AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hey petits padawans, n'oubliez pas de voter pour WU par ICI et gagnez des points ! Vous pouvez aussi venir poster des mots d'amour sur BAZZART et sur PRD
Les inscriptions pour l'event Halloween sont ouvertes ! Venez faire vivre un des moments les plus terrifiants à vos personnages en vous inscrivant ici

Partagez | 
 

 Errer fait réfléchir [Eris]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Errer fait réfléchir [Eris]   Jeu 2 Juin - 19:14

    Lorsque je compris qu'Hëlinä ne m'en voudrait pas de ce que je lui avais fait, je me sentis un peu plus détendue. Il faudrait vraiment que j'apprenne à contrôler mes nerfs. J'avais brutalisé cette pauvre fille juste parce que son frère était à mes yeux le pire des hommes qui puisse exister. Eh oui, pas Liam. Liam il était très bien là où il était. Je me détendis lorsqu'elle banda ma main et ajouta du produit pour la cicatrisation. Cependant je dus serrer les dents pour ne pas hurler. Son produit était peut-être efficace, mais bon sang ça faisait mal ! Je ne supportais pas les désinfectants, et c'était une raison pour laquelle je n'étais pas allée à l'infirmerie. L'alcool, ça se BOIT. ça ne se met pas sur une plaie, c'est une question d'éthique. Bref, lorsqu'elle referma le bandage, je constatais qu'il était impeccable. Cette fille respirait tellement la douceur que ça en devenait suffocant. Non, je ne pourrais sans doute pas fréquenter cette fille souvent, mais au moins elle m'avait permis de recouvrer un peu de calme et je lui en étais véritablement reconnaissante. Il fallait lui reconnaitre ceci, son caractère était plutôt bon, et elle n'avait pas semblé me tenir rigueur de l'altercation dix minutes plus tôt. Je bougeais la main, grimaçant sous l'effet de la douleur, et l'observais. Longuement. Elle ne ressemblait en rien à Pollo. Il n'y avait rien qui m'aurait permis de dire qu'elle était sa soeur. Et si elle ne m'avait pas dit son nom, je me serais sans doute contentée d'un "fous le camp j'ai pas de temps à perdre avec toi" mais elle avait dit le mot Tässäon. Faut jamais dire le mot Tässäon devant moi, point barre. Les voir tous les deux... j'avais trouvé cela réellement horrible. Bref, je pris mon poignet et le bougeais. Il ne resterait que des hématomes d'ici la fin de la semaine.

    "Merci. Mais un bandage aurait suffi, je suis en train de jongler..."

    Je me levais silencieusement, et fis un tour de la pièce. Il fallait que je me calme, mais je ne savais pas comment... mes humeurs étaient vraiment trop fréquentes, ces temps-ci...

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Errer fait réfléchir [Eris]   Lun 16 Mai - 13:49

D’avoir baissé d’un ton et de m’être mise à parler beaucoup, même carrément plus calmement que je n’avais penser au départ. Son visage devient légèrement moins colérique. Et je lui souris, ce n’était pas un sourire hypocrite bien au contraire. Je n’attend pas vraiment d’excuses de sa part, et puis à mon avis elle ne m’en donnera jamais. Mais je suis surprise par sa réplique qui vient briser le silence.

- Okay, okay. Désolée de t'avoir molestée. Faut dire que ton frère n'a pas été, et n'est toujours pas tendre avec moi. Mais faut dire que tu tombes à pic, viens avec moi. On dirait que t'as rien à faire.

Je ne savais pas quoi dire à Eris, elle m’a réellement surprise. Par son « désolée » Je lui souris et prend la parole à mon tour.

- Ce n’est pas grave, je ne t’en veux pas.

N’ayant même pas le temps de me renseigner sur les méfaits de mon frère que je risquerais de tuer la prochaine fois que je le vois. Elle s’accapare ma main et m’entraîne avec elle je ne sais où. Perdu dans mes pensées je méditais sur Apollo. C’est quoi cette histoire encore grand frère tu fais souffrir les jeunes demoiselles. Tu n’es vraiment qu’un crétin. J’espère au moins qu’il s’est excusé dans les règles de l’arts auprès de cette folle de princesse. Même si elle m’avait durement coller contre le mur tout à l’heure ma colère diminuait et je commençais malgré tout à l’apprécier. Je n’ai pas le temps de me rendre compte où est-ce qu’elle nous guide que je suis dans une chambre, assise sur un lit. Nous sommes apparemment dans les dortoirs mais qu’est-ce qu’on fou là? Je n’ai pas le temps de lui poser la question directement qu’elle est devant moi avec du désinfectant, des compresses, une bande et je vois la main d’Eris en sang. Elle me demande de lui refaire son bandage.

- Mais tu devrais aller à …

Ma phrase reste en suspens que je suis conne, on était si près de l’infirmerie tout à l’heure qu’on avait que quelques pas à faire donc si elle m’avait emmener jusque là c’est qu’elle ne voulait pas aller voire la folle qui nous servait d’infirmière.

- Ne t’inquiètes pas je sais le faire. Lui dis-je quand elle me dit que si je ne sais pas le faire qu’elle me ferait voir.

Après tout combien de fois ai-je pu bander certaines parties de mon corps, combien de temps je passais dans la salle de bain à me passer de la crème ou du désinfectant sur des plaies ou bien au contraire des ecchymoses bien visibles. Dieu seul sait. J’applique soigneusement du désinfectant sur la plaie drôlement ouverte d’Eris, éponge le tout avec une compresse. Puis je repensais à quelque chose que j’avais en cas de coupure plus ou moins grave. Dans ma chambre j’avais une petite merveille dans mes affaires.

- Tu m’attends deux minutes Eris je vais chercher un truc dans ma chambre pour toi, pour ta blessure.

Je n’en dit pas plus et court jusqu’à mon étage, c’est vrai que j’étais au 5ème étage, je ne pensais pas qu’Eris était au premier étage. Je fais le plus vite possible et reviens avec une boîte de cycatril.

- Je vais te mettre ça sur ta plaie, c’est super efficace. Tu cicatrisera beaucoup plus rapidement. Lui dis-je en souriant.

J’applique la crème sur la main d’Eris, elle se laisse faire. En même temps elle n’a pas vraiment le choix. Une fois le tout désinfecté je lui bande la main aussi soigneusement que possible.

- Voilà j’ai terminé.


Désolée si tu n'aimes pas le blabla... excuse moi
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet:    Lun 16 Mai - 11:36

    Okay, je devais avouer que là j'avais agi comme une conne. Dans ma tête je pouvais le reconnaitre, mais lui présenter mes excuses comme ça, ça allait être un peu plus chaud. Mais je n'avais pas pu me contrôler. Rien que de voir qu'elle aussi avait un mouflet, qu'elle portait le nom de Tässäon, comme cette garce d'Elena allait le porter elle aussi... Je ne pouvais pas supporter une double humiliation, voilà ce que je m'étais dit. Je pensais que j'allais pouvoir supporter... mais je ne m'étais pas rendue compte que cette fille n'avait rien à voir avec l'humiliation cuisante que m'avait généreusement donnée son frère. Absolument rien à voir. Aussi mon visage se détendit légèrement lorsqu'elle me parla un peu plus calmement. Oui, j'étais capable de reconnaitre mes torts, mais encore fallait-il que l'autre se calme avant moi. Elle avait réussi à cerner mon caractère, et à comprendre qu'il ne fallait pas me chatouiller de trop si on tenait un tant soit peu à la vie. Mais quelle importance cela avait-il ? Aucune. Il suffisait simplement de parler, plutôt que de s'énerver. J'avais dû lui faire mal en la projettant contre le mur, et d'ailleurs je m'étais faite mal aussi. Ma main blessée s'était réouverte, et j'avais besoin de refaire mon bandage. En général j'allais à l'infirmerie, mais si je pouvais trouver quelqu'un pour le faire à la place de cette idiote d'infirmière, je le faisais avec joie. Je ne la supportais pas, celle la, c'était bien simple. Bref.

    "Okay, okay. Désolée de t'avoir molestée. Faut dire que ton frère n'a pas été, et n'est toujours pas tendre avec moi. Mais faut dire que tu tombes à pic, viens avec moi. On dirait que t'as rien à faire."


    Je la pris par la main et l'entraînais dans les escaliers. Je n'avais pas mes affaires, il faudrait monter dans la chambre. Ah, j'avais oublié de ranger le bordel, tant pis. Elle se poserait sur le lit d'Ange, et puis c'est tout. Lorsque j'ouvris la porte, j'eus un rire. Ange avait rangé mes affaires. Enfin rangé. Il avait pris les fringues par terre et les avait entassées dans un placard, en fait. C'était vraiment drôle, lui qui avais juré de ne pas toucher à mon "immonde bordel". J'assis la fille sur mon lit et allais chercher bandages et désinfectants. Je m'assis près d'elle, retirais les bandes qui commençaient à s'imbiber du sang s'écoulant de mes plaies. Ma main gauche était sacrément amochée. Peu importe.

    "Faut que tu me refasse mon bandage... ça s'est réouvert, et je peux pas le faire toute seule. Je vais t'expliquer comment faire, si tu sais pas."

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Errer fait réfléchir [Eris]   Sam 30 Avr - 16:41

Je ne m’énervais pas souvent mais alors là cette petite garce commençais sérieusement à me chauffer. Et il était claire qu’on allait pas être copine si elle continuait comme ça. Je n’étais pas d’un tempérament de bagarreuse mais quand on me cherchait on me trouvait et ce enceinte ou pas enceinte. Non mais j’hallucinais. Non mais c’est elle qui me plaque comme un vulgaire insecte contre le mur et elle ose me dire ça. Qu’il faut que je lui parle sur un autre ton. C’est ce que nous allons voir. Je me rapproche d’elle lentement. L’envie de prendre la barre de fer pour m’en servir de gourdin était partie.

- Alors premièrement toi non plus tu ne sais pas ce que j’ai pu vivre. Personne ne le sait à part mon enfoiré de père qui n’est plus de ce monde pour en témoigner. Enfin j’ai plutôt envie de dire qui n’est plus là pour être sur la barre des accusés et certainement condamné à mort à l’heure qu’il est. Et deuxièmement tu me dis ne pas vouloir me frapper mais n’est-ce pas toi qui m’a plaqué violemment contre le mur? Pour ce qui est de mon frère, je ne pense pas que je sois la personne la plus à même de mettre mon frère en colère, et ce qu’il t'a fait je ne suis pas au courant. Ça fait deux ans que je ne l'ai pas vu.

Bon mon ton n’avait pas vraiment changé par rapport à tout à l’heure mais je n’aimais pas qu’on me prenne pour une idiote. Et pour une petite fille sans défense. Je repris sur un ton différent et regarda ma vis-à-vis droit dans les yeux.


- Alors maintenant évite de me prendre pour la sœur d’Apollo et prends moi plutôt comme une personne à part entière. Certes Pollo est mon frère mais ça ne veut pas dire que je lui ressemble. Sur ce je pense qu’on s’est comprise. Enchantée Eris.

Mon ton était beaucoup plus doux. En effet à vrai dire ça ne servait pas à grand-chose que je monte sur mes grand chevaux. Étant donné qu’Eris ne se plierais pas devant moi et ça j’en étais sûr. Alors parfois valait mieux s’aplatir plutôt que d’augmenter le volume sonore et s’en prendre plein la gueule pour pas un rond. C’est vrai que je ne connaissais pas cette personne et d’ailleurs elle non plus ne me connaissait pas alors pourquoi partir sur de mauvaises bases. Et en plus à vrai dire je n’avais plus vraiment la force hurler. J’étais complètement épuisée. Je voulais m’asseoir mais je tenais bon pour ne pas faillir devant cette jeune fille. Et qu’elle croit qu’elle est l’avantage sur moi. Bon si elle, n’était pas enceinte donc automatiquement une part de faiblesse émanait de moi mais ce n’est pas pour autant que je dois me laisser faire par quelqu’un que je ne connais pas en plus. Je tendais ma main pour qu’elle accepte entre guillemet mes excuses et comme dit le proverbe qui ne tente rien n’a rien après tout. Je peux toujours essayé.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Errer fait réfléchir [Eris]   Sam 30 Avr - 15:08

    Alors là si elle le prenait comme ça, cette nana, on allait pas être copines.

    Pour qui se prenait-elle ? Croyait-elle que me faire la leçon était quelque chose qui allait me faire changer d'avis ? J'avais véritablement la haine. Une haine profonde à l'égard de son frère nourissait mes actions, et cela m'importait peu qu'elle soit ainsi heu... impressionnée ? Par moi. Il me suffisait d'un geste, si je désirais lui faire du mal. Je n'étais certes pas comme ces enfants bien élevées, qui utilisaient leurs ongles et tiraient les cheveux pour se défendre ou attaquer leur semblables. Cela me faisait un peu penser à des combats de singe. Ridicules, en somme. J'appréciais plus les combats félins. Lorsque j'étais enfant, je me collais devant l'immense télévision du domaine, dans l'espoir de trouver un de ces combats dans les documentaires animaliers que je regardais tous les jours. Le spectacle d'un animal tué des crocs de ces superbes animaux me transportais de joie. Je me sentais un peu comme ces animaux. A la fois libres et prisonniers. A la fois sauvages et câlins. Maternelle, mais féroce. Oui, j'avais l'impression de m'épanouir lorsque je voyais ces animaux se battre ou s'allonger les uns contre les autres. Je me rappelais avoir réclamé un bébé guépard à mon père, un bébé que je voulais élever moi même. Mon rêve était de travailler auprès des félins dans un cirque. A la place d'un bébé guépard, j'avais eu un chaton, et un violon. J'avais baptisé cette petite femelle "Lavette", déçue de la comparaison que j'avais faite des félins avec cette espèce de petite rattagnole qui me miaulait aux oreilles lorsque j'essayais de dormir. Le petit chat s'était retrouvé à la fourrière lorsque mes parents moururent. Je ne pouvais pas m'en occuper, dans mon pensionnat, les animaux étant interdits. Mais je nourrisais l'espoir de faire entrer un bébé guépard dans ma chambre, ici. Je finirais bien par trouver des braconniers qui pourraient m'en rapporter, je n'étais pas complètement stupide. Enfin, si, mais tout cela pour dire que finalement j'aurais bien aimé être un de ces superbes animaux. Et je faisais tout pour leur ressembler. De la profondeur de mon regard à ma manière de montrer les dents lorsque j'étais contrariée. Ben quoi, faut pas déconner, merde.

    Alors lorsque je la vis lorgner encore un peu cette barre de fer, j'éclatais de rire. Un grand rire qui résonna dans le couloir bondé de monde. Un rire à la fois moqueur et franchement amusé. Elle croyait que j'allais l'attaquer. Quelle petite idiote. J'avais l'impression que sa diatribe au sujet du "frappe moi, vas-y" était un moyen de s'improviser comme martyr. Je n'aimais vraiment pas les filles dans ce genre. Surtout celles qui pensaient que je frappais comme ça, impunément. Il me fallait toujours une bonne raison, et je n'allais pas tarder à trouver, si elle prenait ce ton avec moi. Je n'appréciais pas du tout qu'on me fasse la morale, et qu'on écarte les bras à la Jésus christ dans le genre "si tu me frappe je tendrais l'autre joue" je tiquais légèrement en rependant au poignard que je portais, là, bien serré sous ma robe, contre ma cuisse. Si je voulais l'attaquer, elle n'aurait pas le temps de courir vers son arme improvisée. Petite dinde va.

    "Je n'aime pas vraiment qu'on me parle sur ce ton quand on ne sait pas ce que j'ai traversé, alors t'es priée de ravaler ta salive avant que je m'énerve, ma belle. Deuxièmement, je ne vois pas pourquoi je te frapperais. Ah, et arrête de lorgner un peu partout, si je voulais vraiment te faire du mal t'aurais pas le temps de courir là bas. Mais si te faire souffrir pouvait attiser la colère de ton frère... sache que je ne me gênerais pas. Pas après ce qu'il m'a fait. J'espère qu'on s'est comprises ?"
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Errer fait réfléchir [Eris]   Sam 30 Avr - 13:06

Je sais pas ce que tu as pu faire grand frère et cette demoiselle. Mais franchement maintenant je vais avoir des problèmes avec elle. Je ne sors pas mon portable de ma poche je le laisse bien là. De toute manière il faudra pas que je compte tout le temps sur Apollo. Déjà que je dois être devenue quelqu’un d’inutile à ses yeux. C’est vrai après tout il a refait sa vie ici et loin de la Finlande. Alors plus je serais loin de lui plus il ne se sentira pas obligé de me protéger. De protéger sa petite sœur et bientôt son petit frère et qui plus est son oncle. La barre de fer était toujours là bas au coin mais bon je n’allais pas m’attirer d’ennuis alors que je suis nouvelle ici. Je respire un grand coup et me retourne pour lui faire face. Bon c’est sur que cette fille ne me rassurait pas des masses, mais bon nous sommes des personnes civilisées. Alors réglons nos problème avec la paroles c’est toujours le meilleur moyen. Mais est-ce que cette folle furieuse allait me laisser en placer une. Ça c’était moins sûr. Puis aussi surprenant soit-t-il elle m’adresse la parole bon certes pas sur un ton gentillet mais cela ne m’étonnait pas vraiment. Quel ton pouvais-je bien attendre de cette femme? Je me le demande bien.

- T'es pas comme ton frère ? La belle affaire. Alors qu'est-ce que tu viens faire ici ? J'en ai marre des Tässäon. Au fait j'm'appelle Eris.

Qu’est-ce que je viens faire ici, j’me le demande moi-même. C’est vrai pourquoi être venue. Mis à part pour voir mon frère. Rien ne me lie à cette école aux Etats Unis tous mes souvenirs sont en Finlande. En même temps tous mes souvenirs ont été brisés au moment où ma mère est morte et quand Pollo est parti. Alors bon plus rien ne me rattache à la Finlande à part peut être mon passeport. Tiens d’ailleurs en y repensant il faudrait que j’actualise mes papiers et faire part au gouvernement américain que je vais désormais vivre ici en toute légalité bien sûr. Je ne suis pas pauvre alors on ne refuse rien ici en Amérique au gens riche. Merci papa non ça m’écorche la bouche de dire une chose pareil pas après ce que cet enfoiré m’a fait. Bon je me lance et lui réponds sur le même ton qu’elle a pu employé avec moi.

- Non je ne pense pas être comme mon frère nous sommes différents seule notre ressemblance prouve notre lien de parenté même si je dois bien avouer que depuis qu’il met des lentilles et qu’il se teint les cheveux pas grand-chose nous rapproche. Ce que je viens faire ici? Cela ne te regarde pas. Tu en as peut être marre des Tässäon mais ce n’est pas réellement de moi que tu en as marre mais plutôt de mon frère. S’en prendre à des gens qui n’ont rien à voir avec votre histoire n’est que défoulement. Pour faire souffrir mon frère. Mais si tu le souhaites vas y frappes moi si ça peut te soulager, cognes moi jusqu’au sang pour épanché ta soif de vengeance après tout je suis comme mon frère d’après ce que tu me dit. Mais ce n’est pas en t’en prenant à moi que les choses vont s’arranger ou que tu vas avoir ce que tu désire. Mais si tu veux viens fais toi plaisir. Massacre moi, dévastes- moi, égorges-moi, tues moi… Je ne suis plus vraiment à ça près.

Je venais de dire tout ce que je pensait à cette folle. Je ne savais pas quelle histoire il entretenait avec cette fille mais ce qui était sur c’est que à mon avis il n’y ai pas aller de main morte parce que pour haïr à ce point le nom Tässäon il en faut beaucoup. Qu’est-ce que tu as fait grand frère? Enfin bon ce n’est pas ce qui me posait le plus de problème en ce moment j’avais réellement peur de la réaction qui allait suivre après ma déclaration. Bon au pire j’avais toujours la barre de fer qui me guettait du coin de l’œil, je n’aurais qu’a courir jusqu’à l’arme et ainsi je m’en servirais pour me défendre. J’aurais vraiment du suivre des cours de self-défense. Ça m’aurait servit finalement.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Errer fait réfléchir [Eris]   Ven 29 Avr - 22:23


    Elle s'appelait Tässäon. Je présumais qu'elle était la soeur d'Apollo, la ressemblance était frappante. La haine que je me mis alors à nourrir à son égard devin un véritable feu. Je l'avais plaquée contre le mur avec fureur, toute la fureur que je pouvais mettre dans ce geste. J'aurais pu accepter qu'Apollo choisisse Elena, si elle n'avait pas été enceinte. Cela aurait été un vrai choix. Au lieu de cela, cette immonde petite garce avait trouvé le moyen de le garder auprès d'elle avec un nyard. Je n'en pouvais plus. J'aurais pu faire la même chose, un an auparavant. Je ressentais une haine sans précédent. Une haine qui ne me quittait pas. Une haine profonde, qui restait nichée dans mon coeur à n'en plus respirer. Comment avait-elle, comment avaient-ils osé me faire ça ? Je ne pouvais pas le concevoir. Je ressentais une telle haine que cela en était véritablement maladif. Je n'avais qu'une envie, c'était de faire souffrir Apollo comme lui m'avait faite souffrir. Je voulais, j'étais pleine de colère à son égard. Croisé sa soeur m'avait encore foutu un coup de poing dans le ventre. Je la voyais remuer maladivement son portable dans ses mains... cela me faisait doucement rire. Croyait-elle que j'allais l'assassiner ? Non, certainement pas. Je ne me rabaisserais pas à cela. Surtout pas pour la soeur d'un traître que je haïssais profondément.

    Alors, tandis qu'elle s'éloignait, je pris une profonde inspiration. Je m'avançais vers elle à grands pas, sans pour autant chercher à la frapper outre mesure. Je n'appréciais cependant pas qu'on me parle sur ce ton. Autant que tout. Je n'acceptais pas grand chose de quiconque, de toute manière. En fait, j'étais fatiguée, si fatiguée. Fatiguée de devoir me faire des illusions, pour finalement les voir éclater en mille morceaux, comme ça, sans ne rien pouvoir dire. Je m'étais vengée une fois, je pouvais le faire une seconde. Je n'avais aucun scrupules, je l'avais déjà fait. Cette fille ne me faisait pas peur. Mais plus j'avançais, plus il me semblait qu'elle regardait la barre métallique du couloir. Et bien quoi, chérie, tu voudrais me frapper avec ça ? Allons, tu es plus maline que ça non ? Tu te ferais mal. J'ai la tête dure, il m'en faudrait des coups pour vraiment sentir la barre contre mon crâne. Et puis quand bien même tu me tabasserais, et préviendrais Apollo, tu ne sais pas quelles relations j'entretiens avec lui. Oh évidemment, il me haïrait d'avoir manqué de t'étrangler, mais c'était l'effet voulu, de toute manière. Je voulais qu'il en chie. Je le voulais vraiment. J'irradiais la colère de manière presque palpable, mais je sentais bien qu'avec cette fille il faudrait la jouer finaude. Alors je décidais de prendre mon mal en patience. Elle avait peur pour son bébé ? Quelle adorable intention. Mais même si intérieurement je me moquais d'elle, mon inconscient me rappelait le pendentif qui brillait autour de mon cou, cette médaille gravé au nom de Sonata. Bien visible par tout le monde mais personne ne pensait que c'était un prénom. Sans doute pensaient-ils que c'était encore une excentricité de la heu... "Folle furieuse de Wynwood" mais pourtant Sonata était bien un prénom. Un prénom qui semblait brûler autour de mon cou. Alors je finis par la rattraper, et lui dis sur un ton plus que cassant.

    "T'es pas comme ton frère ? La belle affaire. Alors qu'est-ce que tu viens faire ici ? J'en ai marre des Tässäon. Au fait j'm'appelle Eris."

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Errer fait réfléchir [Eris]   Jeu 28 Avr - 16:14

Je m’étais excuser, je voulais être sympathique… Mais je m’étais bien leurré sur cette fille. Elle venait de me bousculer violemment contre le mur en me prenant par le col. Ma respiration s’était coupé. Et je ne pouvais réprimé les larmes qui s’écoulaient de mes yeux. J’avais mal. J’avais très mal. Je me demandais comment une personne si belle avait autant de force physique. Enfin je me poserais des questions plus tard.

- Lâche, lâche moi s’il te plaît…

J’arrivais difficilement à parler. J’avais comme l’impression que tout mon souffle était partis. J’avais peur, vraiment peur. Pas seulement pour moi mais aussi pour mon enfant. J’évite de regarder mon ventre, je ne voudrais pas qu’elle s’en prenne à lui. Je ne pourrais pas vraiment le supporter. Parce que même si, même si je ne voulais pas de cet enfants au début de ma grossesse. Aujourd’hui j’avais enfin accepté le fait d’être mère même si je n’étais qu’une enfant. Je savais que ça allait être dure, que beaucoup de regard ne serait pas tolérant, que beaucoup me rejetterais. Mais après tout c’était ma vie et pour rien au monde je ferais un retour en arrière. Même si j’aimerais effacer certaine chose de mon passé. Je me rends bien compte aujourd’hui que c’est ça qui m’a construite et rendue forte. Alors je ne sais pas par quelle force mais je suppose que quand une mère veut protéger son enfant son cerveau reptilien prend le dessus. Je m’empare du poignet de ma vis-à-vis et le serre le plus possible.

- Je t’ai demandé de me lâcher poliment tu n’en as rien fait. C’est à mon tour d’employer la force. Je ne te connais pas… Et toi non plus d’ailleurs et tu oses me plaquer comme ça contre le mur. Oui je m’appelle Tässäon. Et si ça te pose un problème c’est la même chose. Je ne sais pas ce que tu as contre mon frère mais sache que je ne suis pas lui et je ne le serais jamais. Maintenant si tu pouvais t’enlever du passage…

Non mais j’hallucine agressé les gens comme ça. Alors qu’on ne me connais pas. La peur ne m’avait pas quitter bien au contraire. Je voulais le plus vite possible déguerpir d’ici avant qu’un autre coup ne me revienne en pleine figure ou ailleurs. Je regarde dans ma poche et je sens mon téléphone portable au moindre problème j’appelle Apollo. Je ne veux pas mourir et je veux encore moins que mon fils meurt lui aussi. Je respire un grand coup. Et commence à accélérer le pas. Espérant qu’elle ne me rattrape pas cette folle. Je vois au loin une barre métallique. S’il le faut je court là bas et je l’assomme j’en suis capable. Faut pas croire que c’est parce que je suis blonde que j’ai pas de la suite dans les idées. Quoique c’était pas trop de la suite dans les idées à ce niveau là c’était plutôt une question de survie.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Errer fait réfléchir [Eris]   Jeu 28 Avr - 14:57

    J'avais marché toute la journée. J'avais marché un peu partout, je m'étais promenée dans Miami, dans l'espoir de ne pas croiser ces deux ignominies, et me changer les idées. Depuis que j'avais brisé mon violon, j'en avais acheté un autre chez un luthier, fait sur mesure. J'espérais qu'il me permettrait de me détendre, mais je n'arrivais pas à y toucher. Je ne l'avais même pas sorti de son étui, quelque chose me bloquait. Quelque chose d'horible. Comme si j'avais soudainement peur de la musique. J'avais tourné comme un fantôme. Comme une âme égarée. J'en étais une, d'ailleurs. Depuis cette soirée avec Apollo, où j'avais menacé de tuer sa compagne si elle n'avortait pas, mes convictions étaient devenues plus fortes que jamais. Je le voulais, et je l'aurais. Même si ma rencontre avec Valentin Spinelli m'avait un peu secouée, je n'avais toujours pas oublié cette soirée où j'avais découvert la moitié de moi. Apollo Tässäon. Nous devions être ensemble, il n'avait rien à faire avec cette petite garce. Enceinte. Une rage s'emparait de moi à chaque fois que j'y repensais. Une haine irréversible. J'avais besoin de me ressourcer. J'avais fini ma nuit en boîte, et je m'étais réveillée dans un loft obscur, aux bras de quatre garçons. J'avais pris mes cliques et mes claques avant qu'ils ne dessaoulent complètement, en prenant un soin tout particulier à ramasser les emballages de préservatifs épars dans l'appartement, en priant pour ne pas avoir été la seule fille dans ce rendez vous improvisé. Et j'étais rentrée dans le lycée, non sans m'être au préalable offert une robe hors de prix. Au moins, voilà qui me ferait du bien et qui soulagerait la lourdeur de mon portefeuille. J'avais besoin de changer d'air. Mais comment le pouvais-je alors que je savais parfaitement que la Voix et sa petite voix nasillarde m'obligerait sans doute à réécouter la nouvelle qu'Apollo m'avait bredouillé dans sa barbe avec honte ? Comment avait-il osé me faire une chose pareille ? J'avais été trahie. Outrageusement trahie.

    Je marche dans ces couloirs sans avoir la moindre envie d'aller en cours. J'ai été à l'infirmerie pour soigner ma main, mais elle saigne encore beaucoup. Les bouts de verre incrustés ont enfin mis les voiles, c'est déjà ça. Tandis que je serrais un peu plus mon bandage et mon garrot, une jeune fille me heurta. Plutôt doucement, mais je n'aimais pas bien qu'on me bouscule, surtout quand j'étais d'une humeur pareille. J'avais besoin de n'avoir aucun contact, avec personne. Et voilà qu'une petite idiote venait me bousculer. Je la fixais, la regardant de haut en bas. Elle était blonde, avec un air candide et un ventre très légèrement rebondi. Tiens tiens. Va bientôt falloir ouvrir une nurserie, avec le bâtard d'Apollo et celui ci... je présumais évidemment qu'elle était enceinte. Ou peut-être qu'elle était tout simplement grosse. Enfin bref, tandis que je l'observais, elle se mit à me bredouiller des excuses. Je m'apprêtais à l'envoyer bouler d'une bonne réplique cinglante mais ce qu'elle me dit ensuite m'arrêta net. Et mon sang ne fit qu'un tour.

    Avec violence, je l'attrapais par le col et la plaquais contre le mur, avant qu'elle ait pu faire le moindre mouvement, mes yeux déformés par la colère, encore une fois. J'avais l'impression d'être impuissante face à elle. Mais en revanche, face à cette fille... vu son regard terrifié, je savais parfaitement que je la tenais sous mon joug. Et je n'avais vraiment, vraiment pas l'intention de la lâcher de sitôt.

    "Tässäon ? T'as bien dit Tässäon ?!"

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité



MessageSujet: Errer fait réfléchir [Eris]   Mer 27 Avr - 23:41

Je marchais silencieusement dans les couloirs de Wynwood. C’était une grande école… Et je pense qu’il est facile de s’y perdre. À mon avis cela fait une petite demi heure que j’erre comme un fantôme sans but. Je respirais bruyamment. Mais qu’est-ce que je pouvais bien faire là. Je parlais pas vraiment très bien l’anglais. J’avais des examens pour l’enfant à faire en Finlande. Et je suis partie seulement avec l’héritage financier de ma famille. J’étais venue ici seulement pour revoir Pollo mais était-ce vraiment une bonne idée? J’étais encore lycéenne en internat et j’allais accoucher dans moins de quatre mois j’avais pas vraiment grossit depuis que j’avais appris que j’étais enceinte. En y repensant mon père ne m’a plus vraiment battu dès qu’il l’a appris il m’a même juré qu’il me tuerais si je ne gardais pas l’enfant. Et maintenant je me retrouverais bientôt avec un nourrisson sur le dos. Un enfant qui serait sans père j’étais seule au monde. Je comprenais enfin tout le sens de cette phrase je m’arrêtais dans un couloir ou personne n’avait l’air de se promener et je me laissais glisser le long du mur pour m’asseoir. Je pose mes mains sur mon ventre. C’est vrai que tu bouges maintenant. Je n’avais toujours pas trouver de prénom. Fallait-t-il que je prenne un prénom finnois ou au contraire un prénom d’une autre origine. Autant de question pour un si petit être. Je restais là assise par terre les yeux dans le vague. Et oui elle est loin mon innocence maintenant que j’y pense. Je regarde autour de moi, c’est vrai qu’elle est grande cette école. Je me relève et retombe. Oh punaise j’avais l’impression d’avoir fait plus d’une semaine de vendanges. Depuis que j’arrivais pas à dormir correctement je me retrouvais le lendemain matin avec des courbatures plus ou moins importantes dans le dos et dans les jambes. Je me reprend une seconde fois et arrive enfin difficilement certes mais j’arrive à me lever. Je reprend mon chemin sans savoir ou je vais. Je ne regarde pas autour de moi et je réfléchis la tête dans les nuages. Je en me rend même pas compte que dans quelques seconde je vais heurter quelqu’un. Je continue d’avancer et je heurte plutôt doucement quelqu’un. Je relève les yeux et vois une jeune fille plutôt mignonne me scruter de haut en bas. Elle me fait peur. J’ai l’impression qu’elle en veut à terre entière. Et moi avec mon manque de bol il fallait que je lui rentre dedans. Foutus pensées.

- Je je suis désolée je n’ai pas fait exprès. Pardon…

D’habitude je ne réagis pas comme ça mais depuis quelques jours je suis à fleur de peau certainement les hormones. Je me sens seule. En plus je suis dans un pays que je ne connais pas. Je ferme les yeux. Inspire et expire. J’ouvre de nouveau les yeux pour tomber dans ceux de la jeune fille. Ils étaient magnifiques, de couleur clair, hypnotisant. Mais ils étaient tellement froids aussi, je ne connaissais pas cette personne mais j’aimerais bien m’en faire une amie enfin du moins si c’est possible. C’est peut être une amie de mon frère ou peut être pas.

- Excusez-moi, répétais-je.

J’avais comme une impression que si je ne le faisais pas j’allais me faire découpé à la machette fissa. Et j’avais pas vraiment envie de finir en rondelle. Dans une gamelle pour chien. Allez savoir pourquoi je pense à ça.

- Je suis nouvelle ici et je connais pas encore très bien les couloirs je m’appelle Helinä Tässäon.

Je pouvais faire preuve de politesse un peu quand même ce n’est pas parce que je ne connais pas lest États Unis qu’il ne faut pas que je m’adapte et que je me fasse des amis dans ce bas monde.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Errer fait réfléchir [Eris]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Errer fait réfléchir [Eris]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Errer fait réfléchir [Eris]
» Sois mon ennemi, au nom de l'amitié [Eris] - Terminé
» QUE FAIT L'ETAT?
» Un peu de solitude ne fait de mal à personnes [ Dag Larson]
» La chanson qui fait kiffer les geeks

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wynwood University :: Our memories :: Our Memories :: Rps à archiver :: RPs abandonnés-
Sauter vers: