AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 Besoin d'air. De partir. Pour mieux se retrouver. (Helinä) [x] TERMINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Besoin d'air. De partir. Pour mieux se retrouver. (Helinä) [x] TERMINE   Sam 10 Déc - 0:10

Where is my mind ?

Spoiler:
 


    Après tout ce qu'ils leur étaient arrivé depuis plus d'un mois, il était temps pour les deux jeunes étudiants de prendre du recul vis à vis de tout ça. Il y avait eu d'énormes bouleversements en peu de temps et ils en étaient atteint psychologiquement et physiquement. Helinä ne dormait presque plus et avait commencé à fumer de façon plus répétitive. Quand à Alfred, il faisait beaucoup trop de sport comparé à ce qu'il mangeait (plus rien) et sa silhouette s'était beaucoup affiné et musclé. Néanmoins, il fumait aussi énormément et ses traits étaient tirés. Parfois même, quand Helinä réussissait à s'endormir, il partait faire un tour, une bouteille d'alcool à ses côtés. Il avait peur de mal tourner, aussi, ce voyage tombait très bien. Ca ne pouvait leur faire que du bien de s'éloigner de cette vie un moment, être seuls, loin de tout ce raffut qu'était Wynwood. Ils devaient partir pour la Suisse directement, puis, à la fin de leurs vacances, passer quelques jours dans le domaine familiale d'Alfred. Ils partaient pour une semaine environ. Ils s'étaient levés tôt pour être sûrs de ne pas louper l'avion. Ils avaient décollé à dix heures du matin et en avait pour au moins huit heures de vol. Durant le trajet, Helinä s'endormit, le médecin avait finalement préconisé des somnifères pour la soulager un peu. Alfred s'occupa d'Aaron durant le trajet. Une fois arrivé à Paris, il fallait qu'ils prennent le train jusqu'en Suisse, car ils arriveraient directement dans la ville prévue, au lieu d'avoir un changement entre l'aéroport et une gare. Après encore quelques heures de trajet, ils arrivèrent enfin dans le pays neutre. La neige et le froid recouvraient tout, c'était magnifique.

    Depuis l'accident, Helinä s'occupait moins d'Aaron, ce qui était, d'après le médecin, une réaction normale. Alfred avait donc prit cette tâche bien à coeur et ça l'aidait à traverser cet enfer. Les deux jeunes gens prirent alors un taxi qui les emmena à leur chalet personnel. Alfred s'était occupé de tout et il fut ravi quand la voiture s'arrêta. Le chalet était bien éloigné des autres et était entouré par une somptueuse forêt. Il était l'heure du dîner et leurs ventres réclamaient à manger. Le conducteur les aida à descendre leurs bagages tandis qu'Alfred ouvrait la porte d'entrée à Helinä pour qu'elle en fasse un rapide tour. C'était très grand et luxueux, tout en bois, une décoration moderne et une ambiance des plus propice au rétablissement. Alfred emporta en premier le berceau du petit pour pouvoir l'installer dedans. Une fois fait, il alla chercher les affaires et les déposa à l'étage, où se trouvait Helinä. Il s'approcha d'elle et passa ses bras autour d'elle pour venir lui murmurer:

    - On va être bien ici ma chérie...

    Il lui déposa un baiser sur le front et descendit pour allumer un feu, afin de réchauffer cette grande maison. Après plusieurs minutes, il réussit à trouver le système et passa alors derrière la cuisine, il avait demandé à ce qu'on lui livre de la nourriture avant leur arrivée. C'était chose faîte, le frigo et les placards étaient pleins de leurs propres courses. Génial. Le jeune homme décida alors de cuisiner un petit plat bien chaud pour sa dulcinée, s'aérant alors l'esprit par la même occasion. Il espérait qu'elle vienne le rejoindre... Heli avait beaucoup de mal à surmonter cette épreuve, les cauchemars l'envahissaient à chaque fois qu'elle fermait les yeux et c'était comme si cet évènement la perturbait plus qu'on aurait pu le penser...
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Besoin d'air. De partir. Pour mieux se retrouver. (Helinä) [x] TERMINE   Sam 10 Déc - 0:56

J’étais dans un chalet en Suisse, il avait réservé le vol, la maisonnette tout était parfait à part mon moral. Je ne dormais qu’avec l’intervention de somnifères. J’avais du mal à prendre mon propre fils dans mes bras. C’était normal d’après le médecin, mais non je ne trouvais pas ça normal c’était mon fils et j’avais vraiment du mal à le toucher. Je me haïssais tellement. C’était mon petit ange, mon fils et je ne pouvais pas lui donner l’amour maternel qu’il réclamait. Une chose était sûr Alfred prenait soin de mon fils. Il s’en occupait encore mieux que moi. Les mains du brun s’étaient posées sur mes hanches me disant qu’on allait être bien ici. Alfred ne me touchait même plus. Il m’embrassait seulement et me prenait dans ses bras. Je me penchais sur le berceau d’Aaron, il me regarda, j’avais l’impression que ses yeux me suppliaient de le prendre dans ses bras. J’esquissais le premier mouvement avant de ne me rétracter. Il commençait à pleurer. Non Aaron ne pleures pas s’il te plaît. J’peux pas… Des larmes m’envahissaient. Je m’avançais tout de même vers son berceau et je finis par le prendre dans mes bras, automatiquement ses pleures se calmèrent. Je m’excusais à mon enfant pour ma négligence. Je caressais sa tête doucement, et malgré moi un sourire vint s’afficher sur mon visage. Une simple étreinte à mon fils et ça me faisait un bien fou. Je descendis au rez-de-chaussée alors que le brun s’apprêtait dans la cuisine. Je le regardais faire, il cuisinait. Je me rendais compte que je n’avais jamais vécu avec Alfred. Nos vies nous les passions entre les hôtels et ma chambre. Cela me faisait bizarre de prendre conscience de ça. Je le regardais un léger sourire aux lèvres. Je m’approchais du plan de travail avec mon fils dans les bras et je pris un bout de fromage qu’Alfred avait coupé.

- C’est magnifique ici… Merci de m’y avoir emmener.

Ça me changeait d’air, le paysage était blanc me rappelant mon pays natale. Je m’approchais d’Alfred et posais mes lèvres sur les siennes. Alors que le parc était monté et qu’un traversin se trouvait à l’intérieur ainsi qu’un jeu d’éveil je posais bébé au sol allongé alors que j’abaissais son jeu pour qu’il les atteigne. C’était un grand pas que je venais de faire et je savais qu’Alfred avait remarquer. Je me dirigeais alors derrière le brun et je laissais ma tête contre son dos.

- Qu’est-ce que tu prépares mon ange?
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Besoin d'air. De partir. Pour mieux se retrouver. (Helinä) [x] TERMINE   Sam 10 Déc - 1:14

    Elle avait réussi à prendre son fils dans ses bras, je la regardais assez discrètement pour ne pas qu'elle se sente frustrée. Elle devait ressentir tout l'amour qui se propageait en elle et j'étais persuadé que ça lui faisait le plus grand bien. Elle avait alors déposé son fils et était venu me rejoindre dans la cuisine, se collant contre mon dos, j'adorais quand elle faisait ça. Je sentais sa douceur au travers de ses gestes. Je souriais alors que je continuai de préparer à manger. Je ne tarda pas à lui répondre:

    - Je nous fais une petite salade avec une soupe bien chaude en entrée, ça nous fera du bien.

    Je ne m'arrêta pas de cuisiner et elle ne tarda pas à me lâcher pour venir s'asseoir sur le plan de travail. Je sortis alors une bouteille de vin rouge, français bien sûr, et lui demanda de nous en servir deux verres. Je lui sortis les deux grosses coupes et la laissa faire. Ca me faisait du bien de sortir du cadre de l'académie. D'être dans un autre univers, beaucoup plus réaliste. L'école était bien oui, mais là, on avait vraiment besoin d'en sortir. Avec tous les évènements qu'on avait traversé, c'était plus de la survie qu'autre chose. Je trinqua alors avec elle, avant de boire une délicieuse gorgée. Ca me rappelait tellement de bons moments un bon vin français. Je retrouvais peu à peu le sourire, quand à cette traversée du désert mais malheureusement pour moi, Helinä avait beaucoup plus de mal, néanmoins, je me disais que si elle me voyait ainsi, elle suivrait le même chemin que moi. Je coupais les tomates, le fromage, le jambon afin d'en remplir nos assiettes, parsemée de feuilles de salades bien vertes. Je tourna la tête pour la voir, elle semblait si loin, perdue dans ses pensées... Ca me faisait mal de la voir comme ça et je ne savais plus quoi faire pour l'aider. Je me disais que le mieux était que je continue à vivre, tentant de reprendre une certaine forme de vie normale, m'occupant des tâches quotidiennes, m'occupant d'Aaron pour ne pas la fatiguée. Les médicaments qu'elle prenait la rendait parfois mélancolique et surtout très fatiguée. J'espérais qu'elle ralentisse un peu la dose, tout autant que les cigarettes. Je n'aimais pas la voir fumer, je ne voulais pas qu'elle s'y mette. Une fois les assiettes finies, je montais en haut chercher les affaires d'Aaron pour lui préparer un biberon. Alors qu'il chauffait dans le micro-ondes, je la regardais, son regard se perdait dans la forêt qui se faisait emporter par la nuit. Nous n'avions jamais réellement parlé de ce qui était arrivé et de ce qu'on ressentait. A l'hôpital nous avions rapidement évoqué cela, mais nous n'avions jamais parlé à coeur ouvert de cet évènement, des causes et surtout des conséquences. On ne parlait presque plus, on ne rigolait plus, on ne faisait plus l'amour depuis longtemps. J'avais tellement peur de lui refaire l'amour, de lui faire mal alors qu'elle me semblait si fragile et surtout, que cette horreur se reproduise. Qu'une autre fausse couche ne vienne nous détruire complètement. On était amoureux et on s'aimait oui, mais notre couple était en danger et je le savais, je misais énormément sur cette escapade pour nous faire remonter la pente. J'espérais tellement...
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Besoin d'air. De partir. Pour mieux se retrouver. (Helinä) [x] TERMINE   Sam 10 Déc - 1:44

Il ne tarda pas de me répondre pour me dire qu’il préparait une soupe et une salade. Il sortit une bouteille de rouge. Je nous en servit deux verres. Mes pensées étaient parties loin, je regardais la forêt le regard vide. Je ne pensais même pas en réalité. Je restais inerte là à regarder droit devant moi. Je ne vis même pas qu’Alfred avait terminé de préparer à manger et qu’il avait même fait un biberon à Aaron. Je sortis de mes pensées quand j’entendis la sonnerie du micro-onde. Je me levais donc avalant une gorgée de vin et pris le biberon dans une main. Je vissais la tétine dessus et me dirigeais vers bébé. Je m’installais face au petit bonhomme et lui mit la tétine dans la bouche. Il passa ses mains autour du biberon ce qui me surpris. Je lâchais le biberon mais il était trop lourd pour qu’il le tienne. Je relevais donc le tube en plastique. Aaron finit son bibe et je l’asseyais tout en le tenant pour ne pas qu’il tombe afin qu’il puisse faire son rot, ce qu’il fit sans tarder. Une odeur plutôt désagréable se dégageait de sa couche et je le changeais avant de ne le coucher. Je pris le merveilleux appareil qui n’était autre que les talkie walkie pour que j’entende mon bébé s’il venait à pleurer. Alfred avait dresser une table sous la véranda. Je le rejoignit. Sur la table en bois clair un chemin de table rouge avait été placé. Nos assiettes respectives était posé face à face et je souris à cette vision. Il se donnait tant de mal pour me faire plaisir. J’appréciais le gestes mais j’avais du mal à me rendre compte que c’était réel. Dans un petit vase une rose rouge séparait les deux assiettes. Je m’approchais du brun et déposait mes lèvres sur les siennes.

- Tout ça pour moi! Demandais-je.

Je m’installais donc face à mon fiancé et déplaçais la vase sur le côté afin de voir Alfred dans sa presque totalité. Le paysage était époustouflant. Notre chalet était placé d’une manière si wahou. Dans la véranda la lumière naturelle se reflétait encore plus à cause de la neige blanche qui nous envahissait. Je souhaitais un bon appétit au jeune homme avant de n’entamer mon plat. Ma salade composé. La sauce vinaigrette était parfaite, l’assaisonnement aussi. Je me régalais de ce délicieux plat simple mais préparer avec amour. Je bus mon bol de soupe et une fois que j’eu terminé et qu’Alfred aussi en avait fini. Je me levais et allais m’asseoir sur ses jambes. Je passais mes bras autour de son cou et pris la parole.

- Merci pour le repas, c’était vraiment délicieux.

J’espérais qu’avec ce voyage il arrêterait d’avoir peur. Qu’il arrête de me prendre pour une chose fragile. Pour une pièce de porcelaine. Je déposais mes lèvres sur les siennes et lui souris.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Besoin d'air. De partir. Pour mieux se retrouver. (Helinä) [x] TERMINE   Sam 10 Déc - 1:59

    La jeune femme avait apprécié mon repas en vu de ses compliments et de son sourire timide. Elle était venue me rejoindre et s'asseyant sur mes genoux, elle m'avait embrassé. Nous ne nous faisions que de simples baisers depuis l'accident et je n'arrivais pas à aller plus loin. Je répondis à son baiser avant de déposer ma tête sur sa poitrine, comme je le faisais sous souvent avant. Je fermais les yeux alors qu'elle caressait mes cheveux, ça me détendait. La journée avait été épuisante. Après quelques minutes, je la fis se lever afin que je puisse débarrasser. J'emportais toute la vaisselle sale et je mis tout dans le lave-vaisselle avant d'en claquer la porte. Je rangeais les dernières petites choses qui traînaient et je pris la bouteille de vin, alors qu'Heli s'était installée sur le canapé, près de la cheminée qui commençait enfin à chauffer la maison. J'avais pris soin de prendre également nos deux verres. Je les rempli une nouvelle fois et lui tendis son verre. L'ambiance était calme et reposante. Je voulais qu'on parle de l'accident, je pense qu'il fallait qu'on mette ça à plat pour pouvoir tourner la page et continuer à vivre. Mais comment aborder le sujet sans offenser ou faire du mal à la jeune femme? Je ne savais pas trop comment m'y prendre. Je bus alors une gorgée de vin alors que je m'allumais une cigarette et je finis par lancer, alors que ma main était posée sur sa cuisse:

    - Chérie? Je crois qu'il faut qu'on en parle... On n'a jamais vraiment abordé ce sujet et je ne pense pas que ça soit la meilleure solution de faire comme s'il n'y avait rien eu. On ne peut pas dire que notre couple va bien depuis ça, il est nécessaire qu'on en parle...

    Je la regarda et je savais que mes paroles l'avaient un peu blessée, mais il fallait être honnête, notre couple allait mal et ça ne pouvait pas aller mieux dans ces conditions. Il fallait communiquer dans un couple et nous ne le faisions plus. Je repris alors, après avoir rejeté ma fumée:

    - Tu ne me fais pas part de tes états d'âmes, de tes humeurs, je vois que ça va mal, mais je me sens impuissant. J'aimerai t'aider, mais si tu ne me parles pas, je ne peux rien faire. On doit se serrer les coudes et affronter ça ensemble, alors que pour le moment, on est deux personnes qui combattent ça, mais nous ne sommes pas un couple qui affronte cette catastrophe. Il faut que tu te livres, parce que tu n'as pas réussi à te livrer à tes amis, ni à ton frère et que tu refuses l'aide d'un psy, alors parles moi. Dis moi tout ce que tu veux, je suis prêt à tout entendre, n'ai pas peur. Je ne te jugerai pas, je veux simplement t'aider... et si tu as des questions, j'y répondrais...

    Je passais ma main derrière sa nuque pour approcher son visage du miens et je déposais un baiser sur son front, tendrement.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Besoin d'air. De partir. Pour mieux se retrouver. (Helinä) [x] TERMINE   Sam 10 Déc - 2:31

Il fallait bien que ça arrive un jour. Cette conversation devait se faire. Alors que j’étais assise sur le canapé il me rejoignit avec nos deux verres et la bouteille. Je posais ma tête sur son épaule. Je redoutais tellement cette conversation. Je voulais bien en parler, mais je ne savais pas pourquoi je n’allais pas bien. Si je n’en parlais pas ça m’évitait d’y penser. Alfred n’avait pourtant pas tort quand je me déciderais à en parler ça irait mieux. Je ne savais pas quoi dire. Il déposa ses lèvres sur mon front.

- J’ai peur Alfred, j’ai simplement peur que tu me rejettes. Tu me prends comme une chose fragile, ce n’est plus comme avant. J’vois bien que tu as peur de me faire mal Alfred. Mais je n’en parle pas parce que j’ai peur que tu me quittes de nouveau, que ça se reproduise. Que je vienne à perdre le prochain enfant que je porterais. Je suis obligée de prendre des somnifères pour dormir. Parce que j’ai peur de refaire ce maudit cauchemar. J’suis pas bien Alfred, mais je ne sais pas non plus comment aller mieux. J’me dis qu’élucider le problème me ferais moins de mal mais au final ce n’est pas la meilleure solution. J’vois tout ce que tu fais pour moi et je me dis que je ne pourrais jamais faire la même chose. Enfin j’sais plus Alfred. Je ne sais plus quoi penser.

Je ne pus réprimer un torrent de larme. Mes paroles étaient destructurée et il n'y avait même pas de fil conducteur. Je disais simplement mes pensées sur le moment. Au final je ne savais pas ou j’en étais. Je ne voulais pas perdre Alfred, je ne voulais pas non plus être considéré comme une chose fragile. Je m’en voulais aussi de ne plus avoir cet enfant. D’avoir perdue la seule chose qui me rattachait à Alfred. J’étais déçut qu’il n’ai pas pris de mes nouvelles avant, que la chose qui nous ai réunit venait de ma fausse couche. Parce que aurait-t-il fait marche arrière pour moi et aurait-t-il ravaler sa fierté et venir s’excuser. Je pris alors la parole afin de lui demander directement.

- Alfred réponds-moi franchement. Si la fausse couche n’aurait pas eu lieu et que je ne t’aurais pas appelé ce soir là. Serais-tu revenu?

C’était une question directe mais je voulais savoir.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Besoin d'air. De partir. Pour mieux se retrouver. (Helinä) [x] TERMINE   Sam 10 Déc - 2:49

    Fallait bien que je m'y attende à cette question. Je répondis alors:

    - Je serai revenu c'est sûr, mais la véritable question c'est surtout: quand? Pour moi, tu ne me pardonnerais pas et c'est pour ça que je ne suis pas venu avant. J'attendais un signe, j'attendais que quelque chose me montre que notre histoire n'était pas terminée de ton côté. Tu sais, durant des jours après notre rupture, je suis resté enfermé dans le noir de ma chambre, j'en ai même détruite une. J'ai bu, j'ai fumé et j'ai même repris l'héro. J'étais vraiment mal et je coulais de plus en plus. Je suis partit en France pour essayer de me reprendre, mais quand je discutais avec ma mère et mes grands parents, j'ai compris que je n'avais pas bien agis. Je m'en voulais énormément, j'ai beaucoup réfléchie à mes différents comportements vis à vis de toi et j'avais surtout honte je pense.

    Je bus une nouvelle fois dans mon verre et je m'approcha un peu plus d'elle de façon à lui sécher ses larmes. Après quelques secondes, je repris la parole:

    - Je ne veux pas que tu ai peur de me dire les choses et surtout quand tu te sens mal vis à vis de ça. Je ne partirai plus, j'ai vu ce que c'était sans toi et cette vie là ne m'intéresse pas, crois moi, je ne partirai plus. Crois-tu sincèrement que j'aurai rompu la promesse faîte à Hayden pour une femme dont je n'étais pas sûr que j'aimais? Pour le rejet, si tu parles de ça au niveau sexuel, ce n'est pas que tu me dégoûtes ou autre, simplement j'ai peur. Peur de te refaire l'amour et que ça se passe mal. Tu as subis une opération lourde à ce niveau de ton corps et j'ai peur de te faire mal, mais pas que. J'ai aussi peur que tu retombes enceinte et qu'on doive de nouveau affronter ça, parce que je suis pas sûr de pouvoir faire face. J'ai bien vu que tu allais mal et je veux t'aider, je veux que tu ailles mieux, je ne sais pas non plus ce qu'il faut faire pour ça, peut-être qu'un jour, en voyant quelque chose de vraiment très drôle, on se remettra à rire comme avant, seulement pour le moment c'est encore trop récent. On a vécu un évènement très triste et on n'en a pas encore fait le deuil, mais un jour ça ira mieux, je te le promets.

    Je lui pris alors sa main et l'embrassa tendrement sur ses lèvres rougies. Je poursuivis alors:

    - Je ne veux pas que tu ai peur ou que tu te sentes coupable de quoi que ce soit. Ce qui est arrivé était un accident et tu n'en ai pas responsable. C'est malheureux à dire, mais c'est la vie. Aussi dur cela peut il être dit. Et puis on a voulu aller vite, trop vite et peut-être que Dieu a voulu nous montrer que ce n'était pas la bonne voie. On aura des enfants Helinä, je te le promets, mais on va attendre pour ça et on agira en conséquence. Je t'aime et je ne veux pas te perdre, tu sais, quand je t'ai vu dans cette ruelle, ce soir là, j'ai vraiment cru que tu allais... et cette idée me tuait. Sans toi ma vie ne mène nul part. Je m'en suis rendu compte. C'est toi que je veux, aujourd'hui, demain et dans 100 ans. Il faut qu'on s'accroche.

    J'espérais que cette conversation perdure encore, qu'elle se laisse complètement aller à ses sentiments et ses pensées, une bonne fois pour toute...
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Besoin d'air. De partir. Pour mieux se retrouver. (Helinä) [x] TERMINE   Sam 10 Déc - 7:48

Je pris une gorgée du liquide foncé et me laissa aller contre Alfred. J’acquiesçais seulement à ses dires. Je ne pouvais rien faire d’autre de toute manière. Il me fit comprendre que c’était la vie. Sa déclaration sur son mois de dépression me fis l’effet d’une douche froide. Pourquoi ne pas m’avoir appelé alors qu’il se sentait mal? Quoique vous me direz je n’étais pas mieux non plus. La seule chose qui me tenait envie n’était autre qu’Aaron qui réclamait qu’on s’occupe de lui. Je le faisait pas du tout avec la même crainte étant donné que je pensais avoir un enfant d’ici quelques mois. Malheureusement je perdis cet enfant sans même avoir eu l’occasion de le voir à l’écran. Je ne savais pas ce que s’était une fille un garçon, je savais juste que mes cauchemars me rappelaient inlassablement la perte d’un enfant et certainement une fille. Je savais que ça n’arrivais pas qu’à moi ce genre de chose, mais j’avais vraiment un mal de chien fou à me dire que si rien ne s’était passé j’aurais certainement pris un peu de poids. Mais non rien y faisait étant donné que je faisais le contraire je perdais du poids. Je séchais ses idées si peu réconfortante avant de ne répondre à Alfred.

- Je ne prend pas la pilule pour rien mon amour. La grossesse est arrivée en raison de notre première fois. Alors d’un côté j’me sens coupable de ne pas avoir pris la pilule et je t’en veux aussi pour n’avoir pas mis de protection. Parce que si on avait prévenue nécessairement, je ne serais pas tombé enceinte, tu ne m’aurais pas quitté, nous ne serions pas rester seuls pendant un mois se morfondant plus qu’autre chose et je n’aurais pas fait cette maudite fausse couche. Et je m’en veux que ce soit cet incident qui t’es fait revenir vers moi. Je ne trouve même plus le sommeil parce que soit j’fais des cauchemars invivable ou au contraire je ressasse trop de chose. Notre histoire entre autre. Nous avons été vite en besogne certes, tu m’as rejeté à plusieurs reprises. Et j’suis encore là. Je revois certains souvenirs que j’ai du mal à revivre. Certain de tes mots me font mal quand j’y pense et je me dis que je ne suis pas à l’abri de tout ça. Je t’aime Alfred, aujourd’hui tu es présent et je t’en remercie parce que même si je ne parle pas ta simple présence me rend plus joyeuse et me réconforte quelque peu dans mon malheur. Mais j’ai peur que tu te lasses de moi certainement, que je ne te convienne pas.

Il répondit aussitôt à mes craintes en me disant que la seule personne qu’il voulait c’était moi aujourd’hui, demain et même dans cent ans. Je fermais les yeux afin de me souvenir de ça jusqu’à la fin de ma vie. Je repris une gorgée du liquide alcoolisé pour finir mon verre finalement je regardais le verre du brun et il était vide lui aussi, je nous en resservis donc un. On m’a toujours dit de rester forte et ce même dans l’adversité. Mais ce n’était pas si facile bien au contraire. Je laissais mes yeux s’arrêter sur la cheminée flamboyante, je ne pouvais m’en détacher et ce même si ça me brulait les yeux. Mes larmes avaient cessées. Je me rendis compte alors qu’Alfred n’était pas un petit croyant ordinaire, qui ne sait même pas ce que la religion c’est. Non je l’entendais souvent que c’était dieu qui en avait décidé ainsi. Je ne croyais pas en dieu était-ce un problème pour lui? Oui cette question me vint à l’esprit. Je relevais ma tête alors pour tomber dans ses yeux bruns.

- Alfred je me suis toujours demandée si cela te dérangeait que je ne sois pas croyante. Tu sais Aaron à toujours ta médaille. Je l’ai juste mise dans une petit boite afin qu’il ne la casse pas. Je ne suis peut être pas croyante mais ne va pas croire que je ne tolère pas les gens qui ont la foie. Ma seule croyance reste celle de la vie. Je crois en la vie aussi pourrie soit-elle, j’y crois encore. Ah et si je crois en notre amour aussi bancal soit-il. Et j’espère que ce voyage nous permettra de passer à autre chose.

Je me redressais lentement afin de capturer ses lèvres avant de ne lui dire que j’avais hâte de rencontrer sa mère et ses grands-parents. Mais avant que je ne les rencontres, je devais être plus courageuse et aussi prendre sur moi afin de passer à autre chose et j’étais certaine que si Alfred venait à me toucher cela m’enlèverais une certaine charge. Mais pour le moment il n’était pas prêt et j’acceptais j’espérais juste qu’il n’ai au moins plus peur de me serrer dans ses bras aussi fort qu’il le pouvait.

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Besoin d'air. De partir. Pour mieux se retrouver. (Helinä) [x] TERMINE   Sam 10 Déc - 13:10

    A la fin de son discours, je posa mon verre sur le rebord de la cheminée et l'invita à se lever, tout comme moi. Elle le fit et je pu la serrer contre moi, passant mes mains tout d'abord dans sa nuque, elles tombèrent sur ses hanches que je plaquais contre les miennes. Nous plongions nos regards l'un dans l'autre et je ne tarda pas à venir l'embrasser. Posant délicatement mes lèvres sur les siennes, je ne tarda pas à continuer plus intensément.

    -Non ça ne me dérange pas, chacun est libre de croire en ce qu'il veut tu sais. Ne te sens pas forcée de t'y intéresser pour moi, si tu n'en ressens pas le besoin. Moi ça m'aide dans ma vie. Et ça fait partie de moi aujourd'hui...

    J'étais bien avec elle, vraiment et je voulais qu'on s'en sorte, il est vrai que ses paroles m'avaient fait du mal. Beaucoup de mal même, mais au final, je semblais d'accord avec elle. Après tout, si je m'étais protégé, nous n'aurions jamais vécu un épisode aussi dramatique. Je lui avais fait beaucoup de mal et je m'en voulais énormément. Je voulais sincèrement qu'on s'en sorte. Après cette étreinte, je me recula et bu à nouveau un peu dans mon verre avant de prendre un peu de recul.

    Ses mots m'avaient touché et je ne pouvais nier le fait que ça m'avait blessé. Mais si elle se sentait mieux, c'était tout ce qui comptait. Je continua alors à boire puis je m'avançais vers le canapé afin de me rouler un joint. Après de longues secondes, je finis de le rouler et je le plaça entre mes lèvres pour le consumer. Je ne voulais pas me mettre dehors, il faisait trop froid, mais en même temps la maison était assez grande pour laisser la fumée épaisse se dissiper. Je le fumais donc tranquillement, essayant de décompresser de cette façon.

    Helinä était je crois, monté en haut, je me retourna donc et vis qu'elle n'était plus là. Je me remis donc à fumer en espérant qu'elle allait me rejoindre d'ici quelques minutes.

    (Désolé pour ce post pourri, je viens d'apprendre une mauvaise nouvelle)
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Besoin d'air. De partir. Pour mieux se retrouver. (Helinä) [x] TERMINE   Sam 10 Déc - 14:40

Il me dit que cela ne le gênait pas que je ne sois pas croyante et ça me rassurait quelque peu. Alors qu’il se leva pour aller près de la cheminé je le suivais il me plaqua contre lui et m’embrassa langoureusement. À chaque fois qu’il faisait ça j’avais cela me picotais de partout. Des papillons jouaient en moi. Et ça me procurait à chaque fois des frissons. Alors qu’il roulait une joint sur le canapé j’étais monté à l’étage pour voir si Aaron dormait toujours et en effet il dormait profondément, je déposais mes lèvres sur son front et m’excusais de l’avoir délaissé depuis plusieurs jours déjà. Je pris mon appareil photo dans mes bagages et descendis rejoindre Alfred mais avant de ne m’installer près de lui je le captura dans ma boîte magique. Il fut surpris par le flash et je riais de sa surprise, il avait finit son pétard et je venais près de lui. Posant ma tête sur ses genoux et m’allongeais de tout mon long sur la canapé. Je regardais alors par les fenêtre et vis des flocons de neiges tomber. J’adorais la neige.

- Ça me rappelle vraiment la Finlande cette ambiance calme. Ce temps assez frais, la neige, un chalet. Je vivais dans un grand chalet aussi quand j’étais là bas. Avec Pollo on allait faire de la luge on avait des grosses bottes de neiges, des combinaisons qui nous montait jusqu’au cou avec pour couronner le tout des cagoules. C’est horrible ces trucs en laine mais ça tien chaud. On galérait à monter jusqu’en haut de cette colline avec la luge qui était bien trop lourde pour nous deux. Mais s’était des journées magnifique. Une fois que nous retournions à la maison, ma mère nous attendait avec des chocolats chauds. Le soir on se mettait devant la télé près de la cheminé et on regardait un dessin animé. Je choisissais toujours des Disney avec des princesses, Pollo râlait mais au final il regardait jusqu’au bout et connaissais aussi les chansons sur le bout des doigts par cœur. On les chantait tous les deux quand on sortait. Ce sont de très bon souvenirs. J’espère que je pourrais offrir de si bon souvenir à nos enfants.

Je pris le visage d’Alfred dans mes mains et le baissa jusqu’à mon visage et je m’emparais de ses lèvres un baiser simplement chaste avant que je ne murmure entre de baiser que je l’aimais. J’avais vraiment le sentiment que si on s’aidait mutuellement et que si on faisait certains efforts je pourrais rester jusqu’à la fin de mes jours dans ses bras.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Besoin d'air. De partir. Pour mieux se retrouver. (Helinä) [x] TERMINE   Sam 10 Déc - 14:57

    Elle s'était allongée sur moi et me racontait des souvenirs d'enfance avec son frère. Cela me fit sourire, il paraissait tout de suite moins impressionnant. Et puis je ne pouvais pas m'empêcher de penser à mes propres souvenirs avec mon frère. On avait passé des jours entiers à nous balader tout les deux, jouant aux pirates et aux guerriers, ça me fit sourire légèrement. Cette époque me manquait beaucoup, mais à présent, il fallait que je me concentre sur l'avenir. Je la laissa m'embrasser et je lui répondis simplement un "Moi aussi" quand elle dit m'aimer. Nous étions bien là, en cet instant, calmement posés sur le canapé. Puis soudain, un cri se fit ressentir, enfin plutôt un pleur. Aaron venait apparemment de se réveiller. Je laissa donc mon joint dans le cendrier et décalais la jeune femme de façon à pouvoir me lever pour m'occuper du petit. Je monta les marches et j'entrai dans la chambre. Le petit s'était réveillé et ne semblait pas vouloir dormir pour le moment. Je le pris dans mes bras et me rendis compte qu'il avait un peu de température. Sûrement le coup du voyage et du temps un peu frais surtout dans cette chambre. Je le pris alors et alors que je m'apprêtais à descendre, le noir envahit totalement la maison. J'entendis Helinä crier et je soupirais légèrement. Les plombs avaient sautés. En même temps, vu le prix du chalet, personne ne devait beaucoup le louer et cela devait faire sûrement un petit moment que personne n'avait fait chauffer la maison. Je descendis donc prudemment les marches et m'approcha de la jeune femme.

    - T'inquiète pas, ça doit être les plombs, je vais aller voir ça.

    Je lui donna Aaron tendis que je mettais mon manteau pour pouvoir sortir dehors. Je cherchais à l'aide de mon téléphone allumé, une lampe torche dans les tiroirs de la cuisine. Je finis par en trouver une, malheureusement, les piles fonctionnaient une seconde sur deux. Je sortis donc de la maison et en fit le tour pour trouver la boite à fusibles. Une fois trouvée, je l'ouvris et me rendis compte qu'il s'agissait d'un fil qui avait été débranché volontairement. Quelqu'un était donc forcément venu le faire. Je me retourna pour voir si je voyais quelqu'un, mais non. Il n'y avait que la nuit et le sombre. Je replaça le fil et rentra de nouveau dans la maison. Je n'en parlerai pas à Heli pour ne pas l'inquiéter.

    - C'était pas grand chose, je vais quand même appeler l'agence pour les prévenir, je reviens.

    Je m'installa donc dans un coin pour pouvoir passer mon coup de fil tranquillement, leur demandant juste de venir vérifier par eux-même demain, l'état du boitier. Après quoi, j'enlevais mon manteau et mes chaussures pour retrouver Helinä.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Besoin d'air. De partir. Pour mieux se retrouver. (Helinä) [x] TERMINE   Sam 10 Déc - 15:39

Alors que j’étais bien installé j’entendis Aaron. La nuit était tombé rapidement et Alfred alla chercher le petit en haut. Je le vis sur le point de descendre les marches mais il n’eu pas le temps d’arrivé en bas c’était le noir total. Cela me surpris et je poussais un petit cris. J’entendis le brun descendre les marches des escalier et il me dit de ne pas m’inquiéter et me donna Aaron que je pris dans mes bras. Visiblement ses pleurs n’étaient qu’un caprices puisqu’il ne pleurait plus. Je me rendais compte vraiment que le brun plaisait vraiment à mon fils. C’est vrai il n’avait jamais pleurer quand il l’avait pris dans ses bras, il lui faisait de grands sourire et en plus il jouait avec lui. Rien de tel pour amadouer un enfant. Le brun sortis dehors et le courant était revenu. Mon p’tit bonhomme riait. Ça l’amusait. Je me rendis compte alors que mon fils était anormalement chaud. Je regardais alors son visage, il avait aussi les joues légèrement rouges. Me dit pas que ce sont ses dents. Je passais mon doigts dans sa bouche et massais délicatement sa gencive quand je passais sur un point bébé mordilla. Je souris. Alors qu’Alfred vint vers moi je pris la parole.

- Aaron va avoir des dents… Il est un peu chaud, j’crois qu’on va pas réussir à dormir de la nuit, parce que ses nuits vont être agité. Tu vas connaître ce que c’est de ne pas pouvoir dormir de la nuit à cause de bébé.

Je lui souris et il vint prendre possession de mes lèvres. Il avait appelé l’agence de location pour prévenir de ce désagrément. C’était l’une des premières chose que vivait Aaron, je l’installais dans son parc et le pris en photographie. Il avait les yeux grands ouverts et n’était certainement pas prêt d’aller se recoucher. Je regardais l’heure et ce n’était pas le moment qu’il mange. Il avait encore une heure à patienter et nous aussi tu m’diras. On avait déjà terminé de manger nous depuis belle lurette, mais j’avais encore faim et je me dirigeais donc vers les placards pour y découvrir une boîte de Ferrero rocher. J’adorais tellement cette petite cochonnerie. Je pris dans le sac à langer d’Aaron un jouet que les enfants mordillaient je ne pensais pas que j’allais lui donner si tôt. Je m’installais par terre près du p’tit homme, lui fit un baiser avant de ne proposer un chocolat à Alfred.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Besoin d'air. De partir. Pour mieux se retrouver. (Helinä) [x] TERMINE   Sam 10 Déc - 15:51

    - Oui j'ai vu ça tout à l'heure qu'il avait de la température.

    Alfred ne releva pas la notion des nuits blanches, ça le faisait chier que ça tombe maintenant, mais bon, ça faisait partit du boulot d'être parent. Il regarda Aaron tendrement, Helinä l'avait rejoint et dégustait des chocolats devant son fils, elle m'en proposa un mais je lui fis un signe pour refuser. Je regardais alors cette vision et ça me pinça un peu le coeur. Aaron était un bébé super et je m'étais attaché à lui oui, mais ce n'était pas ma chair. Ce n'était pas mon enfant et je me demandais si j'en aurai finalement un, un jour. Je soupira légèrement et lança à la jeune femme:

    - Je monte me doucher, je reviens dans un petit moment.

    Je monta alors les marches silencieusement et m'approcha de la chambre pour aller chercher mes affaires. Je pris un boxer propre et un jogging en coton noir ainsi qu'un tee-shirt de marque noir également. Je poussa la porte de la salle de bain et ce que je vis m'émerveilla. Elle était sublime, il fallait bien l'avouer. Je posa mes affaires et m'enferma à clef. J'avais besoin de ce temps tout seul. Parce que trop de choses avaient été dîtes et que trop de souvenirs m'envahissaient. Je me sentais coupable de beaucoup de choses et je n'arrivais pas à m'enlever cette culpabilité, surtout quand Helinä m'enfonçait un peu plus. Je me glissa dans la douche et laissa l'eau tomber sur moi. J'aimais cette eau brûlante sur mon corps et je restais un long moment sous l'eau, à réfléchir à tout ce qu'il s'était passé, à ce bébé perdu, à mes erreurs...

    Après de longues minutes, je sortis enfin de l'eau, il y avait de la vapeur partout. Je m'habilla et mis en route la vmc afin d'aérer. Je sortis alors de la salle de bain et rangea mes affaires sales, tandis que je m'aperçus que cela faisant plus d'une demie heure que j'étais monté.

    (Je vais faire de même alors à tout à l'heure ♥)
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Besoin d'air. De partir. Pour mieux se retrouver. (Helinä) [x] TERMINE   Sam 10 Déc - 16:34

Le brun refusa mon chocolat et je soupirais. Il allait pas bien alors je lui demanderais de me parler plus tard. Il partit prendre sa douche il était resté longtemps et je donnais le biberon à Aaron, mon fils était en pyjamas et je l’avais mis dans sa combinaison et rajouté une couverture, il ne faisait pas bien chaud en haut quand il descendit j‘étais sur le point d‘aller me doucher à mon tour. Il était déjà presque 23 heures. Il avait mit un jogging pour se mettre à ses aises. La cheminée était toujours allumée même si le feu s’amoindrissait quelque peu. Alfred prit l’initiative de remettre des buches à l’intérieur, afin de le raviver. Je lui dit alors à mon tour que j’allais prendre ma douche. Je pris un pyjamas dans mes affaires avec un pull. J’entrais dans la salle de bain et fut étonné de voir une si belle salle de bain. Il y avait un baignoire qui je supposais faisait jacuzzi vu la largeur et la hauteur. Je ne voulais pas prendre un bain simplement une douche bien chaude. Une fois ma douche de prise et des effluve parfumé recouvrait mon corps de la tête aux pieds, je me séchais longuement et enfilais mon pyjamas. Je mis une paire de chaussette bon ce n’était pas très sexy comme j’étais vêtue, mais j’préférais avoir chaud et ne pas être sexy. Je descendis les marches afin de retrouver Alfred dans le canapé et un joint à la bouche. Je sortis mon paquet de cigarette et en pris une. Je vint m’installer vers le brun après avoir verrouillé les portes et les fenêtres.

- Mon amour, tu m’as demandé de te parler tout à l’heure mais tu ne m’as rien dit toi, tu as juste essayer de me réconforter. Alors tu sais que tu peux me parler, j’t’écoute. Parce que bon peut être n’en ai-je pas parler mais tu n’en as pas parler toi non plus.

Je tirais des lattes sur ma cigarette et regardais encore une fois le feu qui crépitait dans la cheminée. C’était tellement enivrant, envoutant. Ouais j’étais comme attiré par ce feu. Je secouais la tête afin de reprendre mes esprits et j’attendais la réponse du brun. Mais je me lançais quand même avant qu’il ne prenne la parole.

- Ecoute Alfred, j’vois bien que quand tu regardes Aaron ton sourire disparaît. Je sais que ce n’est pas ton fils et j’aurais tellement aimé que ce soit le cas. Je suis désolée d’avoir perdu le notre. Je n’ai pas fait exprès. Mais comme tu l’as dit la prochaine fois sera la bonne, mais cette prochaine fois sera quand on sera sûr de notre amour. Que rien peu nous déstabilisé et que notre amour soit plus fort que tout. Et qu’on est une situation stable aussi. Ce que j’entends par là c’est un appartement et une rente d’argent régulière.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Besoin d'air. De partir. Pour mieux se retrouver. (Helinä) [x] TERMINE   Sam 10 Déc - 16:54

    - Oui je suis tout à fait d'accord avec toi, cependant, cessons d'en parler, je ne suis pas prêt à parler d'enfant maintenant, pas avec ce qui s'est passé. C'est peut-être dur pour toi, mais je n'ai pas la force d'imaginer le futur pour le moment.

    Je tirai à nouveau sur mon joint quand elle sortit un paquet de cigarette. Je n'aimais pas la voir fumer et je ne perdrais pas cette occasion de le lui dire. Mon pilon était finit, je pris de nouveau la parole sur un ton fatigué:

    - J'aime pas te voir fumer, ça ne me plaît pas, tu as commencé pour de mauvaises raisons, alors plut tôt tu arrêteras, mieux ce sera.

    Je me leva pour aller nous préparer deux cappuccinos. Je fis chauffer l'eau et prépara les tasses et la poudre. Une fois l'eau chaude, je la versais dans les tasses et revins retrouver Helinä sur le canapé, lui tendant la tasse fumante. Je posa le mien sur la petite table basse et je me mis à l'aide de façon à commencer ma réponse, quand à cet accident.

    - Quand tu m'as annoncé que tu portais mon enfant, ça m'a fait un choc. Autant positif que négatif. Je m'imaginais être père, aller le chercher à l'école, m'occuper de lui, l'aider pour ses devoirs, mais aussi, je me disais que c'était une partie de moi. C'était mon corps, c'était une partie de mon âme et c'est ça qui était aussi magique. Je me suis dis que c'était peut-être le signe que j'attendais. Seulement quand tu m'as dis vouloir avorter, ça m'a tué. Tout d'abord dans ma religion c'est strictement interdit, mais également, c'était une volonté venant de la femme que j'aime, de tuer une partie de moi. Comme si tu me rejetais, c'était mon corps dans le tiens et ça te déplaisais. Tu voulais le faire sortir de toi au plus vite. Ca m'a blessé. Puis en vu de ma situation, j'ai commencé à paniquer. Je ne suis pas un homme stable et je me suis demandé si cet enfant serait heureux. Puis quand j'ai compris que la femme que j'aimais et moi même n'étions en réalité pas sur la même longueur d'onde, je me suis dis que je devais partir, que c'était le mieux à faire pour toi. J'aurai été prêt à assumer, j'aurai tout donné pour ce bébé, j'aurai arrêté mes conneries, j'aurai pris un appartement hors de l'école.

    Je commençais à boire un peu de ma boisson fumante et je repris alors:

    - Quand tu as perdu l'enfant, je me suis senti en train de mourir. C'était une part de ma vie qui s'était évanouie et ça m'a profondément perturbé. Et puis j'ai eu cette peur qui m'a envahie, cette peur d'avoir perdu mon enfant, mais également la femme que j'aime. Ca m'a vraiment fait un choc. Alors quand j'ai pu te voir en vie, ça m'a rassuré, je me suis dis que tu allais t'en sortir, mais voilà. L'enfant que je t'avait fait était partit et j'ai du mal à accepter ça et à vivre normalement. C'était mon corps, ma chair et il n'a pas survécu. Je me sens coupable, je me dis que c'est ma faute. Et notre couple va mal et j'ai peur qu'il ne réussisse pas à passer au dessus de ça. Comme tu vas mal, j'ai pas osé t'en parler, tu n'as pas besoin d'un homme affaibli, mais tu as besoin d'un homme fort qui soit là pour toi et qui te soutienne.

    Il espérait ne pas l'avoir blessé en vidant son sac, il rebut une nouvelle fois de sa boisson en attendant qu'elle lui réponde.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Besoin d'air. De partir. Pour mieux se retrouver. (Helinä) [x] TERMINE   Sam 10 Déc - 17:25

Si j’m’attendais à tout ça. Il n’aimait pas me voir fumer. Je m’étais mise à fumer pour des mauvaises raisons d’après lui. Peut être était-ce vrai au début mais aujourd’hui ça m’aidait à oublier ce qu’il s’était passé. Je secouais la tête de gauche à droite, peut être devais-je arrêter mais je n’en avait pas la volonté et quand cette volonté nous manque il nous est difficile d’arrêter. Il nous voyait déjà dans l’avenir avec l’enfant que je portais. Mais il ne pensait pas être assez stable. Stable mentalement, physiquement?

- Pourquoi te considères-tu comme quelqu’un d’instable? Tu l’étais peut être avant mais aujourd’hui tu ne l’es plus. Je ne cherche pas le prince charmant Alfred, il n’existe pas. Tu es un très bon petit ami, tu es présent, tu t’occupes d’un enfant sans rechigner, tu fais même la cuisine. La stabilité n’existe pas totalement Alfred… Et puis rien ne t’empêche de commencer à arrêter les conneries, plus tôt tu t’y prendras mieux ce sera. Pour notre futur ajoutais-je.

Je n’avais pas perdu une miette de ce qu’il m’avait dit en dernier mais ce qui me toucha particulièrement c’est la dernière phrase qu’il prononça. Il croyait vraiment que j’étais la seule qu’on devait réconforter. Il se disait être un homme affaibli. Faible pourquoi? Dites le moi. Il se sentait coupable comme je me sentais coupable aussi pour cette perte aussi douloureuse soit-t-elle.

- Je peux comprendre que cela t’attriste fortement cette perte. Mais nous y sommes pour rien finalement. L’embryon ne pouvait pas se développer. Les médecins ont dit que ça n’arrivait jamais deux fois. C’était ta chair, ton sang, je suis d’accord, mais je suis désolée Alfred de te dire ça comme ça, mais ce petit être qui aurait du se développer n’a pu le faire pour une raison quelconque. Ça nous à fait un choc pour nous deux mais c’est du passé et je ne te trouve pas faible mon amour. J’ai peut être besoin d’être réconforter mais je suis aussi là pour te réconforter quand ça ne va pas. Si nous n’arrivons pas à surmonter tout ça alors que nous restera-t-il? Des regrets, des peines, de la culpabilité. S’il te plaît Alfred, essaye de laisser le passé ou il est et pense au futur. Penses à nous… Je sais que c’est difficile d’oublier ce genre de choses, ça prend du temps. Alors prends le… Je suis encore en vie, je suis toujours là… Alors ne ferme pas ton esprit sur le passé mais regarde le présent, regarde moi.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Besoin d'air. De partir. Pour mieux se retrouver. (Helinä) [x] TERMINE   Sam 10 Déc - 17:57

    Alfred était d'accord avec elle, néanmoins, il ne pouvait pas tourner la page comme ça, se dire qu'il fallait laisser le passé derrière et continuer, pour lui c'était encore trop tôt. Il avait besoin de temps pour digérer cet accident et continuer sa route. Il avait besoin de temps pour assimiler tout ça. Il termina sa boisson chaude et se leva, s'étirant et baillant par la même occasion. Il lança alors, d'une voix calme:

    - On va se coucher? Je suis claqué.

    Il ne voulait plus parler de ça, de ce qu'il s'était passé et il espérait qu'elle comprendrait. Maintenant les choses avaient été dîtes et il espérait vraiment que tout finirait un jour par se dissiper. Le jeune homme fit un rapide tour de la maison pour vérifier que tout était bien fermé et il éteignit les lumières. Il alla chercher une bouteille d'eau et monta à l'étage. Helinä y était déjà monté. Elle était dans la salle de bain, il alla donc aux toilettes puis alla directement dans la chambre, posant la bouteille près du lit, il alla fermer les volets et finit par entrer dans les draps froids. Le jeune homme garda ses vêtements, il faisait vraiment froid ici. Puis la jeune femme vint le rejoindre et il l'accueilli contre lui. Eteignant la lumière, il ne tarderait pas à trouver le sommeil. Il murmura alors d'une voix douce:

    - Dors bien, à demain.

    Il déposa un baiser sur son front et à peine avait il redéposé sa tête sur l'oreiller, qu'il s'endormit. Une journée plus que fatigante, avec le décalage horaire & le voyage, il était au bout de ses limites. Il s'endormit alors dans un sommeil profond.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Besoin d'air. De partir. Pour mieux se retrouver. (Helinä) [x] TERMINE   Sam 10 Déc - 19:19

Je ne bu même pas mon cappuccino. Il ne voulait pas en parler même si c’était lui qui avait lancé le sujet. Au final je n’étais vraiment pas la seule à être plus que touché par cet incident. Il me demanda si on allait se coucher, j’acquiesçais et surtout décidais de ne pas prendre mes somnifères ce soir. Alfred était là tout irait bien n’est-ce pas? Oui ses bras serait un réconfort certaine et peut être même une barrière anti-cauchemar. Cela faisait plusieurs nuit qu’on avait pas dormi ensemble. La dernière fois remontais à ma fausse couche, un petit moment donc. Il alla dans la salle de bain et vint se nicher dans le lit, sous les grosses couvertures en plume d’oie. Il ne faisait pas très chaud en Suisse, c’était plus que certain. Alfred ouvrit ses bras afin que je me love au creux. Il me dit de bien dormir et il me dit à demain j’en fis de même. Même si j’aurais voulu un baiser plutôt que des paroles. Le brun ne mit réellement pas longtemps à s’endormir, mais je pouvais comprendre on avait subit le décalage horaire et en plus huit heures d’avion. Je soupirais et commençait à partir dans un sommeil quand j’entendis le baby phone. C’est pas vrai manquait plus que ça. Alfred se réveilla en sursaut.

- Laisse mon amour, dors j’y vais.

C’est vrai c’était la deuxième nuit qu’il passait la nuit avec moi en compagnie de mon petit carpeau. Je pris alors Aaron dans mes bras et le berçait tranquillement. J’allais chercher un biberon d’eau que j’enfilais dans la bouche du petit. Je remontais les marches d’escalier quand j’entendis un bruit plutôt louche à l’extérieur. Cela ne me disait rien qui vaille. Je déglutis, montais les escaliers en silence et vint près d’Alfred.

- Mon ange, je… j’crois qu’il y a des gens dehors près de notre chalet. J’ai entendu du bruit, j’suis pas très rassurée.

J’avais la tête pencher en avant Aaron dans mes bras et je vis les yeux d’Alfred s’ouvrir en grand. Je me reculais vivement alors qu’il sortait du lit. Je déglutis de nouveau et la peur commençait légèrement à investir mon corps. De nouveau un bruit provenant de l’extérieur. Je n’avais donc pas rêver.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Besoin d'air. De partir. Pour mieux se retrouver. (Helinä) [x] TERMINE   Sam 10 Déc - 19:48

    Aaron nous avait tout les deux réveillé en sursaut. C'était un des plus violents réveils que j'avais subi jusqu'à là. Même à la prison d'arrêt, ce n'était pas aussi violent! Helinä s'était levé, ce qui me permettait de me rendormir, je ne tarda pas à tourner de l'oeil, quand après seulement quelques minutes, elle vint à mon oreille me dire qu'il y avait du bruit dehors. Je me redressa alors et passa mes doigts sur mes yeux alors que je sortais du lit. Le bruit se fit de nouveau entendre. Comme si on frappait contre les murs. Helinä était terrifiée et ça se voyait à son regard. Je passa à côté d'elle et passa ma main dans son cou pour lui déposer un baiser sur le front.

    - Restes ici. C'est peut-être un animal attiré par le feu de la cheminée, mais je vais aller vérifier quand même. Toi, tu ne sors pas de la chambre, ok? Restes près du téléphone au cas où.

    Je descendais alors lentement les marches. La nuit était tellement sombre que je ne voyais rien de l'extérieur. Le feu s'était éteint et à l'horloge du salon, je pouvais voir qu'il était 2 heures du matin. Je longeais les murs et m'approcha de la fenêtre de la cuisine. Je poussa doucement le rideau blanc et regarda dehors. Je ne voyais rien, seulement il y avait en effet des traces dans la neige, mais je serai incapable de dire qu'il s'agissait d'un homme où d'un animal. Je fis alors la même chose pour toutes les fenêtre de la maison et décida d'aller dans la véranda pour voir si j'y voyais plus clair, en vu du panorama plus large. On ne pouvait pas me voir de l'extérieur, il faisait nuit noire et il n'y avait pas de lumière dans le chalet. Je resta donc quelques secondes à regarder, le froid imprégnait mon corps et me fit donner la chair de poule. Il n'y avait rien à l'horizon. Je quitta donc la pièce et remonta à l'étage. Helinä était assise sur le lit, le regard rempli de craintes. Je m'approcha d'elle et alluma une petite lumière, je passa de nouveau ma main sur mes yeux et je lui lança:

    - C'était sûrement un animal, on est en pleine forêt ici. Je n'ai rien vu d'étrange alors ne t'inquiète pas. De plus, on est en sécurité ici, on est enfermé de l'intérieur et je suis là au cas où, d'accord? Demain je ferai un petit tour et je contacterai le garde forestier pour savoir ce qu'il est préférable de faire.

    Je m'approcha d'elle et l'embrassa de nouveau, sur les lèvres cette fois, puis je lui pris son fils pour terminer de le nourire.

    - Va te recoucher, je m'occupe de lui.

    Je restai alors debout, donnant le biberon à Aaron, faisant quelques pas dans la chambre. Le petit finit par refuser de boire et ferma les yeux doucement, s'endormant contre moi. Je le déposa dans son berceau et après avoir baillé, je me recoucha et Heli ne perdit pas une seconde pour se coller à moi.

    - Tu as pris tes cachets? Demain on ira en ville pour consulter le médecin pour Aaron, si ses dents commencent à sortir, il lui prescrira peut être quelque chose, d'accord? Aller, rendors toi mon amour.

    Il lui embrasse le cuir chevelu et finit par retrouver son sommeil.

    (J'adore! Je reste connecté hein! Mais je regarde un film, je passerai régulièrement voir si tu m'as répondu et je te répondrai tout de suite après, j'adore cette ambiance un peu glauque et bizarre Haha ♥)
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Besoin d'air. De partir. Pour mieux se retrouver. (Helinä) [x] TERMINE   Sam 10 Déc - 22:11



Alfred se leva mais ne remarqua rien d’anormal à l’extérieur. Il me dit d’aller me recoucher qu’il finit de donner le biberon d’eau à Aaron. Alors qu’il revint vers moi il me demande si j’ai pris mes cachet je répondit par la négative en lui disant que s‘il était à mes côtés pour dormir je ne ferais pas de cauchemars, et il me dit aussi que nous irons demain en ville consulter un médecin pour mon petit poussin. Je l’en remercia et me serrais encore plus contre lui. La chaleur humaine il n’y a rien de tel pour avoir chaud. Je m’endormis aussi rapidement qu’Alfred et pour une fois ce fut un sommeil sans rêve ni cauchemar et ce n’était pas un sommeil artificiel. C’est le lendemain matin que je me réveillais il était aux environs de neuf heures et je savais qu’Aaron allait avoir faim d’ici quelques minutes. Le brun n’était toujours pas réveillé et je le laissais dormir après avoir déposé un baiser sur son front. Je pris mon enfant dans mes bras avant qu’il ne se mette à pleurer et réveille Alfred. Je lui prépare son biberon. Une fois que je lui ai donné je le mets dans son parc allumant le portique et baissant le son. Je m’apprête en cuisine pour préparer un petit déjeuner pour le brun et moi. Je prépare une pâte à crêpe et les fait cuir. Son bol de café est prêt dans le micro-onde mon cappuccino attend aussi sagement. J’entend la porte de la chambre se refermé et je pense que c’est le brun qui descend. Toujours dans son jogging noir, il vint prendre possession de mes lèvres. J’appuie sur le bouton du four micro-onde et laisse tourner pour chauffer nos boissons. Je pose une assiette pleine de crêpe sur le centre de la table de cuisine, ainsi que les pots de confiture, le pot de Nutella, le miel et le sirop d’érable. J’avais une dégaine impressionnante, mon pantalon de pyjama était rentré dans mes chaussettes, j’avais un pull bien trop grand pour moi et j’étais même pas coiffé. Je m’installais sur la chaise avec une jambe replié sur l’extrémité de la chaise.

- Monsieur est servi, j’ai fait des crêpes j’espère que tu aimes bien au moins. Je n’attendais plus que toi pour me mettre à table.

Alors que j’avais ramener nos deux bols fumants sur la table, je pris le Nutella pour en tartiner une crêpe. Si je n’étais pas gourmande personne ne l’était. Et oui les sucreries, le Nutella sont des choses qu’il ne faut pas me mettre sous le nez. Je souris à mon brun en lui demandant s’il avait passé une bonne nuit.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Besoin d'air. De partir. Pour mieux se retrouver. (Helinä) [x] TERMINE   Sam 10 Déc - 22:36

    J'avais passé une excellente nuit et quand je me levais ce matin là, je me sentais bien. Je fus surpris de voir qu'Helinä était hors du lit et que le petit l'était également. Le fait de m'être réveillé cette nuit m'avait un peu fatigué, mais ça allait. Je regarda le réveil, il était presque 10 heures. Je m'assis dans le lit et me frotta les yeux. J'enfilais mon pantalon et je me levais pour ouvrir les volets. La vue sur le forêt était sublime. Elle semblait infinie et tellement envahissante aussi. Je m'étira alors et alla secouer les draps pour les aérer. Une fois cela fait, je passa rapidement dans la salle de bain pour me rincer la bouche et me débarbouiller. Puis, je descendis en bas. Une délicieuse odeur vient me chatouiller le nez et je souris en voyant le petit jouer dans son parc tranquillement. Je contourna l'escalier et je vis ma chère et tendre derrière les fourneaux en train de cuisiner un bon p'tit déj'. Je lui souris et m'approcha d'elle, la contournant pour me placer derrière elle, je déposa mes mains sur ses hanches et l'embrassa dans le cou. Mes mains passèrent ensuite sous son gros pull et je touchais enfin sa peau. Une peau douce et chaude qui m'avait terriblement manqué. Je lui suça alors la peau de son cou, jouant de ma langue dessus, puis je la retourna vers moi pour qu'elle me fasse face. Je passa une de mes main derrière sa nuque et approcha mes lèvres des siennes pour l'embrasser tendrement. Jouant avec ma langue sur ses lèvres je ne tardais pas à trouver sa langue. Nous nous engagions alors dans un long baiser fusionnel, elle passa ses mains autour de mon cou et je la saisi par les hanches afin de la faire asseoir sur le plan de travail, m'encerclant de ses cuisses, je sentais nos deux corps l'un contre l'autre. Je sentais ses mains sur ma peau et ses baisers me recouvrant. Je mis fin à notre baiser et je lui retirais son pull pour pouvoir lui déboutonner son haut de pyjama. Ses seins nus s'offraient à moi et je ne tarda pas à y déposer de légers baisers dessus, passant alors mes mains sur cette chair tendre et voluptueuse, tandis que je l'entendais respirer à mon oreille. Je lui massais ses seins tendrement en sentant l'excitation monter et m'emporter. Je lui embrassa alors le cou de nouveau puis la fis basculer en arrière. Elle se trouvait allongée sur le dos, à hauteur de mes hanches, mes mains glissèrent sur elle et je monta sur le plan de travail pour la surplomber de mon corps, lui embrassant chaque parcelles de son corps doux. Laissant ma langue et mes mains la caresser à différents endroits. Du bout des doigts je lui donnais la chair de poule et j'en souris. L'envie était de nouveau là et c'était sûrement du à notre conversation de la veille. Je passa un léger coup de langue sur le bout de ses seins pointu. Je savais qu'elle n'aimait pas trop ça, mais c'était tellement excitant de la voir ainsi. Je vins alors lui murmurer à son oreille:

    - Bonjour mon amour...

    Je glissais mes lèvres le long de son corps, de son ventre et déposa un baiser sur son intimité, au travers de son pantalon de coton puis je descendis du plan de travail et me retrouva debout devant elle. J'étais d'une humeur joueuse et si ce petit jeu durait toute la journée, j'en serai ravi, on verra bien qui tiendra le plus longtemps. Je lui tourna alors le dos, le sourire en coin et sortit nos boissons chaudes du micro-ondes pour les mettre à table. Elle ne tarda pas à me rejoindre, souriante, mais frustrée. J'adorais ça.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Besoin d'air. De partir. Pour mieux se retrouver. (Helinä) [x] TERMINE   Sam 10 Déc - 23:18

Le brun avait une humeur joueuse ce matin. Je savais aussi jouer. Il venait de me frustrer considérablement j’en ferais de même alors. Je souris alors que nous étions face à face sur cette table bien trop grande pour nous deux. Mais je pouvais atteindre son entrejambe à l’aide d’une de mes jambes. Je ne fis rien pour commencer, je léchais la cuillère de Nutella, jouant avec cette cuillère entre mes lèvres. Je passais ma langue sur ma lèvre supérieure tout en regardant Alfred droit dans les yeux. Son regard dérivait fâcheusement vers mes lèvres. Je souris de nouveau. Avant de ne laisser ma jambe droite venir caresser d’abord son mollet, sa cuisse puis je venais titiller du bout de mon pied l’entrejambe du brun. Je mangeais une crêpe et lâchais ma tâche sous la table pour venir près du brun. Alors qu’il était assis sur sa chaise je restais debout le regardais droit dans les yeux et je laissais ma main venir toucher son entrejambe par-dessus son jogging. J’suis sûr qu’il s’en voulait d’avoir remis son pantalon. Je vins prendre possession du lobe de son oreille avant de ne le mordre gentiment. Je glissais mes lèvres sur sa clavicule, le léchant du bout de ma langue avant de ne lui mordiller un peu plus fermement. Je finis seulement par effleurer cette zone de mes lèvres, sans faire de baiser. Je remontais lentement jusqu’à son oreille et lui susurrait d’une voix sensuelle et séductrice.

- Tu n’es pas le seul à savoir jouer beau brun.

Je retirais ma main de son entrejambe avant de ne prendre le bout de sa langue entre mes dents. Je me reculais sagement, pour retrouver ma place précédemment quitté. Je pinçais ma lèvres inférieur avec mes dents. Je n’avais pas reboutonner mon haut de pyjama jusqu’au dessus. L’un de mes seins sortait laissant apparaître un bout pointu. Je n’aimais peut être pas qu’il me touche les seins avec ses lèvres mais c’était quand j’allaitait encore Aaron. Chose que je ne faisais plus. J’avais mis par le plus grand des hasard du Nutella sur mon index et je l’apportait à ma bouche et je le suçais allégrement. Alfred se délectait du spectacle. Alors que mon haut déboutonné était bien trop grand pour mes épaules, il descendit de lui-même laissant ma poitrine découverte aux yeux d’Alfred. Il voulait jouer autant jouer aussi. Je remontais ma main afin de jouer avec mon mamelon droit durcit par le froid mais aussi par le désir. Je me caressais les seins pendant quelques secondes. Avant de ne remonter mon haut de pyjama de la boutonné jusqu’au dessus et de remettre mon pull bien trop grand. Je me réinstallais confortablement sur ma chaise avant de ne reprendre ou j’en étais resté. Je repris une crêpe toujours avec du Nutella. Je la mangeais et pris une gorgée de ma boisson chaude.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Besoin d'air. De partir. Pour mieux se retrouver. (Helinä) [x] TERMINE   Dim 11 Déc - 0:13

    Elle ne pouvait pas plus me tenter. Elle venait de me faire le grand numéro et je n'en restais pas moins sur le cul. Elle était absolument sexy et ravageuse. Mon corps tout entier appelait le sien et m'ordonnait de me laisser aller à ma pulsion de sauter par dessus la table pour la prendre sur le sol en bois. Je souris en coin, avalant ma salive pour faire passer cette idée. Néanmoins, mon corps me rappela bien de me faire connaître mes désirs, mon sexe était dressé et c'était très désagréable d'avoir une érection quand on ne pouvait pas céder à sa pulsion. Je l'avais regardé faire son petit numéro sans en perdre une miette et elle me rendait fou. Totalement fou, jouant avec sa langue, puis son pied, pour sa poitrine et enfin son doigt, elle m'avait fait le grand jeu. Ma main s'était accroché au bord de la table et je la serrai aussi fort que je le pouvais. Je mis ma main dans mon boxer pour essayer de calmer la bête et je me décida à boire mon café. Je voyais sa poitrine gonflée et pointue au travers de son haut, mais malheureusement pour moi, elle venait de remettre son pull affreux. Tant pis. Elle s'était mis à déjeuner, comme si de rien n'était et ça me fit sourire en coin. Je l'imitais donc et je ne perdis pas une miette non plus de ce festin.

    - Ce petit déjeuner fût des plus agréables je dois bien l'admettre...

    Je venais de terminer mon petit déjeuner, j'avais bien remplis mon ventre de toutes les bonnes choses à manger, même s'il m'en restait une à dévorer sur place. Ma voix s'était faîte sensuelle et agréable, tentant de lui montrer quel joueur je pouvais être. Je finis par me lever et mon sexe toujours dressé, faisait apparaître une légère bosse à mon pantalon. Je ne m'en préoccupa pas et débarrassa la table, mettant tout dans le lave vaisselle. Je finis alors par m'étirer, faisant valoir mes muscles et mon corps à moitié nu puis, avant de monter me laver, j'enleva mon pantalon et mon boxer, lui laissant à sa vue mon sexe en érection. Je m'étira de nouveau et monta les marches afin de rejoindre la salle de bain. Elle allait craquer, j'en étais sûr.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Besoin d'air. De partir. Pour mieux se retrouver. (Helinä) [x] TERMINE   Dim 11 Déc - 0:48

J’avais fait mon petit effet et j’aimais vraiment ça. Je souris et le regardais faire ses allers et retours du lave vaisselle à la table. Seulement ça et voilà l’effet que je lui faisais. J’aimerais bien voir l’effet que je lui ferais si je venais à me masturber devant lui. Alors qu’il retira son pantalon et son boxer me laissant voir son sexe érigé. Je souris, je le vis monter les escaliers, il se dirigeait vers la salle de bain. Si je le faisais patienter encore un peu. Je lançais le lave vaisselle et me mit à laver les biberons d’Aaron. Je souriais largement. Une fois ma vaisselle faite, j’allais voir Aaron qui s’était endormi. Je le pris dans mes bras et le montais dans son berceau. Je devais vraiment le faire patienter dans sa salle de bain. Ça me donnait un certain pouvoir et j’appréciais vraiment ça. Je retirais mon pyjama ainsi que mon affreux pull selon Alfred et je me retrouvais nue devant lui. Peut être qu’Alfred était excité mais je l’étais aussi, je mouillais plus ou moins fortement. Je me dirigeais vers la salle de bain. Oh monsieur n’avait pas su résisté à l’appel de sa main. Comme s’était navrant. Je souriais à cette vision et je ne me privais pas de lui faire remarquer.

- Même pas capable d’attendre que j’arrive. Je ne pensais pas que tu serais le premier à plier mon amour. Puisque tu n’as pas su attendre ma venue, je vais aussi me procurer du bien toute seule. Mais je t’interdis bien sûr de t’astiquer le manche.

Son regard surpris me fis rire. Il avait commencé à jouer, il avait instauré le jeu j’allais le clore. Je me dirigeais droit vers lui, retirant sa main de son sexe.

- Pas touche! Dis-je à son oreille avant de ne lui mordiller son lobe.

Je m’installais sur le rebord du jacuzzi écartais mes cuisses lentement bien trop lentement. Je ne lâchais pas du regard le brun. Et je commençais à me caresser d’abord les seins lentement trop lentement. Ma main commençait à descendre plus bas, je vis la virilité du brun augmenter encore. Alors il n’était pas encore à son summum. Ma main gauche était sur mon seins gauche je jouais avec mon teton durcit. Je poussais de petits soupirs. Je fermais les yeux quand j’entendis bouger le brun.

- J’ai dit on ne bouge pas.

J’ouvris les yeux pour tomber dans le regard du brun. Je passais ma langue sur ma lèvre supérieure et descendait jusqu’à mon petit bouton de chair. Que je venais titiller, j’écartais les jambe un peu plus afin d’exposer mon intimité dans son ensemble à Alfred. À croire qu’il pourrait jouir que par ce simple spectacle. Mon sexe s’humidifiait encore plus. Le fait de m’exposer ainsi m’excitait encore davantage. Je poussais un cri un peu plus aigu. Et je n’eu pas le temps de réaliser ce qu’il se passait Alfred venait de me sauter dessus et m’embrassait fougueusement et langoureusement. Je vins poser mes lèvres près de son oreille et lui murmurait.

- Qui gagne cette partie beau brun?
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Besoin d'air. De partir. Pour mieux se retrouver. (Helinä) [x] TERMINE   Dim 11 Déc - 1:08

    Alfred venait de déposer ses lèvres sur le corps de la jeune femme et il ne tarda pas à la pousser sur le sol de façon à pouvoir s'allonger sur elle. Elle était tout excité et il fallait l'avouer, voir sa copine se toucher devant soi était très excitant. Il l'embrassa alors langoureusement, leurs langues étaient bien visible et leur etreinte était plus bestiale qu'autre chose. Alfred devenait primitif et il ne tarda donc pas à faire glisser ses mains vers l'intimité de la jeune femme, sans autre forme de procès. Il la caressa vulgairement avant de faire pénétrer un de ses doigts. Elle était déjà toute humide et le haut de ses cuisses en était imbibé. Il passa alors ses lèvres sur son corps, dans son cou, pour la mordre légèrement, il la mordilla jusqu'à atteindre sa poitrine. Il captura un de ses tétons entre ses lèvres et vint le lécher, encore et encore, le suçant au passage. Il l'entendait gémir, pour son plus grand bonheur. Son autre main vint capturer ses poignets pour les placer bien au dessus d'elle. Il continua de sucer bestialement les tétons durcis de la jeune femme, les mordillant alors, sans craindre de lui faire mal. Elle voulait jouer? Il allait la pousser à bout. Il fit entrer un second doigt dans son intimité humide et chaude et il s'amusa à lui écarter les parois au maximum. Enfonçant entièrement ses doigts, il en plaça un troisième. La jeune femme ne gémissait plus, elle poussait des cris sensuels qui ne faisaient qu'augmenter le plaisir du brun. Il lui suça la peau à divers endroits tandis que sa langue revenait toujours sur les pointes de ses seins, jouant avec et les rendant toujours plus dur. Le sexe de la jeune femme devenait de plus en plus humide et elle commençait à crier encore plus fort et de plus en plus vite. Alfred fit alors entrer la totalité de sa main et tout y entra plutôt facilement, écartant les chairs de la jeune femme. Il faisait des mouvements de va et viens, sentant les parois chaudes de l'adolescente autour de son poignet. Il la lécha alors vulgairement, croquant ses seins il finit par lacher ses poignets pour remonter une des cuisses de la jeune femme. Il retira alors violemment sa main et descendit son visage vers cette intimité trempée et écartée. Il la lécha de haut en bas, toujours de façon animale puis y fit entrer sa langue, il jouait sur son clitoris et il l'entendait hurler encore plus fort. Elle semblait ne plus en pouvoir, se cambrant et donnant des coups avec son poing sur le sol. Elle hurlait son prénom en jouissant presque en même temps. Le sexe d'Al n'avait jamais semblé aussi gros. Il était excité c'était incomparable. Il la lécha encore, toujours plus, accélérant les mouvements de langue. Quand elle commença à se tortiller dans tous les sens et à crier de plus en plus en plus rapidement, il arrêta tout. Il la regarda sensuellement alors qu'elle lui demandait de continuer, le suppliant presque de la faire jouir. Il fit un petit non de la tête, un sourire coquin au coin de ses lèvres. Il se plaça alors sur elle et fit glisser son sexe durçit et gonflé contre son intimité. Le faisant aller de haut en bas, il continuait de la regarder, alors qu'elle se cambrait. Il vint alors lui murmurer à l'oreille, d'une voix rauque et chaude:

    - Pour jouir, il faudra me supplier.

    Là dessus il se redressa et souleva la jeune femme désemparée pour aller l'allonger sur le lit, il la laissa là alors qu'il s'enferma dans la salle de bain pour prendre une douche, une douche bien froide. Même gelée, vu son excitation.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Besoin d'air. De partir. Pour mieux se retrouver. (Helinä) [x] TERMINE   

Revenir en haut Aller en bas
 
Besoin d'air. De partir. Pour mieux se retrouver. (Helinä) [x] TERMINE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Besoin d'air. De partir. Pour mieux se retrouver. (Helinä) [x] TERMINE
» COKA ✮ PARFOIS IL FAUT SE SÉPARER POUR MIEUX SE RETROUVER...OU PAS.
» Pour mieux comprendre la crise alimentaire.
» Haiti: Un chaos interminable (pour mieux comprendre)
» Séduire pour mieux détruire ... :)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: Rps terminés-
Sauter vers: