AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez
 

 Don't worry be happy [ft. Jiao Xù]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Invité

avatar
Invité



Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Empty
MessageSujet: Re: Don't worry be happy [ft. Jiao Xù]   Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Icon_minitimeSam 14 Jan - 21:55

Souviens-toi de Li Na, c'est elle qui m'a tué.

14 Janvier,
Plus d'un mois depuis ma rencontre avec Haily. En une semaine, je nous avais trouvé un boulot dans un bar/restaurant et une amitié s'était tissée assez rapidement. Il suffisait de voir la vitesse à laquelle cela avait commencé lorsque je m'étais mis en tête de l'aider. Son histoire m'avait touché, c'était indéniable, elle était proche de la mienne, si l'on écartait quelques détails. Malheureusement, je n'avais pas pu tout lui dire, il restait un énorme point noir dans mon cas. Bien sûr, j'avais voulu lui dire, encore maintenant, je mourrais d'envie de lui révéler ce lourd secret mais, je continuais de garder le silence.

Ce soir, un Samedi, était un gros jour de travail pour nous. Alors, j'allais de ce pas, la récupérer à sa chambre, puis, bras dessus, bras dessous, nous nous rendions sur notre lieu de travail.
Les conversations habituelles revenaient, les cours, le beau temps, les autres, la routine quoi. Tout ce dont j'avais besoin. Une vie simple, sans contrainte, sans obligation, sans la pression familiale, juste un train train, une ballade avec une amie qui plus est, une sublime jeune fille. Oui, sublime était bien le mot. Mais étais-je prêt à devenir plus qu'un ami avec une fille qui était, à mes yeux, plus qu'un corps ? Non, pas encore.

Arrivés au bar/restaurant, nous prenions nos places respectives au comptoir, les clients affluant les uns après les autres comme si nous étions dans une petite fourmilière. Quand soudain, une silhouette étrangement familière apparut devant moi. Elle semblait me fixer avec insistance mais je préférais croire à une hallucination...


- Bonsoir, que puis-je faire pour vous ?

- Ce que tu peux faire pour moi, hein ? Dis moi juste si c'est toi Li Na.

Je n'avais pas halluciné, c'était bien elle.

- Jia, tu dois bien te souvenir de moi, non ? Après tout, tu as bien opté pour prénom qui sonne presque pareil.

Jia. Oui, c'était elle. Elle m'avait trouvé. Mes parents avaient sûrement craché le morceau et pour le reste, Jia était assez maline...

- Je ne comprends pas de quoi vous parlez, mademoiselle, je suis désolé. Vous prenez une consommation ?

Elle semblait au bord des larmes, assez nerveuse.

- C'est toi qui va consommer ce soir, Li Na.

Je n'avais pas vraiment fait exprès en choisissant mon nouveau prénom, j'en avais seulement pris un qui ait la même signification que mon ancien : Li Na. Beau, belle. Jia était une très belle femme, d'ailleurs. Je me souviens de l'époque où on faisait les quatre cent coups dans les rues de Beijing, comme si le monde entier nous appartenait, à nous et à nos autres potes. Mais nos relations ne s'arrêtaient pas tout à ça, j'ai aussi couché avec certains d'entre eux... Avec Jia. Merde. Qu'est-ce qu'elle me veut ?

- Pardon ?

L'une de ses mains se levait, dans celle-ci se trouvait un flingue.

- JIA ?! NON, C'EST BON, C'EST MOI ! DIS MOI CE QUE TU VEUX !

Changement de réaction soudain, Haily était tout près et des centaines de personnes étaient présents, je ne voulais pas que les choses tournent mal à cause de mon secret, si Jia voulait parler, ok, j'étais prêt à tout.

- Je voulais seulement que tu m'aimes Li Na, et que tu restes telle que tu étais et surtout... avec moi. Mais... Mais t'as tout gâché ! Tu es morte. TU ES MORTE LI NA ! Pourquoi t'as fait ça ? POURQUOI ?

Je n'avais pas eu le temps de répondre qu'un énorme bruit surgissait. De là, tout s'accélérait, la panique des gens autour, les cris, Haily qui accourait vers mon corps tremblotant et sanguinolent, la fuite de Jia... Je n'étais pas en bon état, à vrai dire je pense que j'étais en agonie mais je pouvais encore cracher quelques mots...

- Je suis d-désolée Hai-i-i-l-ly... Je vou...lais te le dire... tu sais...

Pas le temps... Même là, je n'avais pas le temps de révéler mon secret même si je pense qu'elle a pu le comprendre lors de la discussion avec Jia. J'avais changé de sexe, de nom, de pays, de vie... Pour mourir si bêtement, à cause de celle que j'étais, des mains de celle qui m'avait, apparemment, aimée, d'un geste tellement symbolique, d'une balle en plein cœur. Cœur qui n'aura jamais connu ce qu'il cherchait, cœur qui n'aura jamais avoué ce qu'il voulait... Haily. C'est dans mes dernières secondes que je le comprenais, que mes yeux se fermaient devant elle, ma dernière image... Dernière lumière : Haily.


Nuit noire.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Empty
MessageSujet: Re: Don't worry be happy [ft. Jiao Xù]   Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Icon_minitimeLun 19 Déc - 1:59


«Quelle classe ! Je suis déjà un VIP ! Tu commences tard, parfait ! Comptes sur moi pour l'escorte, miss !»

Un V.I.P. qui risquait grandement de se faire couper la tête par les grands-parents d’Haily si ceux-ci apprenaient un jour son existence, dans ce cas.

«Les rues ! Tu dois faire visiter ça au petit chintok que je suis ! Je ne suis là que depuis cinq jours, j'ai l'air d'un touriste, fais moi découvrir et puis, on ira partout, même en boîte, au bar, au sex shop le plus isolé, au cinéma, n'importe où tant qu'on visite ! Ta mission est qu'à la fin de la semaine, je me sente déjà chez moi. Ça te convient ?»

Elle le regarda un instant sceptique, Est-ce que ce chinois qu’elle connaissait depuis moins de deux heures venait de lui demander de l’emmener jusque dans le sex-shop le plus isolé ? Il attrapa le bras d’Haily.

«Je te laisse mener la danse, en piste !»

Euh… Oui, bien sur ! Sauf qu’Haily n’avait aucun sens de l’orientation et par conséquent, elle risquait fortement de ne pas retrouver les rares endroits qu’elle connaissait dans la ville, mais qu’importe, elle revisiterait en même temps. Avec beaucoup de chance, d’espoir et un miracle, peut être finirait-elle par connaitre Miami comme sa poche !

« Tu te souviens que je n’ai pas de sens de l’orientation, hein ? Si on se perd en cherchant les sex-shops isolés, je te préviens, ce sera entièrement de ta faute ! Si on se fait agresser aussi d’ailleurs. Bref, allons-y ! »

Elle avança alors lentement dans la rue, où étaient-ils exactement ? Oui, elle avait déjà vu cette rue, elle y était déjà venue, elle avait même retrouvé le café toute seule, mais… par où était-elle allée ensuite ? Ça c’était une bonne question ! Tout droit, oui, c’était surement ça, pourquoi aurait-elle tourné après tout ?

«  Bon alors, nous venons de sortir d’un café, si je me souviens bien -ce qui n’est pas sur du tout- au bout de la rue, là-bas, il y a un restaurant chinois et en face il y a une pharmacie. Pour les cinémas, je sais qu’il y en a plusieurs à Miami, mais le plus près est à quelques rues d’ici, à droite… »

Annonça-t-elle alors qu’ils arrivaient au bout de la rue où se trouvait bien un restaurant chinois et une pharmacie. Elle tourna la tête à droite puisqu’elle venait de donner cette direction, puis à gauche.

« …. Ou bien à gauche, en fait. » Finit-elle en souriant. « Oui, il me semble que c’est ça, viens par ici ! mon petit chinois ? /paf/ Euh, oui voilà, on aperçoit le cinéma là-bas au bout, donc dans la rue juste là… » Continua-t-elle en montrant la rue du doigt. «Il y a plusieurs bar et une ou deux boîtes de nuit, euh sinon, dans la même rue il y a quelques boutiques dont un sex-shop me semble-t-il ! »

Ils avancèrent encore un long moment, Haily essayant de se repérer pour faire découvrir la ville à Jiao. Pour finalement atterrir dans une petite rue, un peu trop sombre au goût de l’australienne, surtout qu’elle n’était jamais venue là, c’était certain.

« Euh…. Oui, alors là… Comment dire ? Je ne sais pas où nous sommes, mais je n’aime pas du tout cette rue, ça c’est une certitude ! » Elle le regarda inquiète, Haily avait peur de deux choses, les hommes dont elle ne connaissait pas le nom et les ruelles sombres. Elle avait décidemment beaucoup de chance ce jour là. « Désolée. »

Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Empty
MessageSujet: Re: Don't worry be happy [ft. Jiao Xù]   Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Icon_minitimeJeu 15 Déc - 2:05

« Hum… Tu penses réellement que tu aurais pu m’empêcher de réussir mes études ? Je pense que tu rêves un peu, là ! Tu es peut être mignon et assez convainquant, mais franchement, rien ni personne ne pourrait m’empêcher d’aller en cours maintenant que j’ai convaincu mes grands-parents. Par contre, si tu veux réviser avec moi, je suis d‘accord.»

Elle me tira la langue, ce que je trouvais mignon et drôle à la fois, puis me souris avant de se lever et de payer, j'allais faire de même lorsque celle-ci me dit...

« La famille Holloway t’invite, profites-en c’est rare ! Et sinon demain je commence assez tard, alors si tu m’aides à rentrer à Wynwood plus tard, je serais ravie d’aller en ville. Où veux-tu aller ? »

«Quelle classe ! Je suis déjà un VIP ! Tu commences tard, parfait ! Comptes sur moi pour l'escorte, miss !»

Nous passions donc à la caisse et lorsque nous en sortions, je voyais Haily sortir son portable et l'éteindre. Pas envie d'être dérangée, bonne initiative. Son beau sourire apparaissait de nouveau, ça faisait davantage plaisir à voir.

« Alors, ou va-t-on ? A la plage ? On reste dans les rues ? Ou tu as une autre idée ?»

«Les rues ! Tu dois faire visiter ça au petit chintok que je suis ! Je ne suis là que depuis cinq jours, j'ai l'air d'un touriste, fais moi découvrir et puis, on ira partout, même en boîte, au bar, au sex shop le plus isolé, au cinéma, n'importe où tant qu'on visite ! Ta mission est qu'à la fin de la semaine, je me sente déjà chez moi. Ça te convient ?»

J'étais tout fou à l'idée de m'installer ici et de découvrir toutes ces choses qui deviendraient bientôt ma routine. Je voulais de ces banales habitudes, de cet environnement stable même s'il devait devenir ennuyeux. De toute façon, je ne le laisserai pas devenir lassant et monotone si vite. Et avec une alliée comme Haily, ce n'était pas prêt d'arriver. Nous allions battre les ennuis, sous toutes leurs formes. Je prenais le bras d'Haily et attendais que celle-ci nous guide dans la jungle urbaine.

«Je te laisse mener la danse, en piste !»
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Empty
MessageSujet: Re: Don't worry be happy [ft. Jiao Xù]   Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Icon_minitimeMer 14 Déc - 17:53


«T'en fais pas, je t'empêcherai pas de réussir dans tes études, on pourra même réviser ensemble si tu veux. Je pourrai t'expliquer certains trucs vu que je suis en Senior et que je m'en sors plus que bien quand je veux, promis.»

Il finit sa phrase avec un clin d’œil avant de finir sa part de cheesecake et de regarder son téléphone. Et il se remit à parler.

«Bon et sinon, demain, tu commences pas trop tôt ? Parce que sinon on pourra bouger un peu en ville, qu'en penses-tu ?»

Elle but une dernière de gorgée de son capuccino et fit mine de réfléchir avant de le regarder en souriant.

« Hum… Tu penses réellement que tu aurais pu m’empêcher de réussir mes études ? Je pense que tu rêves un peu, là ! Tu es peut être mignon et assez convainquant, mais franchement, rien ni personne ne pourrait m’empêcher d’aller en cours maintenant que j’ai convaincu mes grands-parents. Par contre, si tu veux réviser avec moi, je suis d‘accord.»

Elle lui tira la langue, puis sourit avant de se lever pour aller payer.

« La famille Holloway t’invite, profites-en c’est rare ! Et sinon demain je commence assez tard, alors si tu m’aides à rentrer à Wynwood plus tard, je serais ravie d’aller en ville. Où veux-tu aller ? »

Il passèrent à la caisse et sortirent du café ensemble. Le téléphone d'Haily se mit à sonner et elle vit le nom de son père apparaître, c'était la deuxième fois qu'il l'appelait en deux jours, mais cette fois, elle ne comptait pas répondre, elle se contenta de soupirer avant de l'éteindre, elle n'avait aucune envie de lui parler. Elle se remit
à sourire à Jiao.

« Alors, ou va-t-on ? A la plage ? On reste dans les rues ? Ou tu as une autre idée ?»

Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Empty
MessageSujet: Re: Don't worry be happy [ft. Jiao Xù]   Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Icon_minitimeMar 13 Déc - 17:33

«  Euh… En fait, ça n’a pas vraiment était un choix, Miami était imposé dans le contrat que j’ai passé avec mes grands-parents pour pouvoir partir. Normalement, j’étais censée arrêter mes études aussi, mais comme ce n’était pas vraiment dans mes projets, j’ai demandé à l’une des gouvernantes de me trouver un lycée, elle m’a trouvé Wynwood et finalement, ils ont accepté que j’y aille, puisque mon… »

Son... Son quoi ? Je suppose qu'elle n'a pas l'intention de finir cette phrase. Bon, je ne vais pas insister surtout après l'horrible moment que je lui ai fait passer tout à l'heure...

« Bref, j’ai eu le droit d’y aller et ils surveillent même mes notes. Enfin, non, dans la famille, on ne surveille pas on menace, donc ils me menacent pour que je sois une bonne élève. Sinon évidemment je retournerais en Australie, ou ils arrêteront mes études, ou ils me couperont les vivres ou ils me forceront à faire ce que je ne veux pas faire… »

«T'en fais pas, je t'empêcherai pas de réussir dans tes études, on pourra même réviser ensemble si tu veux. Je pourrai t'expliquer certains trucs vu que je suis en Senior et que je m'en sors plus que bien quand je veux, promis.»

Je finissais cette phrase avec un clin d'œil, finissais ma part de cheesecake, mon café, regardais l'heure sur mon portable et me demandais si Haily voudrait bien passer la soirée avec moi, sortir dans Miami, peu importe où. Je me voyais mal rentrer à Wynwood, rester dans mon dortoir jusqu'à ce que je m'endorme.

«Bon et sinon, demain, tu commences pas trop tôt ? Parce que sinon on pourra bouger un peu en ville, qu'en penses-tu ?»
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Empty
MessageSujet: Re: Don't worry be happy [ft. Jiao Xù]   Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Icon_minitimeDim 11 Déc - 1:29


«T'en fais pas, miss, je ne t'infligerai pas de pareilles choses. Encore moins pour un premier job, ce serait te dégoûter du travail à vie. Et ça me ferait plaisir d'avoir de la compagnie au travail, les journées seraient moins longues. Quand au bavardage, comptes sur moi, j'ai toujours une connerie à dire ! Je serai sociable pour deux ! Et puis, tu sais... Je n'ai pas toujours eu le contact si facile. Jusqu'à mes 16 ans, j'étais plutôt timide. Tu m'aurais vu les premières fois où j'ai tenté d'aborder des gens, tu te serais foutu de ma gueule.»

Elle souriait, c’était vrai qu’il parlait beaucoup, plus que la plupart des gens qu’elle avait croisé jusque là.

«La sociabilité, ce n'est pas inné pour tous. Certains se surprennent à devoir faire davantage d'efforts que d'autres. C'est comme pour tout, finalement.»

Encore faillait-il vouloir faire des efforts, jusque là, Haily n’en avait jamais eu envie. Ni avec Tracy, ni avec les deux autres là, sur la plage. Elle avait bien essayé de parler à James, mais c’était juste pour éclipser la peur, comme avec Avery dans l’avion. Chaque fois qu’elle faisait des efforts c’était égoïstement. Jiao était une sorte d’exception, elle n’avait plus d’intérêt à lui parler, mais elle continuait, elle l’aimait bien, dans le fond.

«Au fait, tu m'as pas dit. Pourquoi Miami ? Ou même simplement l'Amérique ?»

Brusquement, elle sortit de ses pensés. Ah oui, voilà pourquoi ses grands-parents lui avaient appris à toujours poser des questions auxquelles elle était certaine de pouvoir répondre, pour éviter ce genre de situation.

«  Euh… En fait, ça n’a pas vraiment était un choix, Miami était imposé dans le contrat que j’ai passé avec mes grands-parents pour pouvoir partir. Normalement, j’étais censée arrêter mes études aussi, mais comme ce n’était pas vraiment dans mes projets, j’ai demandé à l’une des gouvernantes de me trouver un lycée, elle m’a trouvé Wynwood et finalement, ils ont accepté que j’y aille, puisque mon… »

« Ta gueule Haily ! », « Tu n’as pas intérêt d’en parler, jamais. »
Les paroles résonnaient encore dans sa tête. Elle avait juré et il lui faisait peur, trop peur pour qu’elle ose renier sa promesse si vite. Elle eut un frisson et se força à sourire.

« Bref, j’ai eu le droit d’y aller et ils surveillent même mes notes. Enfin, non, dans la famille, on ne surveille pas on menace, donc ils me menacent pour que je sois une bonne élève. Sinon évidemment je retournerais en Australie, ou ils arrêteront mes études, ou ils me couperont les vivres ou ils me forceront à faire ce que je ne veux pas faire… »

Oui bon pour le coup, l’autre con avait raison. « Ta gueule Haily ! ».
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Empty
MessageSujet: Re: Don't worry be happy [ft. Jiao Xù]   Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Icon_minitimeSam 10 Déc - 0:54

« S’il ne s’agit pas d’égorger un poulet, je veux bien essayer. Et si tu pouvais travailler avec moi, ce serait encore mieux. Même si je persiste à penser que je ne vais pas être douée ! Euh…Voilà… Je n’ai plus aucune idée de ce que je peux dire, on est en train d’atteindre les limites de ma sociabilité. Il faut dire que je n’ai pas vraiment l’habitude de pouvoir parler longtemps avec quelqu’un non plus. »

«T'en fais pas, miss, je ne t'infligerai pas de pareilles choses. Encore moins pour un premier job, ce serait te dégoûter du travail à vie. Et ça me ferait plaisir d'avoir de la compagnie au travail, les journées seraient moins longues. Quand au bavardage, comptes sur moi, j'ai toujours une connerie à dire ! Je serai sociable pour deux ! Et puis, tu sais... Je n'ai pas toujours eu le contact si facile. Jusqu'à mes 16 ans, j'étais plutôt timide. Tu m'aurais vu les premières fois où j'ai tenté d'aborder des gens, tu te serais foutu de ma gueule.»

Je rigolais en lui disant ça mais, je me rappelais encore de la honte que j'avais ressenti à de nombreuses reprises. Surtout les fois où j'ai voulu draguer. Que ce soit des personnes du sexe opposé ou celles du même sexe. Je m'étais pris pas mal de râteaux, surtout à l'âge de 15 ans lors de mes premières tentatives. Pourtant, je n'étais pas moche. Bon ok, un peu grand par rapport aux autres... Mais quand même. Ma timidité jouait énormément sur le taux d'échecs.

«La sociabilité, ce n'est pas inné pour tous. Certains se surprennent à devoir faire davantage d'efforts que d'autres. C'est comme pour tout, finalement.»

Je souriais un peu bêtement, parce que cette phrase là me semblait pas naturelle et était sortie de ma bouche comme si ça coulait de source. Tu parles... Ouais, j'ai fait énormément d'efforts pour me socialiser, mais ce n'est pas pour autant que j'ai réussi à tisser de véritables liens avec qui que ce soit jusqu'à présent. Coucher avec des gens, ah ça oui, je l'aurais fait ! Faire les quatre cent coups avec des abrutis, ah mais oui, bien sûr ! Passer des nuits blanches sur des jeux vidéos avec des étrangers, ouais aussi ! Mais ai-je déjà eu une relation sérieuse ? De vrais amis sur qui compter quand ça ne va pas ? Non. Jamais.
J'étais bien triste comme mec, finalement... Quelque part, en aidant Haily, j'espérais trouver une amie. C'était un peu intéressé, je l'avoue mais, pas si égoïste que ça, non ? Puisque je souhaitais vraiment l'aider. N'est-ce pas ?


«Au fait, tu m'as pas dit. Pourquoi Miami ? Ou même simplement l'Amérique ?»
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Empty
MessageSujet: Re: Don't worry be happy [ft. Jiao Xù]   Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Icon_minitimeSam 10 Déc - 0:30


«C'est vrai que l'Océanie, ça a l'air très beau en plus mais peut-être encore trop près de la Chine, haha ! […] T'imagines rien que le nombre d'heures d'avion entre le Nevada et la Floride, ça équivaut genre à la distance Chine-Australie, c'est ça, non ?»

Internet, forum, jeux vidéo, skype, qu’est qu’il racontait ? Haily n’ayant jamais eu le droit ou l’occasion de toucher un ordinateur avant son arrivée à Miami ne comprenait rien à se qu’il disait. Internet, ce qu’elle en connaissait, c’était juste le forum de WHS et encore, elle n’arrivait même pas à s’en servir correctement. Elle avait découvert Wynwood par l’intermédiaire d’une gouvernante à qui elle avait demandé de se renseigner. Elle se contenta donc d’hocher la tête d’un air pas tout à fait convaincu.

«Et oui, j'ai travaillé. J'ai été serveur dans quelques restaurants, j'ai aidé en cuisine une fois lorsqu'un employé manquait, j'ai été à la plonge aussi. J'ai fait chauffeur de taxi à trois roues et tout un tas d'autres petits jobs ! Ah oui, j'ai aussi du égorger un poulet vivant ! Et je peux te dire que non seulement, c'est dégueulasse mais en plus c'est difficile !»

Il mina le geste en tirant la langue ce qui fit grimacer Haily, puis il continua sur un tom plus sérieux.

«D'ailleurs, il faudra que je cherche du boulot dans le coin aussi d'ailleurs. Par la même occasion, je pourrais me renseigner pour un boulot pour toi, si tu veux bien. Et puis, si ça peut t'aider je peux faire en sorte qu'on travaille au même endroit. Enfin, si tu penses que c'est encore trop tôt, pas de soucis, on pourra voir ça plus tard hein.»

« S’il ne s’agit pas d’égorger un poulet, je veux bien essayer. Et si tu pouvais travailler avec moi, ce serait encore mieux. Même si je persiste à penser que je ne vais pas être douée ! »

Elle lui sourit avant de finir son brownie et de boire une gorgée de son cappuccino.

« Euh…Voilà… Je n’ai plus aucune idée de ce que je peux dire, on est en train d’atteindre les limites de ma sociabilité. Il faut dire que je n’ai pas vraiment l’habitude de pouvoir parler longtemps avec quelqu’un non plus. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Empty
MessageSujet: Re: Don't worry be happy [ft. Jiao Xù]   Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Icon_minitimeVen 9 Déc - 14:31

« hum… des questions, pourquoi avoir choisit l’Amérique plutôt que l’Europe ou, je ne sais pas moi, l’Océanie, par exemple ?….Et dis moi, tu travailles, toi ? Enfin, je veux dire quand tu ne voles pas de l’argent à tes parents et que tu ne paris pas pour en gagner plus, bien sur .»

«C'est vrai que l'Océanie, ça a l'air très beau en plus mais peut-être encore trop près de la Chine, haha ! Hmm... Non, sérieusement, pourquoi l'Amérique ? Bah disons qu'en tant que chinois, j'ai pas vu grand chose, je n'ai pas pu apprendre grand chose non plus, en tout cas rien de plus que la censure du pays ne le voulait bien et, ce grand pays soit disant symbole de la liberté, ça me parlait bien, tu vois ? Franchement, sans internet, je n'aurais jamais pu obtenir le peu d'informations nécessaires pour décider de l'endroit idéal. Enfin, quand je dis internet... dans ce à quoi il était limité. Et puis, pas terrible de demander certaines choses à des gars sur des forums ou via des jeux vidéos ou skype, hein ! Après pour WHS, laisse tomber le truc, j'ai du tout faire sur place à mon arrivée en Amérique... Enfin voilà quoi, et puis, quel grand pays que les États-Unis d'Amérique ! T'imagines rien que le nombre d'heures d'avion entre le Nevada et la Floride, ça équivaut genre à la distance Chine-Australie, c'est ça, non ?»

Ouais mon choix s'était fait plutôt vaguement, mais ce pays semblait être une sorte d'opposé idéologique à la Chine et tout le tralala. C'est fou tout ce que l'on peut dire ou faire ici. Ou même voir d'ailleurs. Les affiches publicitaires équivoques, rien que ça... Bon ok, je ne dis pas qu'on ne voit rien en Chine, ce serait exagéré. Ah nooooon, pas de capitalistes ici !!! Hmm... Plutôt marrant lorsqu'on voit tous ces vieux là jouer au mah-jong...

«Et oui, j'ai travaillé. J'ai été serveur dans quelques restaurants, j'ai aidé en cuisine une fois lorsqu'un employé manquait, j'ai été à la plonge aussi. J'ai fait chauffeur de taxi à trois roues et tout un tas d'autres petits jobs ! Ah oui, j'ai aussi du égorger un poulet vivant ! Et je peux te dire que non seulement, c'est dégueulasse mais en plus c'est difficile !»

Je mimais le geste en tirant la langue. Puis, après une bouchée de cheesecake, je reprenais un air plus sérieux.

«D'ailleurs, il faudra que je cherche du boulot dans le coin aussi d'ailleurs. Par la même occasion, je pourrais me renseigner pour un boulot pour toi, si tu veux bien. Et puis, si ça peut t'aider je peux faire en sorte qu'on travaille au même endroit. Enfin, si tu penses que c'est encore trop tôt, pas de soucis, on pourra voir ça plus tard hein.»
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Empty
MessageSujet: Re: Don't worry be happy [ft. Jiao Xù]   Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Icon_minitimeVen 9 Déc - 1:49


«Hmm... voyons voir. Je suis arrivé aux États-Unis, il y a un mois, j'ai eu de nouveaux papiers pour pouvoir vivre ici, je suis en cours de naturalisation pour devenir un citoyen du pays. Un américain ! Et là, ça fait cinq jours que je suis à Miami, avec une bourse malgré mes conneries passées. Il m'a suffi de passer quelques tests d'évaluation pour leur prouver que j'étais moins con que je voulais bien le faire croire à mes parents. Bon là, t'en conclus soit que j'ai un minimum d'intelligence, soit que je suis un petit con arrogant bon à faire chier son monde. Mais je te laisse juger mon caractère par toi-même, bien sûr. Du coup, qu'est-ce que je peux bien te dire à mon sujet ? En tout cas, t'es la première personne avec qui je parle autant. Bon, t'es aussi la seule avec qui je me trouve ce point commun maudit.»

« Un petit con arrogant bon à faire chier son monde » répéta-t-elle en riant. « je ne sais pas pour le con arrogant, mais, il me semble que la partie bon à faire chier son monde n’est pas très éloignée de la vérité. »

Il entama son carrot cake pour finalement s’arrêter, soudainement, comme s’il venait de se souvenir de quelque chose d’important.

«Ah oui ! Je n'ai jamais tué personne, sois sans crainte, demoiselle !»

Haily se remit à rire, elle ne s’attendait pas du tout à cela. Mais c’était bon à savoir, à Wynwood on pouvait s’attendre à tout.

«Non, plus sérieusement. Je ne suis pas un mec violent. Je peux m'énerver, mais je reste posé en général. Évidemment, faut pas trop chercher non plus, ma patience a ses limites. La goutte d'eau qui fait déborder le vase réveille l'eau qui dort.» annonça-t-il finissant sa phrase en inclinant la tête les mains jointes.

Haily secoua la tête en riant. C’était étranger tout cela pour elle, elle n’avait jamais passé une après midi comme ça avec quelqu’un à plaisanter, ou même juste à parler. Puisque chez les Holloway les sentiments étaient interdits, la joie n’avait pas plus de place que la tristesse chez eux.

«Et tu remarqueras vite que je n'aime pas me prendre trop au sérieux. Bon, si t'as des questions bien précises en tête, je peux toujours essayer de répondre sans tergiverser.»

Sans blague, elle n'avait pas deviné qu'il ne se prenait pas trop au sérieux ! Elle réfléchit à des questions, il lui en avait déjà dit pas mal, que pouvait-elle lui demander de plus ?

« hum… des questions, pourquoi avoir choisit l’Amérique plutôt que l’Europe ou, je ne sais pas moi, l’Océanie, par exemple ?….Et dis moi, tu travailles, toi ? Enfin, je veux dire quand tu ne voles pas de l’argent à tes parents et que tu ne paris pas pour en gagner plus, bien sur .» demanda-t-elle en souriant afin d’éviter de le vexer, puisque ce n’était pas son intention, bien au contraire.

Elle commença son brownie tranquillement, attendant la réponse de Jiao.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Empty
MessageSujet: Re: Don't worry be happy [ft. Jiao Xù]   Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Icon_minitimeJeu 8 Déc - 15:14

« Je suis morte de faim ! On peut aller en ville, bien sur, mais j’espère que tu as un bon sens de l’orientation, parce que le mien et tellement détraqué que j’arrive encore à me perdre à Wynwood ! Enfin, si tu tiens vraiment à te perdre, évidemment, tu peux tenter de me suivre. »

Parfait ! Le sens d'orientation, je l'avais, suffisait juste de m'emmener quelque part, je me chargerai du retour. Après avoir acquiescé, je la laissais me prendre la main et me guider jusqu'à un café où je commandais une part de cheesecake framboise, une part de carrot cake et un café noir. Haily optait pour un cappuccino et un brownie ensuite, nous nous installions à la première table de libre.

« Hum… Alors Jiao, qu’est-ce qu’il y a à savoir sur toi ? Mis à part que ta famille ressemble beaucoup trop à la mienne ? »

«Hmm... voyons voir. Je suis arrivé aux États-Unis, il y a un mois, j'ai eu de nouveaux papiers pour pouvoir vivre ici, je suis en cours de naturalisation pour devenir un citoyen du pays. Un américain ! disais-je en imitant un accent américain exagéré Et là, ça fait cinq jours que je suis à Miami, avec une bourse malgré mes conneries passées. Il m'a suffi de passer quelques tests d'évaluation pour leur prouver que j'étais moins con que je voulais bien le faire croire à mes parents. Bon là, t'en conclus soit que j'ai un minimum d'intelligence, soit que je suis un petit con arrogant bon à faire chier son monde. répliquais-je en plaisantant Mais je te laisse juger mon caractère par toi-même, bien sûr. Du coup, qu'est-ce que je peux bien te dire à mon sujet ? En tout cas, t'es la première personne avec qui je parle autant. Bon, t'es aussi la seule avec qui je me trouve ce point commun maudit.»

Je m'arrêtais, entamant ma part de carrot cake et m'arrêtait soudainement comme si je venais de me souvenir de quelque chose...

«Ah oui ! Je n'ai jamais tué personne, sois sans crainte, demoiselle !»

Je riais quelques secondes avant de reprendre un ton plus calme.

«Non, plus sérieusement. Je ne suis pas un mec violent. Je peux m'énerver, mais je reste posé en général. Évidemment, faut pas trop chercher non plus, ma patience a ses limites. La goutte d'eau qui fait déborder le vase réveille l'eau qui dort.»

Je finissais cette phrase en mimant le cliché du chinois aux proverbes tout en inclinant ma tête, les mains jointes.

«Et tu remarqueras vite que je n'aime pas me prendre trop au sérieux. Bon, si t'as des questions bien précises en tête, je peux toujours essayer de répondre sans tergiverser.»
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Empty
MessageSujet: Re: Don't worry be happy [ft. Jiao Xù]   Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Icon_minitimeJeu 8 Déc - 0:49


«Tu ne me remercieras qu'à tes 18 ans.»

*Si je suis toujours en vie* pensa-t-elle sans le dire.
Il la tenait dans ses bras et elle pleurait. Elle était en train de pleurer dans les bras d’un chinois sans argent, à qui elle avait confié une partie de sa vie, il y avait vraiment de quoi devenir dingue pour ses grands-parents. Mais comme le garçon l’avait plusieurs fois fait remarquer, ils n’étaient pas là alors il fallait qu’elle commence à vivre pour elle. Haily pleura un moment sur l’épaule de Jiao, plus longtemps qu’elle n’avait jamais pleuré, mis à part peut être le soir où elle s’était caché dans sa chambre le jour de sa rencontre avec Ezio. Bref, au bout de se moment qui lui parut long, elle se calma enfin et pu relever la tête, la douleur était toujours présente, bien sur, mais elle était moins intense et l’australienne savait qu’elle finirait par s’estompait, avec le temps. Du moins, si on lui permettait de vivre assez longtemps.il lui tendit un mouchoir et elle lui sourit, reconnaissante. Elle pu alors essuyer son visage humide.

«Nos cours étant finis, je suppose que t'es libre pour manger un bout quelque part. Ça te dit qu'on aille en ville ? Bon, évidemment, je te laisse choisir où vu que je connais pas trop le coin.»

Elle eut un drôle de rire en entendant la question.

« Je suis morte de faim ! On peut aller en ville, bien sur, mais j’espère que tu as un bon sens de l’orientation, parce que le mien et tellement détraqué que j’arrive encore à me perdre à Wynwood ! Enfin, si tu tiens vraiment à te perdre, évidemment, tu peux tenter de me suivre. »

Elle se leva et attrapa la main du garçon, comme si elle avait peur qu’il ne la suive pas. Elle avait déjà était en ville, plus d’une fois, mais à chaque fois, elle avait du demander son chemin à plusieurs personnes pour rentrer au lycée. Ils finirent par trouver un café et y entrer, elle commanda un cappuccino avec un brownie, puis elle attendit qu’il ait commandé à son tour pour aller s’asseoir à une table.

« Hum… Alors Jiao, qu’Est-ce qu’il y a à savoir sur toi ? Mis à part que ta famille ressemble beaucoup trop à la mienne ? »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Empty
MessageSujet: Re: Don't worry be happy [ft. Jiao Xù]   Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Icon_minitimeMer 7 Déc - 19:03

«Merci.»

La jeune fille finissait par accepter mon soutien et sa tête tombait contre moi, alors je la tenais dans mes bras, affectueusement, malgré le fait que nous étions toujours deux inconnus. Mais tout de même, deux inconnus qui venaient de se raconter le plus gros de leurs vies respectives. C'était à la fois déroutant et libérateur. Je ne pus alors pas m'empêcher de verser de fines larmes en silence. Haily était la première personne à qui je m'étais confié et ça ne me laissait pas de marbre, loin de là. Elle ne savait pas tout, certes, je n'en étais pas à ce stade là mais elle avait à présent une partie de moi révélée, et cela suffisait à créer un lien, aussi minime soit-il, il m'était précieux. J'attendais que le peu d'eau qui s'échappait de mes yeux, s'évapore pour me remettre à parler.

«Tu ne me remercieras qu'à tes 18 ans.»

Je savais bien qu'elle me remerciait avant tout pour le soutien moral, plus que pour les actes dont je ferai preuve durant les deux années qui allaient suivre pour l'aider mais, j'estimais que les remerciements n'auraient de sens qu'à la finalité de mon geste. Avant cela, je ne méritais pas tant de reconnaissance. Pourtant, savoir qu'elle appréciait mon aide me faisait plaisir. Au bout d'une demi-heure, Haily fut calmée et relevait la tête. Je lui donnais un mouchoir neuf pour qu'elle puisse se sécher le visage.

«Nos cours étant finis, je suppose que t'es libre pour manger un bout quelque part. Ça te dit qu'on aille en ville ? Bon, évidemment, je te laisse choisir où vu que je connais pas trop le coin.»

Ouais, pleurer, ça épuise et puis ça donne faim. Enfin moi ce que j'en dis... Mais se poser dans un restaurant, fast food ou autre me semblait l'idéal après cet échange d'émotions.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Empty
MessageSujet: Re: Don't worry be happy [ft. Jiao Xù]   Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Icon_minitimeMer 7 Déc - 15:23


«Haily, les qualifications ne sont acquises pour personne. [...] Tu ne connaîtras pas plus têtu que moi.»

Il avait raison, bien sur et elle détestait ça. Elle trouvait l’idée de travailler irréaliste mais elle était prête à essayer si cela pouvait lui permettre de s’éloigner de cette vie qu’elle avait toujours détestée. Et puis, il avait dit qu’il ne la lâcherait pas, elle avait déjà bien assez de gens sur le dos.

« Bien sur que je veux devenir plus forte. Et je veux bien tenter de travailler même si je risque d’être incompétente, j’espère seulement qu’ils ne l’apprendront pas avant mes dix huit ans, sinon, je vais être enfermée à vie. »

Il rassembla alors leurs mains contre son cœur, avant de se remettre à parler.

«La vie n'est pas facile, je ne le nierai pas. C'est justement pour ça qu'il faut se battre. Ce sera dur, je le sais mais est-ce que tu veux réellement te retrouver avec un mari infidèle, une ribambelle de gosses pourris gâtés, et toi, en train de crever à petit feu devant la cheminée, une tasse de thé à la main, ruminant toutes ces années passées à contenir toute ta souffrance sous prétexte que c'est plus facile que de vivre ? Tu sais que j'ai raison, Haily.»

La vie n’était pas facile, oui, ça elle en était consciente. Elle secoua la tête pour répondre à la question, les larmes s’étant à nouveau emparées de ses yeux. Pourtant, elle savait que la réponse à cette question était bien plus complexe, mais elle n’aurait pas le courage d’en parler, pas ce jour là alors qu’ils se connaissaient si peu. Il lâcha l’une des mains d’Haily afin d’enlever les quelques mèches revenues encombrer son visage.

«Maintenant, écoutes moi Haily. Tu peux me haïr autant que tu veux mais, aujourd'hui ton ami est mort, ce n'est pas banal, ce n'est pas être faible de pleurer, crier, tu le sais, je te le répète assez. Tu peux cacher ta tête dans mes bras s'il le faut, tu peux aussi me donner des coups de poings, je suis solide. Je ne suis pas un ami, je ne suis qu'un étranger qui se ramène et se mêle de ce qui ne le regarde pas mais je suis patient alors profites.»

De toute façon, les larmes étaient déjà revenues sans y avoir été invité. Elle ne cria pas, ne frappa pas, elle se contenta de se rapprocher lentement de lui jusqu’à ce que sa tête touche l’épaule du garçon.

« Merci. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Empty
MessageSujet: Re: Don't worry be happy [ft. Jiao Xù]   Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Icon_minitimeLun 5 Déc - 23:36

«Haily, les qualifications ne sont acquises pour personne. Il faut un début à tout, tu as seize ans, ce n'est pas trop tard. D'accord, je reconnais, avec ta maladie, ce sera plus dur que pour n'importe qui mais tu peux pas te laisser faire comme ça. Ok, ta génitrice ne s'est pas laissée aller, j'y suis allé un peu fort, pardon. Mais si tu as eu cette réaction, c'était pas par froideur, mais justement pour ce que tu as encore de sensibilité. Elle t'a abandonnée à tes grands parents et n'est revenue que pour te réclamer une aide financière. Tu peux devenir plus forte que ça, tu le veux, non ? Et puis, tu n'es pas obligée de passer par l'émancipation. Tu crois que j'ai fait quoi jusqu'à mes 18 ans ? J'ai retardé l'échéance avant de me barrer. Toi, tout ce que tu as à faire, c'est faire le robot lorsque tu les as au téléphone et ici, tu vis sans qu'ils n'en sachent rien. Pendant ce temps, tu commences à prévoir ce que tu feras à ta majorité australienne, qui est de 18 ans aussi, non ? Ça te laisse deux ans pour économiser, travailler un peu pour apprendre l'autonomie financière et avec ça, je te jure que tu te feras un plaisir de les envoyer chier à tes 18 ans. Crois moi, à chaque problème que tu te trouveras, je te sortirai toujours un argument pour le contrer. Quand quelque chose me tient ne serait-ce qu'un peu à cœur, je ne suis pas celui qui lâche en premier. Tu ne connaîtras pas plus têtu que moi.»

Je rassemble nos mains contre mon cœur, peinant à tenir en place durant mon discours. Je n'ai jamais autant parlé, encore moins de ce genre de choses. Faut dire qu'avec mes conneries, j'avais les amis qui allaient avec et certainement pas des confidents. De toute façon, avec la réputation que j'avais...

«La vie n'est pas facile, je ne le nierai pas. C'est justement pour ça qu'il faut se battre. Ce sera dur, je le sais mais est-ce que tu veux réellement te retrouver avec un mari infidèle, une ribambelle de gosses pourris gâtés, et toi, en train de crever à petit feu devant la cheminée, une tasse de thé à la main, ruminant toutes ces années passées à contenir toute ta souffrance sous prétexte que c'est plus facile que de vivre ? Tu sais que j'ai raison, Haily.»

Je lâchais une main pour dégager les quelques mèches de cheveux qui encombraient son visage de porcelaine afin de pouvoir mieux la regarder.

«Maintenant, écoutes moi Haily. Tu peux me haïr autant que tu veux mais, aujourd'hui ton ami est mort, ce n'est pas banal, ce n'est pas être faible de pleurer, crier, tu le sais, je te le répète assez. Tu peux cacher ta tête dans mes bras s'il le faut, tu peux aussi me donner des coups de poings, je suis solide. Je ne suis pas un ami, je ne suis qu'un étranger qui se ramène et se mêle de ce qui ne le regarde pas mais je suis patient alors profites.»
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Empty
MessageSujet: Re: Don't worry be happy [ft. Jiao Xù]   Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Icon_minitimeLun 5 Déc - 21:20


«T'appelles ça de la protection ? Ils ont fait quoi pour toi exactement ? […]À toi de voir.»

Haily n’aimait pas que l’on s’énerve comme ça sur elle, surtout quand la personne en fasse avait raison sur une certains nombres de points. Il voulait l’aider à changer de vie, mais elle, le voulait-elle vraiment ? Oui, surement, mais allait-elle y arriver ? Après tout, à force de suivre les règles, elle avait finit par devenir comme eux, insensible et froide. Il fallait qu’elle répare une erreur, elle avait détestait sa mère, certes, mais elle était déjà assez coupable sans rajouter le mensonge à la liste.

« Nattania ne s’est pas laisser aller, elle restait seule chez elle à longueur de journée parce que le grand docteur Holloway était bien trop occupé avec ses nombreuses maitresses. Le jour de mes seize ans, elle m’a apprit qu’elle voulait divorcer et elle voulait que je l’aide avec l’argent de mes grands-parents le temps qu’elle commence une nouvelle vie. Mais je lui en voulais tellement, ça faisait trois ans qu’elle n’était pas venue me voir et elle ne se souvenait même plus que c’était mon anniversaire, alors je lui ai dit qu’elle pouvait crever devant mes yeux, que je ne ferais rien pour l’aider. Elle s’est pendue le lendemain. Moi aussi je l’ai abandonné, je ne fais pas partie de cette famille pour rien, je suis comme eux dans le fond. Et puis tu m’as bien regardé franchement, je suis une gosse de riche qui a passé sa vie enfermée dans une chambre de la taille d’un appartement, on m‘a toujours tout apporté sur un plateau. Je ne sais rien faire, je n’ai pas une seule qualification et je ne suis même pas émancipée, d’ailleurs pour l’émancipation, il faut une raison valable et tu m’excuseras, j’en ai aucune. Alors qu’Est-ce que je vais faire, hein ? »

Elle était énervée pas contre lui, contre elle-même, elle s’en voulait d’être nulle et faible. Si lui avait réussi à s’en sortir tout seul, pourquoi avait elle eu besoin de faire autant de sacrifices juste pour avoir le droit d’étudier à Miami ? Il tenait toujours ses mains. Son ton devint plus calme lorsqu’il posa une dernière question, celle qu’Haily avait entendu des dizaines de fois depuis ses huit ans.

«Ta maladie, c'est quoi ?»

« Hum… J’ai une leucémie, je suis en rémission depuis sept ans bientôt. Mais je dois faire des analyses tous les deux mois parce qu’une rechute peut me tomber dessus à n’importe quel moment. Et là, j’aurais vraiment besoin d’argent, beaucoup plus que ce que je ne pourrais gagné avec un travail. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Empty
MessageSujet: Re: Don't worry be happy [ft. Jiao Xù]   Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Icon_minitimeLun 5 Déc - 10:49

« Bien sur que si, mes parents l’ont bien fait ! [...]Parce que si ils ne sont pas là, il n'y a plus personne pour me protéger. »

Ses yeux rouges étaient la preuve qu'elle était à deux doigts de craquer. Je savais bien que cette petite était humaine, qu'elle ne pouvait pas rester impassible si longtemps avec moi. Non seulement, elle venait de perdre un ami mais, depuis toujours elle vivait dans la crainte de se retrouver seule, à la rue, sans protection. Mais ça, ma grande, il va falloir faire preuve d'un minimum de volonté pour vivre ta vie. T'as seize ans, ici c'est l'âge du permis de conduire, pour toi, ça pourrait devenir l'âge de l'émancipation. Les petits boulots, la chambre à Wynwood, ce serait un début. Quant au reste... J'ai bien l'impression que je suis le premier à qui elle en parle, du moins ici. En Australie, elle a sûrement du partager ça avec son ami. Et encore, si la famille surveillait...

«T'appelles ça de la protection ? Ils ont fait quoi pour toi exactement ? Te couvrir de fric ? Et lorsque tu l'as payé "trop cher", ils ont fait quoi à part t'enfermer de nouveau ? Et si tu restes avec eux, tu ne crois pas que justement, tu finiras par mourir sans que personne ne s'en soucie ? Ils en ont rien à foutre de toi en tant que personne, Haily ! Tu n'es qu'une poupée dans leurs mains. Regarde ta... génitrice. Tu l'as dit toi-même, une fois libre, qu'est-ce qu'ils ont fait ? Ils l'ont tout simplement ignorée, leur propre fille, laissée telle une vulgaire mendiante dans sa propre pisse. Ça ne te fait pas peur parfois de vivre avec des gens aussi inhumains ? Et puis, qu'as-tu à perdre ? C'est l'argent qui t'inquiète ? Tu sais comment j'ai couillonné mes parents ? J'ai pioché dans leurs économies cachées dans le salon, je suis parti sans prévenir, j'ai fait deux-trois trucs avant de passer les voir une dernière fois pour le coup de grâce, et là, j'ai pu quitter le pays en sachant que la vraie vie allait enfin commencer. À Las Vegas, j'ai fait fructifié mes derniers billets et voilà ! Ok, j'ai eu de la chance aux jeux mais, l'argent, ça se gagne aussi en travaillant. La liberté, la vie, ça se gagne, il faut le vouloir ! Alors évidemment, si ta génitrice s'est laissée aller avec les sousous de papa et maman qui lui restaient, pas étonnant que sa liberté se soit consumée. Mais toi, tu dois retenir ses erreurs, tu dois te battre ! Personne pour te protéger ? Je veux bien tenter de te bousculer un peu pour que tu suives ma route mais, tu ne me connais pas et tu peux déjà voir à quel point je suis un chieur. Je suis pas du genre à me décourager alors je vais certainement pas céder avec toi, ma belle. Et pourquoi je t'aiderai ne serait-ce qu'un peu ? Parce que moi non plus, j'avais personne et que ça me ferait bien chier que tu obéisses à des cons du même acabit que mes parents. Question de fierté ou solidarité ? À toi de voir.»

Je m'étais pas mal enflammé dans mon speech mais chaque mot était sincère. J'avais un arrière goût amer rien qu'en pensant à ses vieux déchets de grands parents qui se seraient entendus à merveille avec mes géniteurs. Je ne supportais pas l'idée d'une prison, et encore moins d'une prison dorée comme il semblait être le cas pour cette demoiselle. Voilà donc ce qu'ils étaient, des bourreaux qui usent de pouvoir avec leurs lingots d'or. Pauvres fous ! J'ai une soudaine pensée pour la Révolution Française sur laquelle j'ai lu pas mal de choses en arrivant aux États-Unis. Quoi ? Je vais pas vous faire détails de nos programmes scolaires en Chine, mais c'est pas le même topo... Bref. Tenant toujours les mains de la petite Haily, je me faisais plus calme. Elle m'avait fait part d'une information délicate. Elle était malade. Je voulais en savoir plus.

«Ta maladie, c'est quoi ?»
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Empty
MessageSujet: Re: Don't worry be happy [ft. Jiao Xù]   Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Icon_minitimeLun 5 Déc - 0:25


«Et alors quoi ? T'as une caméra fixée sur toi en permanence ? Ta famille, ils sont en Australie, à des heures d'avion d'ici. N'essaie pas de me faire croire que tout va bien alors que tu viens tout juste de m'apprendre la mort de ton ami. Et puis, ta famille est complètement stupide, tout autant que la mienne. Tu n'as pas l'obligation de retourner là-bas, parce que tu pourras verser toutes les larmes que tu veux, ils ne sont pas là pour les voir. Ici, tu peux même crier tout ce que tu penses d'eux, ils ne le sauront jamais. C'est pas gentil de t'aider, c'est juste humain et il est hors de question que des abrutis nous empêchent de l'être. Pourquoi es-tu ici d'ailleurs ? Pour leur échapper le plus possible, me trompe-je ?»

Il ne connaissait pas la famille d’Haily et cela se ressentait. Pas de caméra, évidemment, mais il y avait les gens, que ce soit des profs, des élèves ou du personnel qu’elle ne connaissait pas, certaines personnes la surveillaient et elle le savait, ça avait toujours était le cas, depuis son enfance, elle était constamment sous surveillance. A l’exception des fois où elle se sauvait de la maison, mais depuis l’agression, elle avait décidé de ne plus jamais se sauver, trop effrayée pour oser. Pourtant certaines choses étaient vraies, si elle était là, à Miami, c’était pour leur échapper, le plus possible, sans pour autant rompre tous les liens.

«Ok, on se connaît pas, mais je vais te dire une chose, histoire que tu comprennes que je ne parle pas sans avoir la moindre idée de la situation. […] Et un jour, ils ont eu le coup final, le jour de mes 18 ans, après les avoir fait bien mariner, j'étais majeur là-bas, c'était trop tard pour qu'ils puissent faire de moi ce qu'ils voulaient et je me suis barré du pays.»

Surprise. Oui, c’était le mot, elle était surprise, cela voulait dire qu’il existait encore des familles comme la sienne dans lesquels ont élevés les enfants juste pour se marier. Il prit son autre main et la fit tourner jusqu’à se qu’elle lui fasse face.

«Tu ne pourras pas rester leur prisonnière toute ta vie, Haily. Et tu ne le devrais pas, je suis sûr que tu le sais.»

« Bien sur que si, mes parents l’ont bien fait ! Ah non, pardon, ma mère a arrêter d’être prisonnière quelques jours avant de mourir. Et mon père à découvert sa mort il y a quelques jours. J’ai aucune envie de mourir sans que personne ne s‘en soucis, d‘ailleurs j‘ai aucune envie de mourir du tout. Et pourtant, si je n’obéis c’est exactement ce qu’il m’attend. Bien sur que je peux arrêter d’être prisonnière, quand je veux même, sauf que j’ai déjà essayé trop de fois, ils m’ont prévenu que c’était ma dernière chance. Après ils me laisseront sur le bord de la route, comme ils l’ont fait avec Nattania, enfin.... avec ma génitrice. D'ailleurs, même moi, je l'ai laissé tomber. Et qu’Est-ce que je deviendrais, hein ? Une orpheline de seize ans qui peut faire une rechute dans sa maladie d‘un moment à l‘autre ? Ça aussi c‘est hors de question. J‘ai fait trop de sacrifices pour en arriver là, il n’est pas question que je risque de tout perdre. »

Elle le fixa quelques secondes, regarda autour d’elle et continua de parler à nouveau au bord des larmes.

«  Et pourtant, dieu sait à quel point j’ai envie d’être libre et d’arrêter d’avoir peur, mais je peux rien y faire, je suis effrayée et le fait de savoir qu’ils me surveillent me rassure un peu. Après tout, la seule fois où j’ai été vraiment libre, je l’ai payé beaucoup trop cher et je ne veux pas que ça recommence.Parce que si ils ne sont pas là, il n'y a plus personne pour me protéger. »

Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Empty
MessageSujet: Re: Don't worry be happy [ft. Jiao Xù]   Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Icon_minitimeDim 4 Déc - 20:13

« Je n’ai pas besoin de pleurer, tout va bien, tout va très bien même !  Pardon, désolée, c’est gentil de vouloir m’aider mais… C’est juste que je ne peux pas pleurer, montrer ses sentiments c’est interdit dans ma famille, je n’ai pas le droit d’être faible et si je le suis malgré l’interdiction, alors je devrais retourner en Australie et ça c’est juste hors de question. »

Allez, je m'en doutais, exactement ce à quoi je m'attendais. On ne décoince pas le problème d'une inconnue en un claquement de doigts. J'allais devoir parler, beaucoup et surtout de moi. J'allais être lourd mais, tant pis, ce n'est pas ma gentillesse qui l'aidera à quoi que ce soit.

«Et alors quoi ? T'as une caméra fixée sur toi en permanence ? Ta famille, ils sont en Australie, à des heures d'avion d'ici. N'essaie pas de me faire croire que tout va bien alors que tu viens tout juste de m'apprendre la mort de ton ami. Et puis, ta famille est complètement stupide, tout autant que la mienne. Tu n'as pas l'obligation de retourner là-bas, parce que tu pourras verser toutes les larmes que tu veux, ils ne sont pas là pour les voir. Ici, tu peux même crier tout ce que tu penses d'eux, ils ne le sauront jamais. C'est pas gentil de t'aider, c'est juste humain et il est hors de question que des abrutis nous empêchent de l'être. Pourquoi es-tu ici d'ailleurs ? Pour leur échapper le plus possible, me trompe-je ?»

Nous étions assis sur le banc et je tenais toujours sa main, comme si j'avais peur qu'elle s'échappe. Mais, ma main se voulait avant tout chaleureuse. Rien que de penser à sa situation, me ramène à mon ancienne vie. Je peux comprendre à quel point elle doit se sentir étouffée, oppressée mais, il n'est pas impossible d'en finir avec ça et c'est ce que je dois à tout prix lui faire comprendre quitte à me prendre une baffe.

«Ok, on se connaît pas, mais je vais te dire une chose, histoire que tu comprennes que je ne parle pas sans avoir la moindre idée de la situation. En Chine, et ce, particulièrement lorsque t'as des parents aussi conservateurs, aussi attaché aux traditions que les miens, le mode de vie est strict et programmé à la minute. Nos cours commencent entre 7h45 et 8h30 et finissent après 17h, ensuite, on a plusieurs heures d'étude obligatoires qui nous obligent à rester dans la salle de cours jusqu'à 22h. On a cours le samedi matin et le dimanche soir. Bref, je t'épargne les détails concernant les devoirs, la communication avec les profs quasi inexistante... Le peu d'heures où nous n'avons pas cours, nous devons les passer dans des clubs de sport, ou de musique ou d'autres activités, dans mon cas, c'était imposé par mes parents qui voulaient faire de moi le mari parfait. Je devais faire honneur à la famille et reproduire leur schéma en me mariant à une personne de bonne famille et grande prestance, lui faire de beaux enfants et tout le tralala. Je n'avais pas le droit de râler, de pleurer, de m'énerver tout comme il était interdit que j'exprime une trop grande joie. Je me devais de rester insensible à tout. Mais à 15 ans, j'en ai eu marre de jouer le robot, j'ai commencé à faire le con, à leur foutre la honte bien comme il faut. J'ai fait en sorte d'être la dernière personne à qui des parents marieraient leur progéniture. Et un jour, ils ont eu le coup final, le jour de mes 18 ans, après les avoir fait bien mariner, j'étais majeur là-bas, c'était trop tard pour qu'ils puissent faire de moi ce qu'ils voulaient et je me suis barré du pays.»

De mon autre main, je lui prends celle qui est restée libre et la fait se tourner de sorte qu'elle me fasse face.

«Tu ne pourras pas rester leur prisonnière toute ta vie, Haily. Et tu ne le devrais pas, je suis sûr que tu le sais.»
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Empty
MessageSujet: Re: Don't worry be happy [ft. Jiao Xù]   Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Icon_minitimeDim 4 Déc - 19:26


«Enchanté Haily, quelque soit ta réputation.»

Elle était persuadée que s'il avait su quelle était sa réputation, il n’aurait pas réellement était enchanté, mais il ne savait pas alors elle continua les questions.

«De Chine, à Pékin. Là-bas, c'est moi qui ai une mauvaise image.  Et toi ?»

Mais elle n’eut pas le temps de répondre. Il posa sa main sur celle d’Haily, ce qui l’inquiéta, cela voulait-il dire qu’il avait compris ce qu’elle faisait ? C’est-à-dire éviter par tous les moyens possibles de parler de son ami, histoire de rester forte aux yeux de tout le monde. Sauf à ceux de Jiao apparemment.

«Hey miss, si t'as besoin de pleurer on peut sortir faire un tour mais tu la joues pas "je suis forte parce que j'exprime rien". Pas ce genre de bêtises avec moi.»

Puis sans qu’elle n’ait le temps de répondre, il la prit la main pour l’emmener ailleurs. Haily avait horreur de ça, que quelqu’un l’oblige à faire quelque chose. Elle tenta de protester et de retirer sa main, mais elle n’était pas face à Tracy, Jiao était trop fort pour elle. Ils arrivèrent au parc, presque désert à cette époque de l’année.

«Voilà, il n'y a plus personne pour juger tes larmes ici.»

Sérieusement ? Il pensait vraiment qu’elle allait se mettre à pleurer, là comme ça d’un coup parce qu’il lui disait alors qu’on lui avait toujours demandé l’inverse. Eh bien il se trompait, elle se contenta de le regarder en mordant l’intérieur de sa lèvre inférieur pour retenir ses larmes comme elle le faisait étant petite. Au bout d’un petit moment, elle fit quelques pas pour aller s’asseoir sur un banc accompagnée du garçon toujours accroché à sa main. Puis, lorsqu’elle fut certaine de pouvoir se contenir, elle parla.

« Je n’ai pas besoin de pleurer, tout va bien, tout va très bien même ! » Annonça-t-elle sèchement, mais contrairement à ses habitudes, elle s’excusa aussitôt. « Pardon, désolée, c’est gentil de vouloir m’aider mais… C’est juste que je ne peux pas pleurer, montrer ses sentiments c’est interdit dans ma famille, je n’ai pas le droit d’être faible et si je le suis malgré l’interdiction, alors je devrais retourner en Australie et ça c’est juste hors de question. »

Bon ça non plus elle n’était pas censée avoir le droit de le faire; raconter ce qu’il se passait dans sa famille, mais là, il était trop tard, elle ne pouvait pas revenir en arrière.

Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Empty
MessageSujet: Re: Don't worry be happy [ft. Jiao Xù]   Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Icon_minitimeSam 3 Déc - 10:04

«Moi, je suis juste Haily. » annonça-t-elle avec un sourire presque sincère.

«Enchanté Haily, quelque soit ta réputation.»

« D’où viens-tu ? »

«De Chine, à Pékin. Là-bas, c'est moi qui ai une mauvaise image. dis-je en plaisantant Et toi ?»

Stop. On ne peut pas discuter normalement. Son ami est mort et je suis en train de me laisser distraire par des questions banales. Elle me sourit, mais c'est faux. Ses yeux sont brûlés par la tristesse, elle se contient, j'ai horreur de voir ça. Non Haily, je ne te laisserai pas souffrir en silence comme on me l'a si souvent obligé à faire. "On ne pleure pas dans cette famille !", me disaient-ils sèchement. Je refuse que ce fardeau perdure ici. Exprimer ses sentiments, même si ça fait mal au début, ça soulage, ça défoule. Nous sommes humains ! Je pose ma main sur la sienne, me voulant réconfortant.

«Hey miss, si t'as besoin de pleurer on peut sortir faire un tour mais tu la joues pas "je suis forte parce que j'exprime rien". Pas ce genre de bêtises avec moi.»

Je pris la demoiselle par la main, ne prêtant pas attention à ses protestations, car malgré mon maigre gabarit, je savais contrôler un minimum de force, et l'emmenait jusqu'au parc qui était, comme je l'imaginais, plutôt désert en ces temps de fin d'automne.

«Voilà, il n'y a plus personne pour juger tes larmes ici.»
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Empty
MessageSujet: Re: Don't worry be happy [ft. Jiao Xù]   Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Icon_minitimeSam 3 Déc - 2:12



«Si, bien sûr. Tiens.»

« Merci. »

Elle attrapa le mouchoir qu’il lui tendait et essuya son visage de son mieux comme pour effacer sa tristesse, sauf que bien évidemment, c’était impossible.

«Quelqu'un qui ne saurait ignorer la douleur d'une jeune femme. Pas comme d'autres... Non, plus sérieusement, appelle-moi Jiao.»

Elle regarda à son tour les autres élèves présents avant de reporter son attention sur le garçon. Il s’appelait Jiao, elle allait avoir du mal à s’en souvenir, c’était certain. D’ailleurs, elle n’aurait peut être pas non plus besoin de s’en rappeler, rien ne garantissait qu’ils allaient se revoir après ce jour là, surtout qu’il s’agissait d’Haily. Elle haussa les épaules avant de répondre.

«Jiao » Prononça-t-elle avec difficulté, - son accent australien reprenant le dessus - tout en hochant la tête. « Il ne faut pas leur en vouloir, je n’ai pas la réputation d’être quelqu’un d’agréable. »

«Et toi ?»

«Moi, je suis juste Haily. » annonça-t-elle avec un sourire presque sincère.

Elle n’avait pas le droit d’en dire trop, elle le savait bien. C’était également ça qui l’empêchait d’aller vers les autres tout en l’obligeant à rester distante avec ceux qu’elle osait approcher. Le fait était que sa grand-mère la tenait avec cette histoire de retour immédiat en Australie, c’était la dernière chose qu’Haily voulait. Surtout à ce moment là. Repensant, à ce qu’elle devait faire, elle cacha ses mains toujours tremblantes sous la table et peignit un sourire des plus faux sur son visage que trahissaient ses yeux rouges. Elle n’était pas vraiment sur de tenir sans craquer, mais elle allait au moins essayer.

« D’où viens-tu ? »

Poser des questions auxquelles elle était certaine de pouvoir répondre, c’était ça le secret d’après la matriarche de la famille Anderson en tout cas. Ce genre de technique n’avait pas vraiment fonctionné avec Luke pourtant, mais il était peut être juste l’exception qui confirme la règle.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Empty
MessageSujet: Re: Don't worry be happy [ft. Jiao Xù]   Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Icon_minitimeVen 2 Déc - 14:58

« J… Je viens d’apprendre que le seul ami que j’avais dans mon pays est… mort. »

Ah merde. Pire que ce que je m'étais imaginé. Comme je peux mépriser les gens qui sont dans la même pièce que nous en ce moment même. Aucune sensibilité. Aucune humanité. Ça me dégoûte. Je sentais bien que la jeune fille ne voulait rien me montrer de ses sentiments, j'étais un étranger. Bien évidemment, je repensais à mon éducation "un Xǔ ne doit pas être un faible, il doit rester aussi lisse qu'une statue de porcelaine !". Bande de cons !

« Tu n’aurais pas un mouchoir, s’il te plait ? » 

«Si, bien sûr. Tiens.»

Lui disais-je tout en sortant un paquet de mouchoir de mon sac de cours puis lui en passant un afin qu'elle se nettoie le visage de cette tristesse. Elle était belle malgré son regard plein d'eau, de tristesse et d'une souffrance qui elle ne semblait pas dater d'aujourd'hui.

« Qui es-tu ? »

«Quelqu'un qui ne saurait ignorer la douleur d'une jeune femme. Pas comme d'autres... dis-je en faisant tourner mon regard en direction des autres élèves traînant dans le foyer pour ensuite le faire revenir vers la demoiselle Non, plus sérieusement, appelle moi Jiao.»

C'était la question à laquelle je m'attendais. Pas de formalités entre nous mais une sacré distance tout de même. J'espérais qu'elle se fasse moins méfiante. Ouais, c'est cette sensation que j'avais d'elle. Compréhensible, certes, mais pas moins triste.

«Et toi ?»
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Empty
MessageSujet: Re: Don't worry be happy [ft. Jiao Xù]   Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Icon_minitimeVen 2 Déc - 1:02


Elle était dans le foyer depuis une petite dizaine de minutes lorsqu’elle sentit une main sur son sur son épaule, étonnée, elle releva lentement la tête pour apercevoir : ses cheveux. Elle repoussa sa tignasse noir afin de voir la personne assise à ses côtés et accessoirement pour que celle-ci puisse la voir également. Oh ! Un chinois / Japonais /autres, enfin un grand type brun avec des yeux bridés, en gros. Il avait la tête penché vers elle et se mit à parler.

«Qu'il y a-t-il ?»

« J… Je viens d’apprendre que le seul ami que j’avais dans mon pays est… mort. »

Elle serra les dents pour éviter de se mettre à pleurer une nouvelle fois, tout en essuyant ses yeux rouges. Ne montrez pas vos sentiments Haily, les sentiments sont une faiblesse et dans cette famille, nous n’avons pas le loisir d‘être faible ! Elle entendait encore la voix de sa grand-mère dans sa tête et elle savait qu’elle ne pourrait pas aller à l’enterrement, parce que si la veille Anderson la voyait pleurer - honte magistrale pour la famille, - jamais elle ne la laisserait repartir pour Miami.

« Tu n’aurais pas un mouchoir, s’il te plait ? » 

Il faillait qu’elle pense à autre chose, oui, c’était surement ça la solution. Mais à quoi ? Elle n’avait pas plus d’amis en Amérique qu’en Australie. Mais, elle pouvait toujours s’intéresser à quelque chose d’autre - enfin quelqu’un d’autre - puisqu’il y avait ce jeune homme qui s’était assit près d’elle. Sauf qu’Haily n’était pas douée pour parler aux autres, on pouvait le voir aux nombres d’amis qu’elle avait comparé au nombre d’ennemis. Alors, elle posa la seule question qu’elle avait en tête à ce moment.

« Qui es-tu ? »

Oui, bon la question faisait un peu bête comme ça, mais un « t’es qui toi ? » agressif n’aurait pas vraiment été mieux, surtout qu’elle n’avait aucune envie de se battre ou d’hurler ce jour là, elle voulait juste essayer d’oublier et ça n’allait pas être facile.

Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Empty
MessageSujet: Re: Don't worry be happy [ft. Jiao Xù]   Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Icon_minitimeJeu 1 Déc - 16:11

Don't Worry, Be Happy




Fin des cours. Déjà Mercredi soir. Je n'ai pas fait la connaissance de beaucoup de camarades pour l'instant. Les américains sont quand même très individualistes, j'avais au moins raison sur ce point là en quittant la Chine. C'est à la fois une bonne et une mauvaise chose. Je me rappelle de la solidarité qu'il y avait dans nos classes, même si on ne se voyait pas forcément tant que ça en dehors des cours, on était rarement éparpillés dans l'enceinte du lycée. Je me rappelle des cours d'informatique que l'on préférait consacrer au piratage des ordinateurs pour pouvoir jouer à Dota. On était liés dans les 400 coups comme dans les problèmes personnels. On était soudés contre les professeurs aussi. Mais ici, aux USA, c'est à peine si les gens s'adressent la parole. Tous en petits groupes, certains sont même carrément isolés. Ça craint. Bon, évidemment, il y a des exceptions comme Pollo, qui viennent d'eux-mêmes accueillir les nouveaux. Mais ça s'arrête là.
Je me rappelle lorsque cette petite nouvelle est arrivée en troisième année de collège, elle avait eu droit à un interrogatoire général à l'interclasse. Les filles lui demandaient ses goûts en mode, cinéma, dramas... Et les garçons, c'était plutôt ses goûts en manga, si elle aimait les jeux vidéos, si elle avait un petit copain -pour ce dernier point, on évitait d'être trop directs, c'est super mal vu. D'ailleurs,on a beau être très proches les uns des autres, il y aura toujours une séparation filles et garçons. L'amitié hommes-femmes, on y croit pas tellement en Chine. Et encore moins dans ma famille...

La fin des cours avait donc sonné. Je quittais la classe de Mandarin, sortais mon mp3 de la poche, y programmais une chanson de Jolin Tsai, Wu Niang et mettais mon casque sur les oreilles, me dirigeant vers le foyer pour m'y poser lire un livre et peut-être réviser un peu le dernier cours d'histoire. J'arrivais, il y avait environ une dizaine de personnes, mais une seule attira mon attention. Elle semblait en pleurs vu la position qu'elle prenait. Peut-être avait-elle simplement un mal de crâne atroce, que sais-je. Mais dans ce dernier cas, elle avait besoin d'être accompagnée à l'infirmerie. Ce qui m'alarmait, et me rappela à mes pensées de tout à l'heure, est que personne ne semblait se poser de questions pour cette demoiselle. Chacun vaquait à ses occupations pendant qu'elle étouffait son mal entre ses mains. Elle aurait pu crever devant eux, personne n'aurait réagi, ou alors, bien trop tard. Vraiment navrant.
Remarquez, en Chine aussi les gens peuvent mourir sous vos yeux. On nous apprend à ne rien montrer de nos sentiments, de notre douleur physique et morale. Seuls les vieux ont le privilège de râler en tout impunité. Enfin, pas trop non plus. Cela m'a toujours grandement révolté. J'observe ces gens, agacé et m'avance vers la jeune fille pour m'asseoir à ses côtés. Je retire mon casque des oreilles, pose une main sur son épaule, délicatement, et penche ma tête vers elle même si je sais pertinemment que je ne verrai aucun de ses yeux derrière ce rideau de chevelure noire.


«Qu'il y a-t-il ?»

À trop jongler entre les formules d'usage, de politesse, de neutralité et les phrases volontairement vulgaires, je suis devenu un passe-partout du langage. "qu'il y a-t-il ?", voilà donc le summum du neutre. Entre le "qu'avez vous jolie demoiselle pour que les larmes s'emparent de votre si délicat minois fin comme la porcelaine en été ?" et "bah alors qu'est-ce que t'as encore ma mignonne ?". "Qu'il y a-t-il ?", rien de plus banal mais poli en toute circonstance. Mes parents seraient presque fiers de moi. Mais ce n'est pas pour eux, c'est pour cette jeune femme que je ne bousculerai pas sans savoir à quoi nous avons à faire. J'aimerais éviter les retours de foudre si elle vient de s'engueuler avec son petit ami, par exemple. Les "tous des connards", ce n'est pas vraiment de mon ressort...
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Empty
MessageSujet: Re: Don't worry be happy [ft. Jiao Xù]   Don't worry be happy [ft. Jiao Xù] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Don't worry be happy [ft. Jiao Xù]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Don't worry be happy [ft. Jiao Xù]
» Emilia Fitz - don't worry, be happy.
» POURQUI ET POURQUOI DES DRAGES AUX COCHONS???HAPPY FATHER S DAY !
» Happy Material!? (spoiler from Negima!? 14)
» Happy birthday Mona and Rainer ♫♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: RPs abandonnés-
Sauter vers: