AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 ♥ Love never dies | Warren & Hope

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Re: ♥ Love never dies | Warren & Hope   Ven 13 Juil - 0:23


    En tant que réel gentleman, Warren avait payé la nuit. Ce n'était rien de très coûteux pour le jeune homme, et puis cela lui faisait plaisir. Après tout, s'il avait décidé d'emmener son petit bout de paradis à la conquête de son passé, ce n'était pas pour qu'elle fasse des dépenses inutiles. Surtout pour pouvoir dormir. Personne ne devrait payer pour pouvoir dormir dans un lit, seulement le jeune homme n'avait malheureusement pas le pouvoir de refaire le monde.

    Hope rentra dans la chambre, et me proposa d'aller prendre ma douche en premier. C'était une chambre, tout ce qu'il y avait de plus banal avec tout ce qu'il fallait pour dormir bien tranquillement. Elle devait appeler quelqu'un pour indiquer où elle se trouvait. Warren n'y voyait pas l'intérêt puisqu'il avait toujours fait ce qu'il voulait, et que personne ne se souciait vraiment d'où il avait bien pu être tout au long de l'année. Il alla dans dans la salle de bain, se lava et entendit une petite voix, celle d'Hopy :

    « Je commande un truc à manger pour ce soir ? On reste tous les deux dans la chambre… Chinois, ça te va ? »

    « Oui ça me va ! Je réglerais »

    Le jeune texan s'était promis de dépenser chaque dollars qui serait nécessaire pour Hope. Jamais elle n'aurait à dépenser quoi que ce soit. Il sortit de la salle de bain, encore humide et pour seul « vêtement » la serviette autour de sa taille. Son anglaise lui déposa un tendre baiser et lui dit qu'il était encore mouillé. Warren sourit.

    « J'ai du mal à m'essuyer. Depuis que je suis tout petit, j'ai jamais été totalement sec en sortant de la douche, j'aime bien sécher avec l'air. »

    C'était une habitude qu'il avait pris et il savait que rien ne changerait. Elle l'embrassa une seconde fois, et lui dit qu'il fallait qu'elle aille se doucher, sinon elle n'arriverait pas à s'arrêter. Il était vrai que Warren n'y arriverait pas non plus, et Dieu sait comment ça aurait pu se finir. Elle partit se doucher. Le jeune homme enfila son caleçon et s'allongea dans le lit en allumant la télé. Le confort de la voiture c'est bien, mais celle du lit, c'est beaucoup mieux ! La sonnette retentit. C'était sans doute le livreur. Warren se leva, prit son porte monnaie dans la poche de son jean et ouvrit la porte. Il prit la nourriture, donna l'argent, remercia le livreur, ferma la porte et posa le tout sur la petite table qui se trouvait dans l'angle de la pièce entourée de deux petites chaises en bois de la même couleur que la table. Le texan voulu attendre Hope avant de commencer à manger, et pensant qu'elle n'allait pas tarder à sortir de la douche, s'allongea sur le lit et regarda la télé. Elle sortit, une serviette comme seul vêtement. Sexy.

    « Étant donné que je n’avais pas prévu ce périple, je n’ai pas de vêtements propre… Ni de brosse à dents. »

    C'était pas faux. Seulement, Warren avait toujours une roue de secours dans sa voiture. Des affaires à lui, propre, caleçon, pull, t-shirt, pantalon... Le nécessaire de toilettes c'était autre chose mais il y avait toujours des stations services qui étaient ouvertes la nuit, ou les bonhommes à l'entrée du motel ont souvent ce type de choses pour les arrêts à l'improviste. Elle lui demanda si ça allait comme repas.

    « Oui ça me va, ne t'en fais pas. J'ai quelques affaires dans ma voiture, je reviens. Commence à manger avant que ce soit froid ! »

    Il lui fit un bisous, enfila son pantalon, pris ses clés, et partit dans la voiture. C'était rapide, mais il ne voulait pas que Hope prenne froid en serviette. Il ouvrit le coffre de la voiture. Sous la planche là où était normalement située la roue de secours, il y avait un tas d'affaires, des odeurs, des souvenirs. C'était tout ce qu'il avait pu récupérer et ce qu'il avait déjà dans la voiture le jour où tout était arrivé. Il prit un grand pull noir simple et un caleçon bleu et blanc à carreau. C'était ce qu'il avait de mieux. Il chercha pour trouver une brosse à dent. La seule brosse qu'il réussit à trouver, c'était une brosse à cheveux, il l'a pris, ferma la voiture et se dirigea vers l'accueil. Il se rendait compte qu'il ne faisait pas froid. Torse nu, le vent soufflait sur sa peau mais ce n'était pas désagréable. Il demanda au petit monsieur barbu s'il avait une ou deux brosses à dents. En un petit instant, le monsieur apparu avec deux brosses à dents et un dentifrice. Warren le remercia et rejoignit Hope.

    Il rentra dans la chambre, les bras chargés d'affaires. Il lui tendit le pull et le caleçon.

    « Tiens ma chérie. J'ai deux brosses à dents aussi. On ira acheter quelques trucs demain sur la route ♥ »

    Il s'assit à table et commença à manger. Ils parlèrent de tout et de rien, ils débarrassèrent ensemble et finirent par aller dans le lit. Ils étaient tous les deux complètement fatigués par le voyage. Après quelques bisous échangés, ils s'endormirent l'un sur l'autre, comme deux amoureux parfaits. Et ils l'étaient. Un amour inconditionné, réciproque, fou, magique.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: ♥ Love never dies | Warren & Hope   Mar 19 Juin - 19:15


Ils finirent par trouver un motel pour la nuit. Ils ne s’étaient pas arrêtés à la Nouvelle-Orléans. C’était plus raisonnable de continuer. Et les prix seraient sans doute plus intéressants en dehors de la grande ville. Le voyage aurait pu être long. Mais ce n’était pas le cas. En réalité, il était agréable. Une sorte de road trip qui commençait drôlement bien. De la musique rock qui rugissait de la radio. Un chauffeur sexy, drôle, souriant, amusant… Les conversations s’enchainaient jusqu’à ce qu’ils se garent sur le parking d’un petit hôtel. Il n’était pas miteux. Heureusement !
Ils allèrent demander une chambre pour deux. Une fois les clés déposées dans la main du jeune homme, ils purent se diriger dans leur petit chez eux de la nuit. Warren avait payé. Évidemment, il se la jouait gentleman. C’était peut-être parce qu’ils étaient au début de leur relation… Enfin, début… Pour eux les minutes étaient toutes plus intenses. Le temps ne se déroulait pas de la même façon que pour le commun des mortels. Une fois qu’ils étaient ensemble, plus rien ne pouvait les arrêter. Ils étaient faits pour être ensemble. Ce n’était tout de même pas qu’un vulgaire signe. Ce n’était pas rien !

Hope prit le chemin en première. Elle demanda les clés et pénétra dans la pièce. Il y avait un lit, une petite commode où était posée une télévision. Dans le coin à gauche, une porte donnait sur une salle de bain. Rien d’immense. Une cabine de douche, un lavabo, des serviettes et des savons. La demoiselle tourna sur place et souriant. « Tu prends une douche ? » Elle lui proposa d’y aller en premier. Pendant qu’elle passait un coup de fil à quelqu’un du lycée. Histoire de dire où elle était. La blondinette garda son portable et chercha dans la chambre un annuaire. Il devrait bien y en avoir un… Il y en a toujours un. Il devrait être... Dans la table de chevet. Avec la bible… Évidemment. En Amérique, ils en mettent toujours une dans chaque chambre. Bref. Elle chercha un numéro. Ah… Il fallait qu’elle demande à Warren. La blondinette s’approcha de la porte et demanda : « Je commande un truc à manger pour ce soir ? On reste tous les deux dans la chambre… Chinois, ça te va ? » Elle attendit la réponse avant de retourner faire sa commande.

Warren finit par sortir de la salle de bain. Hopy lui déposa un léger baiser. « T’es encore mouillé !» dit-elle avec un petit sourire. Elle l’embrassa encore une fois. « Je vais pas pouvoir m’arrêter. Bon. Je pue. » La jeune fille lâcha le texan et se dirigea vers la salle de bain. Elle fit couler l’eau sur son corps. C’était agréable. Ses muscles se détendirent progressivement. Ils étaient tendus. Surtout sa nuque. La vapeur d’eau envahissait la pièce. L’humidité était palpable. On ne voyait plus très bien. Des parfums de savons venaient jusqu’à ses narines. Hope adorait passer du temps sous l’eau. Le temps passait. Elle refaisait le voyage mentalement. La blondinette visionnait cette journée encore une fois. Elle souriait en y pensant.
L’étudiante coupa l’eau. Elle frotta énergiquement ses cheveux pour les essorer. Par la suite, Hopy entoura la serviette autour de sa poitrine et sortit de la salle de bain. La télévision était allumée. La nourriture était livrée. Et un bon garçon était sur le lit. Plutôt agréable comme vue ! « Étant donné que je n’avais pas prévu ce périple, je n’ai pas de vêtements propre… Ni de brosse à dents. » Réflexion toute bête. Mais bon, ce n’était pas ça qui allait lui prendre la tête non plus. Elle alla s’installer sur le lit toujours entourée de sa serviette mouillée. Ses cheveux lui collaient la peau. Son sourire était inépuisable. « Bon alors, ça te va comme repas ? »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: ♥ Love never dies | Warren & Hope   Jeu 7 Juin - 22:54


    Ils discutèrent. Ils rirent. Ils s'imaginaient le futur. Hope dit qu'elle ne savait pas ce qu'elle allait faire l'année prochaine. Et en réalité, cette question n'avait pas du tout traversé la tête de Warren. Ses facilités lui avaient toujours permis de se permettre de ne pas y réfléchir. Il prenait la vie comme elle venait, et il savait que si un jour il avait besoin d'un travail il en trouverait un. Seulement, il était peut-être question d'y remédier. C'était un choix auquel il fallait penser. Penser avec sérieux. Le jeune texan n'avait pas imaginé suivre les traces de son père. Il voulait quand même se démarquer des Gibson, et devenir quelqu'un de simple. Simple, mais avec quelques avantages. Il voulait avoir des moyens financiers plutôt corrects... C'est-à-dire pouvoir dépenser sans compter. Maintenant, il s'imaginait bien en tant que mécanicien auto. Après tout, il n'avait même pas besoin de faire d'études. Il savait déjà tout par coeur de la voiture. Tous les petits problèmes possibles et inimaginables. Une vie heureuse, avec Hope, et des enfants. Oh oui, il voulait des enfants. Des petits Gibson heureux. Fille comme garçon, il en voulait au moins deux. Il savait qu'il serait un bon père, surtout si son anglaise serait la mère.

    Le paysage défilait. Ils avaient eu beau faire des kilomètres depuis Miami, tout se ressemblait, se confondait. Un touriste aurait pu se perdre depuis bien longtemps. C'est ce qui a toujours fait la particularité des Etats-Unis. Un pays grand, avec tous les climats possibles. Une terre fertile à peu près partout, et une histoire dans chaque état, semblable à aucun autre.

    Hope demanda soudainement si on s'arrêtait à la Nouvelle-Orléans, et dans combien de temps ils y seraient. Warren regarda sa montre, fit un rapide calcul dans sa tête, regarder les quelques panneaux présents et lui répondit.

    Mmh.. Dans au moins un quart d'heure ma chérie. Je suppose que tu dois avoir les fesses en compote... Je pense que c'est mieux qu'on s'arrête pas, reprendre la route serait plus dur après.

    Warren la regarda et sourit. Il la trouvait belle, radieuse, même si la fatigue plombait son visage. Ses cheveux en désordre lui donnait un air rebelle. Rien qu'en la regardant, son coeur battait la chamade. Il se disait qu'il avait de la chance d'avoir une fille comme elle auprès de lui, une fille qui l'aime et qui l'accepte comme il est. Ils savaient tout l'un de l'autre.

    Le jeune homme essaya de faire rire Hope pour qu'elle trouve le temps moins long. Il réussit à merveille. Il dénicha un petit motel sympa. Il demanda une chambre pour la nuit et la journée.


je suis désolée pour cette réponse courte, et merdique. Surtout avec le temps que j'ai mis à répondre... J'espère qu'elle t'inspirera, sinon demande et je rajoute quelques trucs.. Je te promets de me rattraper o/ ♥
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: ♥ Love never dies | Warren & Hope   Dim 13 Mai - 11:55

C’était l’une des plus belles preuves d’amour qu’il ait été donné d’entendre à Hope. Non, rectification, c’était la plus belle. Jamais la blondinette ne s’était sentie si bien. C’était comme s’ils planaient sur une autre planète. Elle avait besoin de Warren. Warren avait besoin d’elle. Ils s’étaient attendus. Ils s’étaient trouvés. Ils ne voulaient plus se séparer. A jamais. Ce moment aurait pu être gravé dans la pierre. C’était si incroyable ! Hopy se sentait libre. Et amoureuse. Mais pas simplement ce petit sentiment qui envahit notre cœur. Ce n’était pas une question de cœur qui bat et de mains qui poissent. Non. C’était mental, psychique. Cette scène se déroulait ailleurs. Sur une toute autre dimension. Leurs âmes s’allier pour ne former qu’un. Ils ne pourraient plus être séparés. Ils voyaient l’autre d’un nouveau regard. Ils savaient tout. Tout. Sentiments, pensées, mal-être, bonheur, histoire, désires…

Warren lui demanda si elle voulait s’arrêter. La voiture allait bientôt entrer dans la ville de Tallahassee. Prêt de la frontière avec la Géorgie. Nouvel État, ou presque ! Hope n’en revenait pas. Elle n’avait jamais traversait un État tel que la Floride en voiture. A chaque fois, elle s’était rendue à l’aéroport. Rien de plus.

« Pour l’instant, je suis bien. Ça ne me dérange pas de continuer. Mais si tu as besoin de pause, pour un café ou je ne sais quoi. On s’arrête, ok ? On trouvera bien un Coffee Shop quelque part ! »

La route continua (je pense qu’on peut sauter un peu, sinon on n’a pas fini !). Les deux jeunes discutèrent. Des études, des projets. De leur avenir en quelque sorte. La jeune fille annonça qu’elle ne savait pas trop quoi faire après sa dernière année. Elle aurait bien aimé se lancer dans une carrière artistique. Elle qui touche à tout. Entre la danse, la chanson, la musique, la photographie. Elle rêvait d’apprendre, pendant l’été, à jouer d’un nouvel instrument et aussi de prendre des cours de dessin. Elle était peut-être douée, qui sait ? Mais son père aurait préféré qu’elle s’oriente vers une carrière plus globale. Lui qui était avocat, il avait rêvé de voir sa fille poursuive la même carrière. Elle se souvenait d’une conversation quand elle avait une petite dizaine d’année. Il lui avait prêté son costume. Les avocats en Angleterre ont un look assez spécial ! Le port de la perruque…Hope n’y avait pas eu le droit lors des procès où elle avait comparu. Quoi que. Si peut-être… Elle ne s’en souvenait plus vraiment. Elle avait effacé cet épisode de sa mémoire. Les questions. Les regards d’une salle entière. Les journalistes qui prennent des notes. Les jurys attentifs. Le juge et son air sévère.
Une carrière dans le commerce. C’était donc sa deuxième solution. Pas de trop. Mais un truc courant, global, dont on a besoin.

Le paysage défilait toujours devant eux. Le ciel s’en allait progressivement à l’horizon. Il serait peut-être temps de faire une pause, non ?

«On s’arrête à la Nouvelle-Orléans, c’est ça ? On y sera dans combien de temps ?»

Le dos de la demoiselle commençait à souffrir. Tout comme ses fesses qui n’existaient plus depuis un bout de temps.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: ♥ Love never dies | Warren & Hope   Mar 8 Mai - 16:58


    Il se sentait libéré d'un poids. Cette lourde masse qu'il portait depuis des années s'était estompée. Il se sentait plus léger, plus maître de lui. Comme si maintenant, tout allait mieux. Comme si l'air était plus respirable, et le ciel moins noir. Comme si ses rêves cauchemardesque allait disparaître en une fraction de seconde. Personne n'avait jamais entendu la version réelle, celle de Warren. Les gens s'était contenté de celle des journalistes, ou des pompiers. Personne n'avait jamais demandé à Warren ce qui s'était réellement passé, et de toutes manières, il n'en n'aurait dit mot. Toute cette culpabilité qui le rongeait avait été impossible à dire. Jusqu'à maintenant, et il savait malgré tout qu'elle ne dirait rien. Et puis, elle le dirait à qui ? Qui voudrait entendre cette abomination ?

    Beaucoup de personne après avoir vécu un drame, aime bien aller se recueillir dans une église. Les médecins, les psychologues que Warren avait dû rencontrer, lui en avait parlé. Mais Dieu n'existait plus pour lui. Pourquoi aurait-il fait ça à des gens qui n'avait aucun problème, qui ne demandait rien à personne, dont la mère faisait du bénévolat pour des entreprises caritatives ? Pourquoi Dieu aurait décidé qu'il n'y ait qu'un seul survivant ? Pourquoi tuer une petite fille de 7 ans ? C'était toujours ce qu'il avait répondu parce qu'il ne voyait rien d'autre à dire. Pour lui, plus rien n'existait. Il était seul. Complètement seul. Il était obligé de se sentir coupable puisque personne n'était là pour l'en dissuader. Des choses arrivent au moment où on s'y attend le moins, des situations gênante, parfois même humiliante peuvent gâcher toute une vie. Les mauvaises choses n'arrivent pas qu'aux mauvaises personnes. C'est un hasard, une roue qui tourne et qui fait des heureux, des malheureux. Chaque choses arrivent en son temps, et sont faites pour qu'elles se passent.

    J’ai toujours vu ce Warren là. Même quand tu draguais la brune sur la plage. Quand tu es venu vers moi. J’ai toujours su que tu étais quelqu’un de bien. Que tu étais la plus belle personne qui m’est été donné de rencontrer. Je t’aime aussi Warren. De façon démesurée. Tu m’as donné une identité, une raison pour rester à Miami. Une raison valable : l’Amour. Je suis contente que tu m’ais dit tout ça…

    Sa main vint se poser sur la cuisse de Warren. Un contact qui fit qu'il reprit un peu plus confiance en lui, et qui le rassura du fait qu'il n'était plus seul aujourd'hui. Le jeune homme plaça sa main sur la sienne et la regarda. Une petite larme coula sur ses joues, mais il doutait que ce soit de la tristesse. Ce qu'elle dit le fit aller mieux. Il se sentait libre, et en confiance. La jeune fille lui avoua que c'était comme si elle l'avait toujours attendu. Warren sourit. Ce n'était pas tous les jours qu'ils se confiaient de cette manière, au point de faire chuter le thermomètre de la bonne humeur. Mais il pensait que c'était important. Maintenant, l'un connaissait à peu près tout de l'autre. Ils ne seraient jamais plus proches qu'à cet instant.

    Je n'en ai jamais parlé à personne... Je m'étais toujours renfermé sur moi-même, essayant d'oublier au jour le jour. Je savais pourtant que c'était impossible. Et seulement quand je t'ai rencontré sur la plage... Je me suis senti bien. Je n'avais même pas besoin de me forcer à ne plus y penser comme je le faisais d'habitude... J'avais juste à te regarder pour me faire sentir mieux. Pour oublier tout ce qu'il y avait autour, sans m'occuper de rien, juste de toi. Parce que tout ce qui m'avait importé, c'était toi.

    Warren voulait la regarder, il voulait l'embrasser, la câliner. Seulement il devait se concentrer aussi sur la route. Et pour éviter de les tuer, c'était peut-être l'essentiel. Ils étaient à quelques minutes de Tallahasse. Ils allaient pouvoir découvrir le capitole, et les nombreuses université, puisque cette ville est une ville universitaire. Warren avait d'ailleurs hésité à venir ici après Wynwood. Le jeune homme demanda à Hope si elle voulait s'arrêter.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: ♥ Love never dies | Warren & Hope   Mar 1 Mai - 19:13


Warren ne tarda pas trop à revenir sur ce qu’elle lui avait dit. Il lui parlait comme un vieux sage. Il en avait connu des choses. Des évènements tragiques. Et il savait pertinemment qu’il fallait continuer de vivre, relever la tête c’était ça l’essentiel. Bien qu’elle ne lui en avait pas demandé plus, le texan continua. Il était parti et elle ne pourrait sans doute pas l’arrêter. Pas tant que son sac ne sera pas vider. Hope le laissa faire. Elle l’écoute. Attentive. Compréhensive. Ils n’auraient pas été en voiture, elle aurait pris la main dans la sienne et l’aurait posée sur sa joue. Elle aurait fini par le serrer dans ses bras. Elle ne l’aurait pas lâché du regard. Mais ils étaient dans une voiture. Tout en était plus compliqué. Les gestes étaient réduis à des regards toutes les dix secondes. Histoire que Warren ne quitte pas la route trop longtemps des yeux. Même si elle était droite, il suffisait d’une minute d’inattention, d’une main qui fait tourner légèrement le volant… Et la catastrophe arrive. Elle arrive plus vite qu’on ne l’imagine.

Warren raconta tout. Il était resté vaste sur ce sujet. C’était la première fois qu’il en disait autant. C’était bizarre. Ça faisait étrange de se dire que celui qu’elle connaissait avait pu traverser tout ça. Qu’il avait pu être seul, abandonné, triste, sans espoir. C’est horrible d’imaginer l’amour qu’il porte pour sa famille. Pour ces fantômes qu’il était sans doute en train de visualiser. Oui, il les voyait. Il revivait la scène comme un cauchemar. Encore et encore. L’image de sa petite sœur… Personne ne peut imaginer à quel point cela peut-être dur. Même Hope. Même elle qui a vu plusieurs personnes mourir. Le mafieux. Le flic sous couverture. Elle a même perdu sa famille. Décédé. Malheureux accident de voiture. Ou bien assassinat. Personne ne saurait capable de le dire. Dans tous les cas se retrouver orphelin du jour au lendemain est une aventure qu’aucun être humain ne devrait supporter. Ce retour à la réalité dans l’hôpital. Ces médecins et leurs mauvaises nouvelles. L’air grave qui envahit leurs visages alors qu’il ne comprenne rien.

Mais il faut relever la tête. Il ne faut pas se noyer. C’est dur. Non. C’est terriblement compliqué. Affreusement impossible… On a tous besoin de quelqu’un pour nous aider. Warren lui annonça qu’elle avait été sa sauveuse. Elle sentit une petite larme envahir son œil. Non, pas ça ! Puis une deuxième remonter au deuxième. Ça la prenait aux trippes tout ça. Toute cette histoire. Il était replongé dans ses souvenirs pour en sortir avec la plus belle des déclarations. Pour la première fois de sa vie, Hopy était venue en aide à quelqu’un. Elle avait rendu son texan meilleur. Pourtant elle n’avait jamais eu de doute.

« J’ai toujours vu ce Warren là. Même quand tu draguais la brune sur la plage. Quand tu es venu vers moi. J’ai toujours su que tu étais quelqu’un de bien. Que tu étais la plus belle personne qui m’est été donné de rencontrer. Je t’aime aussi Warren. De façon démesurée. Tu m’as donné une identité, une raison pour rester à Miami. Une raison valable : l’Amour. Je suis contente que tu m’ais dit tout ça… »

Hope alla placer sa main sur la cuisse du jeune homme. Une larme silencieuse coula. Ce n’était pas vraiment de la tristesse. Mais une sorte de bonheur. La joie d’avoir enfin une raison de vivre. Une raison valable. Un truc qui donne un sens à votre existence.

« C’est comme si je t’avais toujours attendu…»

Pour vivre. Pour être heureuse. Vraiment. Un truc qui n’a pas de limite. Qui ferait déborder les océans. Qui provoquerait la fin du monde. Qui aveuglerait n’importe qui. Qui vous ferait pousser des ailes. Qui brûlerait plus fort que le soleil.

Nos cœurs sont scellés. A jamais. Ils battent à l’unisson, pour toujours. C’est juste de l’Amour. La chose la plus pure et dévastatrice que le monde ait pu connaître.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: ♥ Love never dies | Warren & Hope   Mar 1 Mai - 1:14


    Ce que le garçon redoutait le plus était qu'elle se vexe. Refuser à sa petite amie de conduire sa voiture sous prétexte de ne pas aimer la prêter parce que son père lui avait sorti une petite phrase philosophique à propos de sa famille n'était pas très judicieux. Mais être en couple implique aussi de se courber à certains mode de vie de l'autre, à certain choix, plus ou moins durs à accepter. Une fois que Warren aurait exécuté ce qu'il avait dans la tête, plus rien ne s'opposerait au jeune couple au niveau du mode de vie. Une seule voiture serait nécessaire.
    Heureusement la jeune fille parût calme, et non vexée, ce qui rassura le texan. Elle lui posa une petite question rhétorique à laquelle Warren secoua la tête négativement, légèrement baissée. Dans un petit sourire, l'anglaise parla.

    Tu voudras qu’on en parle, ou pas ? On a du temps à perdre de toute façon…

    C'est vrai que niveau temps... Ils en avait à tuer. Il lui répondit qu'ils pourraient en parler plus tard, dans un clin d'oeil. Ils remontèrent dans la voiture, et partir pour une heure de voiture avant l'arrêt à Orlando.
    Il ne roulait pas vite. Il voulait profiter de chaque seconde avec Hope, comme si c'était les dernières. Au fond de lui, il avait tout de même peur de s'endormir au volant, d'être trop distrait par ras-le-bol du volant. Mais il avait tout de même assez confiance en lui pour pouvoir faire tout ce trajet en étant l'unique conducteur. Et puis, un Gibson qui n'aime pas rouler, n'est pas un Gibson.
    Pour l'instant, ils ne parlaient pas. Ils profitaient tout deux d'un silence qui n'était pas désagréable. Un silence où ils pouvaient écouter la musique qui passaient, où ils pouvaient s'échanger quelques regards à cause d'un conducteur un peu trop lent, ou trop rapide. Rire en voyant les passants. C'est alors qu'elle parla.

    Quand je revenais en septembre avec ma nouvelle identité, ma voiture est tombée est panne. Me demandes pas pourquoi je te raconte ça… Enfin bref. J’ai commencé à marcher pour trouver une route plus fréquentée. Parce que c’est pas qu’entre les marécages de Floride, y a personne mais disons que ça s’en rapproche… Et y a ce mec, là. Il a faillit m’écraser. En fait, c’était Raphaël. Le mec qui était chargé de ma protection. Tu sais à cause de toute l’histoire de Pearl. A l’époque aucun de nous deux le savait. Et… Et je l’ai vu tuer quelqu’un. De sang froid. Il y a eu une sorte de fusillade. On a couru, on a dû partir à toute vitesse dans sa voiture. J’ai roulé jusqu’à un motel. Il était touché. Je l’aime pas… Mais je sais pas si j’ai bien fait de ne jamais le dire. Il est parti. Il a abandonné son poste. Mais je l’ai vu tuer quelqu’un… Ça me perturbe. J’arrête pas d’y penser. Quand bien même le gars faisait parti de la mafia et voulait nous tuer… J’ai vu une vie partir… S'envoler. Et j'ai rien fait...

    Sa voix était calme. Plutôt nostalgique. Comme si elle n'était pas réellement présente en disant cela. Ce sentiment de culpabilité, tout le monde l'a. Celui qui te ronge au point de t'en bouffer les doigts. Celui qui fait en sorte que tu fasses des cauchemars toutes les nuits. Celui qui te pourrit la vie. Celui qui fait que tu n'as plus jamais été le même. Celui qui t'as changé et qui a fait que tu t'es renfermé sur toi même, pensant le monde plus meilleur une fois qu'on ne peut plus le regarder en face. Celui qui fait que tu fuis. Que tu aimerais te crever les yeux plutôt que d'accepter tout ça. Celui qui te rends fou au point de ne plus pouvoir aimer ou même sourire. Warren savait exactement quoi lui dire. Elle se tourna un peu plus vers lui.

    Tout ça pour dire, que la vie me fait peur. J’ai peur que tout puisse s’envoler aussi vite que cette après-midi-la dans les marécages. Je veux profiter de chaque instant. Avec toi. Parce que j’ai fait une erreur en partant l’été dernier. Mais je ne veux pas que ça se reproduise. Je ne veux plus partir loin de toi, je veux avoir ton avis et je veux que l’on reste soudé. A jamais.

    Warren sourit. C'était à son tour de se confier. De dire ce qu'il pensait et essayer de faire en sorte qu'elle se sente moins coupable. Approchant Orlando, il se tut, et voulu remettre tout ça à plus tard. Seulement, ils décrétèrent à deux que ce n'était pas la peine de s'arrêter ici. Du coup, ils poursuivirent vers Tallahassee. Il attendit quelques instants, que la route soit tranquille et vide, avant de se lancer.

    Tu sais Hope, ce dont tu m'as parlé toute à l'heure avant Orlando ? Je sais ce que tu ressens. Tu te sens coupable de ça. Tu te dis que, d'une certaine manière c'est de ta faute si une personne a quitté ce monde. Mais ne vis pas avec ça. Dans la vie, on est toujours confronté à des choses sur lesquelles on a aucun contrôle, des choses qui sont là pour tout te foutre en l'air et te détruire à petit feu, comme si le destin voulait voir ta réaction, comment tu va t'en sortir. Ne te rends pas coupable de quelque chose dont tu n'es pas. Tu ne pouvais pas la sauver. Tu ne pouvais pas t'interposer entre les deux, par peur de mourir. Et ce n'est pas quelque chose qu'on pourra te reprocher. L'envie de vivre, l'envie de partager des choses avec les gens qu'on aime n'est pas un reproche acceptable, pour n'importe qui. Je sais de quoi je parle tu sais... Avant que je te rencontre, je n'arrivais plus à aimer. C'était devenu impossible. J'ai brisé toute ma famille. J'ai tué toute ma famille à cause d'une connerie... Pas directement bien sûr...

    Il respira un grand coup. Il s'apprêtait à raconter un événement de sa vie, le pire qui soit. Il se concentra de nouveau sur la route, l'espace de deux virages, et sans qu'Hope ne puisse dire quoi que ce soit.

    Je sais pas si je t'en ai déjà parlé... Je sais pas si je t'ai déjà raconté cette journée. Celle qui m'a détruit, celle qui m'a changé. Et je pense que ça pourrait être bien, que j'en parle à quelqu'un. Que je t'en parle à toi. De toutes manières, vu qu'on a presque quatre heures de route...
    C'était un vendredi soir, j'étais amoureux. D'une fille, Jude. Je t'en ai parlé je crois. Mes parents l'aimaient bien. Ma petite sœur aussi. On était un peu la famille parfaite, nous, les Gibson. Des parents riches, un fils prometteur, beau et intelligent, et une petite fille qui commençait à faire ses preuves ! Tout allait bien. J'avais passé une bonne journée, et voulait la finir avec Jude. Je l'ai invité chez moi, le soir à manger avec mes parents. Petit repas avec tous les gens que j'aimais. Ma mère, la femme la plus parfaite du monde. Belle, intelligente, marrante, compréhensive, généreuse. Mon père était l'homme le plus incroyable. Mon idole. Celui auquel je voulais ressembler, coûte que coûte. Ma petite sœur, mon petit bout de chou. Celle que j'aimais par dessus tout, que je protégeais. Elle était si mignonne dans sa petite robe rose ce soir-là... Elle s'était faite tout belle pour l'arrivée de Jude. La première fille dont j'étais tombé amoureux. Elle était.. Extra. Enfin. Nous avions mangés, tous ensemble, et puis après avoir débarrassé, nous étions sortis un peu, prendre l'air tout ça.


    Il fit une courte pause. Replonger dans ses souvenirs les plus douloureux était un cap à passer.

    En rentrant, j'avais décidé que Jude fumerait son premier petit joint avec moi. Nous étions restés dans la chambre, j'avais peur qu'elle prenne froid dehors, même avec mes bras pour la réchauffer et un de mes pulls, c'était une peur qui me hantait. On l'alluma, et elle tira sa première bouffée. Puis bon, elle toussa un petit peu. Bien sûr, je n'en n'avais pas qu'un seul. On était complètement défoncés, du moins, j'étais moi. Je pouvais plus bouger, et j'étais en bas, je m'étais littéralement écroulé au sol, j'avais laissé mon joint en haut dans la chambre, Jude dormait dans mon lit. Et... le joint à du tomber au sol, sur mon tapis, ou je sais pas. Quelque chose à fait que la maison à prit feu. C'était comme un brasier en haut. Je m'étais réveillé avec les cris. Ceux de ma petite sœur, qui appelait au secours. Elle était coincée dans les escaliers. Et j'étais tellement dans les vapes que j'ai vu le plafond s'écrouler sur elle. En une fraction de seconde, une vie s'était éteinte, et j'avais pu faire quelque chose, si j'avais pas fumé ce foutu joint, j'aurais pu au moins sauver ma sœur... Je me suis levé, d'un bond, et j'ai essayé de pousser les débris, de creuser, de faire en sorte que ma petite sœur ait des chances de s'en sortir.. Mais la fumée était en train de m'intoxiquer, et je me suis écroulé par terre. Je me suis réveillé dans une chambre d'hôpital, avec pour seule consolation ma conscience, et les médecins qui me disaient « Toutes nos condoléances, toutes les personnes présentes dans la maison ont péries. Vous avez eu de la chance de vous en sortir, cette fumée aurait pu vous tuer. » Et dans ta tête, tu demandes pourquoi t'es pas mort avec eux, alors que c'est toi qui a conduit ce drame. Je me suis senti coupable, pendant des années et des années. J'en crevais. Toutes les nuits, je revoyais le visage de ma petite sœur prise de peur avec le plafond qui s'écroule. La dernière image que j'ai eu d'elle... J'avais perdu la seule fille dont j'étais tombé amoureux, et mes parents. Tout d'un coup, à cause d'une merde. Alors... dans ma tête c'était clair... Je ne devais plus m'attacher à personne. J'avais trop peur de perdre à nouveau. Alors, je me suis mis à faire du sexe une priorité avec les filles, et de construire une vie sociale qui ne me ressemblait pas. Effacer le vrai Warren Gibson pour en faire un Don Juan. Et maintenant... il est revenu. Il a refait surface depuis que j'ai vu ton sourire. Tu m'as changé, tu m'as fait redevenir celui que j'étais et jamais je ne voudrais te perdre. J'en survivrai pas. J'ai aimé trois fois dans ma vie. Ma mère, Jude et toi. Tout le reste, toutes les filles qui sont passées entre mes mains... C'était... Du vent. C'est dur à dire, mais c'est comme ça. C'est toi que j'aime et ça ne changera jamais.


    Ils étaient encore seuls sur la route. La seule voiture à des kilomètres à la ronde. La route était lisse, le paysage vert, et le soleil brillait haut dans le ciel.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: ♥ Love never dies | Warren & Hope   Dim 29 Avr - 11:39


Les toilettes des aires de repos ne sont jamais vraiment vos amies. Ok, elles sont là au bon moment, comme des sauveuses. Mais quand même ! En chauffeur routier qui vous regarde passer du coin de l’œil. Une queue ou bien une chasse d’eau qui ne fonctionne plus, un rouleau de papier sur le point d’être terminé. Bref. Vous voyez le genre !
Hope se dépêcha, histoire de ne pas faire attendre trop longtemps Warren. Leur pause durerait certainement un quart d’heure, histoire de se dégourdir les jambes et de s’oxygéner le cerveau. Son objectif rester celui de soulager un peu la corvée du jeune homme. Même pour une heure. Elle se sentit remontée à bloc. Le jeune homme était là, une bière dans la main.

« Au fait, Hope... Tu sais, pour la voiture... Je... Je ne veux pas que tu conduises. Profites du paysage, et tu sais, j'ai l'habitude de rouler des heures et des heures sans m'arrêter. J'ai presque parcouru les Etats-Unis tout seul.. »

Bien sûr ! Elle le savait ! Elle savait qu’il aurait trouvé une excuse. La tête de la blondinette se balança de gauche à droite. Profiter du paysage. Le regarder se fatiguer. Elle était déterminée jusqu’à ce qu’elle entende sa voix lui dire tout ça. Son ton était un peu faux, comme gêné. Il y avait un truc en plus. Quoi ? Aucune idée. Une histoire liée à la voiture ? Un manque de confiance en elle ? Un problème sous le capot ? En y réfléchissant bien, la voiture était peut-être une des rares choses qui lui restaient de sa famille. Ben, ouais, c’est ça ! Elle n’avait pas pris feu elle ! Elle était peut-être vieille mais c’était le témoin de son passé. Comme les journaux intimes de toutes les personnes que Pearl avait incarnées. Ceux de Paige, Lucy, Hope etc…

« Hmm… Je suppose que ton avis ne changera pas ? »

Elle le regarda, un tout petit minuscule sourire au coin des lèvres.

« Tu voudras qu’on en parle, ou pas ? On a du temps à perdre de toute façon…»

Leur pause se termina. Ils reprirent la route et parlaient un peu. Ils arrivèrent à Orlando en moins d’une heure. Ils avaient peut-être un peu roulé vite. Quoi que… Il y avait plus de monde, plus de feu, plus de voitures… Pourvu qu’ils ne soient pas arrêtés par un bouchon ! Hopy avait horreur de ça. Voir sans arrêt la même voiture devant nous pendant des heures. Attendre, encore attendre. Tout ça à cause de la sortie des bureaux (quoi que à cette heure-ci c’est peu probable), d’un accident ou simplement d’un contrôle de police. Bref. Ce n’était jamais des choses qui nous touchaient en premier et pourtant des centaines de personnes attendaient. Pourquoi la voiture était-elle le premier moyen de transport ? Vraiment ?

Le paysage passait plus lentement. Hopy eut envie de confier quelque chose elle aussi. C’était le bon moment pour parler, non ? Ils avaient du temps devant eux. Autant ne pas le gâcher. Et même si le silence était plaisant, la blondinette voulait qu’il sache tout d’elle. Et que ce soit réciproque. Une connaissance mutuelle de l’autre. C’est possible.

« Quand je revenais en septembre avec ma nouvelle identité, ma voiture est tombée est panne. Me demandes pas pourquoi je te raconte ça… Enfin bref. J’ai commencé à marcher pour trouver une route plus fréquentée. Parce que c’est pas qu’entre les marécages de Floride, y a personne mais disons que ça s’en rapproche… Et y a ce mec, là. Il a faillit m’écraser. En fait, c’était Raphaël. Le mec qui était chargé de ma protection. Tu sais à cause de toute l’histoire de Pearl. A l’époque aucun de nous deux le savait. Et… Et je l’ai vu tuer quelqu’un. De sang froid. Il y a eu une sorte de fusillade. On a couru, on a dû partir à toute vitesse dans sa voiture. J’ai roulé jusqu’à un motel. Il était touché. Je l’aime pas… Mais je sais pas si j’ai bien fait de ne jamais le dire. Il est parti. Il a abandonné son poste. Mais je l’ai vu tuer quelqu’un… Ça me perturbe. J’arrête pas d’y penser. Quand bien même le gars faisait parti de la mafia et voulait nous tuer… J’ai vu une vie partir… S'envoler. Et j'ai rien fait... »

Elle s’était tournée sur son fauteuil et disait tout ça d’une voix un peu lointaine. Son corps était sur le côté, pour mieux contempler Warren. Hope finit par ajouter :

« Tout ça pour dire, que la vie me fait peur. J’ai peur que tout puisse s’envoler aussi vite que cette après-midi-la dans les marécages. Je veux profiter de chaque instant. Avec toi. Parce que j’ai fait une erreur en partant l’été dernier. Mais je ne veux pas que ça se reproduise. Je ne veux plus partir loin de toi, je veux avoir ton avis et je veux que l’on reste soudé. A jamais. »

Une nouvelle déclaration d’amour. C’est possible. Ils avaient dépassé Orlando et prenaient progressivement la direction de Tallahassee. La demoiselle ne connaissait pas du tout cette ville mais son nom lui plaisait. Ça sonnait comme un titre de chanson. Un truc qui résonne en bouche.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: ♥ Love never dies | Warren & Hope   Sam 28 Avr - 23:51


    La jeune fille annonça qu'elle avait une question. Elle fit un temps d'arrêt et sans que le texan n'ait eu le temps de dire quoi que ce soit, elle enchaîna.

    Dans trois heures, quand on s’arrêtera, tu me laisseras le volant. Tu ne l’as pas précisé mais je ne te laisserai pas conduire tout le temps. Je tiens à ce qu’on s’en sorte vivant !

    Il tiqua. Il n'avait pas été préparé à cette éventualité... Jamais personne n'avait conduit sa voiture. Elle lui était chère. Elle avait été celle de son père, et acheté par son grand-père. C'était tout ce qu'il lui restait. Au fond de lui, il ne voulait pas. Il ne pouvait pas. Il se rappelait, un jour quand son père lui avait prêté la voiture, et qu'ils étaient côte à côté. Il lui avait dit "Tu vois, mon fils, cette voiture est faite pour être conduite par des Gibson, et seulement des Gibson." Ces paroles lui étaient toujours restées dans le coin de la tête... Seulement, avec ce qu'il s'apprêtait à faire, et comment il l'aimait, Hope en était une. Ou allait en être une...

    De plus, ilpouvait faire des heures de voitures sans s'arrêter. Mais... il l'aimait. Il fallait quand même qu'ils en discutent. Warren pourrait trouver une petite excuse, comme quoi il ne voulait pas qu'elle conduise, pour qu'elle puisse profiter du paysage. Il ouvrit la bouche, mais fût coupé par son amoureuse.

    Et ça t’arrive d’écouter autre chose ? Je prends une cassette au hasard… Attention… Tadaaa !

    Il n'y avait pas un grand choix dans sa petite barquette en carton, et la voiture n'était toujours passée à la technologie. C'était toujours les anciennes cassettes. Et il ne voulait pas que ça change, elle devait rester telle quelle.

    Et bien, c'est-à-dire que ce genre de cassette est un peu en voie de disparition... haha

    Les paysages défilaient, à la vitesse de la voiture. Ils étaient tous plus ensoleillés les uns que les autres, et donnait diverses impressions, et sensations. Orlando était proche. Environ deux heures encore, et ils s'arrêteraient. Ils parlaient de sujets, et autres. Warren n'avait toujours pas confié son avis sur le fait qu'elle conduise. Il ne voulait pas la blesser, ou quelque chose du genre. Et il savait qu'elle se douterait de quelque chose avec toutes ces excuses. Il fallait attendre le moment. Celui où il pourrait lui dire. Où il pourrait lui raconter son père.

    Ils s'arrêtèrent dans une aire de repos à une heure d'Orlando, Hope devait aller aux toilettes, et ses désirs étaient des ordres. Warren descendit de la voiture pour se dégourdir les jambes pendant que son anglaise était allée faire ses besoins. Il alla dans le coffre, et prit une bière fraîche. Il l'ouvrit à la grande méthode, et en but une gorgée. La jeune fille revint, quelques minutes plus tard. Le texan se décida à en parler.

    Au fait, Hope... Tu sais, pour la voiture... Je... Je ne veux pas que tu conduises. Profites du paysage, et tu sais, j'ai l'habitude de rouler des heures et des heures sans m'arrêter. J'ai presque parcouru les Etats-Unis tout seul..

    Son ton, gêné, le trahissait. Il en était conscient. Et il savait pertinemment qu'elle savait qu'il cachait une autre raison.

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: ♥ Love never dies | Warren & Hope   Sam 28 Avr - 19:46


Warren la prévint. Il y aurait de longues heures de voiture. Ça n’effrayait pas la demoiselle. Du moment qu’elle était avec lui, le temps n’existait plus. Que ce soit deux jours ou une heure. Tout serait pareil. Elle se sentirait bien, heureuse, vivante. Oui, elle se sentirait elle-même. Enfin. Il avait un pouvoir sur elle. Il avait su lui donner une raison d’exister. C’était lui qui lui faisait prévoir des plans pour l’avenir. Avoir des enfants, acheter une maison, choisir une voiture, être diplômée, enfiler une robe de marier, crier, respirer, pleurer. Tout ça, elle voulait le faire à ses côtés. Avec lui ou rien. C’était ça le nouveau deal. Que ce soit clair !

Hopy aimait cette idée de partir quelques jours. S’isoler du monde n’avait jamais fait de mal. Au contraire. S’éloigner de toute la vie de Wynwood, les ferait vivre un peu plus. Vous savez quand vous êtes dans un environnement que vous connaissez parfaitement… Il y a un moment où vous avez besoin de partir pour respirer convenable. Un nouvel air. Un nouveau soleil. Un nouveau ciel. De nouveaux nuages. Un nouvel horizon. Peut-être que tout ne serait pas parfait. Qu’il pleuvra ou même qu’ils allaient tomber sur des motels miteux. Mais qu’est-ce que ça pouvait faire ? Vraiment ? Peut-être qu’ils se disputeraient à cause d’une mauvaise direction. Mais tous les couples ont des disputes. Hope voulait en avoir aussi avec Warren. Ça peut paraître bizarre de souhaiter un froid dans son propre couple. Mais c’était simplement que s’ils ne le faisaient pas, c’est qu’il n’y avait aucune passion, aucune contradiction ou petite différence de point de vue entre eux. Et ça c’est impossible. A moins que l’un des deux se tait sans arrêt. Que l’un des deux garde ses impressions, ses sentiments et ses critiques pour lui. Donc que l’amour et le partage n’est pas le même. Hopy ne voulait pas que ce soit le cas pour leur couple. Bref.

Ses yeux revinrent sur la route un instant, puis se posèrent à nouveau sur le texan. Elle le regardait conduire, un sourire en coin. Il expliqua le déroulement de la conduite. Ils dormiraient à la Nouvelle Orléans. Ok. Parfait. La blondinette n’avait aucun sens de l’orientation et connaissait très peu la carte de l’Amérique. Alors elle suivrait les instructions de son petit ami. Warren lui donna aussi l’autorisation de lui poser toutes les questions qu’elle voulait avant de lui déposer un bisou et de lui montrer ses musiques.

« J’ai une question… »

Elle prit un air presque sérieux et laissa un petit silence. Avant qu’il puisse dire quelque chose elle reprit :

« Dans trois heures, quand on s’arrêtera, tu me laisseras le volant. Tu ne l’as pas précisé mais je ne te laisserai pas conduire tout le temps. Je tiens à ce qu’on s’en sorte vivant ! »

Elle accompagna ses mots d’un clin d’œil. Il n’avait pas vraiment le choix. Même s’il tenait à sa voiture ou je ne sais pas quoi, un truc bien masculin en tout cas. Un être humain n’est pas fait pour faire autant de voyage, surtout sur les routes américaines. Droites. Vides. Immenses. Infinie.

« Et ça t’arrive d’écouter autre chose ? Je prends une cassette au hasard… Attention… Tadaaa !»

La musique se lança. Le paysage s’enchaînait, encore et encore. Ils avaient pris la direction d’Orlando. La ville de Mickey. Un sourire s’afficha sur le visage de la demoiselle quand elle y pensa. Évidement ils n’iraient pas dans le parc pour enfant. Mais elle essaya de deviner qu’elle princesse, elle aurait été. Parce que Warren, avec sa voiture, ressemblait à un prince charmant parcourant le royaume pour ramener au château l’heureuse élue. Les chevaux étaient juste plus puissants sous le capot que dans l’histoire. Et ce n’était sans doute pas un château qui se dessinerait à l’horizon. Mais s’en était la symbolique. Alors quelle princesse ? La demoiselle fragile enfermée dans une tour ? Celle qui n’a pas de réelle identité. Celle qui sait mentir et qui vit cachée. Elle n’était pas une princesse.

Ils firent finalement une pause à environ une heure d’Orlando. Hope regarda Warren du coin de l’œil. Bon, elle devait aller aux toilettes.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: ♥ Love never dies | Warren & Hope   Sam 28 Avr - 16:36


    Hope paraissait heureuse de voyager avec lui. Seulement, il allait être très long. Warren se rappelait des heures de voiture qu'il avait passé avant d'arriver en Floride.

    Tu penses vraiment que je pourrais refuser ?… Je t’aime et tu pourrais me dire qu’on prendrait la direction de Tokyo en voiture, je te suivrais. Ta maison c’est, c’est une étape. Je verrai enfin cette partie de toi..

    C'était une partie de Warren, en effet. Une partie de lui qu'il n'avait jamais montré à personne. Il avait souvent regretté d'être parti de sa région natale. De nombreuses fois, il avait voulu y retourner. Mais c'était bien avant d'avoir rencontrer cette fille. Celle qui était à côté de lui, dans la voiture. Celle qui lui tenait la main dans un sourire sincère. C'était une fois qu'il l'avait vu sourire pour la première fois qu'il n'avait plus jamais regretté. Certes, il l'avait connu sous un autre nom, et une autre apparence, mais il y avait toujours le truc qui faisait qu'il ne pouvait se passer d'elle. Elle l'avait rendu plus fort, elle l'avait changé. En la rencontrant, il avait aboli son passé de débauche où il traitait les filles comme des objets de convoitise, sur lesquelles il avait toujours les mains. Hope lui avait résisté en ce temps-là. C'était la première, c'était ce qui avait fait que Warren en était tombé amoureux. Et... il l'a trouvait différente. Unique. Spéciale. Il voyait en elle la perfection. Il avait toujours su qu'il pourrait compter sur elle, quoiqu'il aurait pu se passer.

    Je te préviens par contre... ça va être très long. Presque deux jours de voiture... Sans s'arrêter, il faudrait environ 22 heures de trajet, mais je pense qu'on va se poser dans des motels, ou des petits endroits. Je voudrais qu'on profite... Passer une petite semaine, tous les deux, en amoureux. ça te va ?

    Ca faisait déjà une dizaine de minutes qu'il roulait, mais il voulait s'assurer que ça ne la dérangerait pas. Après tout, deux jours de voiture... C'était pas ce qu'il y avait de plus romantique. Mais Warren saurait rendre tout ça plus amusant, et plus mémorable que le mal de fesse à force de rester assis. D'un certain côté, il voulait juste passer du temps avec Hope, sans que personne ne vienne les déranger. Ne rencontrer personne du lycée, vivre leur vie à eux sans se soucier du lendemain, juste en se découvrant un peu plus l'un l'autre.

    Après avoir entendu la réponse de son anglaise, il se mit en direction de Orlando. L'itinéraire, il le connaissait presque par coeur. Il avait presque un GPS dans sa tête. Il connaissait chaque petits coins sympas entre la Floride et le Texas. Il voulait faire connaître à Hope sa quête lorsqu'il était venu, et peut-être même qu'il connaîtront des endroits ensemble. Il avait choisi environ trois heures de routes entre chaque arrêt, et une fois en Nouvelle Orleans, ils s'arrêteront dormir. Ou avant, si Hope n'en pouvait vraiment plus. Il connaissait la route. Il était énormément partit avec son père, plus jeune, à l'aventure. Il revenait deux-trois jours plus tard, avec des souvenirs pleins la tête, des cadeaux, des photos... Il aimait par dessus tout cette époque, certes révolue.

    Bon, alors. Je t'explique un petit peu. On va s'arrêter environ toutes les trois heures... Sauf si tu veux t'arrêter avant bien évidemment. Et une fois en Nouvelle Orleans, on s'arrêtera dormir. Tout te paraît bien ? Et aussi... Si tu as des questions, des sujets que tu voudrais aborder avant qu'on arrive au Texas... N'hésite pas, que ça parle de ma famille ou non.

    Je lui fis un sourire sincère, et déposai un baiser sur sa joue. Je lui montrai ma barquette de cassette qui se trouvait dans la boîte à gants, et la laissai choisir... Entre AC/DC et.. AC/DC. Enfin presque.

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: ♥ Love never dies | Warren & Hope   Dim 15 Avr - 0:24

Elle vivait sans arrêt ce moment. Et plus elle y repensait plus elle s’apercevait de la présence d’infimes détails. Ces petites choses dont on ne prête aucune, ou très peu, d’attention durant le moment. Hopy cherchait le signe. Celui qu’elle aurait dû voir pour comprendre que ce n’était pas la bonne journée. C’était ainsi qu’elle comblait le manque et la douleur. C’était pire qu’une drogue. Plus elle se plongeait dedans, moins sa tête pouvait ressortir de l’eau. Et pourtant dans cette immersions dangereuse, la blonde y trouvait un certain réconfort. Comme si la noyade ne lui faisait pas peur. Et c’était le cas. Elle ne désirait pas sortir de cette chaude bulle. L’étudiante voulait ressentir son cœur battre comme en cette matinée. Parce que depuis ce jour précis, il avait cessé de fonctionner normalement. Parce que depuis ce jour précis une des sept milliards d’âmes qui peuple la planète s’était éteinte. 7 038 873 163 et se fut lui. Le seul qui comptait à ses yeux. Pourquoi ? L’unique raison qui empêcher Pearl de le rejoindre était cette certitude qu’il était là à la regarder, à la surveiller. Et doucement il lui soufflait de l’honorer, et ce, en vivant. Alors tant bien que mal, le cœur en miette, elle s’efforçait d’obéir aux ordres du silence. Finalement, une fois de plus elle prit sa dose de drogue virtuelle, ferma les yeux. Et rêva.

Sa main attrapa la poignée pour pouvoir tirer la porte de la voiture. Le soleil chaud se reflétait sur le capot et pendant un instant Hope ferma les yeux pour se protéger de cette vue éblouissante. Assise dans le fauteuil, elle déposa le sac à l’arrière. Bien au sol comme sa mère lui avait appris. Juste au cas où. Ainsi s'ils devaient freiner brusquement, le sac ne se renverserrait pas.La demoiselle en profita pour regarder l’état intérieur du véhicule. Quoi ? Ça faisait rapidement sortir la personnalité du conducteur. Elle connaissait déjà bien Warren. Mais savoir quelques petites informations en plus, c’était ça de pris ! On ne sait jamais, une nouvelle canette de bière qui prouverait qu’il avait fait une fête ou je ne sais quoi… Un t-shirt sale pour montrer qu’il s’était changé après le sport et que son sac s’était renversé… Un truc dans le genre. Mais si Hope avait été douée pour ça, elle aurait décidé de se renommer Sherlock ou encore « œil de lynx ». Bref. Son texan alluma le moteur.

« En fait... Je voulais te montrer là où j'ai grandit. Le Texas, ses belles routes, et ma maison. Elle m'appartient, malgré le fait qu'elle soit brûlée, mais je voulais te montrer tout ça. Tu as le droit de refuser, je te force pas. Mais je veux t'emmener quelques part, et ça se trouve au Texas alors j'ai trouvé intelligent qu'on passe par chez moi. »

Il fallait noter l’intonation que prenait la voix du jeune homme quand il parlait de sa région natale. On avait beau détecter un légère accent typique, c’était plus fort quand il s’imaginait les paysages. Hopy n’y était jamais allée et c’était contenté d’image, de stéréotypes et de ce qu’il lui avait raconté. Elle aurait aimé voir un Ranch et Warren en cowboy.
La prunelle de ses yeux brillait d’un envie et d’une vitalité incroyable. Refuser cette invitation aurait été faire preuve de pure folie. D’une folie stupide. La blondinette n’allait pas louper cette occasion de fouler les traces de son petit-ami. Ce ne serait jamais possible d’aller dans sa propre maison à Londres. Alors pourquoi ne pas aller sur les lieux de l’ancienne vie de Warren. Des fantômes en ressortiraient certainement. Mais à ce moment précis, Hope avait l’intuition que tout se passerait bien. Elle serait présente pour le soutenir.

« Tu penses vraiment que je pourrais refuser ?… Je t’aime et tu pourrais me dire qu’on prendrait la direction de Tokyo en voiture, je te suivrais. Ta maison c’est, c’est une étape. Je verrai enfin cette partie de toi.. »

C’était aussi stressant que de rencontrer les parents. Cette solution était impossible. Mais cette maison, ces flammes, ces vies envolées… Les mains de la demoiselle se tordirent l’une dans l’autre. Elle attacha sa ceinture et y croisa la main du jeune homme qui passait la première pour sortir du parking. Dans une infinie douceur elle la caressa, un sourire tendre aux lèvres. Son cœur battait fort à chaque fois qu’elle entrait en contact avec sa peau. Ça semble ridicule dit comme ça… Mais tant pis.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: ♥ Love never dies | Warren & Hope   Sam 14 Avr - 21:30


« Elle lui demanda d'imaginer qu'il avait gagné un concours dont le prix serait le suivant. Chaque matin une banque lui ouvrirait un compte créditeur de 86400 dollars [...] Tout ce que tu n'as pas dépensé dans la journée t'est enlevé le soir, tu ne peux pas tricher, tu ne peux pas virer l'argent sur un autre compte, tu ne peux que le dépenser, mais chaque matin au réveil, la banque te rouvre un nouveau compte avec de nouveau 86400 dollars, pour la journée.[...] La banque peut interrompre ce petit jeu sans préavis; à n'importe quel moment elle peut te dire que c'est fini, qu'elle ferme le compte et qu'il n'y en aura pas d'autre. [...]Cette banque magique, nous l'avons tous, c'est le temps ! [...]Chaque matin,au réveil, nous sommes crédités de 86400 secondes de vie pour la journée, et lorsque nous nous endormons le soir il n'y a pas de report à nouveau, ce qui n'a pas été vécu dans la journée est perdu, hier vient de passer [...] et nous jouons avec une règle incontournable: la banque peut fermer notre compte à n'importe quel moment, sans aucun préavis.. »

_____ _____ _____


    On ne choisit jamais le jour de sa mort. Le jour où tout sera fini. Où toutes les promesses, toutes les dettes, tous les choix seront compromis. On ne choisit ni les circonstances, ni le lieu. Et encore moins les personnes avec qui nous sommes. On ne choisit pas quand les étoiles de nos yeux vont arrêter de briller, et quand notre cœur à décidé d'arrêter de battre pour laisser place à un corps inerte. On ne sait quand ça va arriver, et on ne sait non plus quand ça va se terminer. Ça peut être dans d'atroces souffrances comme ça peut être brutal et sans aucune douleur.

    Le soleil était présent. On pouvait entendre les oiseaux, les voitures, les gens, la vie. Elle était là, dehors, elle attendait le jeune texan. Elle attendait qu'il sorte en compagnie de sa dulcinée pour s'enfouir dans ce trop-plein de monde. Mais lui voulait la défier. Il ne voulait pas voir le monde aujourd'hui. Il voulait juste être avec Hope.
    Les deux jeunes amoureux avaient tout planifié la veille au soir. Ils s'étaient endormis avec l'idée d'aller à la plage le lendemain. Mais pas n'importe laquelle ; une des plages désertiques de Miami. Une que les touristes ne connaissait pas. Une des rares plages « inhabitée » de Floride.
    Tout avait été rapide le matin, les préparations étant déjà faites, il n'y avait plus qu'à charger et se mettre en direction d'une belle journée.

    On devrait officialiser notre relation. J’en ai marre de faire comme si on n’était que de simples amis, seulement pour protéger nos réputations. On emmerde la WV. D’ailleurs elle a bien lancé des rumeurs sur nous…

    Warren sourit. Cette idée était présente dans sa tête depuis un bout de temps. Et il était d'accord, ils emmerdaient complètement cette foutue voix. Après tout, tout ce qui comptait pour eux, c'était d'être ensemble. Il déposa un baiser sur la joue de son anglaise pour montrer qu'il était d'accord. Il n'avait pas besoin de parler, tout était déjà très clair. Il n'avait de comptes à rendre à personne. Et il préférait nettement pouvoir faire ce qu'il voulait en public plutôt que de se cacher quand une envie soudaine de l'embrasser lui traversait l'esprit. Le texan voulait être avec elle le plus longtemps possible. Et ne perdre aucune seconde de leur relation avait été un grand choix de sa vie. Il ne lui restait plus qu'elle. Les deux amoureux était faits pour être ensemble.
    La jeune blonde attrapa la main de l'américain, et ne la lâcha pas, jusqu'à la voiture. Une belle Impala 1967 qui avait appartenu au père de Warren.

    Alors commandant quel est notre circuit ? Parce que je sais très bien que tu t’es arrangé pour qu’on fasse tout autre chose… N’est-ce pas ?

    C'était vrai qu'il avait pensé l'emmener autre part. Enfin, il voulait tout de même finir dans l'eau, mais il voulait lui montrer quelque chose. Quelque chose qui lui tenait à cœur. Il monta dans la voiture suivie de Hope. Il fit gronder le moteur, et se tourna vers son anglaise.

    En fait... Je voulais te montrer là où j'ai grandit. Le Texas, ses belles routes, et ma maison. Elle m'appartient, malgré le fait qu'elle soit brûlée, mais je voulais te montrer tout ça. Tu as le droit de refuser, je te forces pas. Mais je veux t'emmener quelques part, et ça se trouve au Texas alors j'ai trouvé intelligent qu'on passe par chez moi.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: ♥ Love never dies | Warren & Hope   Ven 13 Avr - 19:45

«Lorsque l’on meurt ou que l’on souffre d’une horrible perte nous traversons tous cinq étapes de la peine. On passe par le déni car la perte n’est pas envisageable, on ne peut imaginer que c’est réel. On s’énerve contre tout le monde, contre les survivants, contre nous-même. Puis on trouve un arrangement, on supplie, on implore, on offre tout ce qu’on a, on offre nos propres âmes en échange d’un jour de plus. Quand les négociations échouent la colère est difficile à contenir, on tombe dans la dépression, le désespoir, jusqu’à ce qu’on accepte finalement que l’on a tout tenté. On abandonne. On abandonne et on accepte. Le chagrin peut être une chose que l’on a en commun mais il est différent pour tout le monde. Il n’y a pas que la mort dont on fait le deuil, de la vie, d’une perte, d’un changement. Et on se demande pourquoi ça bloque autant parfois, pourquoi ça fait tant de mal mais la chose dont on doit se souvenir c’est que ça peut changer. C’est comme ça qu’on reste en vie, quand ça fait si mal, qu’on ne peut plus respirer, c’est comme ça qu’on survit. En se rappelant, qu’un jour, qu’en quelque sorte, vous ne le ressentirez plus de la même manière, ça ne fera plus aussi mal. Le chagrin vient à chacun en son temps, de sa propre manière. Alors le mieux que l’on puisse faire, le mieux que chacun puisse faire est de recourir à l’honnêteté. Le truc vraiment merdique, la pire partie du chagrin est que vous ne pouvez le contrôler. Le mieux que l’on puisse faire est d’essayer de laisser nos sentiments quand ils viennent. Et les laisser partir quand on peut. La pire chose c’est qu’à la minute où vous pensez l’avoir surmonté, ça recommence. Et toujours, à chaque fois, vous ne pouvez plus respirer. Le chagrin comporte cinq étapes. Elles nous semblent à tous différentes, mais il y en a toujours cinq : le déni, la colère, les négociations, la dépression, l’acceptation.»
Les larmes. Elles coulaient comme jamais. La douleur déchirait son corps sans pitié. La haine était plus présente chaque matin. L’envie de mettre fin à ses jours revenait comme un refrain murmuré de plus en plus fort. Hope souffrait. C’était fini cette période où elle avait tout oublié. Ce qui c’était passé, pourquoi, comment, quand… Le trou noir s’était soudainement évaporé. Comme un voile retiré progressivement mais le tableau n’était pas beau à voir. Il était mort. Définitivement mort. Plus rien ne le referait revenir. Lui, le seul, l’unique. Cet être qui faisait battre son cœur, qui la faisait sourire, vibrer, rire. Vivre. Lui qui la réconfortait, qui la prenait dans ses bras, qui lui susurrait des mots doux, qui savait tous. Qui lui donnait le goût d’avancer. Il s’était envolé pour d’autres cieux. Sans elle. Seul, il avait rejoins tous les membres de sa famille. Tous, sauf elle. Ils avaient formé leur propre cercle, ils avaient prévu d’avancer ensemble, de construire ensemble, de vieillir ensemble, de se tromper ensemble, de s’aimer ensemble. Et ce jusqu’au bout. Mais tout cela avait était balayé d’un revers de la main par le destin. Comme s’il ne s’était pas acharné sur la demoiselle. Il s’était amusé à renverser les pièces de l’échiquier une à une. Jusqu’au roi. Le jeu était fini. Seule, la reine ne pouvait rien. Alors elle pleurait. Elle criait parfois ou bien s’enfonçait dans un silence mortel.
Son unique remède était de vivre sans arrêt les plus beaux moments. Et particulièrement cette journée fabuleuse où en quelques secondes, tout bascula.


C’était une journée parfaite. L’idéal pour prendre la voiture et aller en direction d’une plage désertée par la population et les vacanciers. Le mieux était de s’éloigner le plus possible de Miami. Ce fut la grande décision de la soirée. Les deux amoureux, alors serrés l’un contre l’autre dans leurs lits collés, s’étaient demandés que faire le lendemain. Comme un vieux couple ils avaient préparé leurs plans la veille au soir.
Ainsi en se levant, Hopy alla récupérer un panier et tout le nécessaire pour un pique-nique pendant que Warren cherchait sur la carte, la plage idéale. Ce fut assez rapide. Un maillot de bain, des serviettes, des lunettes, de la crème et un sourit enfantin gravé sur le visage.

« On devrait officialiser notre relation. J’en ai marre de faire comme si on n’était que de simples amis, seulement pour protéger nos réputations. On emmerde la WV. D’ailleurs elle a bien lancé des rumeurs sur nous… »

Le regard azur de la demoiselle ne faisait pas de doute, elle était décidée. Si on disait que la mémoire de la défunte Paige était bafouée et bien… Elle rirait secrètement et se faire insulter par ses anciens amis… Tant pis. Ça ou pouvoir embrasser son texan à n’importe quel moment et dans n’importe quel endroit. Le choix était rapide.
Plus le temps passait, plus elle s’imaginait vivre avec lui. L’après lycée, l’après fac, la vie dans un appartement en ville… Elle en rêvait mais n’osait pas aborder le sujet. Et si elle se précipitait ? C’était toujours comme ça ! Hopy commençait à se poser des questions et par conséquent se braquait sur le sujet. Elle s’enfermait dans ses problèmes, ruminait et un jour éclatait.

La blonde attrapa la main de son amoureux et ne la quitta pas jusqu’à la voiture. Ils ne croisèrent pas énormément de monde mais ce fut suffisant. Une fois prêt du véhicule de Warren – il était plus grand et plus confortable si vous voyait ce que je veux dire – la blondinette demanda :

« Alors commandant quel est notre circuit ? Parce que je sais très bien que tu t’es arrangé pour qu’on fasse tout autre chose… N’est-ce pas ? »
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: ♥ Love never dies | Warren & Hope   

Revenir en haut Aller en bas
 
♥ Love never dies | Warren & Hope
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ♥ Love never dies | Warren & Hope
» Caly & Jayden ♥ True love never dies? (FINI)
» Love is a song of hope... [PV Eclair Sournois ]
» C'est le temps des explications... (Hope et Warren ♥)
» La loi Hope, est-ce une solution? et IT?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: Rps terminés-
Sauter vers: