveux, il se déplaça de quelques centimètres sur la gauche, pour lui laisser de la place, mais la jeune femme persista, l’obligeant finalement à lever les yeux vers elle.
Leurs regards se croisèrent.
Passé le moment de surprise dû à l’impression d’avoir déjà vu ces yeux là quelque part, Edgard fronça les sourcils, l’air de lui demander ce qu’il lui prenait de le coller ainsi. Et son regard, son regard vrillé sur lui, qui semblait vouloir lui dire quelque chose qu’il ne comprenait pas. Où avait-il vu ce regard ? Où ?!
Hayden.
L’illumination impossible. Ce ne pouvait pas être elle. Hayden était brune, Hayden était sportive et s’habillait en conséquence, Hayden n’avait pas cette bouche, les yeux d’une autre couleur, une couleur qu’il avait aimé plus que tout. Cette fille n’avait rien en commun avec la fille qui lui avait donné son tout premier baiser. Rien du tout. Rien… si ce n’est ce regard. Cette façon de le regarder lui. Juste lui. Perturbé, il tourna à nouveau la tête vers le Directeur.
Hayden n’était plus là. Il ne connaissait pas cette inconnue.

this is for Keira. there are 713 words. Edgard [royalblue. 3 septembre 2012


TILLIE AT CAUTION <3



Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard] Empty
MessageSujet: Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard]   Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard] Icon_minitimeMer 29 Aoû - 0:34

Le retour à Miami était dur et surtout éprouvant. Je reconnaissais chaque lieu (ou presque) et chaque lieu me faisait penser à quelqu’un ou à quelque chose que j’avais vécu sous l’identité d’Hayden Blackthorn. J’étais même passée devant le restaurant dans lequel j’avais mangé avec Selim le jour de notre rencontre. Je devais arrêter de penser au passé. Si je vivais dans le passé, je trahirais trop vite mon identité. Aujourd’hui c’était la rentrée. J’avais rendez-vous dans la salle de conférence du lycée pour un petit speech sur l’importance de ne pas rater sa dernière année de lycée car c’était elle qui déterminerait notre future orientation et par extension, notre futur. Je l’avais déjà entendu l’année dernière.

Allez, je commençais une nouvelle année mais cette année, j’étais Keira Amanda Stevens, une jeune femme de 18 ans fraîchement débarquée de New York. Je me regardais pendant quelques instants dans le miroir pour me rappeler qui j’étais maintenant. Puis j’allais prendre une douche bien chaude. Je revêtis un haut sans manches rouge avec un col bénitier qui me faisait un magnifique décolleté –qui n’était pas du tout vulgaire ni provoquant- avec un jeans slim foncé accompagné d’escarpins Louboutin noir d’une hauteur de talon raisonnable (Je n’avais pas mis des escarpins de 16 cm de talons). Je brossais ensuite mes longs cheveux blonds et les laissaient libres. Après m’avoir légèrement maquillée, je pris mon sac et m’en allait vers la salle de conférence. Durant le trajet à l’extérieur des bâtiments, j’avais fumé une cigarette. Sans une seconde d’hésitation, j’allais dans cette fameuse salle. La plupart des élèves étaient déjà là. Il restait des places dans le fond de la salle, à croire qu’ils avaient tous décidé de jouer aux bons petits élèves. Je m’installais dans le fond de la salle à côté d’un mec brun. Je ne pris tout d’abord pas vraiment le temps de l’observer. Les quelques secondes où mon regard s’était posé sur lui avait suffis à remarquer que ses épaules semblaient voûtées. Peu à peu, alors que je venais de m’asseoir à côté de lui, cette position voûtée me rappela Edgard. Je l’avais fait souffrir et j’en voulais de ça. Avec la distance, je m’étais aperçue que je l’aimais beaucoup plus que je ne le pensais. J’aventurais mon regard sur lui et quelle ne fut pas ma surprise de reconnaître le visage d’Edgard. Je lâchais un petit « Han ! » de surprise. Mon exclamation avait été discrète. Seul Edgard avait pu l’entendre. Je tentais de croiser son regard. Je savais que si je lui disais que j’étais Hayden il ne me croirait pas. Qui le croirait d’ailleurs ? Je voulais lui prendre la main, je voulais redevenir aussi proche de lui que nous l’avions été par le passé. Regarde-moi, regarde-moi ! Je voulais tellement qu’il me voit, qu’il voit qui j’étais et qui nous avions été l’un pour l’autre. Hayden était morte mais pour lui, j’accepterais encore d’être Hayden si ça suffisait à nous rapprocher comme avant. Je doutais fortement du fait qu’il veuille encore m’adresser la parole. Après tout, je lui avais infligé l’une des pires blessures en lui préférant Selim. Je savais que mon choix l’avait fait souffrir et maintenant, mon choix me faisait souffrir. Je savais que je m’étais trompée. Je savais que j’avais pris la mauvaise route. J’aurais dû choisir Edgard. J’aurais dû choisir sa gentillesse et sa timidité. C’était quand même moi qui lui avait donné son premier baiser, ce n’était pas rien ! Finalement j’appuyais ma cuisse contre la sienne afin qu’il se tourne vers moi et me regarde dans les yeux. Si nos regards se croisaient, je savais qu’Edgard me reconnaîtrait. Mon regard n’avait pas changé. C’était la seule chose de mon anatomie qui criait « Je suis Hayden Blackthorn ». Enfin… Je portais des lentilles colorées mais à par la couleur qui avait un peu changé, mes yeux « criaient » réellement que j’étais Hayden Blackthorn.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard] Empty
MessageSujet: Re: Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard]   Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Te souviens-tu de moi? Me reconnais-tu? [Edgard]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [quête] Ce dont je ne me souviens pas. [terminée]
» Lucie Frot- Je me souviens il me semble, des jeux qu'on inventait ensemble... [TERMINE]
» On reconnaît un oiseau en écoutant son chant
» C.K ☼ Souviens-toi de ces brefs instants torrides.
» ˋˋ Me reconnais-tu ? Parce que moi, je ne doute pas de qui tu es. ˎˎ

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: RPs abandonnés-
Sauter vers: