AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 Leelah Hogan || 30 mars 1995 ▬ 23 juin 2012

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Leelah Hogan || 30 mars 1995 ▬ 23 juin 2012   Dim 26 Aoû - 1:42



Leelah Hogan



Partie trop tôt.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Leelah Hogan || 30 mars 1995 ▬ 23 juin 2012   Lun 29 Oct - 16:08


    N'y avait-il dont aucun exutoire ? Aucune sortie de secours ?
    Quand la vie vous enlève ce qu'il y a de plus important, comment trouver la force d'avancer ? Quand il n'y a plus d'espoir, quand c'est finit. Quand l'être qui rendait ce triste monde plus beau disparaît à tout jamais, comment se convaincre que la beauté existe et reviendra un jour ?

    Leelah était morte depuis plusieurs mois déjà. Elle était partie. Pour toujours. Et rien ni personne ne pouvait y faire quoi que ce soit. Il fallait continuer à vivre, à se lever chaque jour. Chaque matin, il fallait trouver la force de s'extirper de son lit et de vivre. Vivre. Exister. Une partie de Jeff n'existait plus depuis ce malheureux 23 juin 2012. La vie, le destin, qu'importe, quelqu'un lui avait enlevé la femme qu'il aimait. Qu'il avait toujours aimé.

    Mais le savait-elle ? Savait-elle qu'il aimait plus que tout ? Probablement. Lui avait-il au moins dit ? En était-elle persuadée ? Autant de questions sans réponses. Autant de maux sans remèdes.

    La plaie était toujours ouverte. Et le serait toujours.

    Au fond, qu'avait-elle fait pour mériter ça ? Strictement rien. Elle avait été la plus magnifique des femmes que Jeff avait eu le plaisir de rencontrer, de côtoyer, d'aimer. Elle était l'amour incarné. Un petit bout de femme. Elle n'imaginait sûrement pas ce qu'elle avait apporté à Williams. Elle lui avait donné foi en l'amour, en l'être humain. Elle avait été d'un incroyable réconfort, devant la cruauté de ce monde. Mais c'est cette cruauté qui lui avait ôté la vie, sous la forme d'un malfrat, d'un enfoiré d'alcoolique, qui l'avait violée et battue. Elle était morte là, seule, sur ce trottoir. Sous cette pluie abondante. Jeff n'avait pas été là pour la sauver. Elle avait enduré milles souffrances sur ces pavés, dans cette rue. Avant de s'envoler. S'envoler vers un endroit meilleur, peut-être.

    Jeff s'était levé tôt ce matin. Il n'avait pas prit de douche, et n'était pas descendu à la cafétéria pour prendre son petit déjeuner. Directement à son réveil, il avait prit la direction du cimetière.

    Maintenant, il se retrouvait devant la magnifique pierre tombale de sa bien-aimée. Sur la pierre, une photo de Leelah, souriante, les yeux pétillants. Telle qu'il l'avait souvent connue. Telle qu'il aurait encore voulu la connaître pendant longtemps. Depuis petit, sa vie avait été tracé. Depuis l'adolescence, il savait où il voulait finir. Dans une maison de banlieue, comme toute autre pareille, entouré de celle qu'il avait rencontré un beau jour d'été. Sur ces plages, celles de leurs histoire.

    Cela faisait bien longtemps qu'il n'avait pas remit les pieds à Los Angeles. Peut-être irait-il y faire un tour, plus tard ... Pour voir une dernière fois ces plages, ces rues. Ce terrain de basket où il l'avait abordé.

    Agenouillé devant la tombe, des larmes commençaient à perler de ses yeux clairs. Au dessus de lui, le ciel semblait se gâter. De vilains nuages noirs s'approchaient, tandis qu'une légère brise traversait ses cheveux décoiffés.

    Depuis ce triste jour de juin, il n'y en avait pas eu un seul sans qu'il pense à elle. À tout l'amour qu'il avait à lui donner. Et à ce bébé ... Leurs bébés. Elle n'avait pas été de taille à supporter la cruauté de ce monde. Pas toute seule en tout cas. Il lui avait promit qu'il ne l'abandonnerait pas ... et c'était pourtant ce qu'il avait fait. Elle était morte seule. Il n'avait pas été à ses côtés. Il ne l'avait pas protéger. C'était comme si il avait laissé à la vie la permission de lui ôter sa raison de vivre.

    - Je suis désolé, lâcha-t-il entre deux gémissements.

    Ses yeux étaient désormais baignés de larmes. Rares avaient été les fois où il était venu se recueillir sur sa tombe. Non pas qu'il manquait d'envie. Mais c'était comme accepté qu'il devait continuer sans elle ... Et ça, il ne le voulait pas. Pire encore, il ne s'en sentait pas capable. Son voyage en Inde lui avait fait du bien ... si on veut. Il y a des blessures qui ne guérissent jamais vraiment. Des plaies qui ne cicatrisent pas.

    Mais tout cela, cette souffrance, cette peur, cette rancœur, allait-elle s'en aller un jour ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Leelah Hogan || 30 mars 1995 ▬ 23 juin 2012   Lun 29 Oct - 19:12



Leelah Hogan
's shadow



Une journée douce. Beaucoup plus fraîche qu'une journée normale. Le vent est doux, l'air n'est pas brusque, il ne semble pas y avoir trop de bruit. On entend le rythme de la vie, le vent qui vient à souffler dans les feuilles des arbres. Le vent qui souffle au dessus de l'océan, qui vient à créer des vagues venant se mourir sur la plage. Le sable se forme, se déforme, au gré de cette mer capricieuse, de ce vent incertain. Dans la vie, on ne peut jamais rien prévoir. On ne peut jamais dire que quelque chose durera, que quelque chose marchera. Car il peut y avoir, à chaque instant, un élément, un choix, un problème. Tout est une question de choix. Tout se résume à ça. Pour Leelah Hogan, c'était le mauvais choix. Pourquoi être sortie dehors, par ce temps, à cette heure, ce soir-là, à cet endroit précis? Nous ne le saurons peut-être jamais... Tout est toujours lié. Besoin d'air, besoin de sortir. Pourquoi? Car elle avait loupé bien trop de cours. Pourquoi? Parce qu'elle s'était enfuit. Pourquoi? Parce qu'elle n'allait pas bien du tout. Pourquoi?... faut-il vraiment répondre à cette question?

Très bien. Jeffrey Marlon Williams.

Un vent plus frais vint danser entre les feuilles. Sa tombe est là, prenant la douce lumière de cette matinée. Le soleil s'est levé, d'abord un peu rouge... puis les heures ont adoucies sa couleur. En cet instant, il semble plus fort. Les heures ont passées... tout comme les jours, les semaines, les mois. Mais quelque chose l'empêche de partir définitivement. Elle est loin, mais quelque chose, une partie d'elle est restée à quai. Cette partie d'elle est là, près de sa tombe. Elle peut bouger, elle peut s'accrocher à quelque chose, quelqu'un et le suivre durant des heures... Elle le sait, mais elle ne le fait pas. Non, ce n'est pas à elle de le torturer. Elle n'est pas ici pour ça. Elle ne veut pas lui faire de mal, elle veut simplement prendre soin de lui... Lui faire comprendre, que c'est bon. C'est finit. Qu'elle l'attend, quelque part. Qu'elle est en bonne compagnie, avec leur bébé. Qui peut bien prendre le temps qu'il souhaite, elle l'attendra, toujours. Mais en attendant ce jour, elle ressent comme un lien, partant de son coeur et étant noué à quelque chose. Elle le voit arriver. Elle voit tout.

C'est comme si elle était là, suspendue, légère comme une brise de vent. Elle n'est qu'un souffle, qu'un infime nuage, d'une poussière. Elle est assise, voluptueuse, les cheveux blonds volant au vent, portant une robe qui la ferait presque passer pour quelqu'un de pure.

Il arrive, il est toujours aussi beau. Le voir, lui fait du bien. Elle ne ressent ni tristesse, ni colère, ni envie. Non, elle est juste heureuse de le voir, comme si ça le satisfaisait. Il tombe à genoux, il murmure qu'il est désolé et il pleure. Elle sourit tendrement et se laisse emporter par le vent, jusqu'à lui. Elle est debout, face à lui. Mais il ne peut la voir.

Elle déposa alors sa main sur sa joue, comme s'il pouvait la sentir. Peut-être y arrivera t-il? Ca marche par moment, quand le besoin se fait vraiment ressentir, quand l'énergie entre deux corps est vraiment très forte. Il réagit. Elle sourit. Elle veut qu'il sache qu'elle est là. Qu'elle va bien. Comme si elle pouvait lui envoyer un souffle de paix, de plénitude. Le ressent-il? Elle se recule alors un peu et d'un geste de la main, fait intervenir le vent. Il y a un souffle, un souffle chaud mais assez fort pour déccrocher une feuille rouge. Rouge comme la passion, qui vient alors de poser délicatement sur le genoux à terre de Jeff. Elle sourit. Elle sait qu'il sait. Ils sont encore ensemble, elle est encore là...
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Leelah Hogan || 30 mars 1995 ▬ 23 juin 2012   

Revenir en haut Aller en bas
 
Leelah Hogan || 30 mars 1995 ▬ 23 juin 2012
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Du 1 mars au 4 mars 1995
» CoroCoro Juin 2012: dernière ligne droite avant le 21 !
» [Mairie] Narbonne: arrêtés municipaux en application
» Edition du 5 Mars 1995
» Documents, témoignages divers, etc

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: » Le cimetière-
Sauter vers: