AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez
 

 [TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

avatar
Invité



[TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase] Empty
MessageSujet: Re: [TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase]   [TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase] Icon_minitimeMer 29 Juin - 20:02

    Sacha approuva mes paroles, avant de sourire. Il me parla ensuite de James, me demandant de le "réparer". Je soupirai, tandis que le brun me laissait partir, sans toutefois omettre de préciser que ça lui ferait plaisir que je l'appelle ou lui envois un message. Je haussai les épaules, tandis qu'il partait s'asseoir face au piano sans même me regarder. Parfois, son côté mélodramatique me sciait.

    - Okay Sacha... A plus... Sois sage !, ne pus-je m'empêcher d'ajouter.

    Je souris en entendant les premières notes de "notre" chanson s'élever, puis quittai la pièce. Bon. James. Que pouvais-je bien faire pour lui ? Lui dire que j'allais me remettre avec Sacha, très probablement ? Mauvaise idée. Et puis... le ferais-je ? Était-ce la solution ? Ne valait-il pas mieux l'oublier ? Je n'en avais pas la moindre idée. Tout était confus, à nouveau. Je regrettais amèrement l'époque où je savais où j'allais. J'étais jeune, insouciant, rien d'horrible ne m'était arrivé... Je sortais avec Brooke McQueen, un joli brin de fille dont j'étais fou amoureux. Mes parents étaient tous les deux en vie. Je partageais mon temps entre Londres et Miami. Puis, la rupture. Isobel. L'annonce du cancer. Le retour à Miami. Qu'est-ce qui avait provoqué tout ça ? Qu'avais-je fait pour m'engager dans la voie de ma vie actuelle ? Est-ce que je le regrettais ?

    Et si j'étais resté auprès d'Isobel ? J'aurais une famille, à l'heure qu'il est. Je serais rangé, nous vivrions à Londres. Et si j'avais suivi Brooke à Miami ? Peut-être aurais-je rencontré Sacha, mais serais-je tombé amoureux de lui sachant les sentiments que j'avais pour la petite brune qui était mon premier amour...? Malheureusement, avec des "si", on mettrait Paris en bouteille. Alors, je n'avais plus qu'à subir. Ou apprécier. C'était à moi de voir, à moi de choisir. Le passé, c'est le passé. Il est temps de vivre au présent, enfin.



* Ceci n'est peut-être qu'un début... *
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



[TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase] Empty
MessageSujet: Re: [TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase]   [TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase] Icon_minitimeMar 21 Juin - 0:04

Désolé Chase, ce post est nul
.

    La chambre nue. Un ombre. Une pièce sombre, prisons de toutes nos frayeurs. Les draps froissés dont le blanc pâle brille sous la lune qui éclaire les murs sombre au papier déchirer par les ongles du fantômes qui hante ces lieux. Allongé sur le lit. Un corps. Nu. Brisé. Déchiré. Blessé et couvert de griffure. Un corps nu qui saigne. Deux yeux brillant de peur dans le clairobscurs. Un poitrine qui tremble. Un monde qui divague. Une pièce floue vue à travers des yeux embués de larmes. La honte. La honte qui étrangle ce corps posé ici comme un cadavre. Un vieux pantin abimé, abandonné dans un boite. Une poupée d'enfant délaissé dans une tombe. Un brasier de souvenir et de haine, de peine et de rage qui brule en pleurant sur ces draps froissé. Les paumes écorchées par les ongles. Un roujouiement dans le regard. La vengeance. La faiblesse. Il est faible. Très faible. Trop faible. Ce n'est pas le corps qui est mort mais l'esprit qu'il enferme. Enchainé à ce lit par la terreur. Un grincement, une porte qui s'ouvre. Applaudissez le bourreau. Il s'avance et se traine. S'affale sur le lit qui grince tandis que le corps gémit de dégout. Deux doigts s'enfilent dans le cheveux tandis qu'un main caresse la peau nue qui frissone. L'inceste gerbante. Deux lèvres comme des corbeaux vienne piquer quelques morceau de dignité à ce jouet qui marmone et supplie. Deux mains qui saisissent les hanchent. Un ceinture qui s'ouvre. Un corps profané. Un esprit salis. Un homme brisé. Mais tu l'as réparé. Ce robot cassé. Ce pantin brisé. Cette poupée morte. Tu l'as réparé.

    Tu as allumé la lumière. Non. Tu as éteins les ténèbres.

    Cette heure passée ici. Une seule petite heure pour tout bousculer. Une seule petite heure pour tout reconstruire. Les rouages du temps ont bloqué ces instants dans l'éternité du présent. Et jamais, au grand jamais, je ne les enterrerais dans le passé. Mon coeur palpite en pensant à l'avenir qui nous attend. Car enfin je pourrais mourir dans tes bras. Nu, je suis suis nu quand tu me regarde, plus aucun fard, plus aucun masque, juste moi à poil devant toi. Transcendation. Cette salle de musique aurais vécu tous les premier épisode de notre idylle. On se croirais dans une tragedie à la sheakspear, un conte de grimm. Tu va partir, je le sens, je le sais. Tu dois partir. Sinon tous cela ira trop loin et tu ne pourra pas te reconstruire. Il est temps pour moi d'attendre ton retour, de me retirer de la scène. Tu dois tout regler. Oui. Tu dois partir pour revennir heureux.

    - Je... vais partir. Ce n'est pas à cause de toi, mais... Sacha, il faut vraiment que tu comprennes que tu as brisé James. Je ne peux pas m'afficher avec toi maintenant, je ne peux pas profiter de tes étreintes tant qu'il n'ira pas mieux. Et ça me laissera le temps de... me remettre. Laisse nous du temps, ne nous précipitons pas... Et... James est mon ami. Tout sera mieux ainsi. Crois-moi.

    J'ai brisé James et je le sais. Je l'ai détruit une deuxième fois et je me hais pour ça. Nulle pardon pour mes péchers, nulle rédemption pour crime. Je destiné à brulé dans la culpabilité, à me noyer dans sa peine.
    Non. Je suis destiné à aimer Chase et à être aimé de lui.
    Tu t'ébouriffe une nouvelle fois les cheveux. Je sais que l'abscence te fera mal mais n'est-ce pas ce que tu veux? Tu en as besoin pour te reconstruire. Tu en as besoin pour réparer la poupée que j'ai cassée.

    _ Je sais Chase je sais.

    Un sourir sur le lèvres. Un sourir qui veut dire je t'aime.


    _ Pars maintenant. Et répare James. Je lui en ai trop fait voir, comme à toi. Je ne mérite que vos balles. Essaye de le faire renaitre. Il est temps peut être qu'il m'oublie enfin. J'espère que tu n'auras pas à brisé ton amitié pour moi. Et dans ce cas, rappel toi ton dicton: "les potes avant les putes". Par contre. Appelle moi ou textote moi. Me laisse pas sans nouvelle. Aller vole. Je t'aime.

    C'est une lueur de peine dans l'oeil, que, sans regarder s'il est partit je me place devant la piano et je chante une chanson, notre chanson. Car oui. J'ai enfin trouver Une Raison. Ma Raison.

Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



[TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase] Empty
MessageSujet: Re: [TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase]   [TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase] Icon_minitimeDim 19 Juin - 23:42

    Tu réponds à mon baiser avec avidité, force et douceur. Passion dévorante. Tes mains fermes parcourent mon corps en feu, y déposent des caresses ça et là, me laissant pantois face à tant de plaisir charnel. Doucement, je sens mon dos se déposer contre le mur de la salle de musique qui a vu naître cet amour. Notre lèvres s'apprennent, se découvrent à nouveau, comme deux amants après une longue absence. Mais tu romps tout contact labial, me laissant avide et fiévreux. En manque. Je suis drogué à l'adrénaline, au plaisir... à toi. Deux papillons, tes lèvres, se posent dans mon cou et je ferme les yeux. Ce froissement d'ailes ne dure qu'un instant, et tu me sers contre toi. Tes bras m'enlacent, m'étreignent. Les miens t'aiment. Tout mon corps t'aime, t'appartient. Et mon cœur avec. Fort heureusement, je n'ai pas encore perdu la raison.

    Quand tu me lâches et te recules, je ressens déjà le manque. Il n'y a plus que le vide, le froid. L'absence, alors que tu es à un pas de moi. Un pas seulement, un pas de trop. Tes doigts parcourent ma joue, et c'est à cet instant que je me rends compte qu'une larme traitre a roulé sur mes joues rouges des émotions que tu me provoques. Et puis, ta voix, si merveilleuse.

    - Devons nous nous dire au revoir ou restes tu encore un peu avec moi ?

    Tout mon corps me crie d'accepter cette invitation, mais une petite voix dans ma tête me serine qu'il ne faut pas faire ça, que c'est mal. Et cette voix n'a pas tort. Ma raison s'interpose face à la passion, lutte. Mes iris incandescents se fanent dans la beauté de tes yeux, je soupire, vaincu. Un baiser, une promesse. J'ai rempli ma mission, du moins pour aujourd'hui. Il ne me reste plus qu'à supporter le manque que ton absence va provoquer en moi. Un vide sidéral, si semblable à celui que j'ai connu loin de toi ces derniers temps. Et pourtant, il y a cette promesse. Une lumière au bout du tunnel, l'espoir.

    - Je... vais partir. Ce n'est pas à cause de toi, mais... Sacha, il faut vraiment que tu comprennes que tu as brisé James. Je ne peux pas m'afficher avec toi maintenant, je ne peux pas profiter de tes étreintes tant qu'il n'ira pas mieux. Et ça me laissera le temps de... me remettre. Laisse nous du temps, ne nous précipitons pas... Et... James est mon ami. Tout sera mieux ainsi. Crois-moi.

    A vrai dire, j'essaye moi aussi de m'en persuader. Une comptine tourne en boucle dans ma tête, assommante. " On se reverra, ce n'est qu'un mauvais moment. Tout ira mieux après. On se reverra. " Las, je passe une main presque furieuse dans mes cheveux et plonge une dernière fois mes orbes claires dans les tiennes.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



[TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase] Empty
MessageSujet: Re: [TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase]   [TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase] Icon_minitimeDim 19 Juin - 21:27

théme musical: ici


    Retourne toi les ongles, arrache ta peau. Pèle toi comme un fruit. Excise tes muscles et laisse tes organes pendre. Arrache ton foie. Crache ton intestin et rejette tes poumons. Laisse le squelette à nu. Brise ta boite crânienne et vide là. Ne laisse que le coeur prendre à ses artère dans l'antre de ton torax. Deviens comme moi. Un coeur pendus à son squelette. Un coeur qui recouvre les os. Un coeur, qui remplis la boit encéphalique, un coeur qui se contracte est s'attache au articulation. Un coeur qui te recouvre entier. Un coeur porté comme des muscles, comme une peau. Un coeur, c'est tous ce que je suis. Un coeur c'est tout ce que nous sommes. Et mon coeur porte ton nom. Gravé dans chaque cellule. Chaque parcelle de matière carbonée. Ton nom comme une bible, ton nom ma seule religion. Ton visage tatoué dans les plis, tes yeux, ton nez et ton sourir. Tout mon être. Tout mon coeur. Toi. Un son sonne dans l'harmonie du silence qui écharpe la pièce. Deux sons qui se mèlent en un seul. Un mélopé rythmée qui raisonne. Le son de nos coeur qui batte à l'unisson, étreint par le désir qui nous étrangle. Allons nous nous y abandonner et éteindre notre raison? Vas-tu m'embrasser. Vais répondre à ce baiser? Vais-je me mourir à l'entrée des tes lèvres? Vais-je abandonné le petit morceau de mon coeur qu'il me reste? Oui. Je te donnerais tous. Moi. Mon âme, mon coeur, mon corps.

    Le silence qui c'est abatu est plein de sous entendus. Plein de questionnement. Plein de désirs refoulé. Plein de beaucoup de chose qui se mèle dans une étrange alchimie. L'ambiance est irèél. Nos souffles dansent dans la pièce et nos coeurs fracassent nos torax. Tous ces sons sonnent l'Angelus de notre amour enfermé qui s'éveille peu à peu. Tes yeux bleus déchiqueté de désirs violent mon regard d'onyx. Et je réfléchis. Je réfléchis à ce "comme avant" qui voulait tout dire. Mes songes, mes fantasmes. Tout est à porté. La pulpe de mes doigts viens se glisser sur me mur pour en capter les aspirité. Un façon de m'assurer que tous ça est réèl, que je ne suis pas en train de dormir. Que chaques mots qui ont été dis son vrais. Que ce n'est pas une invention de mon imagination pour combler le noir qui m'emplissait. Je me vidais avant tes mots. Je me vidais de toute humanité. Je vidais mon corps de sa force, mon coeur de ses espoirs, mon âme de sa raison. Et peu à peu, je sombrais dans un triste folie. Mais je suis comme le Christ après la passion, je réssucite. Le silence . Toujours. Rythmé par nos coeur. Toujours. La salle de musique. Le lieu de tous mes rêves. Le désir. Narcoléptique mortel coule dans mes veins. Brule ma peau au point d'en faire bouillonner mon sang. Mes pomettes se recouvre d'un voile carmin tandis que mon front éxhale quelques perles de sueurs. Le secondes passent comme des heures. Elle gravissent la courbe du temps et viennent éxplosé pour se mourir dans le silence. Que va-t-il se passer? Toute ces questions, toutes ces réflexion explosent quand tu te met à voler...

    Tes mains angéliques s'enroulent autour de mon cou pour approcher mon visage du tien. Ce baiser sonne notre perte mais nous ne pouvons nous y refuser, car nous sommes mué par la liberté, et que la seule vraie liberté, c'est celle d'aimer. Les millisecondes passent tous doucement, tandis que dans la folie de nos désir, nos bouche s'approchent l'une de l'autre, tout autour de nous n'est qu'ombre, nous sommes deux danseur sur la scène de l'enfer. Et nous nous embrassons, et tu m'embrasse. Je meurt à l'ombre de tes lèvres, tu es tout pour moi. Ta bouche s'entrouve et langue chaude viens forcer la mienne à suivre tes directives, je m'y abandonne et nos langues avides se mettent à se caresser, à s'enrouler, et s'apprendre. Enfin, ma peau sens la chaleur de tes lèvres. Et enfin, je te goutte à nouveau. Nos corps enlacé, nos lèvres qui s'étreignent, tandis que le soleil qui se couche par la fenètre auréolé la scène d'une aura irrèélle. Mes mains s'aventure dans tes cheveux, sur ton cou, sur ton dos, tes bras, tes machoires. Les yeux fermés, nous sommes aveugles. Je ne respire plus, je n'en ai plus besoin, j'ai retrouver mon oxygène dans notre baiser. Lentement, nous fait avancer et tourner de façon à t'appuyer contre mur beige. Mes lèvres se détachent des tiennes et mes yeux hagards se perdent dans les tiens, dans tes pupilles dilatées de lubricité. Avec douceur, je pose mes mains contre ta pointrine pour plaquer contre le mur tandis que les lèvres s'aventure au creu de ton cou, remontant, puis elle te quitte, et mes bras s'enroule autour de toi pour te serrer contre moi, ma tête sur ton épaule, un larme de bonheur qui s'échape. Enfin je rompt l'étreinte, et recul. Je te regarde, statue de cire et de sel, statue antique, statue parfaite. Tes yeux sont embué et une larme à couler, je la ceuille. Tu as pleurer. Ma voix s'élève, brisée de bonheur.

    _ Devons nous nous dire au revoire ou reste tu encore un peu avec moi?
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



[TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase] Empty
MessageSujet: Re: [TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase]   [TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase] Icon_minitimeDim 19 Juin - 20:04

    Les battements affolés du cœur de Sacha font écho au miens. Je vois qu'il souffre, autant que moi, de la situation. Peut-être même plus... Se sent-il coupable d'avoir attenté à sa vie sous mes yeux...? Je ne saurais le dire. Et je me demande... Qu'aurais-tu fais, à ma place... Comment aurais-tu réagi.

    - Chase... Je... Je sais ce que je t'ai fait. Je t'en ai trop fait baver. Mais tu vois, tu le sais, je suis égoïste et j'arrive pas à te laisser partir. Je sais que c'est ce que l'on devrait faire, mais depuis quand le chemin de l'amour est celui de la raison. Tu as besoin de temps. Je l'ai compris. Mais combien de temps ? Je vais te laisser du temps. Je t'attendrai, sois-en sur. Mais, je sais que ce n'est pas juste, mais j'ai trois choses à te demander...

    Combien de temps... Si seulement je le savais moi-même ! Sacha s'approche, comme je l'ai fait un instant plus tôt. Étrange ballet qui nous unit... J'avance, tu recules. Tu avances et je recule. Quand sa main touche ma poitrine, je me rend compte à quel point cette position est atroce. L'autre qui contrôle et toi... tu ne peux rien faire, pas bouger. Tu es cloué au sol. La terreur, l'amour. L'envie. Si j'en avais la force, je reculerais peut-être. Je me jetterais sur tes lèvres vermeilles, peut-être. Tout est tellement imprévisible, entre toi et moi. Depuis le début. Qui aurais pu prévoir que mes lèvres frôleraient les tiennes et aimeraient ça, à un point tel qu'elles recommenceraient, encore et encore ?! Le destin ? Sacha énumère ces trois choses qu'il me demande, à commencer par la promesse que je reviendrai.

    - Une autre promesse, celle que si tu reviens à moi ce soit pour toujours dans le même amour inconditionnel que je te donnerais. Et que l'on puisse tout recommencer à zéro.

    - Je reviendrai... comme avant., murmurai-je, tandis que sa main caresse ma joue.

    Je m'électrise sous ses doigts, me sens oppressé. Quand ceux-ci frôlent mes lèvres entrouvertes, c'en est trop. Plus que ce que je ne peux supporter. La pression m'étreint, ne me quitte pas. Et cette envie de le repousser, de l'enlacer, de le haïr, de l'aimer.

    - Enfin. Je te demande juste un baiser pour me donner la force d'attendre.

    Avant que je ne puisse réagir, son corps se décolle du mien. Nous étions si proches... et deux pas suffisent à creuser un fossé entre nous. C'est beaucoup trop, beaucoup plus que ce que je ne peux supporter. Ne suis-je pas fait pour être tout contre lui ? Ses iris intrigantes fixent mes pupilles dilatées par l'envie de le faire mien, et il se met à chanter. C'est "notre" chanson. Sa voix. Son cœur. Un regard qui veut tout dire. Traitre, tu m'achèves. Deux pas, je suis face à lui. Contre lui.

    Mes mains agrippent son cou, l'attirent à moi. Mes lèvres s'emparent des siennes, les dévorent avidement. Mes yeux se ferment sous la jouissance, nos langues se cherchent, se taquinent, s’emmêlent. Cet instant, j'en ai tellement rêvé. Je me colle à lui avec empressement, presque désespoir. Il ne faut pas que cela s'arrête. Je ne veux plus le perdre, plus jamais. La chaleur monte rapidement, je me sens presque fiévreux, envoûté par cet homme que j'aime.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



[TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase] Empty
MessageSujet: Re: [TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase]   [TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase] Icon_minitimeVen 17 Juin - 21:46

    Une écume blanche recouvre tout. Le temps semble avoir enfermé le passé et le futur. Rien n'a plus de sens. Un capharnaüm où tout se mélange. Maelström. Aquarium lunatique. La tempête allégorique d'un esprit retourné. La rhétorique des gestes. Qu'est donc ce savant mélange? Comment expliquer ma peau qui semble vouloir glisser de mon corps? Comment expliquer mon cœur qui remonte dans ma gorge, tant il est gonflé? Comment expliquer que l'on puisse aimer à ce point. Que je puisse t'aimer au point de ne pas oser te voler? Comment expliquer tout ça? Comment un seul mot peut-il couvrir tant de force? Est-ce que l'amour n'est pas un mélange de toutes le sensations, de toutes les émotions qui étreignent les êtres vivants? Est-ce que ce mot qui semble si niais est bien celui qui définis le centre magnétique psychique d'un être enfermé dans l'écrin du corps et de l'âme d'un autre? L'amour est un rêve éveillé. Et je l'ai laissé se flétrir. Mais renaitra-t-il comme le phénix? Non cette comparaison est laide et insensée. Cet amour est là. Bel et bien, mué par le désir de réunification de nos deux cœur. Mais le choses ont fait que ce n'est pas si facile. Et quand enfin viendras le jour ou le rideau se relèvera sur la scène de notre idylle. Ce jour là... Je pourrais enfin dire que je vis.


    Une fois que j'eus terminé de répondre à ta question, tes gestes se mirent à bloquer mon cœur. Tu t'es approché de moi, avec douceur et langueur. Semblant voler plus que marcher. Et tu as fait glisser tes doigts sur mon visages. Déclenchant un vague de frissons et de sensations plus étranges et instinctives. Mon être entier se déchire entre deux chose. L'enivrant désir de manger tes lèvres et celui, plus raisonnable de savoir ce que tu veux réellement. Toute force m'ayant quitté à partir du moment ou tes doigts on effleurer ma peau. Il fut plus aisé que je le pensais de m'abandonner à cette dernière volonté. Ton autre main glisse le long de mon bras alourdis par le désir éreintant qui me secoue. Comment fait-tu pour me remuer comme ça? Ton souffle chaud viens de caresser, doucement, mon corps entier te cris de me saisir et de me serrer contre toi. Mon corps entier supplie que tu t'adonner à l'union charnelle, instinctive et amoureuse de nos deux corps qui se désirent. Ton visage s'approche du mien, à la limite du baiser, et, horrible torture, s'arrête à l'ouverture de mes lèvres. Je n'arrive pas à esquisser un geste. Tu me pétrifies. Nos souffle s'embrassent alors que nos corps reste vierge de tout mouvements. Le temps se suspend dans l'air. Chacun de mes battements de cœur fait trembler mon squelette tandis que le sang vient maltraiter mes pauvres tempes et qu'il se met à inonder mon visage qui exhale une petite perle de désir. Pourquoi ne m'embrasses-tu pas? D'une inclinaison des cervicale, tu change la trajectoire de tes lèvres pour quelle vienne poser leur pulpe de miel sur ma joue vermeille, glisser lentement jusqu'à mon oreille. Si tu savais comme je t'aime.

    - J'ai besoin de temps, Sacha... Et il y a James, c'est mon ami, tu comprends ? Je ne suis pas prêt pour ça... pour toi. Pas maintenant. Tu... tu m'as fait si mal... J'ai vu... ta tête... heurter le sol et rebondir. Cette image... Laisse moi oublier. 

    Je t'ai briser et je le sais, je t'ai briser et je me hais. J'aimerais me retourner la peau, la laver à la javelle dans l'espoir de gommer cette sensations de salissures qui m'étreint. J'aimerais recoudre toutes ces plaies que j'ai ouverte en toi et qui saignent encore leur flots de peine. Leurs flots de haine. Car je t'aime. Mais seul le temps efface les traces que l'amour laisse derrière lui. Mais rien ne se dissiperas pour toujours. Il resteras à jamais de minces lignes blanches dans l'alchimie de ton cœur pour te rappeler, pour nous rappeler, à quel point je t'ai fait mal. Il n'y a pas de rédemption pour celui qui blesse celui qu'il aime et qui l'aime. Tes lèvres entament un course folle le long de la courbe de mon cou, vampirique, elle me mord aussi bien que des crocs mais ne me font pas mal, enfin pas tout à fait. Le plaisir de ta bouche sur ma peau se mêle à la souffrance de savoir que c'est la dernière fois avant quelques temps que j'en profite. Ma bouche se voix caresser par tes cheveux de pailles et ton odeur se repend tandis que je retrouve mon souffle. C'est comme si j'explosais à chaque secondes qui passent. Puis lentement, à contre cœur, tu recule. Pourquoi ne m'embrasses-tu pas? Le lien de nos peaux rompus, mes pensée tentent de se rassembler tandis que tes yeux me sondent. Il faut que je parler.

    _ Chase... Je... Je sais ce que je t'ai fait. Je t'en ai trop fait baver. Mais tu vois, tu le sais, je suis égoïste et j'arrive pas à te laisser partir. Je sais que c'est ce que l'on devrait faire, mais depuis quand le chemin de l'amour est celui de la raison. Tu as besoin de temps. Je l'ai compris. Mais combien de temps? Je vais te laisser du temps. Je t'attendrais, sois-en sur. Mais, je sais que ce n'est pas juste, mais j'ai trois choses à te demander...

    Je m'approche de toi comme tu l'as fait pour moi. Je ne t'embrasse pas. Du bout des doigts j'effleure ta poitrine, la ou ce trouve ton cœur.

    _Une promesse. Celle que tu me reviendras.

    Ensuite je touche ta tête.

    _ Une autre promesse, celle que si tu reviens à moi ce soit pour toujours dans le même amour inconditionnel que je te donnerais. Et que l'on puisse tout recommencer à zéro.

    Et cette fois-ci, je touche tes lèvres.

    _ Enfin. Je te demande juste un baiser pour me donner la force d'attendre

    Je recule de deux pas et chantonne tous doucement.


    I'm not a perfect person
    There's many things I wish I didn't do
    But I continue learning
    I never meant to do those things to you
    And so I have to say before I go
    That I just want you to know

    I've found a reason for me
    To change who I used to be
    A reason to start over new
    and the reason is you..
    .



    _Je ne veux que toi...
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



[TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase] Empty
MessageSujet: Re: [TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase]   [TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase] Icon_minitimeVen 17 Juin - 18:19

    Mes paroles semblent le retourner, une fois de plus. A croire que tout ce que je dis l'étonne, aujourd'hui. Il faut dire que mes sautes d'humeur ne sont pas toujours des plus agréables, mais qui puis-je ? Après s'être remis de ma réplique, Sacha s'approche. Je me crispe et appuie un peu plus mon dos contre le mur, comme si je voulais passer en son travers. A ma surprise, il s'arrête à une distance raisonnable de moi.

    - Alors viens me prendre.

    Est-ce la surprise, ou peut-être le sous-entendu que contient sa phrase ? Toujours est-il que je ne peux m'empêcher de sourire en coin, baissant les yeux sur mes pieds. Je secoue la tête de droite à gauche, amusé.

    Spoiler:
     

    Je relève la tête vers lui mais ne bouge néanmoins pas, sans me départir de mon sourire. Sacha plonge son regard dans l'océan turquoise de mes yeux et je lui pose, à mon tour, une question.

    - Et toi, que veux tu, Sacha ?

    - Moi je ne désire que toi, Chase. Une nouvelle fois : Puis-je t'aimer ?

    La réponse pourrait être simple. La situation aussi. Mais tout serait trop beau, pas vrai ? Je me redresse, lâche enfin ce stupide mur. Sacha est toujours debout devant moi, si proche. J'avance. La force vectorielle B venait de l'emporter. Une fois face à lui, je caresse son visage aux traits si parfaits de ma main droite, glissant l'autre le long de son bras jusqu'à sa main. Nos corps sont si proches... Je sens son souffle chaud et saccadé contre ma peau. Doucement, sans le quitter des yeux, j'approche mes lèvres des siennes, la main toujours sur son visage. Je m'arrête à quelques centimètres à peine de sa bouche, testant ma résistance... la sienne. Aucun de nous ne bouge, nos souffles s’emmêlent avec passion. Je sens mon cœur tambouriner dans ma poitrine. Il serait si simple de tout effacer, de repartir à zéro. Et pourtant, quelque chose m'en empêche. Je pose mes lèvres douces sur sa joue, avant de glisser sur le côté et de murmurer quelques paroles au creux de son oreille.

    - J'ai besoin de temps, Sacha... Et il y a James, c'est mon ami, tu comprends ? Je ne suis pas prêt pour ça... pour toi. Pas maintenant. Tu... tu m'as fait si mal... J'ai vu... ta tête... heurter le sol et rebondir. Cette image... Laisse moi oublier.

    Je respire un grand coup, avant de laisser mes lèvres courir le long de son cou. Son parfum m’enivre, je ferme les yeux un instant. Ma main droite glisse dans son cou, abandonnant son visage, tandis que la gauche lâche la main de Sacha. Si je m'écoutais, je me laisserais aller à cette vague de sensations qui me submerge, je me laisserais aller au plaisir charnel dans ses bras. Mais je n'en fais rien. Non, je le lâche et me recule de deux pas, sans le quitter des yeux. Je devrais partir, quitter cette salle et ses grands yeux tristes, mais je ne peux pas. Je ne veux pas qu'il soit triste... alors je reste, mes yeux plongés dans les siens.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



[TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase] Empty
MessageSujet: Re: [TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase]   [TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase] Icon_minitimeJeu 16 Juin - 21:28

    Toi.

    L'amour. L'espoir. L'amour le désespoir. Puis un mot. Un seul petit mot. Une syllabe. Une consonne. Deux voyelle. Et j'explose. Mon être entier à du mal à comprendre. Je ne comprend plus rien. J'ai l'impression d'être perdu dans ce mot. Si petit et pourtant si fort. Et je succombe à ce souffle. Et à ce regard qui me transperce. Toute la force avec laquelle tout son être m'a lancé ce mot. Mes yeux se mouillent de bonheur. Ai-je bien entendue? Mes prières ont elles portées leurs fruits? En un mot tu a retourner mon cœur. Laver mon âme de la peine qui la recouvrait de son manteau lépreux et sale. C'est comme si je revivais. Tu m'as enfin dis ce que tu voulais. Et tu veux la même chose que toi. Tu l'as dis. Tu as dis que tu me voulais moi. C'est comme si tous mes fantômes, tous mes démons et tous mon désespoir avait fui. Comme si tout n'avais été qu'un rêve et que là je me réveillais. Par un mot. Un seul mot. Ce mot: toi.

    La mer danse. Faible et blafarde écume sous la lune. Elle roule et se jette désespérée sur le gré de la plage sur laquelle elle se fracasse. Et elle recommence et ce mutile encore et encore. Elle se déchiquette sur les cailloux blanchis par le sel. Le temps passe. Elle continue de se mutiler sous le vent. Elle vomis sous désespoir d'écume opale. Saigne l'embrun. Et puis... Quand le vent s'arrête... Elle Vie enfin. J'étais comme elle. Tout ce que je voulais, c'était toi. Rien que toi. Et le vent m'a poussé à m' écraser sur les galets de ton absences. Et j'ai subis sans bouger. Une mer d'amour qui subis la souffrance sans bouger. Et je me suis tromper. Emmêlé mes courants au point de m'en perdre. Et tout c'est illuminé. Si j'ai bien compris ce que tu as dis. Tout à repris sa place. Car j'ai une chance de te voir redevenir mien. Et me regarde, et je te regarde. Dans cette salle. Cette pièce couleur automne. Ce lieu qui n'appartient qu'à nous. Ce lieu, témoin de notre premier baiser. De ma première déclaration. Cette pièce brune, La clé de nos désir. Nos regards se croise et s'emmêlent comme des amants fiévreux. Ils s'embrassent comme j'aimerais t'embrasser. Je m'approche de toi, m'arrêtant à une distance respectable je dis.

    _Alors viens me prendre.

    Et tous défile devant mes yeux à une vitesse hallucinante. Les quelques mois d'amitié qui nous ont unis l'un à l'autre avec force tandis que peu à peu, je découvrais mes sentiments pour toi. Ces sentiments qui se sont mis à me bouffer comme la lèpre. A me pourrir comme la gangrène. A me manger petit à petit au point de m'étouffer. Au point qu'à court d'oxygène j'eus besoin de chanter mon amour. Et le destin t'as amené à moi ce jour là. Tu m'as écouter jusqu'au bout. Puis tu m'as laisser parler comme aujourd'hui. Tu m'as laissé te dire à quel point je t'aime. Et puis. Contre toute attente. Tu m'as embrassé. Et j'ai explosé. C'était comme si tout autour de moi s'effondrait. Comme si on braquait une radiance pure sur mes pupilles au point de m'en aveugler. Et à partir de là je n'ai plus rien maitrisé. La passion sous le chêne. Ce baiser plus que libertin qui nous as manger le peu de raison qui nous restait. Puis cette sortie à la plage. Et cet autre baiser. Et le bal. Et ensuite toi qui viens me chercher dans ma c chambre. Notre première union charnelle. Toi dans moi unis dans un concerto chanté sous le sein pendant des étoiles qui nous souriaient. Unis dans l'instant volé et éphémère d'un plaisir prohibé et partagé. Et puis l'épisode dans la salle de bain. Ma crise d'angoisse et les révélation qui ont succédé. Puis ensuite les jours qui ont suivis. Et notre deuxième présence dans la salle de musique. Après que je t'ai trahis avec James. Ce jour, le jour des auditions. Le jour ou j'ai décider de mourir à la place de choisir. J'étais con. Puis ce qui c'en est suivis. L'hôpital. Mes plus grosses conneries. Les promesses fait à James. Et mon bal. Mon bal comme un poudrière qui a tout fait éclater. Le retour d'Andrew. L'arrivée de Chase et la rupture avec James. C'est allé si vite. Trop vite. Et puis tout de suite. A l'instant.


    _ Et moi je ne désire que toi. Chase. Une nouvelle foi. Puis-je t'aimer?
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



[TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase] Empty
MessageSujet: Re: [TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase]   [TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase] Icon_minitimeJeu 16 Juin - 19:40

    Celui qui fait battre mon cœur bien malgré moi semble choqué par ma réaction furieuse. Il réfléchit, semble blessé par ma réaction. Pourquoi devons nous sans arrêt nous faire souffrir ? Pourquoi toute cette douleur... Les choses ne pourraient-elles pas être plus simples ? Sacha n'a pas l'air de savoir quoi dire, mais il se lance.

    - Chase. Je... Je t'aime. Toi et uniquement toi. Je n'ai jamais aimé quelqu'un de cette façon. James était mon ex. Et ce jour là... J'ai cru le voir crever, tu ne sais pas tout sur lui. Enfin je crois. Toujours est-il qu'étant donné les circonstance... Nous nous sommes retrouvés. Et je n'ai été qu'un égoïste apeuré par la solitude qui s'est jeté dans les bras du premier venu. J'ai espéré t'oublier à travers lui. Et quand je l'embrassais, je t'embrassais à travers lui. Chase, je t'en supplie crois moi. C'est toi que j'aime. Et mon cœur me dis de me battre pour toi. Je n'ai été qu'un gamin, comme il l'a si bien dit. Mais comment j'peux rattraper ce que je t'ai fait. Dis moi comment faire. Je ferais tout pour toi Chase. Je ferais tellement. Alors Chase comment faire pour que tu me pardonnes ?

    Une petite larme roule sur sa joue, et je le regarde l'essuyer sans savoir que faire. Je sais qu'il m'aime, je le sais. Mais comment le croire ? Je n'ai de cesse d'imaginer son corps frôlant celui de James. Leurs halètements qui s'unissent dans le plaisir. Les mots d'amour susurrés aux oreilles du photographe... ça me donne la nausée, j'ai la rage au ventre. Je ne dis rien, détournant les yeux. Je l'entends qui s'éloigne et tourne à nouveau la tête vers lui. Sacha est à présent près de la fenêtre. Cette fenêtre... Nous nous observons, chacun à un bout de la pièce.

    - Rappelle toi Chase. Rappelle toi notre premier baiser, tout était si simple. Et j'ai tout compliqué. Mais ne puis-je jamais donner espoir à la rédemption ? Dois-je oublier à jamais le goût de tes lèvres ? Dois-je oublier toutes tes manières, cette façon que tu as de t'ébouriffer les cheveux ?

    Je suis étonné qu'il ait remarqué cette sale manie que j'avais, et cela me fait souffrir bien malgré moi. Je baisse les yeux au sol, avec l'envie irrésistible de passer cette foutue main dans mes cheveux. A vrai dire, ce n'était pas si simple, pour moi. A l'époque, j'étais persuadé d'être attiré par les femmes et Sacha est arrivé avec ses lèvres si attirantes... Il les a posées sur les miennes, et tout mon monde s'est écroulé. Toutes mes certitudes. J'ai pris du plaisir dans ce baiser, et dans tous les autres. Notre relation n'a jamais vraiment été simple, pour moi. Ma main s'égara sur mes lèvres, sans vraiment que je m'en rende compte. J'avais l'impression de sentir celles de Sacha m’effleurer... Il me tira de ma rêverie.

    - Dois-je oublier les promesses que nous nous sommes faites ? Veux tu m'oublier ? Veux tu oublier notre amour. Et tout ce que je t'ai dit. Jusqu'à mon plus intime secret ? Chase, je ne voulais pas te heurter par mes mots. Je suis juste maladroit. Voudras-tu un jour me pardonner ? Que veux-tu ?

    Ce que je veux... La réponse est si simple. J'ébouriffe mes cheveux, relève la tête et plonge mes yeux dans ceux de Sacha. Malgré le fait qu'il soit à l'autre bout de la pièce, j'ai l'impression de sentir son odeur, d'entendre sa respiration dans le creux de mon cou. Je soupire, sans bouger, appuyé contre le mur.

    - Toi.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



[TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase] Empty
MessageSujet: Re: [TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase]   [TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase] Icon_minitimeJeu 16 Juin - 18:31

    Ce matin là, il n'avais pas encore répondu à mon sms, et j'étais persuadé de ne pas le voir. Mais comme à chaque matin depuis le bal. J'avais appris un nouveau discours à lui servir par cœur. Mais pourquoi n'ai-je pas eu les couilles de les utilisés? Pourquoi ais -je fait la connerie de parler sans réfléchir de vomir de la merde. Je ne suis qu'un imbécile éperdue endormis par l'amour. Un pauvre pantin manipulé par son cœur. Mais au bout d'un moment. Pinocchio va se lasser et couper ses fils qui le retienne. En attendant, il n'a pas compris....

    - Pourquoi t'être jeté dans les bras de James ? Pourquoi l'as-tu aimé ? Pourquoi...


    Et tu tremble. Tu tremble de rage et de peine. La parfaite alchimie pour atteindre la haine. Ai-je tout raté? T'ai-je encore une foi perdu? Tu es jaloux comme je suis jaloux et cela est la preuve de notre amour, nous sommes de chiens affamée d'amour et galeux de jalousie. Nous sommes deux chiens qui s'aime et qui se craigne.

    - Pourquoi lui avoir fait l'amour ? Je n'ai... je n'ai rien fait de tout cela avec Aliénore. Rien. Je l'aime comme une sœur, je la respecte... Jamais je ne pourrais la toucher comme tu as touché James ! Tu es si égoïste... Tu me fais ces reproches et toi... toi tu en as fait le double, avec James ! 


    Tu me repousse. Un peu trop fort peut être tandis que je te regarde. Ébahis et blesser par ta véhémence. Et surtout, je me sens con. Con d'avoir penser que tu m'avais lâcher pour un paire de miche alors que tu cherchais juste un paire de bras. Con d'avoir attenté à ma vie pour de merde. Un con. Je suis un putain de gros con. Un saloperie de connard. Un sous merde égoïste. Je ne suis qu'un gros fils de pute amoureux.


    James fut un jour la personne que j'aime. Il fut... Le passé. Et je ne sais pas comment t'expliquer. Je sais que je t'ai bafouer, salis ton cœur après que tu l'ai troquer contre le mien. Je ne sais pas pourquoi, enfin si je le sais très bien. J'ai juste eu peur. Peur de rester là. Seul dans le noir qui allait m'écharper. Seul à subir les tortures ignobles du poisons de l'erreur. J'ai juste voulu trouver un cap. Quelque chose ou me diriger. Un guide, une sorte de gouvernail. Et sur le moment je ne me suis pas rendus compte de mes erreurs. Je ne me suis pas rendus compte de ma bêtise. Car j'ai vraiment cru être amoureux. Mais je n'ai fait que t'aimer à travers en pensant que je l'aimais à travers toi. Et j'ai fait taire ces putains de voix dans mon crâne. Baillonées. Elle se sont arrêtées de gueuler Le temps que quelques jours. Assez pour commettre l'erreur fatale. Assez pour m'enliser dans le mensonge que je me suis fait à moi même. Assez pour briser James une deuxième fois. J'ai glisser mais il est temps de remonter. James à raison. J'ai agis comme un gamin. J'ai voulu aimer deux hommes. Puis, en désespoir de cause, j'ai choisis la voie de la facilité. Mais je n'avais pas prévu que le chemin serais semé d'embuche. Et ce putain de bal. Et cette putain de déclaration, et mes putains de gamineries. Qui a force m'injecte à chaque moment l'acide de l'erreur. Une toxine qui vous broie, vous rend faibles et haïssables. Hais par vos frères et hais par vous même. Elle vous rend vulnérable et couard. Mais aujourd'hui il est temps. Temps d'arrêter de subir mes erreurs et de les réparer. Temps d'arrêter de jouer la carte de la facilité et se battre pour ce que je désir. Et ce que je désir, c'est toi. Mais comment te le dire? Comment te faire comprendre? Moi qui n'arrive pas à éxprimer mes sentiments? Comment te dire à quelle point je regrette. A quelle point je me sens sale?

    _ Chase. Je... Je t'aime. Toi et uniquement toi. Je n'ai jamais aimer quelqu'un de cette façon. James était mon ex. Et ce jour là. J'ai cru le voir crever, tu ne sais pas tout sur lui. Enfin je crois. Toujours est-il qu'étant donné les circonstance. Nous nous sommes retrouver. Et je n'ai été qu'un égoïste apeurer par la solitude qui c'est jeté dans les bras du premier venue. J'ai espérer t'oublier à travers lui. Et quand je l'embrassait, je t'embrassait à travers lui. Chase, je t'en supplie crois moi. C'est toi que j'aime. Et mon cœur me dis de me battre pour toi. Je n'ai été qu'un gamin, comme il l'as si bien dis. Mais comment j'peux rattraper ce que je t'ai fait. Dis moi comment faire. Je ferais tout pour toi Chase. Je ferais tellement. Alors Chase comment faire pour que tu me pardonne?


    Un larme traitresse s'est glissée mais je l'ai vite chassée tandis que je me dirige vers la fenêtre, cette même fenêtre qui avait été témoin de notre premier baiser.

    _ Rappelle toi Chase. Rappelle toi notre premier baiser, tout étais si simple. Et j'ai tout compliqué. Mais ne puis-je jamais donné espoir à la rédemption? Dois-je oublié à jamais le goût de tes lèvres? Dois-je oublié toute tes manière, cette façon que tu as de t'ébouriffer les cheveux?



    Je parlais plus pour moi qu'autre chose. Isolé dans ma bulle espérant qu'il la perce et qu'il rentre. Qu'il rallume la lumière car j'ai peur du noir. J'ai peur de vivre sans lui. Et maintenant qu'Andrew est de retour, j'ai besoin qu'il soit là.


    _ Dois oublier les promesses que nous nous sommes fait? Veux tu m'oublier? Veux tu oublier notre amour. Et tout ce que je t'ai dis. Jusqu'à mon plus intime secrets? Chase, je ne voulais pas te heurter par mes mots. Je suis juste maladroits.

    Une respiration.

    _ Voudras-tu un jour me pardonner? Que veux-tu?
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



[TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase] Empty
MessageSujet: Re: [TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase]   [TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase] Icon_minitimeJeu 16 Juin - 16:42

    Sacha se déclara pas doué pour ce genre de choses, avant de me demander de ne pas l'interrompre. Je haussai les épaules, attendant la suite. J'étais toujours appuyé contre le mur, tandis que le brun me faisait face sur le siège devant le piano. C'était absolument étrange. J'avais l'impression que deux forces me poussaient, une en avant et l'autre en arrière. Mon cours de maths me revint soudain en mémoire. Force vectorielle A : Elle m'obligeait à rester collé au mur, puissante, mue par ma souffrance. Force vectorielle B : Plus faible, c'est pourquoi je restais contre le mur. Néanmoins, elle m'ordonnait de me jeter sur Sacha pour ne plus jamais le lâcher, ne plus jamais le perdre. Mais cette envie me taraudait, il fallait que je quitte cette pièce au plus vite.

    - Écoutes. Tu sais que je t'aime. Je t'aime à m'en retourner la peau pour le laver tellement j'me sens sale de t'avoir blessé. Et je sais que tu m'aimes. Autant voir peut être plus que je t'aime si c'est possible. Je sais que je t'ai fait du mal en sautant de ce putain d'immeuble de merde ce soir là. Ce que je t'ai fait cette fois ne s'excusera jamais. Mais j'ai besoin de savoir. De savoir pourquoi tu t'es jeté dans les bras d'Aliénore alors que nous étions plus ou moins ensemble ?

    Ainsi, c'est ça qui le préoccupait ? Parmi tant de choses, sa jalousie prenait le pas sur tout le reste ? C'était tellement ridicule que j'avais envie d'éclater de rire. Ou de pleurer, peut-être. Lui continua sa tirade, et je ne l'interrompis pas, comme il me l'avait demandé.

    - De savoir pourquoi m'avoir dis oui, pourquoi m'avoir pris pour me recracher ensuite pour elle ? J'ai besoin de savoir si je n'ai été qu'un objet. Qu'une chose qu'on prend quand on s'ennuie et qu'on rejette après ? Je sais que la réponse est non, je ne serais pas tomber amoureux de toi, je n'aurais jamais été ton ami si tu étais ce genre de mec. Mais alors pourquoi Aliénore ? Que te donnait-elle que je ne pouvais pas te donner ? Et maintenant que tous deux savons que nous nous aimons, pourquoi est-ce que nous nous refusons l'un à l'autre ? J'ai beaucoup d'autres questions. Mais une seule les résume toutes: Pourquoi ?

    J'étais en rage. En rage contre Sacha. Il me reprochait d'avoir essayé de noyer mon chagrin, brisé que j'étais pas sa tentative ridicule alors que mon père venait de mourir... Je serrai les poings, mes yeux lancèrent des éclairs de colère. Aliénore et moi n'avions même pas franchi le cap du simple baiser. Alors que lui... Lui s'était jeté dans les bras de James, il lui avait fait l'amour, j'en aurais mis ma main au feu. Ses déclarations enflammées avaient sans doute remué le cœur de mon ami photographe, comme à présent elles remuaient le mien... Ils avaient parlé de l'avenir, tous les deux. Et après tout ça, il osait me demander "pourquoi" j'étais sorti avec Aliénore ?! J'aurais voulu me jeter sur lui pour le frapper, lui crier ma rage et ma peine. L'amour lui venait si facilement... Dans mon cas, rien n'était aussi simple... Je n'aimais pas les gens après deux minutes passées en leur compagnie. Et je ne les oubliais pas dans les bras d'un(e) autre aussitôt qu'ils me tournaient le dos. Non, c'était plus vrai que ça. Il m'avait fallut des mois et des mois pour oublier mon premier amour, que j'avais d'ailleurs recroisé ici à Wynwood. Brooke... Et lui, combien de temps me faudrait-il ? Combien de temps souffrirais-je encore de sa présence si tentante ?

    Son poing s'abat sur le mur, avec toute la rage dont il dispose. Et moi, je le regarde, envahit par cette même envie. L'envie de répéter son geste sur son visage pour qu'il comprenne à quel point ce qu'il me dit me tue. Il s'approche soudain, et je reste cloué au mur. Mes pieds refusent de m'obéir et de fuir aussi vite que possible. Non, ils restent là et obligent mon nez à sentir l'arôme exquis de sa peau, mes oreilles à entendre le velouté caressant de sa voix. Ils obligent ma peau à vibrer sous la caresse de sa paume, à s'électriser de ce simple contact sur mon épaule. Et enfin, ils obligent mes lèvres à retenir leur fougue, à subir la morsure de mes dents pour éviter de se jeter sur les siennes, si proches. Bien trop proches. Lorsqu'il parle, son souffle caresse mon cou, tentative pour m'amadouer que j'ai du mal à repousser.

    - Pourquoi Chase ? Dis moi pouquoi... pourquoi ne pas me laisser t'aimer ?

    J'aurais tant de choses à lui dire, mais les mots restent bloqués en moi. J'aimerais le traiter d'égoïste, lui faire comprendre à quel point ses paroles l'accablent de reproches, alors que c'est à moi qu'elles s'adressent. Sa jalousie envers Aliénore n'a pas de raison d'être. L'amour que je pensais ressentir pour elle, et elle pour moi s'est mué en amour fraternel. J'aime Aliénore comme une soeur, pas comme une petite amie. Sa peau ne me faisait pas le moindre effet. Ses contacts ne valaient en rien ceux de Sacha. Sans doute suis-je gay. Et l'affection que je ressens pour cette jeune fille qui a tenté de me sauver des griffes de la peine qui me tuait n'est autre qu'une affection purement fraternelle. Or, lui... Lui a vraiment aimé James, et peut-être l'aime-t-il encore. Il a pris du plaisir dans ses bras, peut-être même plus que dans les miens. Et il ose me demander pourquoi je ne le laisse pas m'aimer. Son amour... si volage. C'est par une question que je lui réponds, le souffle court, poings serrés.

    - Pourquoi t'être jeté dans les bras de James ? Pourquoi l'as-tu aimé ? Pourquoi...

    Je repousse sa main de mon épaule d'un geste rageur.

    - Pourquoi lui avoir fait l'amour ? Je n'ai... je n'ai rien fait de tout cela avec Aliénore. Rien. Je l'aime comme une sœur, je la respecte... Jamais je ne pourrais la toucher comme tu as touché James ! Tu es si égoïste... Tu me fais ces reproches et toi... toi tu en as fait le double, avec James !

    Je finis par me rendre compte que je criais. J'étais furieux, j'en avais trop dit. Je voulais me contenter d'une simple question, la première, mais je n'avais pas pu m'empêcher de lui révéler tout ce qui avait suivi. J'étais jaloux. Jaloux à crever du bon temps qu'il avait pris pendant que j'essayais par tous les moyens de me convaincre que j'avais réussi à l'oublier. Jusqu'à ce fameux jour où Elsa m'avait entrainé dans la salle de musique. Là, j'avais compris. Cette salle... m'avait ouvert les yeux.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



[TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase] Empty
MessageSujet: Re: [TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase]   [TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase] Icon_minitimeJeu 16 Juin - 10:29

thème musical: ici

    Je ne serais pas capable de mourir, sans avoir un jour le bonheur que tu exauces mes prières. J'ai juste besoin que tu me dise que tu m'aime et de te voir m'offrir tes lèvres. De pouvoir baiser ta peau. Frissonner sous tes caresses. D'entendre ton souffle hachurée de lubricité, lyrique murmure des ébats. Je n'appartient qu'à toi. Plus qu'à toi. Rien qu'à toi. Alors reprend moi.

    Le silence s'installe. Il hurle, il hurle comme un horde de démon, comme l'ost du malin. Ce silence qui crache comme la foudre. Ce silence qui murmure. Ce silence si pur. Ce silence si dur. Et nos yeux l'un dans l'autre se lisent. Les tiens encore humide de quelques larmes traitresses qui se sont faufilées à travers l'armure que tu à mise pour me parler. Et mes yeux qui sèche. Ces salauds que je ne parviens pas à maitriser. Qui m'empêche de mentir. J'aimerais gratter la couche sale de peine qui les recouvrent et offrir à Chase le Sacha que j'étais avant. Je ne veux pas le perdre. Mais le choix ne m'appartient pas. Lui seul peux choisir. Je sais que je l'attendrais toujours mais il temps de m'arracher à l'illusion et de savoir enfin. Deux choses sont sures en moi deux choses. La première. Je suis indubitablement amoureux de lui. La deuxième. Il est follement amoureux de moi. Mais pourquoi? Pourquoi se refuser l'un à l'autre? Je le sais. Premièrement, parce que je l'ai blesser. Par mes conneries je l'ai blesser. Ces plaies saignent encore des flots de peines et de haines qui se rependent dans l'élixir d'amour. C'est à moi d'exciser ces liquides infâmes à la solution de son cœur. C'est à moi d'enlever tout ces acides noirs qui coulent dans ses veines. Tous ces poisons qui serpentent en lui. Suis-je à même de réparer mes erreurs? On efface pas le passé mais m'est-il possible de panser ses plaies? D'isoler ces toxines qui l'emplissent? Pourquoi ais-je fait la connerie de me jeter de ce toi? Pourquoi me suis-je jeter avec pour seul présent mon désespoir dans les bras de James? Pourquoi l'amour m'a-t-il rendu aussi con? Et c'est ces pensées qui remplissent, stridentes, le silence qui s'embrase de doute. Je n'ai qu'un envie. Me jeter dans ces bras. Poser ma tête tout contre son épaules. Lui dire que je l'aime, et l'entendre me le dire à nouveau. Puis sentir ses lèvres sucrées manger les miennes. « Aime moi. Aime moi. Aime moi... » Cette complainte sonne comme un écho inlassable dans ma tête qui implose. Je t'aime à la folie. Tout ça n'est-il qu'un sombre délire ou je m'enlise? Mes racines saignent et je cris à l'intérieur. Il est temps de ce confronter l'un à l'autre. Il est temps de repassé le masque. De parler sans pleurer. De parler sans souffrir.

    - De quoi voulais-tu me parler ?

    Situation débloquées. Il est temps. Temps de savoir.

    _ Chase. Je... Je suis pas doué pour ce genre de chose alors st'euplait ne m'interrompt pas.

    Un sourire timide se dessine sur ses lèvres. Un si doux sourire. Un si beau sourire. Un sourire que j'aime tant. Un sourire que j'ai tant rêver. Je le connais par cœur. Le petit plis à la commissure de ces lèvres. Ce pétillement dans les yeux. Je connais chacun de ces sourire. Celui avec le rose au joues quand il est gêné. Celui avec le regard triste. Ce sourire désabusé. L'autre, celui dans la liaison des chairs. Celui qui m'étrangle. Et celui ci... Celui ci... je ne le connais pas. Que veut-il dire?

    _ Écoute. Tu sais que je t'aime. Je t'aime à m'en retourner la peau pour le laver tellement j'me sens sale de t'avoir blesser. Et je sais que tu m'aime. Autant voir peut être plus que je t'aime si c'est possible. Je sais que je t'ai fait du mal en sautant de ce putain d'immeuble de merde ce soir là. Ce que je t'ai fait cette fois ne excuseras jamais. Mais j'ai besoin de savoir. De savoir pourquoi tu t'es jeté dans les bras d'Aliénore alors que nous étions plus ou moins ensemble? De savoir pourquoi m'avoir dis oui, pourquoi m'avoir pris pour me recracher ensuite pour elle? J'ai besoin de savoir si je n'ai été qu'un objet. Qu'une chose qu'on prend quand on s'ennuie et qu'on rejette après? Je sais que la réponse est non, je ne serais pas tomber amoureux de toi, je n'aurais jamais été ton amis si tu étais ce genre de mec. Mais alors pourquoi Aliénore? Que te donnait-elle que je ne pouvais pas te donner? Et maintenant que tout deux savons que nous nous aimons, pourquoi est-ce que nous nous refusons l'un à l'autre? J'ai beaucoup d'autre question. Mais une seule les résument toutes: Pourquoi?

    Je n'ai pas réussi. Pas réussi à dire les choses comme je voulais les dire. J'ai tant oublié.

    _ Je suis désolé. J'arrive pas à t'expliquer c'que je veux te dire.


    Un poing rageur s'abat sur le mur. Le mien. Je me lève et m'approche de lui. Une main sur son épaule dénudée pas son Marcel. Sa peau abricot. Sa peau si douce... A quelques centimètres de lui. Je murmure un dernière foi.

    _ Pourquoi Chase? Dis moi pouquoi... pourquoi ne pas me laisser t'aimer?

    [You still have
    all of me...
    ]
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



[TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase] Empty
MessageSujet: Re: [TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase]   [TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase] Icon_minitimeMer 15 Juin - 13:33

    Depuis le bal, j'ai l'impression d'être une loque humaine. Tous ces évènements, ma gueule de bois phénoménale du lendemain matin, le SMS de Sacha, sa déclaration, la promesse faite à James, Elsa et moi, la discussion avec Aliénore et notre rupture... Je ne savais plus trop où j'en étais. Son SMS, je n'y avais pas répondu. Il disait qu'il voulait parler. Je n'étais pas prêt pour ça. Alors, j'avais préféré l'ignorer. Cela faisait deux jours que le bal s'était passé. J'avais encore un peu la tête dans le cul, à vrai dire... J'errais dans les couloirs au hasard, préférant cette option à la perspective d'un cours de mathématiques des plus ennuyants. Je laissais mes pas me porter au hasard des dédales des nombreux couloirs, peu conscient de ce que je faisais. J'étais perdu dans les méandres de ma mémoire, ressassant tout dans ma tête, inlassablement. A commencer par notre rencontre charnelle, à Sacha et moi. Mais j'avais promis à James, et je me l'étais promis à moi-même. Sacha, à cause de son immaturité, m'avait blessé. Je ne voulais pas replonger dans ce tourbillon. Plus maintenant... ou pas maintenant. Je m'évertuais à l'oublier, à quoi cela servait-il que je pense à lui ?

    Des notes de musique me tirèrent de mes pensées. Je regardai autour de moi et constatai que j'étais dans le couloir de l'option "Art". La salle de musique. Elle était là, à portée de main. La porte n'était pas fermée. Aurais-je le courage d'approcher ? La dernière fois que j'étais venu ici, c'était avec Elsa. Elle m'avait chanté une chanson au piano. Celui-là même sur lequel Sacha jouait quand j'ai compris les sentiments qu'il avait pour moi... J'étais parti précipitamment, et Elsa m'avait retrouvé en train de chialer comme un gamin dans la salle de poterie. Et là, j'avais compris... J'avais compris à quel point je l'aimais, même si je pensais avoir surmonté tout ça grâce à Aliénore. J'approchai de la salle de musique. J'étais sur le point d'y pénétrer discrètement quand un voix s'éleva. Évidemment, je l'aurais reconnue entre mille. Sacha. Les paroles qu'il chante sont dans une langue qui m'est inconnue, mais j'ai l'impression qu'il me l'adresse, cette chanson. C'est idiot... Sans m'en rendre compte, je me suis pétrifié à deux pas de la porte, contre le mur. Lorsque j'en prends conscience, j'enrage. Est-ce le destin qui m'a poussé par ici ? Toujours est-il que je suis là, et que je compte bien l'affronter. Deuxième refrain, je pénètre dans la pièce en silence et m'appuie contre le mur.

    J'observe le profil de Sacha, légèrement de dos. Il ne doit pas savoir que je suis là... C'est en silence et le cœur gros que je l'écoute chanter. Quand une larme roule sur sa joue, je sens la mienne se mouiller. D'un geste rageur, mais néanmoins silencieux, je l'évince. Traitresse, ne refais plus jamais ça. Il est toujours aussi beau. Touchant, et tellement attirant. Dieu seul sait à quel point j'aimerais m'avancer et caresser sa peau douce. Mais je ne bougerai pas. Sa voix est sensuelle malgré la tristesse qui en émane. Tout chez lui m'attire inlassablement. Quand j'ai essayé d'expliquer la situation à un ami, celui m'a répondu que je devais être "Sachasexuel". J'ai trouvé ça tellement inattendu... J'en ai ris. Mais il a raison. Personne d'autre que lui ne m'attire.

    Quand les dernières notes meurent sur le piano, Sacha se tourne et plonge directement ses grands yeux tristes dans les miens. Je sursaute, étonné. Depuis combien de temps sait-il que je suis là ? Je ne dis rien, préférant déchiffrer ce qu'il me raconte au travers de son regard. Je plonge mes poings serrés dans mes poches, frustré. Le silence s'installe, mais je ne cesse de l'observer, de loin. Ce manège pourrait durer des heures entières que je ne m'en lasserais pas. Au bout de quelques minutes, j'entrouvre les lèvres.

    - De quoi voulais-tu me parler ?

    Rien de plus. Une simple question, juste histoire de débloquer la situation. Parce qu'évidemment, j'en connais la réponse. Du moins, je le pense. Mes lèvres s'étirent en un imperceptible sourire, que je tente de réfréner.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar
Invité



[TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase] Empty
MessageSujet: [TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase]   [TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase] Icon_minitimeVen 10 Juin - 16:50

Lis bien le texte avec les deux thèmes musicaux


Thème musical 1: ici


    piano

    [TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase] Oth-1
    Je me rappelle ta voix. Timbre caché, soufflée, légèrement halée. Brisée et sensuelle. Chaude, écharpant mon cœur. Le secret d'un souffle, celui d'un râle. Je me rappelle ton haleine chaude sur mon cou, la sensation euphorisante, comme un narcoleptique de tes lèvres sur ma peau nue. Je me rappelle chaque mots offerts, chaque mensonge proférés, et toutes ces vérités prohibées que tu m'a dite, je me rappelle chaque promesse. Je me rappelle ce « oui » qui voulait tout dire. Ce oui qui réalisais mes rêves. Et je me rappelle un autre ton dans ta voix, colère, peine, déception, souffrance, haine, amour. A l'hôpital. Je me rappelle le son de ta désertion. Je me rappelle surtout que tu m'as dit que tu m'aimais. Et dans le secret de mon cœur, j'ai implorée tes lèvres, mais ces déesses n'ont pas répondus à ma prière. Et je me rappelle ma voix, cette voix qui libérées à exprimé ce que j'avais peine à te cacher, ce jour là dans la salle de musique, l'éternité éphémère de ce premier baiser. Et tous ce qui c'en est suivis. Et dans tes bras, de faibles, je suis devenu fort, mais tu m'a recracher. Pourquoi? Ce conte était trop beau, j'aurais du m'en douter. Ce n'était qu'un rêve. Évanescent. Un promesse voilée dans un mensonge, un amour destiné à être refoulé. Ombré par une peur viscérale, la peur de l'inconnu. Et je vois ton visage quand je ferme les yeux, ta peau de miel et tes yeux océan. Hymne de la beauté, une symphonie. Magnifique. L'érotisme purifié enfermé dans l'écrin ambré d'un corps divin. Et ta beauté sous la lune qui rayonne sous ton visage endormis. Cette nuit passé à t'admirer, à t'aimer, à apprendre tes formes, si longtemps que je pourrais les redessiner. Je t'ai aimer et t'aimerais toujours. Capitonné dans ton cœur, j'ai glisser ma main dans tes cheveux de pailles, endormis mon corps sur ton torse de marbre jaunis de beauté. Enivré par ton parfum. Mais la suite m'a brisée, m'a amputer à toi. On t'a arracher. Tu t'es arraché, et tu m'as arracher. Mais pourquoi? Je n'en sais rien . J'étais si seul, avant que tu m'offre tes bras, si seul dans ce monde, tournant en rond dans ma bulle, volant en enfer. Je n'était qu'un ange qui c'était brulé en enfer. J'ai cru que tu étais venue m'aider, mais tu m'a fait reculer pour mieux sauter. J'ai vu ton visage dans le soir, dans le miroirs salis de mon âme, j'ai baiser ton astrale présence que j'ai rêver, j'ai trébucher et je suis tomber. Ce n'est que glace. Et damnation. L'amour n'est pas une victoire, c'est un être froid. Tu m'a laissé et j'ignore pourquoi. Tu m'as laissé croire. Tu m'a laissé rêver. N'étais tu qu'un sadique qui ne rêvait que de me briser? Je ne sais pas. Je ne sais plus rien. Je ne suis plus rien, plus rien qu'un homme qui n'appartient qu'à toi. Peut-être qu'un jour tu me reviendras? J'ai besoin de toi comme j'ai besoin de mes organes. J'ai besoin de tes lèvres comme j'ai besoin de mon cœur, j'ai besoin de ta voix comme j'ai besoin de mon encéphale. J'ai besoin de savoir qu'il y a quelqu'un ici qui vit pour moi. Et je me rappelle, ton corps dans le mien, dans les genèse des ténèbres qui nous écharpaient, et je me rappelle, chaque secondes et chaque cris, chaque souffles qui ce sont perdus dans la nuit. Je me rappelle ces instants sacrées. Ma Passion personnelle. Mon cheminement, tout cela est mon évangile. L'épitaphe des dieux. J'ai été manger par un ange. Et chaque soupirs sonnaient comme tant d'Hallelujah. Peut être est-ce la volonté de dieu? Qu'en sais-je? Mais alors, dieu n'est autre que Satan! La souffrance comme drapeau. Oh oui. J'ai besoin de toi. Mon ange, mon prophète mon messie. J'ai besoin d'étancher dans tes bras ma soif de toi. Besoin de baiser chaque parcelles de ton corps. Te goutter à nouveau à ta peau de miel. J'ai besoin de toi. All i need... is you... Tu n'as pas entendus mes pleurs se perdre dans la nuit. J'ai juste besoin que tu rallume la lumière, car j'ai peur. J'ai peur de me perdre sans toi. Brisé et gelé.
    O> [ Hallelujah...

    ...Hallelujah
    ]


    Et malgré tout ça, je n'arrive pas à te haire.


    [Lis bien en rythme cette suite avec le deuxième thème musical. J'ai essayer de regler le texte sur la musique.]

    thème 2: ici

    [TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase] Viewer.php?id=606310images


    La salle de musique. Encore un foi se rappeler de tout. Du début, de la fin. Une main frêle sur le piano. Le frisson de ta peau sous mes lèvres. Des accords tristes. Et ma voix qui s'élève. Entendras-tu cet appelle?

    [attends les paroles]

    Sonne le clairon
    En moi s'il te plait
    au fil des saison
    n'oublies jamais comment j'étais
    pour moi c'est la fin
    je suis fatigué
    je ne suis plus rien
    rien qu'un cœur blessé
    rien qu'un soldat
    qui à livré son ultime combat.
    Jusqu'au dernier soupir
    emmène moi
    ou laisse moi mourir.


    Je sens que tu es là. Ici même car je sens ton parfum, ainsi je peux te dire ce qui est sans trembler. Un larme glisse sur mes joues.


    Sonne le clairon
    Dis leur que je part
    Mais le chemin d'antan
    Ne mène plus nulle part
    Et sans lumière j'ai
    peur de tombe
    au cœur de la nuit d'abandonné
    la vie
    de m'en aller


    ….

    Mais loin la bas
    quelques part dans le ciel
    une voix m'appelle
    n'oublie pas qui tu es
    si tu perd espoir
    ton courage va retomber
    relève toi ce soir
    n'oublie pas qui tu es


    Tu es là et tu me vois. Comprendras-tu que je t'aime à en crever?

    Oui. Lève toi soldat
    il reste encore un combat
    et tu dois gagner
    oui pour la liberté.

    Je me tourne vers toi. Tu pensais que je ne savais pas que tu était là. Et mes yeux qui se posent dans tien pleurent leur dernier larmes tandis que le silence tombe comme le rideau sur la scène d'une tragédie ou les deux héros sont morts. Ce silence ne pèse rien, il parle plus que les milles mots que j'aimerais te dire. Et nous sommes là, l'un et l'autre face à face. Tu a entendue et tu sais que je t'attendrais toujours. Que va tu faire? Va tu refuser mes sentiments. Va-tu annihilé les tiens. Car tu le sais aussi bien que je le sais, tu m'aime autant que je t'aime.





Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



[TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase] Empty
MessageSujet: Re: [TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase]   [TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
[TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [TERMINÉ] Et le clairon sonna l'hallelujah. [pv Chase]
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]
» Astoria Greengrass (terminé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: Rps terminés-
Sauter vers: